Audrey Pulvar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pulvar.
Audrey Pulvar
Image illustrative de l'article Audrey Pulvar
Audrey Pulvar au festival de Cannes 2013.

Naissance (43 ans)
Fort-de-France
(Drapeau de la Martinique Martinique, France)
Profession Journaliste, animatrice de télévision et de radio
Autres activités Écrivain

Audrey Pulvar est une journaliste, animatrice de télévision et de radio française, née le à Fort-de-France (Martinique).

Présentatrice du 19/20 sur France 3 de 2005 à 2009, Audrey Pulvar a été chroniqueuse au sein de l'émission On n'est pas couché, de Laurent Ruquier sur France 2, pendant la saison 2011/2012 et rejoint le groupe Canal+ et sa chaîne D8 en 2013. Elle est également présentatrice de I-Télé, du groupe Canal+

Biographie[modifier | modifier le code]

L'enfance d'Audrey Pulvar se déroule à Fort-de-France, où elle bénéficie d'un riche environnement culturel et s'imprègne de politique[1]. Son père, Marc Pulvar, professeur de mathématiques, a été secrétaire national du Mouvement indépendantiste martiniquais (qu'il a également fondé) et secrétaire de la centrale syndicale des travailleurs martiniquais (CSTM)[2]. Sa mère est assistante sociale.

À partir de l'âge de 14 ans, Audrey Pulvar vit entre son île et la France métropolitaine[1]. Bien qu'elle ait passé la plus grande partie de sa scolarité en métropole, elle obtient son baccalauréat aux Antilles avant de retourner en métropole, à Rouen, et d'y décrocher un DEUG de sciences économiques (Université de Rouen). Elle poursuit ses études à l'École supérieure de journalisme de Paris (ESJ) dont elle sort en 1994[3].

Elle entre ensuite dans les bureaux d'ATV comme stagiaire au cours de sa formation à l'ESJ[3]. Elle y sera finalement engagée comme journaliste reporter d'images et devient, dès 1995, présentatrice du journal du soir. C'est enfin, en 1999, qu'elle sera rédactrice en chef adjointe de la chaîne tout en continuant d'assurer ses fonctions de présentatrice. Elle y reste jusqu'en avril 2002, où Jean-Claude Dassier l'engage à la chaîne satellitaire d'information en continu LCI comme pigiste[3]. À partir de décembre, elle travaille simultanément à TV5.

En , elle devient présentatrice du journal télévisé régional de France 3 Marseille[3]. Après quelques remplacements sur l'antenne nationale, elle présente Soir 3 aux côtés de Louis Laforge à partir de . Première femme noire à présenter un journal télévisé sur une chaîne hertzienne française, elle refuse d'y voir un symbole et d'être un porte-drapeau[1].

À partir de , toujours sur France 3, elle présente le journal du soir, le 19/20[1]. Elle présente en outre des émissions spéciales comme la troisième édition des Victoires du jazz, avec Pierre Lescure ou encore Français, à cœur et à cris en . Fin 2008, Audrey Pulvar est l'une des rares « personnalités » de France 3 à participer à la manifestation contre la suppression de la publicité sur France Télévisions[4].

À partir de 2006, elle présente aussi le magazine mensuel Parlez-moi d'ailleurs sur La Chaîne parlementaire.

Audrey Pulvar en mars 2009.

En , quittant France 3, Audrey Pulvar rejoint la chaîne d'information en continu i>Télé afin d'y présenter la tranche 18 h - 20 h en semaine ainsi qu'une interview politique dominicale[4]. Laurent Bignolas lui succède sur France 3 à la présentation du 19/20[5].

Audrey Pulvar, lors d'une émission pour Reporters sans frontières en mars 2011.

En , à la faveur du départ de Nicolas Demorand de la matinale de la station de radio France Inter, elle prend les rênes de la tranche h - h, avec « une place de choix à l'actualité internationale » selon Philippe Val, directeur délégué de la radio[6]. Parallèlement, elle poursuit sa collaboration avec i>Télé mais réduit son émission à une heure de 19 h à 20 h[7]. En , après l'annonce par son compagnon Arnaud Montebourg de sa candidature aux primaires socialistes en vue de l'élection présidentielle française de 2012, la direction d'i>Télé décide de la suspendre d'antenne par souci d’éthique[8]. Quinze jours plus tard, après une polémique sur cette éviction, elle revient à l'antenne pour une interview non-politique de 10 minutes à 19 h 40[9] mais ce rendez-vous est supprimé à la fin de l'année[10]. En , France Inter lui retire son interview de h 50 tout en la confirmant à la présentation de la tranche h - h et en lui confiant une nouvelle chronique à h 37[11]. Fin janvier 2011, elle revient à l'antenne d'i>Télé pour animer à 11 h 40 Arrêt sur l’info, un débat sur des sujets de société sans intervenant politique[12]. Elle quitte la chaine en juillet 2011[13].

En , tout en continuant son émission quotidienne sur France Inter, Audrey Pulvar devient chroniqueuse aux côtés de Natacha Polony dans l'émission On n'est pas couché présentée par Laurent Ruquier sur France 2[14]. En , à la suite de la nomination de son compagnon Arnaud Montebourg au gouvernement de Jean-Marc Ayrault, elle arrête la présentation de la tranche hh de France Inter[15]. À la rentrée 2012, elle n'est pas reconduite dans l'émission On n'est pas couché sur France 2 pour la même raison[16], où Aymeric Caron lui succède[17].

En , Audrey Pulvar est nommée directrice chargée de l'éditorial du magazine Les Inrockuptibles[18]. À partir d', elle est chroniqueuse dans l'émission Le Grand 8 présentée par Laurence Ferrari, sur la chaîne D8[19]. Le vendredi , à la suite de plusieurs polémiques et des mauvais résultats des ventes du magazine[20], Libération annonce la démission d'Audrey Pulvar de son poste de directrice chargée de l'éditorial au sein des Inrockuptibles, et ce après plusieurs mois de conflits avec Matthieu Pigasse, l'actionnaire majoritaire de l'hebdomadaire[21].

En , elle rejoint RTL et devient chroniqueuse dans l'émission On refait le monde de Marc-Olivier Fogiel[22].

Le 12 février 2013, elle anime l'émission Touche pas à mon poste en remplaçant exceptionnellement Cyril Hanouna, parti animer la Nouvelle Star.

En 2013, elle participe à Toute la télé chante pour sidaction sur France 2.

À la rentrée 2013, elle revient sur I télé, au côté de Laurence Ferrari.

À la rentrée 2014, elle remplace[23] Léa Salamé en soirée du lundi au jeudi à la présentation du Grand JT et de l'émission de débat On ne va pas se mentir et anime également le nouveau magazine 18H Politique le dimanche.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Audrey Pulvar participant en 2012 au défilé de mode du Salon du chocolat.

Audrey Pulvar a une fille, née en 1997 d'une précédente relation, et prénommée Charis comme l'un des personnages de William Boyd[1]. Au cours des années 2000, elle vit avec le chef cuisinier Alain Passard[24],

Début 2010, la presse people révèle sa relation avec le socialiste Arnaud Montebourg, alors député et président du Conseil général de Saône-et-Loire. En février, à quelques semaines des élections régionales françaises, le groupe Canal+ décide de ne pas l'écarter de l'antenne d'i>Télé, du moins tant que son compagnon n'exerce pas de mandat gouvernemental[25]. Cependant le parcours politique de son compagnon l'a conduite à être écartée successivement d'i>Télé, de France Inter et de France 2

En novembre 2012, elle annonce qu'elle se sépare d'Arnaud Montebourg[26].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Dessin animé[modifier | modifier le code]

Série historique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Cordélia Bonal, « Du cran à l'écran », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. « Marc Pulvar (1936-2008) », sur Une Autre Histoire (consulté le 9 février 2014)
  3. a, b, c et d Hervé Mbouguen, « Rencontre avec Audrey Pulvar, la nouvelle co-présentatrice du Soir 3 », sur Grioo.com,‎
  4. a et b Isabelle Roberts et Raphaël Garrigos, « Exclu : Audrey Pulvar quitte France 3 pour i-télé » », sur ecrans.fr,‎
  5. Alexandre Raveleau, « Laurent Bignolas remplace Audrey Pulvar au 19/20 », sur toutelatele.com,‎
  6. AFP, « Philippe Val justifie le renvoi de Stéphane Guillon et Didier Porte », sur LeMonde.fr,‎
  7. N.L.-G., « Audrey Pulvar : "Je serai présente de 19h à 20h sur i télé" », sur tele-2-semaines.fr,‎
  8. Renaud Revel, « I>Télé et Arnaud Montebourg suspendent Audrey Pulvar », sur lexpress.fr,‎
  9. Agence France-Presse, « Audrey Pulvar revient sur i-TELE avec un rendez-vous non politique », sur google.com,‎
  10. Mathilde Saez, « Audrey Pulvar : Sa nouvelle chronique sur i-télé déjà supprimée », sur programme-tv.net,‎
  11. Julien Mielcarek, « France Inter : Pascale Clark remplace Audrey Pulvar pour l'interview de h 50 », sur Ozap.com,‎
  12. J.S., « Audrey Pulvar revient sur I-Télé », sur programme-tv.net,‎
  13. Damien Mercereau, « Audrey Pulvar et i>Télé, c'est terminé », sur tvmag.lefigaro.fr,‎
  14. Marc Pellerin, « Ruquier recrute Pulvar à « On n'est pas couché » », sur leparisien.fr,‎
  15. « Montebourg devenu ministre, Pulvar arrête son émission sur France Inter », sur Libération,‎
  16. « Audrey Pulvar ne sera ni sur France Inter, ni sur France 2 à la rentrée », sur JeanMarcMorandini.com,‎
  17. Marc Pellerin, « Aymeric Caron remplace Audrey Pulvar dans « On n'est pas couché » », sur Le Parisien,‎
  18. Alexis Ferenczi, « Audrey Pulvar nommée directrice de la rédaction des Inrockuptibles », sur Le Huffington Post,‎
  19. Muriel Frat (TV Magazine), « Audrey Pulvar rebondit chez Laurence Ferrari sur Direct 8 », sur Le Figaro,‎
  20. « Audrey Pulvar quitte Les Inrockuptibles », Le Figaro,‎ (consulté le 9 février 2014)
  21. rédaction en ligne (La Libre Belgique), « Pulvar quitte Les Inrocks », sur La Libre Belgique,‎
  22. Audrey Pulvar, nouvelle polémiste de « On refait le monde » sur RTL, Puremedias, 8/1/2013
  23. Audrey Pulvar remplace Léa Salamé Nouveautes-Medias.com
  24. Isabelle Léouffre, « Audrey Pulvar enfourche une nouvelle vie », sur parismatch.com,‎
  25. « Pulvar/Montebourg: La journaliste peut rester sur iTélé », sur JeanMarcMorandini.com,‎
  26. Antoine Bayet, « Audrey Pulvar annonce la "fin de sa relation" avec Arnaud Montebourg », sur Europe 1,‎