Victor Cousin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cousin.

Victor Cousin

France

Époque contemporaine

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait par François Séraphin Delpech
(v. 1820).

Naissance le 28 novembre 1792
Paris
Décès 14 janvier 1867 (à 74 ans)
Cannes (Alpes-Maritimes)
Nationalité Drapeau de la France France
École/tradition spiritualisme
Principaux intérêts Histoire de la philosophie
Œuvres principales Fragments philosophiques (1826), Du Vrai, du Beau et du Bien (1836)
Influencé par Platon, Pascal, John Locke
A influencé Sainte-Beuve, Antoine Charma
Célèbre pour éclectisme
Citation « Il vaut mieux avoir de l’avenir que du passé »[1]

Victor Cousin est un philosophe et homme politique français, né à Paris le 28 novembre 1792 et mort à Cannes (Alpes-Maritimes) le 14 janvier 1867.

Philosophe spiritualiste, chef de l'école éclectique, il édita les œuvres de Descartes, traduisit Platon et Proclus, écrivit une Histoire de la philosophie au XVIIIe siècle (1829), Du Vrai, du Beau et du Bien (1853), et plusieurs monographies sur les femmes célèbres du XVIIe siècle.
Il est considéré en France comme le fondateur de la tradition des études d'histoire de la philosophie et le réformateur de l'enseignement philosophique dans les Lycées[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Victor Cousin est le fils d'un ouvrier joaillier au Marché-Neuf et d'une repasseuse. Il est né à Paris, en 1792, dans le Faubourg Saint-Antoine, au moment de la Révolution française, dont il est à sa manière un héritier[3]. Mais c'est le régime scolaire impérial qui permet son éducation et favorise son ascension sociale. À l'âge de dix ans il est envoyé au lycée Charlemagne, où il fait de brillantes études jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Bachelier à quatorze ans, il est agrégé de lettres à vingt et un ans. La formation classique reçue au lycée lui donne un goût vif pour la littérature. Déjà, il est réputé parmi ses camarades pour sa connaissance du grec. Il obtient le prix d'honneur au Concours général de 1810, ce qui lui permet d'être exempté du service militaire et admis de droit à l'École normale supérieure. Il se lie alors avec Guizot et Villemain.

Pierre Laromiguière était alors chargé du cours de philosophie. Dans la deuxième préface aux Fragments philosophiques, où il expose avec franchise les diverses influences philosophiques qui ont marqué sa vie, Cousin parle avec émotion de la reconnaissance qu’il éprouvait en se souvenant de ce jour où il avait entendu Laromiguière pour la première fois. Il prétend que ce jour avait décidé de sa vie entière, car Laromiguière enseignait la philosophie de Locke et de Condillac, en la modifiant intelligemment sur certains points, avec une clarté et une grâce qui, au moins en apparence, faisaient disparaître les difficultés, et avec un charme et une bonhomie spirituelle qui pénétraient et soumettaient.

Cousin, après avoir refusé le poste d'auditeur au Conseil d'État que lui offrait le comte de Montalivet, voulut lui aussi enseigner la philosophie : il fut nommé professeur au lycée Napoléon et obtint rapidement un poste de maître de conférences à l’École normale supérieure. Ses premiers élèves sont Jean-Philibert Damiron et Théodore Simon Jouffroy.

La deuxième grande influence philosophique dans sa vie est l'enseignement de Pierre-Paul Royer-Collard. Cet enseignant, dit-il, par la sévérité de sa logique, la gravité et le poids de chacun de ses mots, l’avait peu à peu détourné, mais non sans résistance, des sentiers battus de Condillac, pour le mener dans la voie qui devait devenir si facile, mais qui était alors pénible à suivre et peu fréquentée, celle de la philosophie du bon sens du philosophe écossais Thomas Reid.

Cousin est nommé suppléant de Royer-Collard dans la chaire d’histoire de la philosophie moderne de la Sorbonne (1815-1821). Honoré de Balzac est l'un de ses élèves les plus admiratifs de 1816 à 1819[4] (les cours de cette période 1815-1820 seront publiés en six volumes entre 1836 et 1842). Cousin est attaché à combattre le scepticisme et entend fonder la philosophie sur le bon sens. Il prend pour méthode sur la psychologie. La métaphysique est réduite à un ensemble de faits intellectuels dont il faut rendre compte. Il entreprend alors de se détacher de l'école écossaise et d'étudier la philosophie de Kant (qu'il lit dans une traduction latine) dont il est ainsi question pour la première fois dans l'université française.

Victor Cousin fit un premier voyage en Allemagne, pendant ses vacances de l'été 1817, au cours duquel il se lia avec Hegel à Heidelberg et d'autres philosophes contemporains. Ce voyage fait suite à un intérêt pour la pensée allemande après Leibniz manifeste dans le cours de 1815-1816 et à une rencontre avec Auguste Schlegel et Madame de Staël pendant l'hiver 1816-1817[5]. Madame de Staël avait écrit dans De l'Allemagne que « la nation allemande peut être considérée comme la nation métaphysique par excellence[3] ». Hegel dit que Cousin est venu en Allemagne faire des « courses philosophiques[3] ». Il lui offre un exemplaire de son Encyclopédie des sciences philosophiques. Les deux hommes ont des vues politiques qui les rapprochent (la lutte contre le cléricalisme et le conservatisme, la monarchie constitutionnelle, l'héritage révolutionnaire et impérial).

À son retour, Cousin se détourne de la philosophie écossaise pour se tourner vers la métaphysique de Kant, Fichte, Schelling et Hegel. Il introduit les notions d'absolu et d'idéal dans la philosophie française. Il concilie la métaphysique et la psychologie en prenant le moi comme principe.

Un autre penseur qui l'influença dans cette première période fut Maine de Biran, dont Cousin considérait qu’il était de son temps en France un observateur psychologique hors pair.

Victor Cousin
(photographié par Nadar).

En 1817, il prononce son cours sur le beau, à l'École normale puis à la Faculté des lettres de Paris, qui lui assure une audience considérable parmi ses contemporains. Ce cours imprimé par la suite sous le titre Du Vrai, du Beau et du Bien et constamment revu par la suite restera son ouvrage le plus célèbre et l'exposé le plus général de sa philosophie, bien qu'il soit depuis lors tombé dans l'oubli.

Il y expose sa méthode de l'éclectisme qui consiste à étudier les différents systèmes de l'histoire de la philosophie et à les juger et pour en distinguer les éléments de vrai et de faux et parvenir à un système valable du point de vue d'une raison impersonnelle. Il ne s'agit donc pas de concilier entre elles toutes les écoles de philosophie, mais il ne s'agit pas non plus, comme pour Hegel, de considérer le faux comme un moment du vrai. La méthode éclectique est en ce sens le contraire de la méthode dialectique[3].

L'éloquence de Cousin excite un vif enthousiasme parmi la jeunesse. Son cours est suspendu à cause de ses idées libérales en 1821. Victor Cousin, privé de tout emploi public par suite du licenciement de l'École normale supérieure, doit devenir précepteur d'un des fils du maréchal Lannes, et s'occupe alors à des éditions des œuvres inédites de Proclos (texte grec avec commentaire latin, 1820-1827, 6 vol. in-8 ; 2e édit., 1865, 1 vol. in-4) et des œuvres complètes de Descartes (1826, 11 vol. in-8) ainsi qu'à une traduction des œuvres complètes de Platon (1825-1840, 13 vol. in-8).

Il fait un second voyage en Allemagne où, accusé de carbonarisme[6], il fut arrêté à Dresde (1824) sur dénonciation des autorités françaises et transféré à Berlin avant d'être libéré, grâce à l'intervention de Hegel et sur les instances du représentant diplomatique de la France[7]. Assigné à résidence à Berlin jusqu'en avril 1825, il fréquente plus assidument Hegel et fait la connaissance de ses disciples comme Eduard Gans ou Heinrich Gustav Hotho. Il obtient des cahiers de cours de Hegel sur la philosophie de l'histoire, l'histoire de la philosophie et l'esthétique qu'il mettra à profit pour son propre enseignement[8].

Cousin revient néanmoins en France assez découragé[9]. Le ministère libéral dirigé par Martignac lui permit de retrouver sa chaire d'Histoire de la philosophie moderne en Sorbonne (5 mars 1828) aux côtés de Villemain et de Guizot. Il prononce un cours célèbre qui marque sa réapparition triomphale sur la scène académique et qui est peut-être un manifeste de politique libérale autant qu'un cours de philosophie[10].

C'est à cette période que se rapporte ce témoignage de Jules Barthélemy-Saint-Hilaire[11] :

« La personne de l'orateur devait contribuer à la magie qu'il exerçait. M. Cousin avait alors trente-six ans. Il était dans toute sa virilité. Sa taille était assez élevée, et il était très bien fait ; ses yeux lançaient à tout moment des éclairs ; les traits de la figure étaient réguliers, et d'une beauté sculpturale ; la physionomie très expressive et mobile, attestait l'habitude de la pensée et du travail ; quelques rides sur le front et des joues amaigries étaient loin de déparer l'ensemble. La voix était sonore, d'un timbre qui n'était, ni trop grave, ni trop aigu ; elle n'avait rien de précipité, et elle n'était pas lente. Elle se faisait entendre dans toutes les parties de la salle ; pas un mot n'était perdu. Une chevelure très brune et très abondante surmontait le visage, qu'encadrait un collier de barbe allant sous le menton. Le costume était l'habit et le pantalon noirs. Le geste était sobre ; et comme il n'était pas fréquent, il ne pouvait pas détourner l'attention des auditeurs[12].  »

Après la Révolution de 1830, Victor Cousin est nommé professeur titulaire à la Sorbonne, membre du Conseil royal de l'Instruction publique, commandeur de la Légion d'honneur, directeur de l'École normale supérieure, conseiller d'État et pair de France (11 octobre 1832). On dit qu'il devient le « roi des philosophes » comme Louis-Philippe Ier devient le « roi des Français[13] ».

Il écrit alors à Schelling : « Il y a ici un parti nombreux et puissant qui me déteste. D'abord il me déteste pour la guerre que j'ai faite, depuis ma première jeunesse, à la mauvaise philosophie qui régnait dans ce pays. Ensuite il me déteste parce que je ne me suis pas prêté à détruire de plus en plus le peu de monarchie qu'il nous reste. Il me déteste surtout parce que je défends opiniâtrement l'intervention de la religion dans l'éducation du peuple[14]. »

Elu à l'Académie française en remplacement du baron Joseph Fourier le 18 novembre 1830, après avoir battu Benjamin Constant, il est reçu par l'abbé de Feletz le 5 mai 1831. Académicien, il soutient les candidatures de Victor Hugo, de Falloux et Lacordaire et fait partie de la Commission du Dictionnaire. Il fut également nommé à l'Académie des sciences morales et politiques en 1832 lors de sa réorganisation.

Après avoir rempli des missions scientifiques en Prusse et aux Pays-Bas, il devient ministre de l'Instruction publique dans le second ministère Thiers du 1er mars au 28 octobre 1840. Son influence est immense et on peut le considérer comme l'instigateur de l'œuvre scolaire qui sera accomplie par la III° république. Président du jury de l'agrégation de philosophie à partir de 1840, il exerce un pouvoir absolu sur l'enseignement de cette discipline dont il contrôle aussi bien le contenu doctrinal que la transmission[15]. Il attache son nom au nouveau programme de philosophie et prend quelquefois la parole à la Chambre des pairs sur des questions d'éducation.

En 1844, il prononce ainsi un discours sur la Défense de l'université et de la philosophie à propos de la loi sur l'instruction secondaire[16]. Les pairs veulent supprimer l'enseignement de la philosophie dans les collèges, car ils s'inquiètent que l'on mette la jeunesse en contact avec la philosophie[17]. Cousin répond en disant que l'on peut enseigner la métaphysique dès l'âge de quinze ans. Il argue que la philosophie de Descartes, que le duc de Broglie considère appropriée pour l'université, n'est pas dangereuse, que le doute cartésien vise seulement à établir l'existence de l'âme et celle de Dieu tout comme Fénelon et Bossuet. Cousin fait certes un amalgame historique assez grossier, mais il dénote, comme l'explique Derrida, une « habilité oratoire et une rhétorique politique très sûres » et sans équivalent parlementaire[18].

Sous le Second Empire, Cousin se consacra exclusivement aux lettres, fut nommé professeur honoraire à la Sorbonne en novembre 1855 et se retira à Cannes. Il se plongea dans l'étude de l'histoire des femmes célèbres du XVIIe siècle.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Éclectisme[modifier | modifier le code]

La philosophie de Victor Cousin est exposée de façon systématique dans son cours de philosophie de 1818 intitulé Du Vrai, du Beau, du Bien (publié en 1836). Cousin définit la méthode de l'éclectisme en histoire de la philosophie et prend position par rapport aux différentes écoles philosophiques du XVIIIe siècle. Il défend une forme de spiritualisme qu'il considère comme un rationalisme distingué à la fois de l'empirisme et du mysticisme. Il s'interroge sur le fondement des idées absolues du vrai, du beau et du bien, fondement qu'il appelle Dieu.

Il considère que la religion chrétienne est la philosophie du peuple, mais que « la philosophie est une chose, et la religion en est une autre; il les faut laisser chacune dans leur ordre[19]. » Il souhaite également que « la religion chrétienne (...) s'affermisse et se répande de jour en jour davantage; elle maintient en effet et répand avec elle de nobles croyances, favorables à la philosophie elle-même, à la vertu, au patriotisme, à tout ce qui fait la grandeur de l'homme sur la terre » et que la philosophie ne se mêle de « querelles qui ne la regardent point, et où elle ne pourrait que compromettre sa légitime indépendance[19]. »

Cousin a publié en outre de nombreux travaux rassemblés dans les différents volumes de Mélanges.

Histoire de la philosophie[modifier | modifier le code]

Il a participé au renouveau des études sur Platon et sur Aristote. Il a traduit en français l'œuvre de Platon et il a édité également les œuvres de Proclus et de Descartes. Il a fait connaître en France la philosophie de l'idéalisme allemand et encouragé les traductions des œuvres de Kant, de Fichte, de Hegel et de Schelling. En tant qu'historien, il a étudié particulièrement le XVIIe siècle français et a contribué de façon originale à l'histoire de la littérature avec ses études sur les femmes écrivains.

Institutions[modifier | modifier le code]

Son œuvre la moins négligeable et la plus durable est certainement sa politique de l'enseignement et l'organisation de l'institution philosophique en France dont il fut l'un des principaux artisans mais qui est également contestée.

L'image de Victor Cousin qui a fini par s'imposer, d'après Pierre Macherey, est généralement négative[20]. Le nom même de « philosophie » est mis en question pour désigner une œuvre qui relèverait plus de la « politique » et du « conformisme ». Il n'en reste pas moins que Victor Cousin représente une forme de « philosophie à la française » qu'il s'agit d'étudier à la fois « dans sa dimension théorique et pratique » comme « ensemble d'appareils et d'institutions », de dispositifs de « transmission des idées » qui « subsistent encore de nos jours[21] ».

Jugements[modifier | modifier le code]

« Son infatigable activité d'esprit ne se confinait pas à une sphère ; il entrait dans toutes : histoire, critique, érudition politique, et la philosophie enfin, qui fut longtemps sa place forte et son quartier général avec drapeau. »

— Sainte-Beuve, [réf. souhaitée]

« Le style de M. Cousin a de la grandeur, il a la ligne ouverte et le dessin large. On dirait, vraiment, que c'est un personnage du XVIIe siècle qui écrit ; il a l'élévation de ton aisée, naturelle, l'ampleur du tour, la propriété lumineuse et simple de l'expression. »

— Sainte-Beuve, [réf. souhaitée]

« Le fond du cœur de cet homme-là, quoi qu'il fasse pour le montrer calme, est froid et vide. Sa vie est triste et rien n'y rayonne, j'en suis sûr. Mais il t'a beaucoup aimée et il t'aime encore d'un amour profond et solitaire, cela lui durera longtemps. Sa lettre m'a fait mal. J'ai découvert jusqu'au fond l'intérieur de cette existence blafarde, remplie de travaux conçus sans enthousiasme et exécutés avec un entêtement enragé qui, seul, le soutient. Ton amour y jetait un peu de joie, il s'y cramponnait avec l'appétit que les vieillards ont pour la vie. Tu étais sa dernière passion et la seule chose qui le consolât de lui-même. Il est, je crois, jaloux de Béranger. La vie et la gloire de cet homme ne doivent pas lui plaire. »

— Gustave Flaubert, , Lettre à Louise Colet[22]

« Son nom est devenu le symbole d'une manière de penser creuse… »

— Pierre Macherey, Corpus[23]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Un professeur de philosophie est un fonctionnaire de l'ordre moral, préposé par l'État à la culture des esprits et des âmes au moyen des parties les plus certaines de la philosophie »[24]
  • « Dieu a fait la raison pour apercevoir la vérité comme il a fait l'œil pour voir et l'oreille pour entendre. » (Du vrai, du beau et du bien)
  • « Un Dieu qui nous est absolument incompréhensible est un Dieu qui n'existe pas pour nous. » (Introduction à l'histoire de la philosophie)
  • « Nous partons de l'homme pour arriver à tout, même à Dieu. » (Discours politique).
  • « La lumière appartient à celui qui sait ouvrir les yeux. Ceci est l’une des volontés de Dieu. »
  • « La vraie liberté n'est pas de faire ce qu'on veut, mais ce qu'on a le droit de faire », extrait de « Du vrai, du beau et du bien ».

Bibliothèque Victor Cousin[modifier | modifier le code]

La rue Victor-Cousin à Paris : façade de l'université de la Sorbonne

Divers[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres de Victor Cousin[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • 1820 - 1827 : Procli philosophi Platonici opera, 6 vol.
  • 1826 : Fragments philosophiques
  • 1827 : Eunape, pour servir à l'histoire de la philosophie d'Alexandrie
  • 1828 : Nouveaux fragments philosophiques. Cours de l'histoire de la philosophie
  • 1829 : Histoire de la philosophie au XVIIIe siècle, 2 vol.
  • 1833 : De l'instruction publique en Allemagne, et notamment en Prusse, 2 vol.
  • 1835 : De la métaphysique d'Aristote
  • 1836 : Ouvrages inédits d'Abélard pour servir à l'histoire de la philosophie en France
  • 1837 : De l'instruction publique en Hollande
  • 1840 : Cours de philosophie morale. Philosophie scolastique
  • 1841 : Cours d'histoire de la philosophie moderne. Recueil des actes du ministère de l'Instruction publique du 1er mars au 28 octobre 1840. Cours d'histoire de la philosophie morale au XVIIIe siècle, 5 vol.
  • 1842 : Leçons sur la philosophie de Kant. Des pensées de Pascal
  • 1843 : Introduction aux œuvres du père André. Fragments littéraires
  • 1844 : Du scepticisme de Pascal. Défense de l'université et de la philosophie
  • 1845 : Jacqueline Pascal
  • 1846 : Œuvres de Platon
  • 1846 : Fragments de philosophie cartésienne
  • 1846 : Philosophie populaire
  • 1848 : Justice et charité
  • 1850 : De l'enseignement et de l'exercice de la médecine et de la pharmacie
  • 1852 : La jeunesse de Mme de Longueville
  • 1853 : Mme de Longueville pendant la Fronde
  • 1854 : Mme de Sablé
  • 1855 : Premiers essais de philosophie
  • 1856 : Mme de Chevreuse. Mme de Hautefort
  • 1857 : Fragments et souvenirs littéraires
  • 1857 : Philosophie de Kant (3e éd) - Cours 1er semestre 1820 en huit leçons + esquisse d'un système de philosophie morale et politique -
  • 1858 : Du vrai, du beau et du bien (Cours de philosophie professé à la Faculté des Lettres pendant l'année 1818 par Victor Cousin sur le fondement des idées absolues du vrai, du beau et du bien, publ. ... par Adolphe Garnier, original: Du vrai, du beau et du bien, Paris 1836)
  • 1859 : De la société française au XVIIIe siècle, d'après le grand Cyrus, 2 vol
  • 1861 : Philosophie de Locke
  • 1862 : Philosophie écossaise
  • 1863 : Philosophie sensualiste au XVIIIe siècle
  • 1864 : Philosophie de Kant (4e éd)
  • 1865 : La Jeunesse de Mazarin

Textes sur Victor Cousin[modifier | modifier le code]

  • « Victor Cousin », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition]
  • Hippolyte Taine, Les philosophes français du XIXe siècle, Paris, 1857
  • Paul Janet, Victor Cousin et son œuvre, 1885 (disponible sur le site Gallica)
  • Jules Simon, Victor Cousin, Paris, Hachette, 1887 sur le site Gallica
  • Giuseppe Ferrari, Les philosophes salariés, Paris, Slatkine, 1980
  • Jules Barthélemy-Saint-Hilaire, M. Victor Cousin, sa vie et sa correspondance, 2 vol., Paris, Hachette, 1895
  • Michel Espagne et Michael Werner, Lettres d'Allemagne. Victor Cousin et les Hégéliens, Du Lérot, Tusson, 1990.
  • Jacques Derrida, Du Droit à la philosophie, Paris, Galilée, 1990
  • Patrice Vermeren (dir.), Victor Cousin, Corpus, no 18-19 (1991) [3]
  • Jean-Pierre Cotten, Autour de Victor Cousin: Une politique de la philosophie, Les Belles Lettres, Paris, 1992.
  • Patrice Vermeren, Victor Cousin : le jeu de la philosophie et de l'État, Paris, L'Harmattan, 1995
  • Eric Fauquet (dir.), Victor Cousin Homo theologico-politicus.Philologie,philosophie,histoire littéraire , Paris, Kimé, 1997.
  • Michel Espagne, En deçà du Rhin. L’Allemagne des philosophes français au XIXe siècle, ch. 1, Paris, Cerf, 2004.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Introduction à l'histoire de la philosophie par Victor Cousin et Louis Hauman, Société Belge de Librarie, 1840, p. 16.
  2. Denis Huisman :« De Socrate à Foucault ( pages célèbres de la philosophie occidentale » , Perrin Paris 1989.
  3. a, b, c et d Macherey, 1991.
  4. Graham Robb, Balzac, a biography, Norton & Company, New York, 1994, p. 48 (ISBN 0393036790)
  5. Victor Cousin, « Souvenirs d'Allemagne », dans Mélanges philosophiques, V, Paris, 1862, cité dans Cotten 1992, p. 219, 220 : Victor Cousin cite Fichte et Schelling dès 1815-1816.
  6. Victor Cousin, sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques.
  7. André Stanguennec, Hegel : une philosophie de la raison vivante, Paris, Vrin, 1997, p. 15.
  8. Hegel, Esthétique. Cahier de notes inédit de Victor Cousin, éd. Alain Patrick Olivier, Paris, Vrin, p. 18 [1].
  9. « Je trouve les affaires publiques si déplorablement conduites que je ne veux pas m'en occuper. Pythagore m'occupe plus que M. de Villèle, et j'en suis à ne pas comprendre M. Royer-Collard, mon meilleur ami politique, qui essaye de se placer entre deux partis aveugles qui ne le comprennent pas. » (Victor Cousin à Félicité de Lamennais, 11 février 1826, cité par le Dictionnaire des parlementaires français).
  10. D'après Jean-Pierre Cotten, « Hegel dans la voix de Cousin », L'Humanité, 06/10/2005 [2].
  11. Jules Barthélemy-Saint-Hilaire (1805-1895) sera l'exécuteur testamentaire de Victor Cousin.
  12. in : M. Cousin, sa vie, sa correspondance, Paris, Hachette, 3 vol. in-8, p. 240. Le témoignage de Paul-François Dubois (1793-1874) va dans le même sens : « M. Cousin, debout dans sa chaire, dominant tout l'auditoire, paraissait tirer des profondeurs de la méditation ses pensées, trahies seulement par le feu de son regard noir et flamboyant, montant pour ainsi dire tout armées, ou se dégageant dans le trajet, pour tomber comme des perles dans l'écrin d'une phrase accomplie. »
  13. Cité par Éric Puisais, La Naissance de l'hégélianisme français, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 143.
  14. Introduction de Dominique Bourel, directeur de recherches au CNRS, in Victor Cousin, Souvenirs d'Allemagne, Paris, CNRS éditions, 2011, p. 16
  15. Denis Huisman : « De Socrate à Foucault ( pages célèbres de la philosophie occidentale) » Perrin Paris 1989.
  16. Défense de l'université et de la philosophie, Paris, Joubert, 1845.
  17. Jacques Derrida, Du Droit à la philosophie, Galilée, 1990, p. 186.
  18. Derrida, 1990, p. 191.
  19. a et b in Victor Cousin, Souvenirs d'Allemagne, Paris, éditions du CNRS, 2011, p.209
  20. Pierre Macherey, « Les Débuts philosophiques de Victor Cousin », Corpus, 1991, p. 29-49.
  21. Pierre Macherey, 1991, p. 29.
  22. Lettre du 22 septembre 1846, Correspondance, I, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1973, p. 358.
  23. Corpus n°18-19, « sur V. Cousin », p. 29-49, 1991, texte en ligne.
  24. Cité par Jacques Derrida, Du Droit à la philosophie, Galilée, 1990, p. 194.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]