Écologie urbaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’écologie urbaine étudie l'ensemble des problématiques environnementales concernant le milieu urbain ou périurbain.
Elle vise à articuler ces enjeux en les insérant dans les politiques territoriales pour limiter ou réparer les impacts environnementaux et améliorer le cadre de vie et la qualité de vie des habitants.

Cette notion a parfois un sens plus restrictif, désignant spécifiquement l'écologie des organismes vivants dans une zone urbaine, principalement représentés par les espaces verts, publics et privés et les animaux sauvages - mais cet usage tend à se raréfier.

Exemple d'indicateurs (retenus par le programme URBIO), sous l'égide de l'ONU (PNUE)

Histoire[modifier | modifier le code]

Même si les jardins de Babylone sont parfois invoqués, c'est l'École de Chicago qui est réputée être à l'origine du premier courant d'écologie urbaine, et même indirectement à l'origine de l'expression francophone « écologie urbaine »[1], avec une approche peu liée à l'écologie scientifique[2], l'écologie urbaine y trouvant néanmoins une première expression avec les études sociologiques de l'École de Chicago, au début du XXe siècle. Cette école marque aussi le début de l'application des sciences sociales à la ville, et plus généralement au phénomène urbain. L'écologie urbaine postule une interdépendance entre le citadin et son environnement urbain, que la notion d'empreinte écologique élargira à la planète dans les années 1990-2000. La ville d'abord décrite sous forme d'aires plus ou moins naturelles (schémas concentriques de Burgess) par l'école de Chicago est vue comme un lieu source et puits, de flux et d'énergies, avec des impacts directs et indirects complexes vis-à-vis de la biodiversité et de la biosphère ou du climat. Il y règne des relations particulières entre citadins, et la communauté urbaine est à la fois un modèle spatial et un ordre moral (Robert Park). Quelques modèles utopiques fouriéristes ou la cité-jardin telle qu'imaginée par Ebenezer Howard, ou à la française seront quelques-uns des modèles socio-urbanistiques qui seront plus ou moins dissous dans la généralisation de la périurbanisation et de rurbanisation qui rendent plus floues les limites de l'écologie urbaine qui pourtant reste un cadre, par exemple pour la restauration, la protection ou la gestion d'une certaine biodiversité en ville, cette biodiversité étant elle-même vue comme bioindicateur ou indicateur de développement soutenable dans le cadre par exemple des agendas 21 (puis du Grenelle de l'Environnement en France).

À la fin du XXe siècle, le rapport Brundtland fait l'un de ses focus (chap. 9[3]) sur l'importance croissante de la ville dans le monde, alors que l'humanité devenait de plus en plus urbaine (« En 60 ans seulement, la population urbaine des pays en développement s’est multipliée par dix. Elle était de l’ordre de 100 millions en 1920 et elle approche du milliard en 1980. En même temps, sa population rurale a plus que doublé ».), et alors que la naturalité des campagnes régressait, les sentiments à l'égard de la nature changent, se traduisant notamment par une volonté de plus de nature en ville. L'aménagement urbain évolue et selon Paul Rookwood[4] des politiques urbaines pragmatique appuyés sur des analyses scientifiques approfondies peuvent contribuer à la conservation de la biodiversité, quand elles permettent un processus de planification urbaine plus écologique et efficace, proactif plutôt que réactif, à la fois visionnaire et pragmatique, adapté au contexte local (Cf. ressources disponibles), prescriptif et pas seulement pédagogique ou informatif, identifiant et hiérarchisant dans l'espace des modalités et des lieux de protection et restauration, répondant aux procédures d'études d'impact et de mesures compensatoires (à moyen et à long terme), en surmontant la tendance inhérente des projets à fragmenter les habitats naturels, en portant l'accent sur une planification perturbant moins les habitats et les systèmes et en fournissant des bases rationnelles pour mieux coordonner les exigences spécifiques des projets d'atténuation, avec des mécanismes financiers efficaces pour compenser les pertes importantes d'opportunité économique, en construisant des politiques de consensus et le soutien public via un processus ouvert et responsable, régulièrement évalué et le cas échéant corrigé et non simplement consultatif[4].

De nouveaux concepts tels que l' urbotanique[5], l'agriculture urbaine intégrée apparaissent.

L'écologie urbaine et le concept de ville soutenable[modifier | modifier le code]

L'écologie urbaine est un concept qui rapproche les enjeux écologiques à la vie en ville. Il défend une approche transverse sur tous les thèmes ayant trait à la promotion d'un mode de vie soutenable en zone urbaine : transport, urbanisme, habitat, lutte contre la pollution, démocratie et économie locale…
Le concept des villes durables est mieux connu. Au niveau mondial et européen, des réseaux de villes durables (sustainable cities) se sont constitués, notamment autour de l'ICLEI (Conseil international pour les initiatives environnementales locales ou International Council for Local Environmental Initiatives, fondé en 1990), qui réunit en 2006 près de 500 gouvernements, villes ou collectivités régionales engagées dans la voie du développement soutenable.

Tendances[modifier | modifier le code]

Noue plantée d'essences locales et accompagnée d'une haie aidant à l'infiltration et épuration de l'eau ; ZAC de la Garenne, Arques, Pas-de-Calais.
Noue implantée entre route et trottoir dans une zone très urbaine (Seattle, États-Unis), jouant également une fonction de support ou abri pour la biodiversité

Après le sommet de la terre de Rio (juin 1992), sont apparues des concepts tels que celui de ville renouvelée sur elle-même, et d'une construction cherchant à rembourser sa « dette écologique », et réduire son empreinte écologique, par exemple via une quinzième cible HQE. Ces démarches se développent, ainsi que les Agenda 21 qui commencent à se traduire dans les documents et règlements d'occupation du sol. Paris a par exemple introduit dans son Plan local d'urbanisme (PLU) la notion de « Coefficient de biotope » qui dépasse le nombre de mètres carrés d'espaces verts par habitant, l'indicateur le plus utilisé, en introduisant aussi des critères de qualité écologique des espaces.
Les aménageurs n'ayant pas toujours dans le passé respecté leurs obligations en matière d'espaces libres (50 % du projet) où souvent la végétation était pauvre et sur une couche de terre insuffisante, le nouveau PLU interdit les espaces libres sur dalle, au profit d'aménagement « en pleine terre » de 20 % du terrain situé (soit 40 % des espaces libres), en créant des surfaces végétalisées supplémentaires selon le déficit mesuré par la ville dans la zone.(sur 20 à 30 % des espaces libres). Si ces aménagements ne sont pas possibles, l'aménageur doit créer des toitures, terrasses et/ou des murs végétalisés.

La Commission européenne soutient un « réseau européen des cités vertes » (European Green Cities Network ou EGCN) créé en 1996 en lien avec le projet « EU Thermie project European Green Cities », d'abord conçu comme un forum pour disséminer les bonnes pratiques de construction durable et exemples d'initiatives d'urbanisme durable[6] puis fédérant et encourageant des démarches citoyennes et de collectivités voulant construire en économisant l'énergie, et voulant redonner de la place à la nature en ville pour la rendre plus vivable et durable, en contribuant au lien social, à la santé[7] et à la protection de l'environnement et en considérant que ces bienfaits sont aussi source de richesse patrimoniale (économique, sociale et environnementales) ; c'est le thème des 4e assises européennes du paysage en 2009[8].

En France, dans la stratégie nationale pour la biodiversité, un des 6 « engagements de l’État » (19 mai 2011) ses engagements pour la SNB ; était de Restaurer des milieux naturels et des continuités écologiques y compris des « trames vertes et bleues urbaines[9] » avec valorisation de friches industrielles et portuaires (en lien avec les 37 actions du plan d’actions « Restaurer et valoriser la nature en ville »[10]) tout en luttant contre les espèces invasives notamment présentes en ville. Un premier bilan fait en 2012 cite quelques actions engagées (film, outil pédagogique, note sur l'intégration de la nature dans les Plans locaux d'urbanisme[11], et des actions repoussées, faute de budget selon le gouvernement (« Atlas de la Biodiversité Communale » (ABC) initialement prévu pour 2012 et élaboration d’un indicateur d'accessibilité des espaces verts) et en raison d'une « faible implication des acteurs ». Sont prévus pour 2012-2013 « un kit pédagogique destiné aux élus, un portail d’informations dédié à la nature en ville et la tenue d’une conférence nationale en 2013 »[12].

Sujets dignes d'intérêt[modifier | modifier le code]

Communément, l'écologie urbaine traite des thématiques suivantes :

Un des défis de l'écologie urbaine est de conserver une place pour la biodiversité en ville, ce qui implique de lutter contre la fragmentation écologique en maintenant ou restaurant des continuités dans les villes morcelées par les routes (ici Rotterdam, aux Pays-Bas)
Un autre enjeu, pour la biodiversité, mais aussi pour la qualité de vie et les économies d'énergies, est celui de la restauration et protection d'un environnement nocturne de qualité, en limitant mieux la pollution lumineuse
Les villes ne sont pas toujours des déserts biologiques ni dépourvues d'intérêt pour la biodiversité, végétale notamment. Au Japon, Akira Miyawaki a montré que les cimetières, les temples et certains boisements étaient de véritables reliques de la forêt préhistorique, tel la forêt de Tadasu No Mori, près du centre de Kyoto

Après une période surtout consacré aux inventaires d'espèces et expérimentations de gestion différentiée, les acteurs tendent à chercher à comprendre les liens entre Biodiversité urbaine (ordinaire ou non) et fonctionnement écologique et services écosystémiques[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir page 122, in Soubeyran Olivier. Imaginaire disciplinaire et écologie urbaine. In: Quaderni. N. 43, Hiver 2000-2001. Écologie urbaine. p. 117-133. doi:10.3406/quad.2000.1476 Consulté 2011-11-06
  2. Cette expression est le titre d'un ouvrage de Grafmeyer et Joseph, paru en 1979.
  3. Notre avenir à tous - Rapport Brundtland/Chapitre 9, sur Wikisource
  4. a et b Paul Rookwood, Landscape planning for biodiversity ; Landscape and Urban Planning Volume 31, Issues 1-3, février 1995, pages 379-385 Ecological Patterns and Processes in European Agricultural Landscapes ; doi:10.1016/0169-2046(94)01064-F (Résumé, en anglais)
  5. Tela Botanica, [Carnets d’une urbotaniste], De la botanique inattendue ! Étude sur la mutation de la nature en milieu urbain, brève du jeudi 8 septembre 2011
  6. Site « réseau européen des cités vertes »
  7. Tzoulas, K., K. Korpela, S. Venn, V. Yli-Pelkonen, A. Kazmierczak, J. Niemela et P. James, 2007, Promoting ecosystem and human health in urban areas using Green Infrastructure : A literature review. Landscape and Urban Planning, vol. 81, 167-178
  8. 26-28 octobre, Strasbourg (Site Internet des assises 2009)
  9. Philippe Clergeau, « Services écologiques et Trame Verte Urbaine », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 12 | mai 2012, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 06 février 2013. URL : http://vertigo.revues.org/11834 ; DOI : 10.4000/vertigo.11834
  10. Plan [Restaurer et valoriser la nature en ville], prévu par le Grenelle de l'environnement, annoncé en juin 2009 et le 13 novembre 2010
  11. ETD, Intégrer la nature en ville dans le Plan local d’urbanisme - Observation, analyse, recommandations La note réalisée par Etd
  12. Tiphaine Kervadec, Nature en ville, Premier comité de suivi du Plan national «Restaurer et valoriser la nature en ville», 2012-01-25
  13. [PDF] Rôles des arbres et des plantes grimpantes en milieu urbain, janvier 2007, par Yann Vergriete et Michel Labrecque, ;
  14. Comité français de l’UICN Panorama des services écosystémiques fournis par les milieux naturels en France ; Les écosystèmes urbains, vol 2.3 ; PDF, 20 pages

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Nature dans la ville ; biodiversité et urbanisme, avis et rapport du Conseil économique et social français, rédaction Bernard Reygrobellet ; Éditions des Journaux officiels. (Télécharger ce rapport 182 pages)
  • Adams L.W., Urban wildlife habitat, a landscape perspective. University of Minnesota Press, Minneapolis, 1994
  • Clergeau Philippe (écologue, Inra Rennes) Une écologie du paysage urbain, éditeur : Apogée, septembre 2007, 136 pages, ISBN 2-84398-288-X et ISBN 978-2-84398-288-0
  • Goode D. A. , article intitulé « Urban Nature Conservation in Britain », The Journal of Applied Ecology, Vol. 26, No. 3 (décembre 1989), p. 859-873, doi:10.2307/2403697 (Lien)
  • Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, L'École de Chicago : naissance de l'écologie urbaine, Armand Colin, Paris, 1979
  • Ekhart Hahn, Okologische Stadtplanung, Haag & Herchen, Frankfurt, 1987
  • Ekhart Hahn, Ecological Urban Restructuring, Theoretical foundation and concept for action, Wissenschaftszentrum - Paper FS II 91-402, Berlin, 1991 (Lien)
  • David Rudlin et Nicholas Falk, Building the 21st Century Home - The Sustainable Urban Neighbourhood, Architectural Press, Oxford, 1999
  • Douglas Farr, Sustainable Urbanism - urban design with nature, Wiley, Hoboken, 2008, 304 pages, ISBN 978-0-471-77751-9
  • CERTU, Aménager avec le végétal pour des espaces verts durables (PDF - 326,4 ko); éditions du CERTU ; Coproduction ministère du Développement durable, CNVVF, FNCAUE, CERTU en collaboration avec l’AFDJEV, l’UNCPIE, Plantes et cité, la RN2D, la SNHF
  • Gilbert O.L., The ecology of urban habitats. Chapman & Hall, Londres, 1980.
  • Lizet B., Wolf A.E., Celecia J., coord., Sauvage dans la ville, hommage à P. Jovet. Revue d’ethnobiologie JATBA, MNHN éd., Paris, 1997.
  • Chaïb, Jérôme  ; Thorez, Jean-Paul ; (préface de Nicolas Hulot) ; Écocitoyen au quotidien : La maison, le jardin, le quartier ; Ed Sang de la terre, Collection Écologie urbaine, (Extrait/Google book)
  • Mehdi Lotfi,Weber Christiane, Di Pietro Francesca, Selmi Wissal (2012), "Évolution de la place du végétal dans la ville, de l’espace vert a la trame verte", VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 12 Numéro 2. URL : http://vertigo.revues.org/12670

Liens externes[modifier | modifier le code]