Neom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Neom
Image dans Infobox.
Nom local
نيوم
Géographie
Pays
Entité territoriale administrative
Superficie
26 500 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Entité territoriale administrative de l'Arabie saoudite (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondation
Fondateur
Identifiants
Site web

Neom est un projet de ville futuriste située au Nord-Ouest de l'Arabie saoudite, à proximité de la Jordanie, de l'Égypte et d'Israël.

Description[modifier | modifier le code]

Le nom Neom est une association de neo (nouveau en grec) et M pour Mostaqbal (futur en arabe)[1].

En plein cœur du désert, ce projet pharaonique est amorcé par le prince Mohammed ben Salmane ben Abdelazize Al Saoud. Neom aurait une superficie de 26 000 km2 à 26 500 km2, soit la surface de la Bretagne ou « 250 fois la taille de Paris » et coûterait plus de 500 milliards de dollars. Neom empiète sur l'ancien Royaume du Hedjaz et forcera quelque 20 000 membres de la tribu des Howeitat à quitter un territoire qu'ils occupent depuis des siècles[2].

La direction du projet est confiée à Klaus Kleinfeld[3], membre du groupe Bilderberg[4]. La première partie des travaux devrait être achevée en 2025[1],[5],[6],[7].

Un système complet d'e-gouvernement assurera la vie administrative et sociale de la ville[6]. Celle-ci sera organisée comme une société privée dans laquelle il sera possible d'acheter des parts en bourse et qui aura son propre conseil d'administration[8].

Outre un accès internet à haut débit sans fil, les résidents disposeront de valets robotisés, de taxis drones volants et d’une lune artificielle. Un système de reconnaissance faciale couvrira tout le territoire[2]. Un projet de pont qui traverserait le golfe d'Aqaba pourrait relier cette ville à l'Égypte[9].

Conçu comme une réponse à la Silicon Valley, la ville veut être alimentée en énergie renouvelable et devenir un centre de biotechnologie, de média et de divertissement[10]. Ses concepteurs avancent que la ville pourrait générer le plus fort PIB par habitant au monde d'ici à 2030[1]. L'utopie du projet pousse certains critiques à le comparer au film Bienvenue à Gattaca[3].

Mohammed ben Salmane a reconnu, à la suite de l'assassinat de Jamal Khashoggi, que « Personne n'investira dans le projet »[11][pas clair].

Au début de l'année 2016, lorsque le projet Neom a été lancé, Mohammed ben Salmane avait promis aux Howeitat qu'ils en feraient partie et participeraient au développement et à l'amélioration de la zone. Cependant, en 2020, la tribu a été contrainte de quitter sa terre sans logement. De plus, dans la même période, les autorités saoudiennes ont arrêté, harcelé et tué des Howeitat, au motif qu'ils remettaient en question leurs plans et refusaient de vendre leurs terres ancestrales à l'État[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Laurent Martinet, « Arabie saoudite: Neom, un projet fou pour inventer "l'avenir de l'humanité" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  2. a et b (en) Ruth Michaelson, ‘It’s being built on our blood’: the true cost of Saudi Arabia’s $500bn megacity, The Guardian, 4 mai 2020.
  3. a et b Isabelle Couet, « À Riyad, les annonces fracassantes du prince «MBS » », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  4. « Voici la liste du club Bilderberg des « maîtres du monde » », sur L'Obs (consulté le )
  5. « NEOM : la mégalopole du futur dont rêve l’Arabie saoudite », Le Monde (consulté le )
  6. a et b « Arabie saoudite : NEOM, le rêve à 500 milliards de dollars de Mohammed ben Salmane », sur lepoint.fr, (consulté le )
  7. Caroline Durand, « Neom, la ville qui fera 250 fois la taille de Paris », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  8. (en) Crown Prince announces Saudi mega-city listing, discusses Qatar rift, Yemen war, Reuters, 28 octobre 2017.
  9. Louis Boisgibault et Fahad Al Kabbani, Transition énergétique dans les métropoles, la ruralité et le désert, Londres, ISTE Éditions, coll. « Energie », , 238 p. (ISBN 978-1-78405-602-5, lire en ligne)
  10. (en)Oliver Wainwright, 'The next era of human progress': what lies behind the global new cities epidemic?, The Guardian, 8 juillet 2019.
  11. (en) Simeon Kerr, Anjli Raval, « Saudi prince’s flagship plan beset by doubts after Khashoggi death », Financial Times,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Neom: Ancient Saudi tribe in danger of ‘disappearing off face of the earth’ to make way for vanity project », sur Independent (consulté le )

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert F. Worth, « The Dark Reality Behind Saudi Arabia’s Utopian Dreams », The New York Times Magazine,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Pages liées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]