Mohammed ben Rachid Al Maktoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohammed ben Rachid Al Maktoum
محمد بن راشد آل مكتوم
Mohammed ben Rachid Al Maktoum au forum économique mondial en 2008.
Mohammed ben Rachid Al Maktoum au forum économique mondial en 2008.
Fonctions
4e Premier ministre des Émirats arabes unis
En fonction depuis le
(9 ans 7 mois et 30 jours)
Président Khalifa ben Zayed Al Nahyane
Prédécesseur Maktoum ben Rachid Al Maktoum
13e émir de Dubaï
En fonction depuis le
(9 ans 7 mois et 30 jours)
Prédécesseur Maktoum ben Rachid Al Maktoum
Prince héritier de Dubaï

(11 ans et 2 jours)
Prédécesseur Maktoum ben Rachid Al Maktoum
Successeur Hamdane ben Mohammed Al Maktoum
Biographie
Nom de naissance Moḥammed ben Rashid ben Mohammed al Maktoum
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Dubaï (États de la Trêve)
Nationalité émirienne
Père Rashid ben Saeed Al Maktoum
Conjoint Haya bint Al Hussein
Enfant(s) Hamdane ben Mohammed Al Maktoum
Majid ben Mohammed Al Maktoum Mouad ben Mohammed al maktoum =
Religion Islam sunnite

Mohammed ben Rachid Al Maktoum Mohammed ben Rachid Al Maktoum
Émirs de Dubaï
Premiers ministres des Émirats arabes unis
Politique aux Émirats arabes unis
Image illustrative de l'article Mohammed ben Rachid Al Maktoum

Mohammed ben Rachid Al Maktoum (né le 15 juillet 1949 à Dubaï) est un homme politique émirien, actuel émir de Dubaï, mais aussi le vice-président, Premier ministre et ministre de la Défense des Émirats arabes unis. Il est le troisième fils du Cheikh Rashid ben Saeed Al Maktoum. En tant qu'émir de Dubaï, il a succédé à son frère Maktoum ben Rachid Al Maktoum le 4 janvier 2006[1] et dès lors, il a entrepris d'importantes réformes dans le gouvernement, notamment la Stratégie du gouvernement fédéral en avril 2007[2]. En 2010, il a lancé la Vision 2021 des Émirats arabes unis afin de devenir "l'un des meilleurs pays au monde" d'ici 2021[3].

Il est de même responsable de la modernisation de Dubaï, ainsi que du lancement d'un certain nombre de grandes entreprises, y compris la compagnie aérienne "Emirates Airlines"[4]. Un bon nombre de ces entreprises est détenu par Dubai Holding, société de portefeuille caractérisée par des investissements multi-diversifiés[5].

Cheikh Mohammed a également supervisé la mise au point de nombreux projets économiques à Dubaï, y compris la création d'un parc technologique et de la zone économique libre "Dubai Internet City", de "Dubai Media City"[6], du centre financier "Dubai International Finance Center"[7], des "Palm Islands" et de l'emblématique hôtel "Burj Al Arab"[1]. Il a également dirigé la construction du "Burj Khalifa", plus haut bâtiment du monde[8].

Étant l’un des équestres les plus vifs, il est à la tête de l’écurie de course "Godolphin"[9], l'une des écuries de courses hippiques les plus prestigieuses du monde. C’est en 1982 qu’il s’empare de la troisième place lors du Prix de l’Arc de triomphe, une des épreuves hippiques françaises les plus réputées. En 2012, il a parcouru le long de 160 km sur "Madji Du Pont" et remporté le Championnat du Monde d'Endurance de la FEI[10].

Il est de même un poète arabe bien reconnu à ses heures[11].

Biographie[modifier | modifier le code]

Cheikh Mohammed est le troisième des quatre fils de Rashid ben Saeed Al Maktoum[7]. Dès l'âge de quatre ans, il a suivi un enseignement privé d’arabe et d’études islamiques[12]. En 1955, il a commencé ses études à l'école "Al Ahmadiya". À l'âge de10, il a rejoint l’école "Al Shaab" et deux ans plus tard, la "Dubaï Secondary School"[13]. En 1966, il a fréquenté l’école de langue anglaise à "Bell Educational Trust"[14] au Royaume-Uni. Il a ensuite rejoint la "Mons Officer Cadet Training School"[15] à Aldershot.

Lorsque la nation des Émirats arabes unis a été fondée le 2 décembre 1971[16], Cheikh Mohammed est devenu son premier ministre de défense.

Il est de même responsable de la modernisation de Dubaï survenue dans les dix dernières années. Sous son égide, l'émirat est devenu une destination prisée par les riches de ce monde.

Cheikh Mohammed a eu 18 enfants : huit garçons dont Hamdane ben Mohammed Al Maktoum, le prince héritier de Dubaï, et dix filles. Le 10 avril 2004 il a épousé en quatrièmes noces Haya bint al-Hussein, princesse de Jordanie, ex-cavalière internationale de saut d'obstacles, reconvertie dans l’endurance et élue présidente de la Fédération équestre internationale en 2006.

Mohammed Al Maktoum est à la tête de l'Écurie Godolphin, l'une des écuries de courses hippiques les plus prestigieuses du monde, et est propriétaire de "Darley Stud", opération d'élevage de chevaux de pur-sang[17]. Il possède de même des centaines de chevaux d’endurance et porte son regard sur les compétitions et championnats[18].

Ministre de défense[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi une formation militaire et dès son retour à Dubaï, Mohammed ben Rachid Al Maktoum a été désigné Chef de la police et de la force de défense de Dubaï[7].

En 1973, Mohammed ben Rachid Al Maktoum a participé à des négociations prolongées avec les pirates de l’air, dirigés par Osamu Maruouka, membre de l’Armée rouge japonaise, qui ont pris le JAL 404 en otage et qui a atterri à Dubaï après avoir quitté l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol. Bien qu’il n’a pas réussi à obtenir la libération des otages (qui est survenue ultérieurement, mais le 747 a explosé en Libye), il est parvenu à mener des négociations fructueuses avec les trois pirates de l’air du KML 861 qui ont libéré les otages et remis l’avion en échange d’un sauf-conduit[19].

Émir de Dubaï[modifier | modifier le code]

Il succède à son frère Maktoum ben Rachid Al Maktoum à la tête de l'émirat de Dubaï le 5 janvier 2006. Il est le 13e émir de Dubaï.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Mohammed ben Rachid Al Maktoum a été responsable de la création et la croissance rapide d'un certain nombre d'entreprises et d'actifs économiques clés à Dubaï. Un certain nombre de ces entreprises est détenu par Dubai World et Dubai Holding.

Dubai World a été lancé le 2 juillet 2006, en tant que société de portefeuille consolidant un certain nombre d'actifs, y compris la société de logistique DP World[20], le promoteur immobilier Nakheel Properties et la société d'investissement Istithmar World. Avec plus de 50 000 employés dans plus de 100 villes à travers le monde, le groupe investit dans l'immobilier, dans la logistique et dans d'autres domaines commerciaux aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

Dubai Holding développe et gère l'hospitalité, les parcs commerciaux, l’immobilier et les télécommunications[21], à travers quatre unités opérationnelles : Jumeirah Group, TECOM Investments, Dubai Properties Group et Emirates International Telecommunications. Les unités opérationnelles du groupe d'investissement de la société comprennent Dubai Group et Dubai International Capital.

Il détient également des intérêts majoritaires dans Meraas Holding, promoteur immobilier et société de gestion d'actifs et d'investissement, qui développe un certain nombre de projets immobiliers dans le commerce de détail et le style de vie à Dubaï, y compris un Legoland et un parc à thèmes inspiré des films de Bollywood[22].

Mohammed ben Rachid Al Maktoum a été également chargé du lancement d'Emirates Airline[23], ainsi que de la mise au point de l'aéroport international de Dubaï[7], et de l’aéroport international Al Maktoum situé à Dubai World Central. Il a également soutenu la création de la compagnie aérienne à bas coût, appartenant à l’État, FlyDubai.

Activités clés[modifier | modifier le code]

Lancement de la compagnie Emirates Airline[modifier | modifier le code]

Au cours des années 1970, Cheikh Mohammed a supervisé les ressources énergétiques de Dubaï et a été responsable de l’Aviation civile de Dubaï. C’est ainsi qu’en mars 1985 qu’il a chargé le Président de Dnata, Maurice Flanagan, de lancer une nouvelle compagnie aérienne "Emirates"[24]. Le budget de lancement de la compagnie aérienne était de 10 millions de dollars et son vol inaugural a eu lieu le 25 octobre. À cet égard, Cheikh Mohammed a désigné son oncle Cheikh Ahmed ben Saeed comme président de la nouvelle société. 75 millions de dollars sous forme d’installations et de matériaux ont été également fournis.

En 1989, Cheikh Mohammed a inauguré le premier salon aéronautique de Dubaï qui, en 2013, a regroupé plus de 1000 sociétés et à travers lequel les plus importantes commandes aériennes dans l’histoire ont été placées, dont 99 milliards de dollars consacrés à l’Airbus A380 et le Boeing 777[25].

Dubai Ports World[modifier | modifier le code]

"DP World", entreprise mondiale rentable, est l’un des plus grands opérateurs de terminaux maritimes dans le monde, dont la manutention des conteneurs génère environ 80% de son chiffre d’affaires.

Burj Al Arab et Jumeirah[modifier | modifier le code]

"Burj Al Arab" a été inauguré en décembre 1999. L’hôtel, mesurant 321 mètres et s’enfonçant de 40 mètres sous le sol, est constitué d’acier et de verre et a été construit selon les conceptions de WS Atkins en réponse au mémoire déposé par le Cheikh Mohammed en vue de créer un bâtiment emblématique, est considéré comme étant "le plus luxueux du monde"[26].

Dubai Internet City et TECOM[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 1999, Cheikh Mohammed a annoncé le lancement de "Dubai Internet City"[27], centre de technologie et zone de libre-échange employant quelque 15000 personnes, qui offre aux entreprises des baux de longue durée, un avantage de pleine propriété et un accès rapide aux services gouvernementaux[28]. À cet égard, Dubaï est aujourd’hui considérée comme la "Silicon Valley" du monde arabe[29].

Plusieurs autres zones franches liées aux technologies et médias ont été établies par la société de portefeuille TECOM à Dubaï, y compris la "International Media Production Zone", "Dubai Silicon Oasis"[30], "Dubai Studio City", "Dubai Healthcare City", "Dubai Industrial City" et "Dubai Knowledge Village"[31].

Palm Islands[modifier | modifier le code]

Le développement des trois plus grandes îles artificielles au monde "Palm Islands" en forme de palmiers par "Nakheel Properties", a été interrompu par la crise financière mondiale de 2009. Les travaux menés sur la première île, "Palm Jumeirah", ont été achevés et mis au point pour accueillir jusqu’à 70 000 personnes et 1 500 yachts.  Les activités de récupération de sols relatives à la seconde île, la "Palm Jebel Ali", ont été réalisées sans procéder à effectuer davantage développements. Quant à la troisième et plus grande île, la "Palm Diera", elle a été lancée en tant qu’îles Diera[32].

Burj Khalifa[modifier | modifier le code]

Le  4 janvier 2010, Cheikh Mohammed a inauguré "Burj Khalifa", plus haut bâtiment du monde, culminant à plus de 800 mètres, qui constitue le développement d’un centre de points de ventes, bâtiments et tours qui valent 20 milliards de dollars. La tour compte 200 étages, 160 d’entre eux sont occupés par des appartements et bureaux, ainsi que le luxueux hôtel Armani[33].

Réformes politiques[modifier | modifier le code]

En avril 2007, Cheikh Mohammed a mené une analyse stratégique de la gouvernance de la Fédération, et ce au palier gouvernemental fédéral et local. La Stratégie du gouvernement fédéral des Émirats, considérée comme étant un processus de réforme stratégique destiné à résoudre les problèmes de manque de coordination et planification stratégique au sein du gouvernement, ainsi que ceux relatifs à l’élaboration de politiques et lacunes figurant dans le cadre législatif et réglementaire, travaillerait à effectuer des améliorations au niveau du développement social, économique, public, rural, de la justice, de la sécurité, et des infrastructures[34].

Cela a été suivi par l’annonce de la "Vision 2021", une stratégie à long terme, ainsi que de l’Agenda national en février 2010[35].

L'École Mohammed ben Rashid du gouvernement[modifier | modifier le code]

L’École Mohammed ben Rashid du gouvernement est une institution académique et de recherche dans le domaine de la politique publique et d’administration. Fondée en 2005, l’École vise à promouvoir et soutenir l'excellence dans la gouvernance en améliorant la capacité de la région en matière de politique publique efficace[36].

En vue d’atteindre cet objectif, l’École Mohammed ben Rashid du gouvernement entretient des liens et collabore avec des institutions régionales et mondiales afin de développer ses programmes de recherche et formation. En outre, l’École organise des forums politiques et conférences internationale afin de faciliter l'échange d'idées et de promouvoir un débat critique sur la politique publique dans le monde arabe.

Mesures contre la corruption[modifier | modifier le code]

Menant une politique de tolérance zéro envers la corruption au sein du gouvernement, Cheikh Mohammed a commandé l’arrestation de Obaid Saqrben Busit, chef des douanes de Dubaï et président de l'Association mondiale des douanes. À cet égard, Cheikh Mohammed a accordé l’équipe d’enquête des "pouvoirs de contrôle inégalés"[37].

Intérêts sportifs[modifier | modifier le code]

Cheikh Mohammed est une figure majeure dans les courses et l’élevage de chevaux pur-sang. Il est propriétaire de "Darley Stud", ferme d’élevage de chevaux opérant aux États-Unis, en Irlande, en Angleterre et en Australie[38] .

Vers la fin de l’année 1981, il a acheté "Gainsborough Stud" à Woolton Hill, près de Newbury, Berkshire, au Royaume-Uni. Il est propriétaire de "Ballysheehan Stud" dans le comté de Tipperary en Irlande, ainsi que de "Gainsborough Farm Inc" à Versailles, Kentucky aux États-Unis et "Darley Stables". Cheikh Mohammed est également partenaire de "Godolphin Stables" et reçoit la "Dubaï World Cup" au hippodrome de Meydan[13].

En 1994, Cheikh Mohammed a fondé "Godolphin"[9].

En 1996, la "Dubaï World Cup" a été lancée comme étant la course hippique la plus riche au monde, durant laquelle Cigar, l’un des chevaux américains les plus légendaires, a participé.

À l’âge de 63 ans, Cheikh Mohammed a remporté le Championnat du Monde d'Endurance[10] après avoir parcouru 160 km. Ses deux chevaux pur-sang et d'endurance avait échoué le test de dépistage, bien que ses formateurs ont accepté d’être blâmés.

Culture[modifier | modifier le code]

Cheikh Mohammed est un poète de style arabe classique et bédouin nabatéen. Il a commencé à écrire des poésies dès sa jeunesse sous des pseudonymes tels "Saleet" et a été encouragé par la poétesse Fatat Al Arab lorsqu’elle a composé une poésie en réponse à l’un de ses premiers poèmes[39].

En 1998, Cheikh Mohammed a établi le Centre Mohammed ben Rashid pour la Compréhension Culturelle, organisation à but non-lucratif qui vise à sensibiliser et à démystifier la culture locale, les coutumes et la religion des Émirats arabes unis. Sous la devise "Portes ouvertes, Esprits ouverts", le Centre a pour but d’améliorer la compréhension et la communication interculturelle entre les habitants des Émirats arabes unis et les visiteurs ou résidants[40].

Cheikh Mohammed a également lancé une initiative récente à travers laquelle les stations de métro à Dubaï seront transformées en galeries d’art au cours de la période précédant l’Art Dubai 2015[41].

Présidence d'honneur des prix d'art[modifier | modifier le code]

Cheikh Mohammed a lancé la "Présidence d’honneur des prix d’art" (Patrons of the Arts Awards) en mars 2009 pour honorer les personnes et organisations qui ont contribué au développement des arts à Dubaï et accorder une aide financière significative au secteur des arts, de la littérature, et du cinéma[42].

Prix de la connaissance[modifier | modifier le code]

Le "Prix de la connaissance" d’un million de dollars (Knowledge Award) a été lancé par la Fondation Mohammed ben Rashid Al Maktoum le 7 décembre 2014 et libellé conjointement au nom de l'informaticien et inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee et de l’entrepreneur et co-fondateur de Wikipedia, Jimmy Wales "en reconnaissance de leurs efforts et leurs contributions dans le domaine de la diffusion des connaissances à travers le monde"[43].

Travaux de bienfaisance[modifier | modifier le code]

Cheikh Mohammed ben Rashid Al Maktoum a été connu pour ses dons de bienfaisance. Le 19 mai 2007, il a annoncé son plan d’accorder 10 milliard de dollars pour établir la Fondation Mohammed ben Rashid Al Maktoum fondation éducative au Moyen-Orient afin de combler l’écart de connaissance entre la région arabe et le monde développé[44].

En septembre 2003, il a également établit la cité humanitaire à Dubaï[45] (Dubai Humanitarian City) qui est ensuite devenue le plus grand centre de logistiques d’aide humanitaire au monde. Le centre est utilisé par neuf agences humanitaires de l’ONU et quelque 50 ONG et opérateurs commerciaux.

Dubai Cares[modifier | modifier le code]

En septembre 2007, Cheikh Mohammed a lancé la campagne "Dubai Cares" pour amasser des fonds pour éduquer 1 million d’enfants dans les pays pauvres. Cette campagne se situe dans le cadre de la contribution de Dubaï aux objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies afin d’assurer l’éducation primaire à tous les enfants d’ici 2015. Le montant des dons versés s’est élevé à 3,5 milliards de dirhams (environ 1 milliards de dollars). L’initiative est devenue alors une œuvre de bienfaisance qui vise à atteindre des objectifs concrets dans un certain nombre de pays[44].

Noor Dubai[modifier | modifier le code]

Le 3 septembre 2008, Cheikh Mohammed a également lancé une nouvelle initiative sous le nom de "Noor Dubai", visant à aider l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Agence internationale pour la Prévention de la Cécité (AIPC) dans la réalisation de leurs objectifs énoncés dans la Vision 2020: le Droit à la Vue. "Noor Dubai" vise à traiter et fournir des services de santé pour un million de personnes souffrant de cécité et de déficience visuelle traitable dans les pays en développement à l'échelle locale, régionale, et internationale. En 2011, 5,8 millions de personnes ont été traitées[44].

Programme d'aide des Émirats au Pakistan[modifier | modifier le code]

Le 12 janvier 2011, le Programme d’aide des Émirats au Pakistan a été lancé afin d’aider et de fournir une assistance au Pakistan, et d’atténuer les effets des inondations en réaménageant les réseaux d’infrastructure, et ce en prenant en compte le milieu géographie hostile et les conditions climatiques extrêmes tout en se concentrant sur quatre domaines sociaux principaux : la santé, l’éducation, l’eau et l’infrastructure[46].

Programme d'aide à la Palestine[modifier | modifier le code]

Cheikh Mohammed a fait un bon nombre de dons à la Palestine, y compris une subvention de 600 maisons à Gaza suite aux incursions israéliennes en 2009[47].

Programme d'aide à l'Afghanistan[modifier | modifier le code]

Les Émirats arabes unis ont signé un accord stratégique avec l’Afghanistan, et ce en vue de déployer les efforts nécessaires visant à fournir une aide en matière de sécurité, d’exploitation minière, de télécommunications, de compétences nationales, et d’autres pour pouvoir lutter contre toute forme de terrorisme[48].

Yacht[modifier | modifier le code]

Il est actuellement propriétaire du Dubaï, troisième yacht le plus long du monde (160 m) après Eclipse (165,5 m, second, appartenant au milliardaire russe Roman Abramovitch et l'Azzam (180 m) appartenant au Sheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane le président des Émirats arabes unis.

Crise économique de 2008[modifier | modifier le code]

En 2008 et 2009, Dubaï fut particulièrement touchée par la crise économique internationale. C'est ainsi que l'émirat, ne pouvant honorer ses engagements financiers, a été contraint de demander le rééchelonnement de la dette de ses deux groupes phares, le conglomérat Dubai World et sa filiale immobilière Nakheel afin d'éviter leur mise en faillite et l'effondrement total de Dubaï.

Début 2010, une aide financière de 10 milliards de dollars est apportée par l'État d'Abu Dhabi afin de pouvoir combler la dette de 26 milliards de dollars qu'aurait subit Dubaï suite au surendettement de ces investissements.

Scandales[modifier | modifier le code]

Fin avril 2013 en Angleterre, un scandale de dopage éclabousse le sheikh Mohammed Al Maktoum : l'un de ses entraîneurs reconnait en effet avoir dopé une quinzaine de chevaux à des substances interdites depuis longtemps par les règlements hippiques en vigueur. Tant les chevaux de course que les chevaux d'endurance (compétitions régies par la FEI) ont fait l'objet de prélèvements qui se sont plusieurs fois révélés positifs en matière de substances prohibées chez les chevaux appartenant à Sheikh Mohammed, ou aux écuries se trouvant sous sa responsabilité directe[49].

Fortune[modifier | modifier le code]

Le Sheikh Mohammed Al Maktoum est l'un des souverains les plus riches du monde. Sa fortune personnelle est évaluée à environ 4,8 milliards de dollars en 2015 selon le classement des souverains les plus riches du monde établit chaque année par le magazine Forbes. Elle fait de lui le cinquième souverain le plus riche du monde. Elle est principalement due aux nombreux investissements immobiliers que réalise le cheikh ainsi que les biens qu'il possède dont :

  • Une écurie de plus de 300 chevaux de course.
  • Un yacht (le Dubaï) d'une valeur estimée à plus de 300 millions de dollars.
  • De nombreuses voitures de luxe dont des Porches, des Ferrari, des Maserati, des Cadillac...
  • Une collection de tableaux de plus de 30 millions de dollars en 2007.
  • Des résidences au quatre coins du monde (Londres, Paris, New York, Los Angeles...).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dubai Immobilier »
  2. « Vers plus d'investissements Emiratis? »
  3. « Emirates News Agency WAM »
  4. « Emirates Airlines: Une grande réussite »
  5. « Dubai Holding »
  6. « Histoire de Dubai »
  7. a, b, c et d « Cheikh Mohamed al-Maktoum »
  8. « Burj Khalifa »
  9. a et b « Le cheikh qui murmure à l'oreille des chevaux »
  10. a et b « La France en argent »
  11. « A quoi sert Dubai, ville miroir? »
  12. « His Highness Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum »
  13. a et b « Cheikh Mohammed ben Rashid Al Maktoum »
  14. « The Vice President »
  15. « Godolphin - Our Founder »
  16. « Les Emirats Arabes Unis: Un pays prospère »
  17. « La reine d'Angleterre vaut combien?! Découvrez l'étendue de la richesse des familles royales du monde! »
  18. « La saga Al Maktoum »
  19. « Dubai's Hijack History »
  20. « Dubai ouvre le capital de son géant portuaire DP World »
  21. « Dubai Holding en Tunisie: 300 millions de Dollars à investir »
  22. « En bref: de nouveaux parcs d'attractions à Dubai »
  23. « Histoire du groupe Emirates »
  24. « Emirates fait trembler le secteur aérien »
  25. « Emirates passe commande à Boeing et Airbus pour 99 milliards de dollars »
  26. « Gratte-ciel »
  27. « Dubai Internet City »
  28. « Dubai »
  29. « Dubai, métropole jeune et futuriste au cœur du désert »
  30. « Petit tour à DSC (Dubai Silicon Oasis) »
  31. « Internet et le monde arabe: vers une révolution des mentalités? »
  32. « Palm Island à Dubai: les plus grandes iles artificielles au monde »
  33. « Dubai inaugure avec faste la plus haute tour du monde, qui culmine à 828 mètres »
  34. « Shaikh Mohammed unveils federal government strategy »
  35. « "L'Agenda national" est un phare éclairant la voie vers la réalisation de la Vision 2021 des Emirats »
  36. « Mohammed bin Rashid: L'éducation et l'émiratisation sont les priorités du gouvernement »
  37. « Corruption team makes it case »
  38. « La reine d'Angleterre vaut combien? Découvrez l'étendue de la richesse des familles royales du monde! »
  39. « The Poet »
  40. « La Culture et le Patrimoine »
  41. « Métro de Dubai: le whole car du Sheikh »
  42. « Akram Miknas Honoré par le Prix "Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum Patrons of the Arts Award 2013" »
  43. « Une importante conférence met en avant le développement de la connaissance dans le monde arabe »
  44. a, b et c « Cheikh Mohammed ben Rashid »
  45. « Les bailleurs émergents de l'aide humanitaire »
  46. « Les Emirats offrent une aide aux victimes des inondations au Pakistan »
  47. « Ramadan 2012: une fondation caritative Emiratie aidera les Palestiniens »
  48. « Accord stratégique entre Afghanistan et Emirats Arabes Unis »
  49. Olivier Chapuiset, « Hippisme – Dopage. Al Zarooni écope d’une suspension de 8 ans », Lékip,‎ (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]