Ville du quart d'heure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La ville du quart d'heure est un modèle idéal d'une ville où tous les services essentiels sont à une distance d'un quart d'heure à pied ou à vélo.

Les origines du concept de "ville du quart d'heure"[modifier | modifier le code]

Ce concept propose une organisation urbaine permettant à tout habitant d'accéder à ses besoins essentiels de vie en 15 minutes de marche ou à vélo à partir de leur maison[1],[2],[3]. Il a été souvent décrit comme un «retour à un mode de vie local»[4]. Le concept de la ville en 15 minutes est basé sur les travaux antérieurs du planificateur américain Clarence Perry - dans les années 1900 - «l' unité de quartier ». Plus tard, une défenseure plus connue fut Jane Jacobs et son livre historique - La mort et la vie des grandes villes américaines .[5] Le scientifique franco-colombien Carlos Moreno a donné un nouvel élan au concept. La Maire de Paris, Anne Hidalgo l'a adopté en janvier 2020[6],[7] et le réseaux mondial des villes pour le climat, le C40 Cities Climate Leadership Group[8] en mai 2020, en réponse à la crise climatique et aux effets urbains de la crise de la pandémie COVID-19. La crise de la pandémie COVID-19 a accéléré le désir de vivre dans des villes, villages et quartiers fonctionnels et à taille humaine.

Le concept de "ville du quart d'heure"[modifier | modifier le code]

La ville du quart d'heure[9],[10],[11],[12],[13] est une proposition de développement d'une ville polycentrique, où la vie en proximité assure une mixité fonctionnelle en développant les interactions sociales, économiques et culturelles. Ce concept est basé sur un modèle ontologique de la ville pour répondre à leurs besoins à partir de 6 catégories de fonctions sociales[14]: habiter, travailler, s'approvisionner, se soigner, s'éduquer, s'épanouir. Elle est guidée par trois idées majeures:

  1. un nouveau rythme à la ville pour réduire les déplacements pendulaires, longs et pénalisant la qualité de vie (Chronourbanisme),
  2. utiliser les lieux existants pour les diversifier en accueillant différents usages (Chronotopie)
  3. renforcer les nouvelles urbanités par l'attachement des gens à leur quartier (Topohilie)

Les villes de quart d'heure sont également connues sous le nom de « communautés complètes » ou de « quartiers accessibles à pied »[15].

Modèles[modifier | modifier le code]

Si Carlos Moreno a été le premier à proposer la ville du quart d'heure en 2016[16], d'autres auteurs ont proposé différents travaux dans le domaine du " chrono-urbanisme ". En France François Ascher a été le précurseur de travaux explorant la relation entre le temps et la qualité de vie[17].

Au niveau international différentes équipes de recherches se sont intéressées à proposer des modèles des "courtes distances" urbaines ou ville compacte.

Moreno et la ville du quart d'heure[modifier | modifier le code]

Dans leur texte de 2020, Moreno[18] et al. présentent le concept de la ville du quart d'heure comme un moyen de garantir que les résidents urbains puissent remplir six fonctions essentielles (vie, travail, commerce, soins de santé, éducation et divertissement) à moins de 15 minutes de marche ou de vélo de leur logement. Le cadre de la ville de 15 minutes de ce modèle comporte quatre composantes : la densité, la proximité, la mixité et l'ubiquité[19].

Citant les travaux de Nikos Salingaros[20], qui postule qu'il existe une densité optimale pour le développement urbain qui encouragerait les solutions locales aux problèmes locaux, Moreno et son équipe de recherche à l'Université Paris1 Panthéon Sorbonne abordent[21] la proximité en termes d'une relation optimisée d'espace et de temps bas carbone. Ils affirment qu'une ville polycentrique, donnant l'accès aux services essentiels pour chacun en 15 minutes à faible émission de CO2 réduirait à la fois le temps et l'espace nécessaires à l'activité en augmentant qualité de vie et offrant du temps utile aux habitants. La mixité dans ce modèle de ville du quart d'heure fait référence à la fois au développement du multi usage des infrastructures et le mélange d'activité en courtes distances.

Weng et le quartier accessible en 15 minutes à pied[modifier | modifier le code]

Dans leur article[22] de 2019 utilisant Shanghai comme étude de cas, Weng et al. proposent le quartier accessible à pied en 15 minutes en mettant l'accent sur la santé, et plus particulièrement sur les maladies non transmissibles[23]. Les auteurs présentent le quartier accessible à pied en 15 minutes comme un moyen d'améliorer la santé des résidents et ont documenté les disparités existantes en matière de marchabilité à Shanghai. Les auteurs ont constaté qu'en moyenne, les zones rurales sont nettement moins propices à la marche, et que les zones à faible propension à la marche ont tendance à avoir une proportion plus élevée d'enfants. Par rapport à Moreno et al, les auteurs se sont davantage concentrés sur les avantages de la marche pour la santé et sur les différences de propension à la marche et d'utilisation entre les groupes d'âge.

Da Silva et la ville à 20 minutes[modifier | modifier le code]

Dans leur article[24] de 2019 utilisant Tempe, en Arizona, comme étude de cas, Da Silva et al. proposent la ville de 20 minutes, où tous les besoins pourraient être satisfaits en 20 minutes par la marche, le vélo ou le transport en commun. Les auteurs ont constaté que Tempe est très accessible, notamment à vélo, mais que l'accessibilité varie selon la zone géographique. Par rapport à Moreno et al. les auteurs se sont davantage concentrés sur l'accessibilité au sein de l'environnement bâti

Implementations[modifier | modifier le code]

Parmi les diverses villes au monde inspirées par la ville du quart d'heure

Asie[modifier | modifier le code]

L'autorité des transports de Singapour, la Land Transport Authority, a proposé en 2019 un plan directeur pour 2040 incluant les objectifs des "villes de 20 minutes et 45 minutes".

Europe[modifier | modifier le code]

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a introduit le concept de la ville en 15 minutes pendant sa campagne de réélection de 2020, et a commencé à le mettre en œuvre pendant la pandémie de COVID-19.

Le maire de Milan Giuseppe Sala a lancé depuis mai 2020 un ambitieux projet de sortie de la pandémie donnant une place centrale à la ville du quart d'heure.

Le 14 septembre 2020 le Conseil municipal de Dublin a adopté son programme "Dublin 15-Minute City"

La ville de Valencia, troisième ville d'Espagne a lancé son programme en Novembre 2020, "Valencia, Tourisme durable, la ville du quart d'heure"

Cagliari, une ville de l'île italienne de Sardaigne, a lancé un plan stratégique municipal pour revitaliser la ville et améliorer la marchabilité et s'inspirant de la ville du quart d'heure.

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Aux Etats Unis, la ville de Portland, Oregon, en 2012, a élaboré un plan pour des quartiers complets dans la ville, qui visent à soutenir les jeunes, à fournir des logements abordables, à promouvoir le développement communautaire et le commerce dans les quartiers historiquement mal desservis.

Aujourd'hui, le programme "20-Minute Neighborhoods" se projet à l'horizon 2030 pour que 90% des habitants de Portland peuvent facilement se déplacer à pied ou à vélo pour satisfaire tous leurs besoins quotidiens de base, hors travail.

La ville d'Ottawa, capitale du Canada, a lancé en 2020 son Plan Stratégique "15-Minute Neigborhood", pour accéder à la plupart de besoins quotidiens à moins de 15 minutes de marche du domicile.

Océanie[modifier | modifier le code]

Melbourne a élaboré le "Plan Melbourne 2017-2050" pour répondre à la croissance et lutter contre l'étalement urbain. Ce plan met en oeuvre le concept de "20 minute neighborhood".

Implications et discussions[modifier | modifier le code]

Bien que de nombreuses villes aient mis en œuvre des politiques qui ressemblent au concept de la ville du quart d'heure, les avis restent partagés quant à savoir la portée de ce modèle pour la grande diversité des villes existantes. Les critiques ont souligné que la création de noyaux denses et marchables, comme un quartier du quartier peut conduire à la gentrification[25]. D'autres critiques soulignent la tendance du concept à exclure les travailleurs vivant au-delà des centres, pourtant indispensables à leur bon fonctionnement [26].

En outre, les critiques ont noté que les modèles ne sont pas universels, puisque les villes avec moins d'étalement urbain sont plus susceptibles de mettre en œuvre le concept que les villes avec beaucoup d'étalement[27]. Cependant, Sally Capp, le Lord Maire de Melbourne, a abordé cette question en soulignant l'importance des transports en commun dans la construction de la ville de 15 minutes[28].

Le maire de Milan Giussepe Sala, responsable de la C40 Global Mayors COVID-19 Recovery Task Force considère dans un article[29] de septembre 2020 pour le Forum Economique Mondial "Comment les villes peuvent faire en sorte que le monde de l'après-COVID soit vert, équitable et résilient" que

"La ville du quart d'heure s s'articule autour de formes simples de mobilité active, garantissant que chacun n'est qu'à une courte distance à pied ou à vélo des biens et services essentiels à la vie".

En juin 2020, l'organisation mondial ONU Habitat, appelle à

"aider les villes et les gouvernements locaux en vue de proposer des quartiers autosuffisants ou de "quartier compact de la ville en 15 minutes".

Références[modifier | modifier le code]

  1. « C40 Knowledge Community », sur www.c40knowledgehub.org (consulté le )
  2. (en) Carlton Reid, « Every Street In Paris To Be Cycle-Friendly By 2024, Promises Mayor », sur Forbes (consulté le )
  3. « My Portland Plan: What Makes a Neighborhood Complete? », www.portlandonline.com
  4. (en) « The 15-Minute City—No Cars Required—Is Urban Planning’s New Utopia », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) Moreno, « Transcript of "La ville d'un quart d'heure" », www.ted.com (consulté le )
  6. « Paris mayor unveils '15-minute city' plan in re-election campaign », the Guardian,‎ (lire en ligne)
  7. Vanity Fair et Condé Nast Digital France, « Qu’est-ce que la « Ville du quart d’heure », le concept-phare d’Anne Hidalgo ? », sur Vanity Fair, (consulté le )
  8. « C40 : Agenda for a Green and Just Recovery », sur www.c40.org (consulté le )
  9. « La ville du quart d'heure : pour un nouveau chrono-urbanisme », sur La Tribune (consulté le )
  10. (en) Moreno, Allam, Chabaud et Gall, « Introducing the “15-Minute City”: Sustainability, Resilience and Place Identity in Future Post-Pandemic Cities », Smart Cities, vol. 4, no 1,‎ , p. 93–111 (ISSN 2624-6511, DOI 10.3390/smartcities4010006, lire en ligne)
  11. « Subscribe to read | Financial Times », www.ft.com (consulté le )
  12. (en-US) Name, « What is a 15-minute city? », City Monitor, (consulté le )
  13. (en) Yeung, « How '15-minute cities' will change the way we socialise », www.bbc.com (consulté le )
  14. Chaire ETI - Université Paris1 Panthéon Sorbonne, « Guide Méthodologique de la ville du 1/4 d'heure », sur Chaire ETI,
  15. (en) Weng, Ding, Li et Jin, « The 15-minute walkable neighborhoods: Measurement, social inequalities and implications for building healthy communities in urban China », Journal of Transport & Health, vol. 13,‎ , p. 259–273 (ISSN 2214-1405, DOI 10.1016/j.jth.2019.05.005, lire en ligne)
  16. « La ville du quart d'heure : pour un nouveau chrono-urbanisme », sur La Tribune (consulté le )
  17. François Ascher, « Du vivre en juste à temps au chrono-urbanisme », Les Annales de la recherche urbaine, vol. 77, no 1,‎ , p. 112–122 (ISSN 0180-930X, DOI 10.3406/aru.1997.2145, lire en ligne, consulté le )
  18. Moreno & ai - Chaire ETI Université Paris1 Panthéon Sorbonne - IAE Paris, Guide Méthodologique Ville du 1/4 d'heure | Territoire de la 1/2 heure
  19. (en) Carlos Moreno, Zaheer Allam, Didier Chabaud et Catherine Gall, « Introducing the “15-Minute City”: Sustainability, Resilience and Place Identity in Future Post-Pandemic Cities », Smart Cities, vol. 4, no 1,‎ , p. 93–111 (ISSN 2624-6511, DOI 10.3390/smartcities4010006, lire en ligne, consulté le )
  20. (en) Salingaros, N. A & ai, « Crossover: Architecture, urbanism, technology », Compact City Replaces Sprawl,‎ , pp. 100-115 (lire en ligne)
  21. (en) « Smart cities. », Smart cities.,‎ (ISSN 2624-6511, lire en ligne, consulté le )
  22. « LTA | Who We Are | Our Work | Land Transport Master Plan 2040 », sur www.lta.gov.sg (consulté le )
  23. (en) « The 15-minute walkable neighborhoods: Measurement, social inequalities and implications for building healthy communities in urban China », Journal of Transport & Health, vol. 13,‎ , p. 259–273 (ISSN 2214-1405, DOI 10.1016/j.jth.2019.05.005, lire en ligne, consulté le )
  24. (en) Denise Capasso Da Silva, David A. King et Shea Lemar, « Accessibility in Practice: 20-Minute City as a Sustainability Planning Goal », Sustainability, vol. 12, no 1,‎ , p. 129 (DOI 10.3390/su12010129, lire en ligne, consulté le )
  25. (en) Georgia Pozoukidou et Zoi Chatziyiannaki, « 15-Minute City: Decomposing the New Urban Planning Eutopia », Sustainability, vol. 13, no 2,‎ , p. 928 (DOI 10.3390/su13020928, lire en ligne, consulté le )
  26. « La Ville du quart d’heure : utopie ? fantasme ? écran de fumée ? », sur Chroniques d‘architecture, (consulté le )
  27. (en) « The 15-Minute City—No Cars Required—Is Urban Planning’s New Utopia », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. (en) « How the ‘15-Minute City’ Could Help Post-Pandemic Recovery », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en) « How Cities Can Ensure the Post-COVID World is Green, Fair, and Resilient », sur International Institute for Sustainable Development (consulté le )