Élections fédérales suisses de 2019

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections fédérales suisses de 2019
200 sièges du Conseil national
45 des 46 sièges du Conseil des États
Type d’élection Élections législatives
Logo UDC 2010.gif Union démocratique du centre – Albert Rösti
Sièges sortants 65
Logo Parti socialiste suisse.svg Parti socialiste suisse – Christian Levrat
Sièges sortants 42
Logo FDP Die Liberalen fr.svg Parti libéral-radical – Petra Gössi
Sièges sortants 33
Logo Parti démocrate-chrétien (Suisse).svg Parti démocrate-chrétien – Gerhard Pfister
Sièges sortants 26
Parti écologiste suisse-Grüne-Partei der Schweiz 2015.png.png Verts – Regula Rytz
Sièges sortants 11
Logo-Parti-Vert'libéraux-Suisse.png Vert'libéraux – Jürg Grossen
Sièges sortants 8
Pbd logo.gif Parti bourgeois-démocratique – Martin Landolt
Sièges sortants 7
Logo PEV suisse 2014.png Parti évangélique suisse – Marianne Streiff
Sièges sortants 2
Logo-Ligue-des-Tessinois.gif Ligue des Tessinois – Attilio Bignasca
Sièges sortants 2
Site officiel

Les élections fédérales suisses de 2019 pour la 51e législature de l'Assemblée fédérale suisse ont lieu le 20 octobre 2019 afin de renouveler les 200 sièges du Conseil national et les 45 des 46 sièges du Conseil des États. Pour plusieurs sièges de ce dernier, un second tour a lieu en novembre[1].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le parlement bicaméral suisse, dit Assemblée fédérale, est doté d'une chambre basse, le Conseil national et d'une chambre haute, Conseil des États, toutes deux renouvelées intégralement tous les quatre ans au scrutin direct.

Le conseil national est composé de 200 sièges pourvus dans des circonscriptions correspondant aux 26 cantons suisses. Six cantons élisent chacun un conseiller au scrutin uninominal majoritaire à un tour, tandis que les 194 sièges restants sont pourvus au scrutin proportionnel dans les vingt autres cantons qui forment des circonscriptions plurinominales dont le nombre de sièges varie à chaque élection en fonction de leur population. Les listes sont dites ouvertes et les électeurs ont ainsi la possibilité de les modifier en rayant ou ajoutant des noms, d'effectuer un panachage à partir de candidats de listes différentes ou même de composer eux-mêmes leurs listes sur un bulletin vierge. Après décompte des résultats, les sièges sont répartis sans seuil électoral mais selon la méthode du quotient d'Hagenbach-Bischoff puis celle de la plus forte moyenne[2].

Le Conseil des États est quant à lui composé de 46 sièges, soit deux pour vingt cantons et un seul pour chacun des six anciens demi-cantons : Obwald, Nidwald, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Appenzell Rhodes-extérieures et Appenzell Rhodes-intérieures. Sur les 26 circonscriptions ainsi formées, 24 utilisent le scrutin majoritaire plurinominal en un ou deux tours de scrutin tandis que les cantons du Jura et de Neuchâtel utilisent un système proportionnel[3].

L'élection au Conseil des États relevant de la compétence des cantons, la Landsgemeinde du canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures élit à main levée son représentant le . Celui-ci est membre du Parti démocrate-chrétien[4]. À Nidwald et à Obwald, à la fin du délai de dépôt des listes fixé au , un seul candidat dans chaque canton s'est présenté pour le Conseil des États. Les Gouvernements de ces deux cantons les ont donc déclarés élus tacitement[5],[6] à cette même date.

Corps électoral[modifier | modifier le code]

Peuvent élire et se présenter à ces élections du Conseil national:

  • toutes et tous les citoyens suisses âgés de plus de 18 ans vivant en Suisse;
  • toute et tout Suisses de l'étranger âgé de plus de 18 ans, s'il ou elle est inscrite sur les listes électorales.

En outre, peuvent élire et se présenter aux élections du Conseil des États:

Ne peuvent qu'élire mais ne peuvent pas se présenter au Conseil des États:

Répartition des sièges[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, une répartition des sièges basée sur la population résidente est prise en compte et réactualisée à chaque nouvelle élection. Se basant sur les chiffres de l'Office fédéral de la statistique à la fin 2016[14], les cantons de Vaud (19) et de Genève (12) disposeront chacun d’un siège supplémentaire alors que les cantons de Berne (24) et de Lucerne (9) perdront chacun un siège[15].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Partis Sigles Groupe Tendances politiques Résultats en 2015 Avant l'élection 2019
CN CE CN CE
Union démocratique du centre UDC V Droite à extrême droite
conservatisme, libéralisme, souverainisme
65 5 64 5
Parti socialiste PSS S Gauche
social-démocratie, europhilie, anticapitalisme
43 12 42 12
Parti libéral-radical PLR RL Droite
libéralisme, radicalisme
33 13 33 12
Parti démocrate-chrétien PDC C Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme social
27 13 26 14
Parti écologiste PES G Gauche
écologisme, europhilie, progressisme
11 1 11 1
Vert'libéraux PVL GL Centre
écologisme, Libéralisme
7 0 8 0
Parti bourgeois-démocratique PBD BD Centre droit
libéralisme, conservatisme fiscal, libéralisme, progressisme
7 1 7 1
Parti évangélique PEV C Centre à centre gauche
Démocratie chrétienne, Conservatisme social , europhilie
2 0 2 0
Ligue des Tessinois Lega V Droite
régionalisme, populisme, national-conservatisme, euroscepticisme
2 0 2 0
Parti chrétien-social d'Obwald CSP C Centre gauche
christianisme social, progressisme, démocratie chrétienne
1 0 1 0
Mouvement citoyens genevois MCG V Droite
Régionalisme, populisme
1 0 1 0
Parti du travail-La Gauche PST-LG G Gauche à extrême gauche
Communisme, socialisme
1 0 1 0
Indépendants (ex-UDC) Ind. V Droite à extrême droite
conservatisme, libéralisme, souverainisme
0 0 1 0
  • BD = Bourgeois démocratique
  • C = chrétien, il comprend le PDC, le parti évangélique et le PCS Obwald
  • G = Grün (Verts)
  • GL = Grünliberal (Vert libéral)
  • RL = Radical libéral
  • S = Socialiste
  • V = Volkspartei (traduction de la SVP-UDC en français : « Parti du peuple » (Volk))

À noter que certains groupes ont une abréviation officielle en allemand, certains en français

Partis enregistrés[modifier | modifier le code]

Si un parti politique possède des statuts en tant qu'association au sens des art. 60ss du CCS et qu'il est au moment de l'inscription représenté sous le même nom par au moins un député au Conseil national ou par au moins trois députés dans trois parlements cantonaux, alors le parti peut s'enregistrer auprès de la Chancellerie fédérale. Un enregistrement sert à faciliter le nombre de signatures requises afin de présenter une liste, nombre variant de 400 signatures pour les cantons de Berne et de Zurich, à 200 (AG, GE, SG, VD) voire à 100 signatures pour tous les autres cantons. Les partis enregistrés pour les élections de 2019 sont au nombre de 12[16] (+1 (MCG) par rapport aux élections précédentes):

  • Parti évangélique suisse (Evangelische Volkspartei der Schweiz - Partito evangelico svizzero - Partida Evangelica Svizra)
  • PLR.Les Libéraux-Radicaux (FDP.Die Liberalen - PLR.I Liberali - PLD.Ils Liberals)
  • Union démocratique fédérale (Eidgenössisch-Demokratische Union - Unione Democratica Federale - Uniun democrata federala)
  • Parti démocrate-chrétien (Christlichdemokratische Volkspartei der Schweiz - Partito Popolare Democratico - Partida Cristian-democratica)
  • Parti socialiste suisse (Sozialdemokratische Partei der Schweiz - Partito socialista svizzero - Partida Socialdemocratica de la Svizra)
  • Parti écologiste suisse (Les Verts) (Grüne Partei der Schweiz - I Verdi - Partito ecologista svizzero - La Verda - Partida Ecologica Svizra)
  • Union démocratique du centre (Schweizerische Volkspartei - Unione democratica di centro - Partida Populara Svizra)
  • Centre-Gauche PCS Suisse (Mitte Links - CSP Schweiz - Partito cristiano sociale - Partida cristiansociala de la Svizra)
  • Parti vert'libéral (Grünliberale Partei Schweiz - Partito verde liberale - Partida Verda-Liberala)
  • Parti bourgeois-démocratique (Bürgerlich-Demokratische Partei Schweiz - Partito borghese-democratico Svizzero - Partida burgais democratica Svizra)
  • Ligue des Tessinois (Lega dei Ticinesi)
  • Mouvement des citoyens Genevois

Sortants ne renouvelant pas leur candidature[modifier | modifier le code]

Les informations suivantes proviennent principalement de : SRF[17].

Conseillers nationaux (état au 5 avril 2019) (26/200)[modifier | modifier le code]

Conseillers aux États (état au 5 avril 2019) (21/46)[modifier | modifier le code]

Listes pour le Conseil national[modifier | modifier le code]

Pour 2019, un nombre record de 4 652 candidats se présentent aux élections pour le Conseil national. Tous les cantons annoncent une augmentation du nombre de candidats, à l'exception de Genève. La progression est notamment imputable à un plus grand investissement des femmes, dont la proportion de candidates est de 40,3 % du total. En 2015, 3 792 candidats avaient participé au scrutin, dont 34,5 % de femmes, soit une hausse de 22,7 %[23].

Listes pour le Conseil des États[modifier | modifier le code]

Campagne[modifier | modifier le code]

Lors de la campagne, le PLR et plusieurs autres partis expérimentent une technique de démarchage au porte-à-porte, basée sur les campagnes américaines[50],[51].

En juillet, le démocrate-chrétien vaudois Claude Béglé fait scandale avec une série de tweets élogieux sur la Corée du Nord[52]. Vers la mi-septembre, le PDC suisse lance une campagne d'attaques personnelles contre les candidats des autres partis, ce qui provoque l'indignation du milieu politique[53].

Slogans électoraux[modifier | modifier le code]

  • PBD : « le juste milieu »[54]
  • PDC : « Nous sommes le trait d’union »
  • Les Verts : « Notre climat, votre voix »
  • PLR : « Avancer ensemble »[55]
  • PSS : « Pour tous, sans privilèges ! », slogan identique à la campagne de 2011 et 2015.
  • PVL : « Créateur d'avenir »
  • UDC : « Pour que la Suisse reste la Suisse »[56]
  • UDF : « Notre pays - nos valeurs »[57]
  • PEV : « Pour que les valeurs comptent, durablement ! »[58]

Sondages d'opinion préélectoraux[modifier | modifier le code]

Date Institut/client UDC PSS PLR PES PDC PVL PBD PEV LG UDF LEGA PCS MCG Autres
09.10.19 Sotomo / RTS[59] 27.3% 18.2% 15.2% 10.7% 10.6% 7.3% 2.8% 1.8% NC NC NC NC NC 6.1%
29.09.19 Tamedia[60] 27.9% 18.0% 15.6% 10.2% 10.4% 7.2% 3.3% NC NC NC NC NC NC 7.4%
05.09.19 Sotomo / RTS[61] 26.8% 18.7% 16.7% 10.5% 10.2% 6.9% 2.6% 1.6% NC NC NC NC NC 6.0%
06.06.19 Sotomo / RTS[62] 26.5% 19.1% 16.2% 10.1% 10.6% 6.4% 2.9% 1.8% NC NC NC NC NC 6.4%
29.05.19 Tamedia[63] 28.9% 17.6% 15.5% 9.9% 10.3% 6.9% 3.3% NC NC NC NC NC NC 7.6%
06.03.19 Tamedia[64] 29.2% 18.4% 15.9% 9.6% 9.9% 6.7% 3.9% NC NC NC NC NC NC 6.4%
21.02.19 Sotomo / RTS[65] 27.0% 17.4% 17.4% 9.5% 11.3% 6.4% 3.3% 1.7% NC NC NC NC NC 6.0%
04.10.18 Sotomo / RTS[66] 27.4% 19.3% 17.7% 8.7% 10.1% 5.7% 3.2% 2.0% NC NC NC NC NC 5.9%
01.10.18 Ringier / Blick[67] 28.0% 18.7% 17.3% 9.1% 11.0% 5.9% 2.0% 1.9% NC NC NC NC NC 6.1%
29.09.18 Tamedia[68] 29.7% 17.9% 17.0% 7.1% 9.9% 5.7% 4.0% NC NC NC NC NC NC 8.7%
29.06.18 Tamedia[69] 29.2% 18% 16.4% 7.2% 10.0% 5.7% 4.7% NC NC NC NC NC NC 8.8%
12.01.18 Tamedia[70] 30.8% 18.7% 16.4% 7.4% 9.1% 6.1% 3.7% NC NC NC NC NC NC 7.8%
20.10.17 Sotomo / RTS[71] 28.7% 17.7% 17.1% 8.1% 10.9% 5.4% 3.4% NC NC NC NC NC NC 8.6%
22.04.17 GfS / RTS[72] 28.3% 20.3% 17.3% 8.8% 10.7% 4.9% 3.0% NC NC NC NC NC NC n.c
18.10.16 GfS[73] 29.9% 18.7% 16.7% 7.6% 10.5% 5.6% 3.5% NC NC NC NC NC NC n.c
15.05.16 OpinionPlus / Sonntagsblick[74] 30.8% 17.8% 16.8% 6.6% 10.6% 5.4% 4.6% NC NC NC NC NC NC 7.4%
01.04.16 GfS / Sonntagsblick[75] 22.4% 19.3% 24.8% 6.0% 12.4% 4.2% 7.0% 1.5% 0.9% NC NC NC NC 1.5%
18.10.15 Dernières élections[76] 29.4% 18.8% 16.4% 7.1% 11.6% 4.6% 4.1% 1.9% 0.9% 1.2% 1.0% 0.2% 0.3% 2.5%

N.B. : Aucun parti n'est mis en exergue bien qu'il puisse arriver en tête dans les sondages. En effet, le système politique suisse ne tient pas forcément compte du premier arrivé puisque le Gouvernement, qui est élu par le Parlement, est un gouvernement de coalition entre les forces les plus importantes du pays selon le principe de la formule magique.

Résultats[modifier | modifier le code]

Conseil national[modifier | modifier le code]

Résultats des élections du Conseil National de 2019[77]
Parti Sigle Voix % +/- Sièges +/-
Union démocratique du centre UDC 2
Parti socialiste suisse PSS
Parti libéral-radical PLR
Parti démocrate-chrétien PDC 2
Parti écologiste PES
Vert'libéraux PVL
Parti bourgeois-démocratique PBD 1
Parti évangélique PEV
Ligue des Tessinois Lega
Centre gauche - PCS PCS
Parti chrétien-social d'Obwald CSP
Mouvement citoyens genevois MCG
Autres partis
Votes valides
Votes blancs et invalides
Total 100 - 200 Steady.svg
Abstention
Inscrits / participation

Conseil des États[modifier | modifier le code]

Résultats des élections du Conseil des États de 2019
Parti Sigle Premier tour Second tour Total
Sièges
+/-
Voix % Sièges Voix % Sièges
Union démocratique du centre UDC
Parti socialiste suisse PSS
Parti libéral-radical PLR 2 2[a]
Parti démocrate-chrétien PDC 2 2[b]
Parti écologiste PES 1 1
Vert'libéraux PVL
Parti bourgeois-démocratique PBD
Parti évangélique PEV
Ligue des Tessinois Lega
Centre gauche - PCS PCS
Parti chrétien-social d'Obwald CSP
Mouvement citoyens genevois MCG
Autres partis
Votes valides
Votes blancs et invalides
Total 100 100 46 Steady.svg
Abstention
Inscrits / participation

Sièges par canton[modifier | modifier le code]

Canton Siège 1 Parti Siège 2 Parti
Drapeau du canton de Nidwald Nidwald Hans Wicki* PLR Un seul siège à pourvoir
Drapeau du canton d'Obwald Obwald Erich Ettlin* PDC Un seul siège à pourvoir
Drapeau du canton de Glaris Glaris Thomas Hefti* PLR Mathias Zopfi PES
Drapeau du canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures Appenzell Rhodes-Intérieures Daniel Fässler PDC Un seul siège à pourvoir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dont un élu tacitement à Nidwald en l'absence d'opposants.
  2. Dont un siège élu par la Landsgemeinde du canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures le et un élu tacitement à Obwald en absence d'opposants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Dates des votations des 20 prochaines années », sur admin.ch (consulté le 30 septembre 2017).
  2. Nationalrat - Conseil national - Consiglio nazionale Union Interparlementaire
  3. Ständerat - Conseil des États - Consiglio degli Stati Union Interparlementaire
  4. « "C'est la forme la plus directe de démocratie" : dans deux cantons suisses, les décisions politiques sont prises à main levée par la population », sur Franceinfo, (consulté le 7 septembre 2019)
  5. (de) Nationalrats- und Ständeratswahlen, nw.ch, consulté le 14 septembre 2019
  6. (de) Erneuerungswahl des Nationalrats und des Ständerats für die Amtsdauer 2019 bis 2023, ow.ch, consulté le 14 septembre 2019
  7. « Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) », sur aso.ch.
  8. Qui a le droit de voter et d’élire ?, ch.ch, consulté le 8 août 2019
  9. (de)Wer kann in Ihrem Kanton die Ständeratsmitglieder wählen? Auslandschweizerinnen und -schweizer auch? Und die Ausländer? Aus welchen Gründen kann das Wahlrecht entzogen werden?, ch.ch, consulté le 8 août 2019
  10. Constitution de la République et Canton de Neuchâtel, RS 131.233, art. 37.
  11. « L’élection du Conseil des États dans le canton de Neuchâtel », sur ch.ch, .
  12. Loi sur les droits politiques - Art 3, rsju.jura.ch, consulté le 5 août 2019.
  13. « Canton du Jura - Droits politiques », sur jura.ch.
  14. « Modifications concernant la répartition des sièges entre les cantons lors du renouvellement intégral du Conseil national en 2019 », sur admin.ch.
  15. « Répartition des sièges entre les cantons pour l’élection 2019 du Conseil national » [PDF], sur news.admin.ch.
  16. « Partis enregistrés », sur admin.ch.
  17. (de) Diese Parlamentarier treten nicht mehr an, SRF, consulté le 22 avril 2019
  18. Jacques-André Maire (PS/NE) quittera la politique en 2019, RTS, consulté le 30 juin 2018
  19. Liliane Maury Pasquier quittera le Parlement, Tribune de Genève, consulté le 30 septembre 2018
  20. Raphaël Comte renonce à un nouveau mandat, Le Matin, consulté le 30 juin 2018
  21. Philipp Müller va prendre sa retraite politique, Le Matin, consulté le 6 septembre 2018
  22. Le conseiller aux États UDC Roland Eberle ne se représentera pas, La Liberté, consulté le 4 octobre 2018
  23. Plus de 4650 candidats en lice pour le Conseil national, un record, Radio télévision suisse, 16 septembre 2019
  24. a b c et d (de) « Nationalratswahlen: So sieht die Ausgangslage in den Kantonen aus », sur nzz.ch, .
  25. (de)Überraschung in Ausserrhoden: Daniela Merz zieht Kandidatur für den Nationalrat zurück – SP überlegt sich eigene Kandidatur, St. Galler Tagblatt, consulté le 6 août 2019
  26. (de) « Wahlvorschläge für die Nationalratswahlen 2019 », sur ag.ch, .
  27. (de) « 134 Kandidierende für die Nationalratswahlen 2019 », sur baselland.ch, .
  28. (de) « Kandidierende für die National- und Ständeratswahlen und Regierungsersatzwahlen 2019 », sur medien.bs.ch, .
  29. Listes du cercle électoral : Bern / Berne.
  30. « Listes dans le cercle électoral Fribourg / Freiburg », sur fr.ch, .
  31. « Listes définitives des candidat-e-s genevois à l'élection des Chambres fédérales du 20 octobre 2019 », sur ge.ch, .
  32. Kandidatenlisten, gr.ch, consulté le 6 août 2019.
  33. « Elections 2019 dans le Jura: nombre record de candidats au National », sur jura.ch, .
  34. (de) « Listen und Listennummern », sur wahlen.lu.ch, .
  35. « 18 candidat-e-s pour le Conseil des États et 47 candidat-e-s pour le Conseil national », sur ne.ch, .
  36. (de) « Sitz im Nationalrat wird von zwei Kandidaten begehrt », sur nw.ch, .
  37. (de) « Nationalrats- und Ständeratswahl: Gültigkeit der Wahlvorschläge und stille Wahl », sur ow.ch, .
  38. (de) « Erneuerungswahl 20. Oktober 2019 », sur sg.ch, .
  39. (de) « Nationalratswahl 2019 », sur sh.ch, .
  40. (de) « Nationalratswahlen vom 20. Oktober 2019 », sur sz.ch, .
  41. Neuer Rekord: 166 wollen in den Nationalrat, fünf in den Ständerat
  42. (it) « Liste per l'elezione del Consiglio Nazionale e del Consiglio degli Stati », sur ti.ch, .
  43. (de)135 Kandidatinnen und Kandidaten auf 23 Nationalratslisten, tg.ch, consulté le 8 septembre 2019
  44. Listes provisoires déposées à la Chancellerie d'État du canton du Valais, dans le délai légal, en vue des élections au Conseil national du 20 octobre 2019
  45. Listes pour l’élection au Conseil national de dimanche 20 octobre 2019.
  46. Eingereichte und unbereinigte Wahlvorschläge.
  47. (de)Nationalrats- und Ständeratswahlen Informationen, nw.ch, consulté le 9 septembre 2019
  48. (de)Erneuerungswahl des Ständerats für die Amtsdauer 2019 bis 2023, ow.ch, consulté le 9 septembre 2019
  49. (de)Liste D Wahlvorschlag Sozialdemokratische Partei (SP), sz.ch, consulté le 9 septembre 2019
  50. Bernard Wuthrich, « Le PLR mise sur le micro-ciblage smartphone en main », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2019)
  51. « L'UDC veut se lancer dans le porte-à-porte », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  52. Stéphanie Jaquet, « Malaise autour des louanges du régime nord-coréen par Claude Béglé », RTS,‎ (lire en ligne)
  53. Boris Busslinger, « Raté politique d’envergure au PDC », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  54. « Le PBD se profile comme «le juste milieu» pour les fédérales », La Liberté,‎ (lire en ligne)
  55. « Le PLR lance sa campagne «avancer ensemble» », Le Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2019)
  56. « L'UDC mise sur l'indépendance du pays pour les élections fédérales de 2019 », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2019)
  57. UDF Élections, UDF
  58. Elections du Conseil national et du Conseil des Etats 2019 : PEV - Pour que les valeurs comptent, durablement !, [Parti évangélique suisse|PEV]
  59. « Vers un effritement de la droite et une poussée écologiste au Parlement », sur rts.ch (consulté le 11 octobre 2019)
  60. « Sondage Tamedia: les Verts franchissent la barre des 10% », sur tamedia.ch (consulté le 29 septembre 2019)
  61. « Les Verts passent devant le PDC dans le dernier baromètre électoral SSR », sur rts.ch (consulté le 5 septembre 2019)
  62. « La gauche pourrait sortir renforcée des fédérales, selon le baromètre SSR », sur rts.ch (consulté le 7 juin 2019)
  63. (de) « Grün liegt im Trend », sur tagesanzeiger.ch (consulté le 29 mai 2019)
  64. « Les Verts sont aux portes du Conseil fédéral » (consulté le 22 avril 2019)
  65. « Verts et Vert'libéraux ont le vent en poupe selon le baromètre SSR », sur rts.ch (consulté le 22 février 2019)
  66. « L'UDC et le PDC perdent des plumes selon le dernier baromètre SSR », sur rts.ch (consulté le 5 octobre 2018)
  67. (de) « FDP legt zu, Einbussen für SVP und CVP », sur blick.ch (consulté le 24 décembre 2018)
  68. « 48% des Suisses opposés à un accord-cadre avec l'UE », sur 20min.ch (consulté le 5 octobre 2018)
  69. « Les partis restent stables à 16 mois du scrutin », sur lematin.ch (consulté le 30 juin 2018)
  70. « L’UDC caracole en tête des intentions de vote », sur tdg.ch (consulté le 13 janvier 2018)
  71. « Huit Suisses sur dix voteraient comme lors des élections fédérales de 2015 », sur rts.ch (consulté le 20 octobre 2017)
  72. « Les Verts regagnent du terrain dans les législatifs cantonaux », sur rts.ch (consulté le 30 septembre 2017)
  73. (de) « Ein Jahr nach den Nationalratswahlen 2015: GLP würde national wieder zulegen, CVP weiter verlieren », sur gfsbern.ch (consulté le 30 septembre 2017)
  74. (de) « Presseschau »SonntagsBlick« », sur blick.ch (consulté le 14 juillet 2019)
  75. « Le sondage qui place le PLR devant l'UDC », sur letemps.ch (consulté le 30 septembre 2017)
  76. « Élections au Conseil national 2015 », sur bfs.admin.ch (consulté le 30 septembre 2017)
  77. « Le site officiel des élections fédérales 2019 - www.ch.ch » (consulté le 19 octobre 2019)