Christoph Mörgeli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christoph Mörgeli
Portrait de Christoph Mörgeli (2007)
Portrait de Christoph Mörgeli (2007)
Fonctions
Conseiller national
En fonction depuis le [1]
Législature 46e (1999-2003)
47e (2003-2007)
48e (2007-2011)
49e (2011-2015)
Biographie
Date de naissance (56 ans)[1]
Parti politique Union démocratique du centre (UDC)

Christoph Mörgeli né le à Stäfa est un historien et politicien suisse membre de l'Union démocratique du centre (UDC).

Historien[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé ses études en histoire générale, sciences politiques, littérature allemande et linguistique à l'université de Zurich, il est engagé en 1985 par l'institut d'histoire de la médecine de Zurich en tant que collaborateur scientifique permanent. En 1986, il obtient son doctorat avec une thèse sur le médecin et homme politique Johannes Hegetschweiler[2]. En 1995, il présente un article à la faculté de médecine de l'université de Zürich sur la médecine durant la période Biedermeier[3] et est nommé professeur titulaire en 2001. L'histoire des danses macabres constitue notamment un thème important de ses recherches.

Il est directeur et conservateur du musée de l'histoire de la médecine à l'Université de Zurich jusqu'à son licenciement en 2012[4].

« Affaires Mörgeli »[modifier | modifier le code]

Politicien[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

La carrière politique de Christoph Mörgeli débute avec son engagement au conseil paroissial de Stäfa de 1986 à 1992. En 1997 il entre au Grand Conseil zurichois en tant que membre de l'Union démocratique du centre (UDC), mandat auquel il doit renoncer à la suite de son élection au conseil national en 1999. Il est réélu comme conseiller national en 2003 et 2007. Il est membre de la commission des affaires étrangères et de la commission pour la science, l'éducation et la culture.

En plus de ses activités de député, Christoph Mörgeli est membre du mouvement conservateur Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN). Depuis 2001, Il est en outre chef du comité de programme de l'UDC zurichoise. Dans les médias, Christoph Mörgeli est aussi souvent décrit comme ayant un rôle de maître à penser au sein de la section nationale du parti[5],[6]. Il s'exprime régulièrement publiquement dans les journaux dont notamment la Weltwoche et le Berner Zeitung[7].

Positionnement[modifier | modifier le code]

Christoph Mörgeli est attribué à l'aile droite de l'UDC et proche de Christoph Blocher[8]. Sa ligne politique en tant que conseiller national durant la 46e législature (de 1999 à 2003)[9] se caractérise d'une part par la demande de réductions fiscales et d'idées basées sur « la loi et l'ordre » (Law and order) comme une armée forte ou une politique d'immigration restrictive et, d'autre part, par le rejet marqué de la libéralisation sociale, l'ouverture de la politique étrangère ou l'engagement du gouvernement dans les domaines tels que l'éducation, la recherche ou la protection de l'environnement. Un élément central de son positionnement politique est la critique du socialisme. Par conséquent, il rejette également catégoriquement toute nouvelle évolution vers un État providence.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Christoph Mörgeli est officier dans l'armée suisse, avec le grade de lieutenant-colonel de l'infanterie. Il a été commandant du bataillon fusilier mécanisé 65.

Il est membre d’une corporation zurichoise, la Zunft sur Schmiden.

Christoph Mörgeli est marié (séparé) et a deux enfants. Il vit à Stäfa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biographie de Christoph Mörgeli sur le site Web de l'Assemblée fédérale suisse. (réf. 02.02.2010)
  2. Christoph Mörgeli: Dr. med. Johannes Hegetschweiler, 1789-1839: Opfer des "Züriputschs", Wissenschafter und Staatsmann zwischen alter und moderner Schweiz. Zürich: Juris-Verlag 1986, ISBN 3-260-05124-4
  3. Christoph Mörgeli: Europas Medizin im Biedermeier aufgrund der Reiseberichte des Zürcher Arztes Conrad Meyer-Hofmeister, 1827–1831. Basel: Schwabe 1997, ISBN 3-7965-1033-7
  4. [1] RTS Info, Christophe Morgeli n'est plus conservateur de musée à Zurich
  5. Blochers Bengel Bilanz 12/05, 28. Juni 2005
  6. Mörgeli und das SVP-Schattenkabinett. Tages-Anzeiger, 31. Oktober 2007
  7. Archiv auf persönlicher Homepage
  8. Parlamentsspiegel 47. Legislatur.
  9. Politprofil auf der Basis des Abstimmungsverhaltens im Nationalrat (Sotomo Spider)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]