Parti nationaliste suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti nationaliste suisse
Présentation
Président Philippe Brennenstuhl
Fondation 2011
Idéologie Nationalisme
Couleurs rouge, blanc
Site web www.partinationalistesuisse.ch

Le Parti nationaliste suisse est un parti politique suisse situé à l'extrême droite et ne disposant d'aucun représentant au sein des différentes composantes du système politique suisse. Son président est Philippe Brennenstuhl.

Il ne doit pas être confondu avec le Parti des Suisses nationalistes (en allemand : Partei National-orientierter Schweizer, PNOS).

Historique[modifier | modifier le code]

Le Parti nationaliste suisse a été fondé en 2011.

Le PNS semble être en perte de vitesse. Nombre de ses cadres l'auraient quitté, en rejoignant par exemple le mouvement Résistance helvétique[1].

Implantation[modifier | modifier le code]

Le PNS n'existe qu'en Suisse romande. Il considère le PNOS, actif en Suisse alémanique, comme un parti « frère du PNS », mais en précisant que « les organisations sont des entités distinctes et sans autres rapports »[2]. En pratique, les Suisses-allemands du PNOS semblent par ailleurs avoir des contacts bien plus réguliers avec le mouvement romand Résistance Helvétique qu'avec le PNS[3],[4].

Le site du PNS ne fait pas mention de l'existence de sections[5]. Toutefois, le fait que le parti n'a présenté des candidats que dans le canton de Vaud laisse penser que son implantation serait limitée à ce canton[6].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections cantonales[modifier | modifier le code]

Pour la première fois le PNS participe à l'élection du Grand Conseil vaudois du . Il réalise son meilleur résultat dans le sous-arrondissement d'Yverdon où il obtient 0,89 % des suffrages (2 548 voix). 853 suffrages (0,40 %) sont obtenus dans le sous-arrondissement de Vevey et 704 (0,13 %) dans celui de Lausanne-Ville. Il ne présenta des candidats que dans ces seuls trois sous-arrondissements[7].

Élections fédérales[modifier | modifier le code]

Dans le canton de Vaud, le PNS participe pour la première fois aux élections fédérales du et obtient 0,08 % des suffrages (2 389 voix). Philippe Brennenstuhl était candidat unique sur la liste[8].

Aux élections au Conseil national du [9], la liste obtient 0,45 % (14 249 suffrages). La liste comportait cette fois quatre candidats (Philippe Brennenstuhl, Jérémy Oguey, David Rouiller, Stéphane Creutzberg-Bernheim)[10].

En 2019, le PNS présente à nouveau une liste dans le canton de Vaud pour les élections au Conseil national. La liste comprend 11 candidats, dont 4 sont établis dans le Canton de Fribourg, la loi fédérale autorisant ce cas de figure[11]. La liste obtient 484 bulletins[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rapport annuel des activités de l’extrême-droite genevoise et régionale 2016-2017 – Réseau Antifasciste Genève », sur rage.noblogs.org, (consulté le 29 juillet 2018).
  2. « Parti Nationaliste Suisse - Questions », sur www.partinationalistesuisse.ch (consulté le 23 mai 2019)
  3. (en) « Nazis: Blockieren oder ignorieren? », sur basta-bs.ch (consulté le 23 mai 2019)
  4. David Genillard, « Surveillée, la «droite radicale» se réunit à Aigle », 24 Heures,‎
  5. « Parti Nationaliste Suisse - Accueil », sur www.partinationalistesuisse.ch (consulté le 23 mai 2019)
  6. « Face aux petits partis: Philippe Brennenstuhl (Parti nationaliste suisse) - Radio », sur Play RTS (consulté le 23 mai 2019)
  7. « Élection du Grand Conseil du 30 avril 2017 », sur elections.vd.ch.
  8. « « Canton de Vaud: Résultat officiel votation / élection » [archive] », sur elections.vd.ch.
  9. Céline Zünd, « L’extrême droite suisse entre insignifiance et potentiel violent », sur letemps.ch, .
  10. « http://www.elections.vd.ch/votelec/app/?id=CHCN20151018 », sur elections.vd.ch.
  11. Patrick Chuard, « Fribourg exporte ses extrémistes », sur www.laliberte.ch, La Liberté, (consulté le 11 octobre 2019)
  12. « élection du Conseil National du 20 octobre 2019 », sur www.elections.vd.ch, (consulté le 20 octobre 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]