Saint-Aubin-d'Aubigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Aubin-d'Aubigné
Saint-Aubin-d'Aubigné
La mairie.
Blason de Saint-Aubin-d'Aubigné
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Ille-Aubigné
Maire
Mandat
Jacques Richard
2020-2026
Code postal 35250
Code commune 35251
Démographie
Gentilé Saint-Aubinois
Population
municipale
3 796 hab. (2017 en augmentation de 12,54 % par rapport à 2012en augmentation de 12,54 % par rapport à 2012)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 44″ nord, 1° 36′ 22″ ouest
Altitude Min. 42 m
Max. 111 m
Superficie 23,52 km2
Élections
Départementales Canton d'Antrain
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Aubin-d'Aubigné
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Aubin-d'Aubigné
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-d'Aubigné
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-d'Aubigné
Liens
Site web /www.saint-aubin-daubigne.fr

Saint-Aubin-d'Aubigné est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 3 796 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Aubin-d'Aubigné est située à 18 kilomètres de Rennes. Sa population était de 3 796 habitants au 1er janvier 2017. Elle est traversée par l'Illet. La commune est située sur l'itinéraire historique du mont Saint-Michel, à 47 km de ce dernier.

La commune est desservie par le réseau Illenoo du département : ligne 4a Rennes (Gare Routière) <> Saint Aubin d'Aubigné <> Sens de Bretagne <> Antrain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sanctus Albinus de Albiniaco en 1161[1], ecclesia Sancti Albini au XVe siècle[2], Sanctus Albinus prope Albigneyum en 1516[1].

Le nom de la commune est ptî' Saint Aubin en gallo[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité gallo romaine[modifier | modifier le code]

Deux grandes villas romaines furent retrouvés aux lieu-dit du Placis vert et à la Gâtine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, la seigneurie du lieu appartient à la famille Montgermont, puis passe dans les mains de la famille de Freslon jusqu'en 1789.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

À la Révolution française, la commune devient chef-lieu de canton et se déclare « pour » la République. Cela se manifeste, entre autres, par la participation aux fêtes révolutionnaires, dont la principale est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[4]. Durant cette période, la commune porte le nom d'Aubin-Philonôme[5]. La fête de l’Agriculture, pourtant peu suivie dans le département, est fêtée à Saint-Aubin[6].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Bien placée sur la route de Rennes à Avranches (actuelle RD 175 ex RN 776 ), elle est animée par un marché hebdomadaire et des foires annuelles. La construction des halles en 1850, témoigne de la vitalité de la commune.

Plus tard, la commune refuse le chemin de fer.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le marquis de Menou écrit à ses fermiers en 1910 : « Je tiens à vous informer qu'il y a à Saint-Aubin [-d'Aubigné] actuellement une école chrétienne pour les garçons. (...) Vous aurez donc à cœur d'obtempérer à ma volonté et de faire entrer tous vos enfants à l'école chrétienne dans le courant de la semaine »[7].

La commune se modernise peu à peu avec au XXe siècle, l'arrivée du tramway départemental, l'électrification, construction d'un abattoir, d'un collège… Pendant la Seconde Guerre mondiale, des juifs furent cachés dans cette commune et alentour par des Justes parmi les nations (huit familles). Une place rue de Rennes leur rend hommage, la commune et les noms des patriotes sont inscrits à Yad Vashem à Jérusalem.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Saint-Aubin-d'Aubigné a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[8].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793   Jean-Louis Rouzé    
1815   M. Letourbillon    
1831   M. Raston    
1837 1845 Joseph Augustin Marie Bagot   Notaire
1845 1847 Joseph Marie Aubrée   Huissier
1848 ? M. Tizon    
1849 1864
(décès)
Comte Emmanuel Jean Aimé
de Freslon de Saint-Aubin
  Ancien sous-lieutenant d'infanterie, conseiller général (1852-1864)
1864 1873 Victor Prioul   Maréchal
1874 1878 Augustin Lecoq   Notaire
1878 1885 Robert Surcouf    
1885 1903 Jean-Marie Chevrel   Boucher
1904 ? Yves Marie Prod'homme   Receveur de l'enregistrement
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1950
(décès)
Amand Brionne père (1871-1950) Rad. Marchand de chaussures, conseiller général (1932-1940, 1945-1950)
1950 1971
(décès)
Amand Brionne fils (1898-1971) Rad. Industriel, conseiller général (1950-1971)
Maire en 1973 mars 1977 Lucien Besnard DVD Huissier, conseiller général (1976-1979)
mars 1977 décembre 1977
(démission)
Henri Triverio DVD Ingénieur conseil
décembre 1977[9] mars 1991
(démission)
Jean-Paul Ridard UDF-PR Pharmacien, conseiller général (1979-1992)
mars 1991 juin 1992[10]
(démission)
Maurice Cintré DVD Artisan peintre retraité
septembre 1992[11],[12] avril 2014 Pierre Esnault PS Enseignant, conseiller général (1998-2001)
avril 2014[13] En cours Jacques Richard SE/DVD Militaire retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2017, la commune comptait 3 796 habitants[Note 2], en augmentation de 12,54 % par rapport à 2012 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3101 2111 1541 2551 3021 2891 2491 4081 470
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5171 4481 6841 7491 8711 8481 8471 7821 755
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6711 6591 6091 4251 4551 3371 4351 4231 423
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 3911 5441 6802 1332 1702 4402 9593 0333 373
2017 - - - - - - - -
3 796--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Aubin, œuvre d'Arthur Regnault.
  • Château de Saint-Aubin, datant des XVe siècle et XIXe siècle.
  • Église Saint-Aubin, édifiée de 1896 à 1899 par l'architecte Arthur Regnault.
  • Le lavoir du village, construit en 1905 et rénové à la fin des années 1990, est situé en contrebas du bourg, juste à côté de l'étang. De là part un parcours santé d'environ une heure dans les sous-bois et les prairies.
  • L'école Notre-Dame-de-Bon-Secours et du patronage Saint-Michel, construite en 1907.
  • L'ancien hôtel des Postes, rue d'Antrain, construit en 1931.
  • La gendarmerie, construite en 1936-1937.
  • La place des Justes, rue de Rennes, a été inauguré en 2010 en hommage et à la mémoire des Saint-Aubinois qui abritèrent des familles juives pendant la Seconde Guerre mondiale.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017, légale en 2020.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Vol. 5, Rennes-Paris, Fougeray-Haton, , 804 p. (lire en ligne), p. 729
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1530
  3. « ChubEndret — Dictionnaire de noms de lieux », sur https://www.chubri-galo.bzh/ (consulté le 30 mai 2020)
  4. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales
  6. Dubreuil, Fêtes, p. 405
  7. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  8. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19 décembre 2009
  9. « Ancien maire, Jean-Paul Ridard est décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 janvier 2017)
  10. « À Saint-Aubin-d'Aubigné, neuf démissions dont celle du maire : Une commune difficile à gérer », Ouest-France,‎ 27-28 juin 1992 (archives du journal)
    La commune de Saint-Aubin-d'Aubigné use ses maires. Après Jean-Paul Ridard, qui s'était retiré voici une quinzaine de mois, c'est, aujourd'hui, Maurice Cintré qui démissionne à son tour, avec tous les membres de sa majorité. Il va falloir repasser dans l'isoloir.
  11. « Pierre Esnault, nouveau maire (de gauche) à Saint-Aubin-d'Aubigné », Ouest-France,‎ (archives du journal)
    Il n'y a pas eu de surprise hier soir, à Saint-Aubin-d'Aubigné. Pierre Esnault (PS), jusqu'alors chef de file de l'opposition, a été élu maire par 18 voix sur 19 votants.
  12. « Chantal Thibault sera la candidate de la « continuité » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 janvier 2017)
  13. « Premier mandat de maire pour Jacque Richard », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 janvier 2017)
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  18. « Législatives : Marie-Pierre Vedrenne, candidate de La République En Marche », sur actu.fr, La Chronique républicaine (consulté le 28 mai 2019)