Liffré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liffré
Liffré
Vue sur Liffré (depuis la rue de Fougères).
Blason de Liffré
Blason
Liffré
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Liffré-Cormier Communauté
(siège)
Maire
Mandat
Guillaume Bégué
2020-2026
Code postal 35340
Code commune 35152
Démographie
Gentilé Liffréen
Population
municipale
7 949 hab. (2019 en augmentation de 10,96 % par rapport à 2013)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 49″ nord, 1° 30′ 29″ ouest
Altitude Min. 40 m
Max. 113 m
Superficie 66,86 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Liffré
(ville isolée)
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Liffré
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Liffré
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Liffré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liffré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liffré
Liens
Site web ville-liffre.fr

Liffré est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, dans la région Bretagne peuplée de 7 949 habitants[Note 1]. Elle est le bureau centralisateur du canton de Liffré et le siège de l'intercommunalité Liffré-Cormier Communauté[1].

Ses habitants sont appelés les Liffréens et les Liffréennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Liffré est située à 293 km de Paris, à 28 km de Fougères, à 18 km de Rennes, à 20 km de la gare TGV de Rennes, et à 30 km de l'aéroport de Rennes-Bretagne. Une liaison de transport en commun par autocar est assurée tous les jours en direction de Rennes et de Fougères par le réseau de transport en commun interurbain BreizhGo. La commune est traversée par l'autoroute des estuaires A84 (échangeurs 26 Liffré-centre et 27 Liffré-Beaugé).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 6 686 hectares dont 3 985 de forêts (forêt domaniale de Rennes et forêt domaniale de Liffré) ; son altitude varie de 40 à 113 mètres[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 12,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 826 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Feins Sa », sur la commune de Feins, mise en service en 2005[9] et qui se trouve à 16 km à vol d'oiseau[10],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 11,3 °C et la hauteur de précipitations de 811,6 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945 et à 23 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[13], à 12,1 °C pour 1981-2010[14], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Liffré est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Liffré, une unité urbaine monocommunale[19] de 7 609 habitants en 2017, constituant une ville isolée[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (59,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (59,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (53,3 %), zones agricoles hétérogènes (23,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,4 %), zones urbanisées (5,2 %), terres arables (4,7 %), prairies (4,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2 %), eaux continentales[Note 8] (0,6 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[25].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Liffré et l'ensemble de l'Ille-et-Vilaine en 2018[I 1],[I 2].

Le logement à Liffré en 2018
Liffré Ille-et-Vilaine
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 3 406 554 254
Part des résidences principales (en %) 93,0 86,3
Part des résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,0 7,1
Part des logements vacants (en %) 6,0 6,7
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 69,6 59,8
Part des ménages locataires de leur logement (en %) 29,1 39,0
Part des ménages logés à titre gratuit (en %) 1,3 1,2

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune de Liffré est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), inondations, tempêtes et grains, radon ou sismique (sismicité faible).

Terminologie des zones sismiques[26]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 2 Sismicité faible accélération = 0,7 m/s2

Elle est également exposée à deux risques technologiques : le transport de marchandises dangereuses et la pollution des sols. Entre 1987 et 2018, huit arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune : un pour inondations, coulées de boue et mouvements de terrain, cinq pour inondations et coulées de boue, un pour mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols et un pour tempête[27].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie de Liffré provient du nom germanique[style à revoir] Liutfred[28].

En gallo, langue traditionnelle des habitants de Liffré, la commune est appelée Lifrë[29] et en breton Liverieg. Des panneaux d'entrée et de sortie d'agglomération en français, gallo, breton ont été installés en 2020.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La découverte de pièces de monnaie anciennes sur le territoire témoigne de l'occupation gallo-romaine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse naît à la suite de la mise en valeur de la forêt domaniale de Rennes. Comme les communes de La Bouëxière et de Saint-Sulpice-la-Forêt au XIIe siècle, Liffré, Sérigné et Saint-Aubin-du-Cormier se sont constituées grâce aux défrichements du XIIIe siècle. Terrain de chasse de prédilection des comtes de Rennes et des ducs de Bretagne, la paroisse se situe sur leur domaine ducal. La paroisse de Sérigné est rapidement rattachée au territoire de Liffré ; plusieurs prieurés s'y installent sous la protection des ducs. Bénéficiant d'une situation privilégiée sur l'axe de communication Rennes - Fougères, son développement paraît lent mais continu. Liffré est occupé, comme l'abbaye de Saint-Sulpice, par les troupes françaises qui menacent Rennes en 1491, pour obliger la duchesse Anne au mariage avec le roi de France.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En , le duc de la Trémoille, qui venait d'acheter le marquisat d'Épinay (situé en Champeaux), vend une partie de la terre de Sérigné (qui dépendait de ce marquisat) au seigneur de Poulpry et le reste en 1636 au seigneur de Montbourcher[30].

En 1691, le recteur de Liffré, Thomas Constance, rendit aveu au roi pour neuf traits de dîme dont il jouissait en sa paroisse, savoir : le Bourg, le Breil, Launay, la Martouais, Colleray, Mordrée, la Plardaye, Fouillard et Champgiron. Son successeur, M. Bazin, déclara que ses dîmes valaient 1 590 livres de rente et qu'il jouissait en plus de la chapellenie de la Benazerie, valant 80 livres[31].

Le panneau d'entrée d'agglomération de Liffré traduit également en gallo et breton (en ).

Révolution française[modifier | modifier le code]

À la Révolution, Liffré devient le chef-lieu de canton et son développement se poursuit, notamment grâce à l'exploitation des forges de Sérigné, des carrières de pierre et à la population ouvrière de la forêt.

La population de la commune est favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l'anniversaire de l'exécution de Louis XVI, accompagnée d'un serment de haine à la royauté et à l'anarchie, fêtée à partir de 1795[32].

En 1794, pendant la guerre de Vendée, le comte Joseph de Puisaye alors en clandestinité à la suite de la Révolution, est en route pour Vitré et la Gravelle et arriva au bourg de Liffré à la tête de 6 à 700 royalistes. Cette troupe royaliste fut défaite le à Liffré par les compagnies républicaines, Puisaye s'échappa à cheval[33],[34].

Au XIXe siècle, les transports ferroviaires secondaires apparaissent ; Liffré ne connaît qu'un très léger fléchissement de sa population au tournant du siècle. À partir des années 1970, la commune connaît une explosion démographique importante avec l'extension de l'agglomération de Rennes sur la première couronne.

Le hameau de Fouillard dépendait autrefois de la paroisse de Liffré. Mais dès 1866, les habitants du hameau demandent leur rattachement à Thorigné, ce qui leur est accordé par décret du . La commune prend alors le nom de Thorigné-Fouillard.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Taillé : au premier de sinople aux deux étoiles d'or rangées en barre, au second de gueules aux deux étoiles d'or rangées en barre[35].

Logotype[modifier | modifier le code]

Logotype de la Ville de Liffré

Logotype de la Ville de Liffré : À compléter


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Liffré appartient à l'arrondissement de Rennes et au canton de Liffré, dont elle est le chef-lieu depuis sa création. Le redécoupage cantonal de 2014 en a modifié sa composition puisque les communes d'Acigné (ancien canton de Cesson-Sévigné) et de Brécé (canton de Châteaugiron) intègrent le canton redécoupé tandis que Livré-sur-Changeon est rattachée au canton de Fougères-1 nouvellement créé.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la deuxième circonscription d'Ille-et-Vilaine, représentée depuis par Laurence Maillart-Méhaignerie (MoDem). Auparavant, elle a successivement appartenu à la circonscription de Rennes (Second Empire, 1857-1870), la 2e circonscription de Rennes (1876-1885 puis 1889-1919), la 1re circonscription de Rennes (1928-1940), la 1re circonscription (1958-1986) et la 6e circonscription (1988-2012).

Sur le plan des institutions judiciaires, la commune relève du tribunal judiciaire (qui a remplacé le tribunal d'instance et le tribunal de grande instance le 1er janvier 2020), du tribunal pour enfants, du conseil de prud’hommes, du tribunal de commerce, de la cour d’appel et du tribunal administratif de Rennes et de la cour administrative d'appel de Nantes[36].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis le , date de sa création, la commune appartient à Liffré-Cormier Communauté (anciennement Communauté de communes du Pays de Liffré) et en est la principale ville. Elle accueille par ailleurs le siège de l'intercommunalité. Cette dernière a succédé au SIVOM du secteur de Liffré fondé en [37].

Liffré fait aussi partie du Pays de Rennes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29[38].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Commune /
Intercommunalité
Municipales et communautaires Liffré Maire Guillaume Bégué 2020 2026
Liffré-Cormier Communauté Président de l'intercommunalité Stéphane Piquet 2020 2026
Département Départementales Canton de Liffré Conseillère départementale Isabelle Courtigné 2021 2028[Note 9]
Conseiller départemental Jean-Michel Le Guennec
Région Régionales Région Bretagne Président du conseil régional Loïg Chesnais-Girard 2021 2028
Pays Législatives 2e circonscription Députée Laurence Maillart-Méhaignerie 2017 2022

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Loïg Chesnais-Girard, maire de Liffré entre 2008 et 2017 (en ).

Depuis 1983, Liffré est une ville qui vote traditionnellement à gauche aux élections municipales et depuis 1989, les sortants socialistes sont élus ou réélus dès le premier tour.

Avant cette date, la commune eut des maires classés à la droite de l'échiquier politique : Jean Vincent (UNR puis CNIP) de 1947 à 1965 et Louis Lorant (divers droite) entre 1971 et 1983.

Élection municipale du 15 mars 2020[40]

Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Guillaume Bégué[41] * PS 1 757 72,81 25 9
Liffré, partageons un avenir responsable
Yannick Billioux[42] DVD 656 27,18 4 1
Un nouvel élan pour Liffré
* Liste du maire sortant

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[43] ? Pierre Dufeu    
? ? Émile Planty[44]
(1870-1965)
SFIO Directeur d’école honoraire, ancien instituteur adjoint et chargé d'école
Officier de l’Instruction publique
Jean Vincent[45] UNR
puis CNIP
Agriculteur
Conseiller général du canton de Liffré (1961 → 1965)
Chevalier du Mérite Agricole
Jean Touffet DVD
(Act. rurale)
Retraité
Louis Lorant DVD Agriculteur
Président du SIVOM du secteur de Liffré (1977 → 1983)
Suppléant du député Jacques Cressard (1973 → 1978)
Clément Théaudin PS Enseignant retraité, chargé de mission
Député de la 1re circonscription d'Ille-et-Vilaine (1981 → 1986)
Député d'Ille-et-Vilaine (1986 → 1988)
Conseiller général du canton de Liffré (1978 → 1992 puis 1998 → 2015)
Président du SIVOM du secteur de Liffré (1989 → 1995 puis 1998 → 1999)
Président de la CC du Pays de Liffré (2000 → 2008)
Loïg Chesnais-Girard[46] PS Cadre bancaire
Conseiller régional de Bretagne (2010 → )
Président du conseil régional de Bretagne (2017 → )
Président de Liffré-Cormier Communauté (2008 → 2020)
Démissionnaire à la suite de son élection à la présidence du conseil régional de Bretagne
[47] En cours
(au 28 mai 2020)
Guillaume Bégué PS Chef d’entreprise
1er vice-président de Liffré-Cormier Communauté (2020 → )
Maire par intérim du 22 juin au 23 septembre 2017
Réélu pour le mandat 2020-2026
[48]
Les données manquantes sont à compléter.
L'hôtel de ville de Liffré (en ).

À la suite de l'élection de Loïg Chesnais-Girard à la présidence du conseil régional de Bretagne et à sa démission de ses fonctions de maire, une élection municipale partielle est organisée le  : elle voit la victoire de la liste emmenée par Guillaume Bégué, maire par intérim, avec 71,97 % des voix contre 28,03 % pour la liste divers droite de Jean-Michel Debains.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Budget 2011
  • 8 477 801  de fonctionnement ;
  • 5 862 172  d'investissements.
Taux d'imposition 2011

La fiscalité des entreprises (cotisation foncière et cotisation sur la valeur ajoutée) a été transférée à la communauté de communes du Pays de Liffré au avec un taux de CFE de 24,40 %.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Villes jumelles avec LiffréVoir et modifier les données sur Wikidata
Villes jumelles avec LiffréVoir et modifier les données sur Wikidata
VillePays
Bandera de Beniel.svgBenielFlag of Spain.svgEspagne
PiélaFlag of Burkina Faso.svgBurkina Faso
WendoverFlag of the United Kingdom (3-5).svgRoyaume-Uni

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[49]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[50].

En 2019, la commune comptait 7 949 habitants[Note 10], en augmentation de 10,96 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +5,84 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0352 0962 2282 3002 5492 4922 4022 6622 501
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7792 8853 1283 1753 0503 0163 0312 9443 001
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9102 9522 9042 5432 5972 5532 3872 4102 365
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 5582 8174 0404 2055 6596 4546 5516 6466 829
2015 2019 - - - - - - -
7 3707 949-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[51] puis Insee à partir de 2006[52].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne sur la ville de Liffré (en ).

Près de 200 activités sont répertoriées, réparties dans la ville et sur les zones d'activités : la Mare Gaucher (SVA, Clermont Groupe Jean Floc'h), la zone de la Perrière, les zones de Beaugé 1 avec Canon Bretagne (Intégrateur de matériel industriel, médical et fabricant de carte électronique qui a 700 salariés)[53], Beaugé 2 (artisans et PME), Beaugé 3 (intercommunale) et le parc d'activités de Sévailles.

La ville compte trois centres commerciaux de 3 500, 3 900 et 1 000 m2 (Intermarché, Super U et Lidl).

Beaugé 3 est une zone d'activités intercommunale soumise à une taxe professionnelle de zone, au profit de la Liffré-Cormier Communauté. Au-delà de la zone commerciale, 13 ha sont consacrés à une plate-forme logistique du groupe Lidl (30 000 m2 de bâtiments).

Le parc d'activités de Sévailles (42 hectares), comptant 15 ha entre l'autoroute des estuaires A84 et l'ancienne RN 12, est en cours de commercialisation par le Pays de Liffré[54].

Plusieurs entreprises se sont déjà installées : le Groupe Le Duff (500 emplois prévus), le maroquinier de luxe Fim, le brasseur Coreff, le (groupe Canon), ce qui compense largement les fermetures de l'équipementier automobile Delphi et de l'abattoir SVA Jean Rozé.

La commune compte également 34 exploitations agricoles.

Les marchés hebdomadaires ont lieu le vendredi matin, place de la mairie, de h 30 à 12 h 30 et le dimanche matin, rue de Fougères, de h à 13 h[55].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

  • Espace France Services ouvert depuis le 18 octobre 2021
  • Centre intercommunal d'action sociale créé en 2009.
  • Trésor public

Enseignement et petite enfance[modifier | modifier le code]

La commune dispose de :

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

  • À la rentrée 2016, 49 élèves étaient scolarisés dans les filières bilingues publiques (soit 4,9 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire).
  • L'adhésion à la charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le .

Santé, services d'urgence et sécurité[modifier | modifier le code]

  • Centre d'incendie et de secours
  • Brigade de Gendarmerie
  • Police municipale

Transports[modifier | modifier le code]

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

La ville possède de nombreux équipements sportifs et culturels :

  • une piscine de 25 m avec spa et hammam, devenue communautaire depuis le [61] ;
  • le stade d'athlétisme Nelson-Paillou[62] ;
  • le complexe sportif Jules-Ferry : un terrain synthétique, un terrain stabilisé, trois salles omnisports[63] ;
  • la salle Pierre-de-Coubertin : salle de gymnastique et d'escalade[64] ;
  • l'espace Paul-Davené : deux terrains de tennis convertibles en dix terrains de badminton, deux terrains de football (un herbe, un stabilisé), un terrain de tennis extérieur[65] ;
  • la croisette : parcours VTT et terrain extérieur de tir à l'arc (tir FITA) ;
  • le centre culturel avec une salle de spectacle de 400 places et d'une salle polyvalente[66],[67] ;
  • l'espace intergénérations et la médiathèque[68] ;
  • un centre de loisirs sans hébergement, Pierre-Rouzel, ouvert en 2004 dans un parc de 10 ha à proximité de la forêt[69] ;
  • un cinéma associatif Le Saint-Michel[70].

En plus de ces équipements, on peut citer les autres parcs et espaces naturels pour la détente ou la pratique sportive : le parc des Senteurs, le parc Léo-Lagrange, le parc Pierre-Rouzel, le parc de la Guérinais, les étangs, les forêts de Rennes et de Liffré situés sur la commune (4 000 ha), le CRAPA, le parcours écologique, la Coulée verte, le sentier du Point-du-Jour[71],[72],[73],[74].

La commune compte 134 associations sportives, de loisirs, sociales, d'anciens combattants, de quartier, de chasse, de parents d'élèves, de regroupements professionnels[75],[76]. Parmi ces associations, on retrouve l'union sportive de Liffré (USL) qui compte 13 sections sportives dont une section de football gaélique : l'Entente gaélique de Haute-Bretagne championne de Bretagne en titre.

La ville de Liffré a reçu en 1995 le titre de ville la plus sportive de France dans la catégorie villes de moins de 30 000 habitants (concours organisé par le journal sportif français quotidien L'Équipe).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine historique[modifier | modifier le code]

Le menhir des Brosses (en ).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la richesse de la flore, Liffré fait partie des communes du département possédant dans leurs différents biotopes un nombre important de taxons (espèces), soit 510 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1 373 taxons (118 familles). Plus que ce nombre, il faut considérer 48 taxons à forte valeur patrimoniale (total de 207) ; 18 taxons protégés et 36 appartenant à la liste rouge du Massif armoricain (total départemental de 237)[85].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019, légale en 2022.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Pour éviter une trop forte concentration des scrutins, la loi du 22 février 2021 a reporté les élections régionales et départementales de juin 2027 à mars 2028[39].
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Notes INSEE[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'intercommunalité », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  2. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Feins Sa - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Liffré et Feins », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Feins Sa - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Liffré et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Liffré », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  26. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  27. « Risques recensés sur la commune de Liffré », sur georisques.gouv.fr.
  28. Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, , 765 p., p. 402.
  29. Le jardin graphique, « ChubEndret — Dictionnaire de noms de lieux - institu Chubri - Du galo pourr astourr », sur www.chubri-galo.bzh (consulté le ).
  30. Séance du 26 août 1868, "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", 1868, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562095z/f364.image.r=Chaumer%C3%A9
  31. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine et de la Loire-Inférieure.
  32. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  33. Alphonse Beauchamp, Histoire de la guerre de Vendée et des Chouans, Tome troisième, Paris, Giguet et Michaud, 1806, p. 70 [1]
  34. France militaire, Histoire des armées françaises de terre et de mer de 1792 à 1837, Tome deuxième, Paris, Delloye, 1838, p. 2 [2].
  35. « Liffré Ille-et-Vilaine », sur GASO, la banque du blason (consulté le ).
  36. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  37. Le territoire : Historique de la collectivité, sur liffre-cormier.fr (consulté le 24 mars 2022)
  38. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  39. Loi du 22 février 2021 portant report, de mars à juin 2021, du renouvellement général des conseils départementaux, des conseils régionaux et des assemblées de Corse, de Guyane et de Martinique.
  40. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 pour la commune Liffré
  41. « Municipales. Guillaume Bégué prêt pour un mandat entier à Liffré », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  42. « Un premier candidat pour les élections municipales de Liffré en 2020 », La Chronique Républicaine,‎ (lire en ligne)
  43. « Liffré. Élection du maire », Ouest-France,‎
    « M. Dufeu, Pierre, 14 voix, élu maire »
  44. « Liffré. Décès de M. Planty, ancien directeur de l'école publique et ancien maire », Ouest-France,‎
  45. « Décès de M. Jean Vincent, conseiller général du canton de Liffré », Ouest-France,‎
  46. « Les maires élus du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ , p. 10-11 (ISSN 1285-7688).
  47. « Guillaume Bégué est le nouveau maire de Liffré », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  48. « À Liffré, Guillaume Bégué réélu à la tête du conseil municipal : Lors du conseil municipal d'installation de Liffré, Guillaume Bégué a été réélu pour un nouveau mandat de maire. », La Chronique Républicaine,‎ (lire en ligne)
  49. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  50. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  51. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  53. « Canon Bretagne », sur Site officiel de Canon Bretagne (consulté le ).
  54. « ZAE et bâtiments relais », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  55. « Commerces et marchés », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  56. « Ecoles », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  57. « Collèges », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  58. Loualiche Pascale, « Collège Martin Luther King », sur Collège Martin Luther King (consulté le ).
  59. « Le lycée Simone Veil », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  60. « L'école de musique : L'Orphéon », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  61. « Piscine de Liffré-Cormier communauté », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  62. « Stade Nelson Paillou », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  63. « Complexe sportif Jules Ferry », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  64. « Salle Pierre de Coubertin », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  65. « Equipements sportifs », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  66. « Le centre culturel », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  67. « Acheter des places de spectacles », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  68. « La médiathèque », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  69. « Accueil de loisirs », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  70. « Le cinéma », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  71. « Le parc de la Guérinais », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  72. « Parcs et espaces naturels », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  73. « Les parcs et aires de jeux », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  74. « Les balades en forêt », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  75. Ville de Liffré - Annuaire des associations
  76. « Journée des associations », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  77. « Actualités », sur Paroisse SMILE - Saint-Michel de l'Illet en Liffré (consulté le ).
  78. « Église Saint-Michel », sur culture.gouv.fr, (consulté le ).
  79. « Église Saint-Michel », sur culturecommunication.gouv.fr, (consulté le ).
  80. « Les étangs », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  81. « Etang du Moulin », sur Site officiel de la ville de Liffré (consulté le ).
  82. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 64.
  83. Pascal Romano, Structure quadrangulaire en forêt de Rennes - commune de Liffré (Ille-et-Vilaine) - Rapport annuel de prospection, Rennes, CERAPAR, (lire en ligne [PDF]).
  84. « France - Menhir des Brosses [MHBRO2] », sur Mégalithes du monde (consulté le ).
  85. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]