Pont-siphon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un pont-siphon est un pont qui permet de faire franchir un obstacle à une charge liquide en utilisant le principe du siphon inversé.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce type de pont est utilisé depuis l'époque romaine pour construire des aqueducs permettant de faire passer l'eau dans une conduite forcée. Le pont est en général composé en amont d'un réservoir de chasse, et en aval d'un réservoir de fuite ; ce dernier est toujours placé plus bas que le réservoir de chasse. L'ouvrage maçonné, en général constitué d'un pont à arcades, permet de gagner un peu de hauteur et donc de limiter la pression de l'eau circulant dans la conduite.

Les conduites des aqueducs contemporains sont en fonte, mais les premières conduites étaient faites d'un assemblage de pierres percées, taillées pour s'emboîter bout à bout ou en tuyaux de plomb noyés dans le mortier.

L'aqueduc du Gier, dans le Rhône, est un exemple d'aqueduc romain comportant quatre traversées au moyen de ponts-siphons. De même, le Canale Cavour, dans la haute plaine du Pô, utilise ce système pour franchir quatre cours d'eau, l'Elvo, le Sesia, l'Agogna et le Terdoppio.

À Aspendos se trouve un aqueduc romain à siphon double.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Tiret, Les siphons, des constructions exceptionnelles, Archéam, no 11, 2004 Lire en ligne