Canton du Canigou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton du Canigou
Canton du Canigou
Situation du canton du Canigou dans le département de Pyrénées-Orientales.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement(s) Céret (16)
Prades (25)
Bureau centralisateur Amélie-les-Bains-Palalda
Conseillers
départementaux
Ségolène Neuville
Alexandre Reynal
2015-2021
Code canton 66 02
Histoire de la division
Création 22 mars 2015[1]
Démographie
Population 20 811 hab. (2015)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Superficie 904,70 km2
Subdivisions
Communes 41

Le canton du Canigou est une circonscription électorale française du département des Pyrénées-Orientales créée par le décret du 26 février 2014 et entrant en vigueur lors des premières élections départementales suivant la publication du décret.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un nouveau découpage cantonal des Pyrénées-Orientales entre en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015. Il est défini par le décret du 26 février 2014[1], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[2]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[3]. Dans les Pyrénées-Orientales, le nombre de cantons passe ainsi de 31 à 17.

Le nouveau canton du Canigou est formé de communes des anciens cantons de Arles-sur-Tech (8 communes), de Vinça (16 communes), de Prades (6 communes), de Prats-de-Mollo-la-Preste (6 communes), de Olette (3 communes) et de Céret (2 communes). Avec ce redécoupage administratif, le territoire du canton s'affranchit des limites d'arrondissements, avec 16 communes incluses dans l'arrondissement de Céret et 25 dans celui de Prades. Le bureau centralisateur est situé à Amélie-les-Bains-Palalda.

Composition[modifier | modifier le code]

Le nouveau canton du Canigou comprend les quarante et une communes suivantes[1] :


Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Amélie-les-Bains-Palalda
(siège)
66003 CC du Haut Vallespir 29,43 3 554 (2014) 121
Arles-sur-Tech 66009 CC du Haut Vallespir 28,82 2 690 (2014) 93
Baillestavy 66013 CC Conflent-Canigó 17,89 110 (2014) 6,1
La Bastide 66018 CC du Haut Vallespir 15,63 76 (2014) 4,9
Boule-d'Amont 66022 CC de Roussillon Conflent 23,22 62 (2014) 2,7
Bouleternère 66023 CC de Roussillon Conflent 10,63 922 (2014) 87
Casefabre 66040 CC de Roussillon Conflent 6,99 40 (2014) 5,7
Casteil 66043 CC Conflent-Canigó 29,83 133 (2014) 4,5
Corneilla-de-Conflent 66057 CC Conflent-Canigó 11,02 468 (2014) 42
Corsavy 66060 CC du Haut Vallespir 47,02 235 (2014) 5
Coustouges 66061 CC du Haut Vallespir 16,86 111 (2014) 6,6
Espira-de-Conflent 66070 CC Conflent-Canigó 6,03 171 (2014) 28
Estoher 66073 CC Conflent-Canigó 26,08 155 (2014) 5,9
Fillols 66078 CC Conflent-Canigó 8,40 173 (2014) 21
Finestret 66079 CC Conflent-Canigó 8,43 190 (2014) 23
Fuilla 66085 CC Conflent-Canigó 9,69 452 (2014) 47
Glorianes 66086 CC de Roussillon Conflent 18,72 21 (2014) 1,1
Joch 66089 CC Conflent-Canigó 3,38 261 (2014) 77
Lamanère 66091 CC du Haut Vallespir 23,83 43 (2014) 1,8
Mantet 66102 CC Conflent-Canigó 32,15 32 (2014) 1
Marquixanes 66103 CC Conflent-Canigó 4,80 551 (2014) 115
Montbolo 66113 CC du Haut Vallespir 21,98 184 (2014) 8,4
Montferrer 66116 CC du Haut Vallespir 21,95 187 (2014) 8,5
Prats-de-Mollo-la-Preste 66150 CC du Haut Vallespir 145,09 1 099 (2014) 7,6
Prunet-et-Belpuig 66153 CC de Roussillon Conflent 21,68 51 (2014) 2,4
Py 66155 CC Conflent-Canigó 50,86 93 (2014) 1,8
Reynès 66160 CC du Vallespir 27,56 1 349 (2014) 49
Rigarda 66162 CC Conflent-Canigó 3,60 646 (2014) 179
Rodès 66165 CC de Roussillon Conflent 18,11 636 (2014) 35
Sahorre 66166 CC Conflent-Canigó 14,88 376 (2014) 25
Saint-Laurent-de-Cerdans 66179 CC du Haut Vallespir 45,08 1 142 (2014) 25
Saint-Marsal 66183 CC du Haut Vallespir 15,36 96 (2014) 6,3
Saint-Michel-de-Llotes 66185 CC de Roussillon Conflent 8,64 334 (2014) 39
Serralongue 66194 CC du Haut Vallespir 23,04 225 (2014) 9,8
Taillet 66199 CC du Vallespir 10,02 121 (2014) 12
Taulis 66203 CC du Haut Vallespir 6,19 50 (2014) 8,1
Taurinya 66204 CC Conflent-Canigó 14,50 328 (2014) 23
Le Tech 66206 CC du Haut Vallespir 25,18 108 (2014) 4,3
Valmanya 66221 CC Conflent-Canigó 27,63 39 (2014) 1,4
Vernet-les-Bains 66222 CC Conflent-Canigó 16,76 1 344 (2014) 80
Vinça 66230 CC Conflent-Canigó 7,74 1 994 (2014) 258

En 2014, la population municipale du nouveau canton était de 20 852 habitants[4].

Représentation[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Ségolène Neuville   PS Médecin hospitalier
Ancienne Secrétaire d'état (2014-2017)
Ancienne conseillère générale du Canton de Perpignan-V (2008-2015)
Ancienne députée (2012-2014)
2015 en cours Alexandre Reynal   PS Maire d'Amélie-les-Bains-Palalda
Ancien conseiller général du Canton d'Arles-sur-Tech (2001-2015)
Vice-Président

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, trois binômes sont en ballotage : Ségolène Neuville et Alexandre Reynal (PS, 37,92 %), Anne-Marie Canal et Claude Ferrer (DVD, 23,62 %) et François De La Robertie et Odile Lemaire (FN, 23,31 %). Le taux de participation est de 57,91 % (9 628 votants sur 16 626 inscrits)[5] contre 55,72 % au niveau départemental[6] et 50,17 % au niveau national[7]. Au second tour, Ségolène Neuville et Alexandre Reynal (PS) sont élus avec 51,1 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 60,59 % (4 913 voix pour 10 074 votants et 16 626 inscrits)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]