Terminal High Altitude Area Defense

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Terminal High Altitude Area Defense
Image illustrative de l'article Terminal High Altitude Area Defense
Tir d'un missile THAAD en 2013.
Présentation
Type de missile Missile antibalistique
Constructeur Lockheed Martin
Déploiement 2008
Caractéristiques
Masse au lancement 900 kg
Longueur 6,17 m
Diamètre 34 cm
Vitesse 2,8 km/s
Portée > 200 km

Le Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) est un système de missiles antibalistiques américain en service depuis 2008.

Il est conçu pour détruire les missiles balistiques de portées moyenne ou intermédiaire dans leur dernière phase d'approche en s'écrasant contre eux (« hit-to-kill »). Le missile ne transporte aucune ogive, c'est seulement son énergie cinétique qui sert à détruire. À l'origine, le THAAD a été conçu pour abattre les Scuds et des missiles similaires, mais pas un ICBM.

Historique[modifier | modifier le code]

Prévu au départ pour servir dans l'US Army, le THAAD est, en 2012, sous la supervision de la Missile Defense Agency (en), les formations le mettant en œuvre dépendent de la Branche de l'artillerie de défense aérienne (en). L'United States Navy déploie un système semblable, mais pour le milieu marin, l'Aegis Ballistic Missile Defense System (en).

La première batterie de missiles sol-air THAAD a été mis en service en mai 2008[1],[2].

En 2014, les Forces armées émiriennes deviennent les premiers clients à l'exportation de ce système d'arme. Le Qatar est en négociations avancés en 2015[3].

De 2008 à 2015 (2008, 2009, 2012, 2014, 2015), cinq batteries ont été mises en service, dont une à Guam depuis avril 2013.

Le , officiellement par peur d’une possible capacité de frappe nucléaire des lanceurs balistiques de la Corée du Nord, les États-Unis[4] et la Corée du Sud annoncent la prochaine mise en place d'une batterie THAAD en Corée du Sud[5] dans le district de Seongju[6], ce qui fait suite à des discussions entamées depuis 2013[7]. Cela engendre de grandes tensions avec la Chine, pour qui le déploiement du THAAD n’est qu’une étape de plus dans la stratégie d’endiguement des États-Unis[8].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Un THAAD tiré d'une des huit cellules de lancement monté sur un Heavy Expanded Mobility Tactical Truck.

Le THAAD est conçu, construit et monté par Lockheed Martin Space Systems en tant que principal contracteur. Parmi les sous-contractants essentiels figurent Raytheon, Boeing, Aerojet, Rocketdyne, Honeywell, BAE Systems et MiltonCAT. Son coût de développement a été établi à 700 millions de dollars américains en 2004. En 2008, le cout unitaire est d'environ 9 millions de dollars[9] et leur rythme de production maximum annoncé en 2008 est de 3 exemplaires par mois[10]. En 2015, le programme à couté 3,8 milliards de dollars.

Le système est annoncé efficace dans un rayon de 200 km autour des lanceurs et jusqu'à 150 km d'altitude. le THAAD est conçu pour détruire la menace aussi bien dans sa phase de vol hors atmosphère que durant sa redescente dans l'atmosphère.

Sur sa page Web consacrée au système[11], Lockheed Martin affirme un « taux de réussite de 100% en mission depuis les tests de 2005 ».

Système de tir[modifier | modifier le code]

Le système s'appuie sur le triptyque « Repérer / Identifier-Désigner / Lancer ».

Les unités de repérage (appelés sensors dans la terminologie anglaise de la Missile Defense Agency) peuvent être constituées de la conjonction de :

  • stations de détection longue portée de missiles balistiques en entrée d'atmosphère BMEWS ;
  • stations radars sol moyenne portée ;
  • stations radars à antennes actives dans la bande X et installées sur des plateformes marines ;
  • satellites de surveillance du système STSS (Space Tracking and Surveillance System (en)) opérant par paire à 1 350 km d'altitude à une période orbitale de 120 minutes ;
  • radars embarqués sur navire (systèmes AEGIS).

Chaque unité de tir comprend :

  • un système de commandement appelé TFCC (THAAD Fire Control and Communication), chargé des fonctions ;
    • « Identification » (qualification de la menace et définition de sa trajectoire) ;
    • « Désignation » (détermination et communication des paramètres de trajectoire d'interception aux lanceurs et vecteurs) ;
  • de deux à neuf lanceurs comprenant chacun huit missiles à frappe inertielle. Ces lanceurs sont mobiles (tractés par camions Heavy Expanded Mobility Tactical Truck)
Schéma du missile THAAD.

THAAD-ER[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, une nouvelle version du missile, le THAAD-ER (Extended Range) est en cours de développement par Lockheed Martin et doit entrer en service à la fin des années 2020 si le financement d'un milliard de dollars est assuré par le gouvernement américain.

Ce missile, d'une portée améliorée, vise à contrecarrer les planeurs hypersoniques (Hypersonic Glide Vehicle (en)). Il est plus gros avec environ 53 cm de diamètre et comporte un second étage. Il serait embarqué à cinq exemplaires sur le même lanceur que le missile actuel[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jeremy Singer, « Pentagon To Accelerate THAAD Deployment », Space News, 4 septembre 2006
  2. (en) « Lockheed Martin completes delivery of all components of 1st THAAD battery to U.S. Army », Yourdefencenews.com, 8 mars 2012.
  3. (en) « IDEX 2015: Saudi, Qatari THAAD contracts in the pipeline », sur Janes.com (consulté le 9 février 2016)
  4. (en) Shannon Tiezzi, « North Korea Launches Rocket; US, South Korea Consider THAAD », sur The Diplomat.com (consulté le 9 février 2016)
  5. (en) Amanda Macias, « North Korea will now reportedly have America's most advanced missile system in its backyard », sur Business Inside.com,‎ (consulté le 9 février 2015).
  6. « La Corée du Sud envisage de changer le lieu de son système anti-missile », sur https://www.zamanfrance.fr/,‎ (consulté le 4 août 2016).
  7. Laurent Lagneau, « Washington va déployer une batterie antimissile THAAD en Corée du Sud ; Moscou et Pékin protestent », sur Opex360.com,‎ (consulté le 11 juillet 2016).
  8. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/08/08/97001-20160808FILWWW00069-visite-controversee-de-deputes-sud-coreens-en-chine.php
  9. (en) Colin Clark, « Likely Winners From Euro Missile Cut », sur Dodbuzz.com,‎ (consulté le 16 septembre 2009)
  10. (en) « Ballistic Missile Defense System [2001-2008] », sur Global Security.org,‎ (consulté le 17 octobre 2011)
  11. (en) « THAAD », sur Lockeed Martin.com
  12. (en) Amy Butler, « Thaad-ER In Search Of A Mission », sur Aviationweek.com,‎ (consulté le 11 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]