AGM-158 JASSM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AGM-158A JASSM
Image illustrative de l’article AGM-158 JASSM
Maquette exposé au salon du Bourget en 2007.
Présentation
Type de missile Missile de croisière
Constructeur Lockheed Martin
Coût à l'unité 700 000 $
Déploiement 2009
Caractéristiques
Moteur 1 turboréacteur Teledyne CAE J402 de 3,0 kN
Masse au lancement 1 020 kg
Longueur 4,27 m
Envergure 2,4 m
Vitesse subsonique
Portée 370 km
Charge utile 450 kg
Guidage Inertiel
Précision 2,4 m
Plateforme de lancement Avion de chasse et Bombardier

L'AGM-158 JASSM (Joint air-to-surface standoff missile) est un missile de croisière d'origine américaine.

Conception[modifier | modifier le code]

Le projet JASSM a débuté en 1995 après l'annulation du missile AGM-137 TSSAM. Celui-ci avait été conçu comme un missile de croisière furtif de grande précision, cependant une mauvaise gestion du projet entraîna une hausse des coûts inacceptable. La nécessité d'un tel missile étant tout de même présente, les militaires ne tardèrent pas à lancer un nouveau cahier de charges dont les objectifs était les mêmes. En 1996, deux projets en compétition furent sélectionnés, il s'agissait de ceux de McDonnell Douglas et de Lockeed Martin, ils furent respectivement désignés AGM-159A et AGM-158A. L'AGM-158 de Lockheed Martin remporta la compétition, s'ensuivit en 1998 un contrat portant sur le développement du missile

Plusieurs controverses tournent autour de ce missile :

  • En 1999, les essais en vol motorisés débutèrent, ceux-ci furent un succès et la production fut lancée en décembre 2001. Le missile entama alors les essais opérationnels en 2002, mais en fin d'année deux missiles ratèrent leurs tests à cause d'une panne de leur ogive, le programme fut alors retardé de trois mois et se termina en avril 2003. Plus tard, deux autres tirs échouèrent cette fois à cause de problème du lanceur et du moteur. En juillet 2007, le département de la Défense débloqua 68 millions de dollars pour améliorer la fiabilité du JASSM et recertifier le missile[1]. La décision de continuer ou non le programme a été reportée jusqu'au printemps 2008[2].
  • La seconde concerne la livraison à la Finlande de l'AGM-158. En effet, l'achat de missiles JASSM faisait partie du plan de modernisation de ses F/A-18. Or en février 2007, les États-Unis décidèrent d'empêcher la vente des missiles tant que d'autres efforts de modernisation n'auraient pas été effectués (tels que la modernisation à mi-vie no 2, aussi appelée MLU2). Cet épisode amena les médias finlandais à suspecter des problèmes dans les relations diplomatiques entre la Finlande et les États-Unis[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Tir d'essai d'un JASSM avant son entrée en service.

Entrée en service en 2009, ses diverses versions ont été produites par Lockheed Martin à plus de 2 000 unités en 2018[4].

Sa première utilisation au combat a lieu dans la nuit du 13 au 14 avril 2018 lorsque deux bombardiers Rockwell B-1 Lancer du 28th Bomb Wing décollant de Al Oudeid au Qatar lancent 19 JASSM-ER[5] lors des bombardements de Barzé et de Him Shinshar[6].

Fin 2018, l'USAF recherche d'autres entreprises qui seraient en mesures de construire et d'entretenir ce type de missiles[4].

Description[modifier | modifier le code]

Un Northrop B-2 Spirit larguant un AGM-158 JASSM.

L'AGM-158A est propulsé à vitesse subsonique par un turboréacteur Teledyne CAE J402. Les ailes repliées sous le fuselage afin de prendre moins de place, se déploient après le lancement. Il est doté d'un empennage vertical destiné au contrôle du missile en lacet.

Il est dirigé sur sa cible par guidage inertiel recalé par GPS. Le guidage terminal et la reconnaissance de la cible se font grâce à un autodirecteur infrarouge. Une liaison de données permet au missile de transmettre sa position et son statut durant le vol, permettant une meilleure évaluation des dommages. La précision du missile est grande, son erreur circulaire probable donnée est de 2,4 m.

La charge militaire est constituée d'un pénétrateur WDU-42/B de 450 kg.

L'AGM-158 peut être emporté par un grand nombre d'appareils : F-15, F-16, F/A-18, F-35, B-1B, B-2 et B-52[7].

Variantes[modifier | modifier le code]

Plusieurs améliorations sont à l'étude, comme un dispensateur de sous-munitions, une nouvelle tête chercheuse ou un nouveau propulseur permettant une portée supérieure à 1 000 km.

Le JASSM-Extended Range (JASSM-ER) a reçu en 2002 la désignation AGM-158B, il à environ 70 % de piéces communes avec le AGM-158A. Il est doté d'une moteur plus performant, un Williams International F107-WR-105 à la place du Teledyne CAE J402-CA-100 et d'un plus grand volume de carburant dans une cellule de même dimension. Sa portée est estimée à 925 km. Son premier vol a eu lieu le 18 mai 2006, il a été tiré depuis un B-1B sur une cible située dans le polygone de tir de White Sands, les essais ont lieu jusqu'en aout 2012. La mise en service opérationnelle du JASSM-ER a lieu en 2009[8].

Le AGM-158C LRASM (en) (Long Range Anti-Ship Missile) est une version missile antinavire développé depuis 2009 entrant en service en 2018.

Une version très longue portée «Range Air-to-Surface Standoff Missile Extreme Range» d'une autonomie de 1000 milles marins (1852 km) a reçu un premier contrat pour son développement en septembre 2018[4].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Utilisation en opération[modifier | modifier le code]

La variante JASSM-ER a été utilisée pour la première fois par les États-Unis de l'opération du 14 avril 2018 de Bombardements de Barzeh et de Him Shinshar en Syrie en coordination avec le Royaume-Uni et la France. Deux bombardiers Rockwell B-1 Lancer ont tiré un total de 19 missiles sur des installations du gouvernement syrien abritant son programme d'armes chimiques[12],[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) AirForceTimes du 20 juillet 2007.
  2. (en) Aviation Week du 20 juillet 2007.
  3. (en) Helsingin Sanomat édition internationale du 5 février 2007.
  4. a b et c (en) Garrett Reim, « US Air Force looks for new maker of Joint Air to Surface Standoff Missiles », sur https://www.flightglobal.com/, (consulté le 18 septembre 2018).
  5. (en) Anndrea Anderson, « Ellsworth B-1 Bombers involved in Syria Strike Mission », sur =http://www.kdlt.com/, (consulté le 16 avril 2018).
  6. (en) « US attack on Syrian regime includes Ellsworth B-1 bombers », sur http://www.blackhillsfox.com/, (consulté le 15 avril 2018).
  7. Antony Angrand, « JASSM pour le B-52H », sur Air et Cosmos, (consulté le 5 décembre 2015).
  8. (en)Paul Fiddian, « Extended Range AGM-158 Cruise Missile Trials », sur Armed Forces International (consulté le 16 août 2012).
  9. (en) Defence Industry Daily du 11 septembre 2006.
  10. (en) Defence Industry Daily du 12 octobre 2005.
  11. (en) « Poland – JASSM-ER with Support », sur Defense Security Cooperation Agency (en), (consulté le 13 janvier 2017).
  12. (en-US) Aaron Mehta, Tara Copp, « Coalition launched 105 weapons against Syria, with none intercepted, DoD says », Military Times,‎ (lire en ligne).
  13. (en) « Navy Vessels, B-1s Obliterate 3 Syrian Targets in Strike », Military.com,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]