AIM-260 JATM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le AIM-260 Joint Air Tactical Missile (AIM-260 JATM) est le nom d'un projet de missile air-air à longue portée américain développé depuis officiellement 2017 par Lockheed Martin.

Historique[modifier | modifier le code]

Une étude sur une Long-range engagement weapon (LREW, arme d'engagement à longue portée) a démarré discrètement avec une ligne de crédit de 7 686 000 dollars américains dans le budget de la défense américain de 2017 en raison de l’apparition de tels engins en Chine et Russie, des sites spécialisé comme Global Security pensent qu'elle est à l'origine du AIM-260[1].

Une récompense accordée un logisticien civil le fait état d'un programme AIM-260 du Naval Air Systems Command (en).

Son existence est révélée au public le lors d'entretiens accordés par le brigadier général Anthony Genatempo, officier exécutif de programme d'armement de la United States Air Force qui déclare que :

« C'est censé être la prochaine arme de domination aérienne pour nos chasseurs. Il a une portée plus grande que celle du AMRAAM, différentes capacités à son bord pour répondre à cet ensemble de menaces spécifique (de la prochaine génération de domination aérienne). »

Ce missile est un programme commun à l'ensemble des branches des forces armées des États-Unis qui a été remporté secrètement par Lockeed Martion en 2017. Genatempo annonce que l'arme est initialement prévue pour voler dans la principale baie d'armement du F-22 Raptor, sur le F/A-18E/F Super Hornet de l'aéronavale américaine, suivi du F-35 Lightning II. Les essais en vol au-dessus du Golfe du Mexique[1] débuteront en 2021 et la capacité opérationnelle initiale est prévue pour 2022[2].

Il doit succéder a l'AIM-120 AMRAAM dont les derniers exemplaires devraient être, selon les estimations de 2019, achetés par les forces américaines en 2026[3] et avoir une portée au moins équivalente aux missiles de cette catégorie, le PL-15 (en) chinois, le Meteor européen et le Vympel R-37M russe[4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La portée de vol doit dépasser 200 km et un plafond d'engagement de 0 à 25-27 km. Il est nécessaire de maintenir la vitesse de vol à un niveau égal à Mach 4 ou 5. Le missile doit intercepter toute cible aérodynamique susceptible d'apparaître dans l'espace aérien protégé - des avions et des hélicoptères aux missiles de croisière et autres moyens de destruction. Avec tout cela, le produit devrait être placé dans la soute à armement des chasseurs américains en service.

Les premiers dessins d'artistes publiés en 2017 du LREW montrait un missile à deux étages. Pour compenser la réduction de la quantité de propulseur, Lockheed a ajouté un système de contrôle de détournement et d'assiette (DACS) issu du missile sol-air Patriot PAC-3. Le DACS fournit plusieurs petits propulseurs de fusée dans le nez du missile. Combinés à des ailettes de commande montées à l'arrière, ces propulseurs pourraient rendre le missile plus efficace que l'AIM-120 pendant la phase terminale d'une interception à longue portée.

Des médias spéculent qu'il sera équipé d'un nouveau moteur à combustible solide, qu'il ne devrait pas utiliser de statoréacteur[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Pike John, « AIM-260 Joint Advanced Tactical Missile (JATM) LREW (long-range engagement weapon) », sur www.globalsecurity.org, (consulté le 1er juillet 2019).
  2. (en) Stefano D'Urso, « The missile, developed secretly since 2017, will equip F-22, F/A-18 and F-35. », sur The Avionist, (consulté le 29 juin 201).
  3. (en) Rachel S. Cohen, « Air Force Developing AMRAAM Replacement to Counter China », sur Air Force Magazine, (consulté le 29 juin 2019).
  4. (en) Steve Trimble, « Lockheed Developing AIM-260 To Counter China’s PL-15 », sur Aviation Week & Space Technology, (consulté le 29 juin 2019).