Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.
Le titre de cette page ne peut être modifié.

Union populaire républicaine (1919-1946)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UPR et Union populaire républicaine.
Ne doit pas être confondu avec Union populaire républicaine (2007).

Union populaire républicaine
Présentation
Chef Eugène Muller
Fondation
Disparition 1946
Scission dans APNA (1928)
Fusionné dans Mouvement républicain populaire
Siège Strasbourg
Ancien nom Union populaire républicaine nationale d'Alsace
Positionnement Droite
Idéologie Démocratie chrétienne
Conservatisme
Autonomisme

L'Union populaire républicaine (UPR)[1], auparavant nommée Union populaire républicaine nationale d'Alsace (UPRNA)[2],[3], est un ancien parti politique français de sensibilité démocrate-chrétienne fondé en 1919 sous le nom d'Union populaire républicaine d'Alsace (UPRA) et dissous en 1946.

Historique

Création

Le parti est créé sous le nom de Union populaire républicaine d'Alsace (UPRA)[4] et est ensuite renommé Union populaire républicaine nationale d'Alsace (UPRNA) en 1921[5]. Puis en 1928, il ne conserve que le nom Union populaire républicaine (UPR), après la scission du mouvement anti-autonomiste qui se crée sous le nom Action populaire nationale d'Alsace[6],[7]. Ce dernier se dissous dans l'UPR en 1935[8].

Créée pour rassembler la sensibilité démocrate-chrétienne dans les départements alsaciens après leur rattachement à la France en 1918, et héritier du Centre Alsacien-Lorrain, l’UPR s’impose progressivement comme le principal parti de la région[3]. S’appuyant sur un maillage très serré d’élus locaux et de militants, l'UPR est plus conservatrice que le Parti démocrate populaire (PDP), l’autre grande force démocrate-chrétienne de l’entre-deux-guerres.

Ses députés siègent tout d'abord dans des groupes parlementaires proches de l'Alliance démocratique (Indépendants de gauche, Républicains de gauche...), avant de constituer, en 1932, le groupe des Républicains du centre puis, en 1936, celui des Indépendants d'action populaire, avec les députés de l'Union républicaine lorraine, pendant lorrain de l'UPR. Ce parti participa au mouvement autonomiste alsacien durant les années 1920 et 1930.[réf. nécessaire]

Dissolution

En 1946, l'Union populaire républicaine décide de fusionner avec le Parti démocrate populaire, l'Union républicaine lorraine et plusieurs groupes chrétiens issus de la Résistance pour donner naissance au Mouvement républicain populaire.

Chefs du partis

Portrait Nom Mandat
Début Fin
Joseph Pfleger-1929.jpg Joseph Pfleger 4 août 1919 11 juin 1922
Thomas Seltz.jpg Thomas Seltz 23 novembre 1922 21 octobre 1928
Eugène Muller vers 1880.jpg Eugène Muller 25 novembre 1928 1940

Bibliographie

Notes et références

  1. Christian Baechler, Le parti catholique alsacien, 1890-1939, Du Reichsland à la république jacobine, (ISBN 2-7080-0516-2)
  2. « Noms de partis. La droite remporte la bataille des républicains », sur Le Télégramme (consulté le 14 décembre 2015).
  3. a et b Le particularisme alsacien, 1918-1967, Pierre Maugué, Presses d'Europe, coll. Régions, 1970, pp.69-75
  4. Chantal Metzger, L'Alsace entre la France et l'Allemagne 1919-1932 : la défense des intérêts alsaciens (thèse de doctorat), (présentation en ligne)
  5. « Union populaire républicaine nationale d'Alsace », sur france-politique.fr (consulté le 14 décembre 2015)
  6. Hesso de Reinach Hirtzbach, La Tragique Destinée de l'Alsace
  7. Jean-Dominique Durand, L'Europe de la Démocratie chrétienne
  8. Denis Pelletier, Étienne Fouilloux et Nathalie Viet Depaule, Les Catholiques dans la République, 1905-2005, Éditions de l'Atelier, , 448 p. (ISBN 978-2-7082-3820-6, lire en ligne), p. 281.