Pierre Marty (psychanalyste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marty.
Pierre Marty
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Pierre Marty, né à Saint-Céré le et mort à Paris le , est un psychiatre et psychanalyste français, principalement connu pour son apport à la psychosomatique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études de médecine puis se spécialise en psychiatrie et entreprend une psychanalyse avec Marc Schlumberger en 1947. Il épouse Simone Fain, la sœur de Michel Fain et ils ont une fille. Il est membre adhérent de la Société psychanalytique de Paris en 1950, membre titulaire en 1952 et choisit de rester dans la société lors de la scission de 1953. En 1969, il en est le vice-président, puis le président en 1969. Il est l'un des proches de Maurice Bouvet et est cofondateur et administrateur, jusqu'en 1992, du prix Maurice Bouvet décerné par la Société psychanalytique de Paris[1].

Institut de psychosomatique de Paris[modifier | modifier le code]

Pierre Marty participe à l'émergence, dans les années 1950, de l'École de psychosomatique de Paris[2], puis fonde, en 1972, avec Michel Fain, l’Institut de psychosomatique de Paris (IPSO)[3], qui prend ultérieurement son nom. Il en est le médecin chef, puis le directeur scientifique[4].

Recherches[modifier | modifier le code]

Il s'est surtout attaché aux rapports des instincts de vie et des instincts de mort chez l'homme, éclairant les « mécanismes de désorganisations fonctionnelles » à partir des enseignements de la psychanalyse et de ses observations médicales hospitalières.

Il a également été le premier à utiliser le terme de « mentalisation » pour parler du travail d'élaboration psychique, au début des années 1970. Selon lui, la mentalisation s’intéresse à des dimensions de l’appareil mental[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Mouvements individuels de vie et de mort, Payot, 1998, (ISBN 2228891827)
  • L'Ordre psychosomatique, Paris, Payot, 1980, (ISBN 2-228-89181-9)
  • (coll.) L'Investigation psychosomatique, avec Michel de M'Uzan et Christian David, Paris, Puf, coll. « Quadrige », 2003 (ISBN 213053337X)
  • La Psychosomatique de l'adulte, Paris, Puf, coll. « Que sais-je ? » ; 6e édition 2004, (ISBN 2130547354)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuelle Chervet, « Le prix Maurice Bouvet a 50 ans », Société psychanalytique de Paris (consulté le 23 octobre 2017).
  2. Claude Smadja, « Présentation de la psychosomatique », site de la Société psychanalytique de Paris, 12 février 2012 [lire en ligne]
  3. IPSO Marty, Paris, « Ipso-Marty.org Institut de psychosomatique Pierre Marty | IPSO Paris », sur ipso-marty.org (consulté le 11 juin 2018)
  4. Rosine Debray, « Marty, Pierre», in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, cf. bibliographie.
  5. Pierre Marty, Mentalisation et psychosomatique, Paris, Delagrange, 1991.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rosine Debray :
    • Pierre Marty, Paris, Puf, , coll. « Psychanalystes », 1998 (ISBN 2130492665)
    • « Marty, Pierre», p. 971-972, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Paul Wiener, « La consultation psychosomatique avec Pierre Marty, rue Falguière », Le Coq-Héron, no 207,‎ , p. 147-149 (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2017).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]