Brad Stevens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stevens.
Brad Stevens
Image illustrative de l'article Brad Stevens
Brad Stevens en 2017.
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau : États-Unis Américain
Naissance (40 ans)
Indianapolis, Indiana (États-Unis)
Carrière universitaire ou amateur
1995-1999 Tigers de DePauw
Saison Club
Carrière d’entraîneur
2001-2007
2007-2013
2013-
Bulldogs de Butler (assistant)
Bulldogs de Butler
Celtics de Boston

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.

Brad Stevens, né le à Indianapolis dans l'Indiana est un entraîneur de basket-ball professionnel américain des Celtics de Boston depuis 2013. Auparavant, il était entraîneur à l'Université Butler d'Indianapolis. C'est un ancien joueur de basket-ball qui a grandi à Zionsville dans l'Indiana, où il a joué dans l'équipe de basket-ball de l'école Zionsville Community High et il détient quatre records scolaires. Après le lycée, il a fréquenté l'Université DePauw, où il joue au basket-ball et obtient un diplôme en économie. Il fait partie plusieurs fois de l'équipe All-conference et a été trois fois nommé à l' Academic All-America.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Stevens a grandi à Zionsville dans la banlieue d'Indianapolis, où il a développé son amour pour le basket-ball[1]. À partir de cinq ans, Stevens regarde les matchs de basket-ball enregistrés avant d'aller au jardin d'enfants l'après-midi[2]. Son père le conduit souvent à Bloomington pour regarder les matchs des Hoosiers de l'Indiana.

Stevens rentre à Zionsville Community High School, où il devient un joueur star de basket-ball[1]. Il porte le n°31 en l'honneur de l'arrière des Pacers de l'Indiana Reggie Miller[3]. Au cours de sa première année, il se lève tôt pour s'entraîner au tir dans un gymnase local avant l'école[4]. Son travail acharné porte ses fruits puisque Stevens fait partie de l'équipe universitaire cette même année[4]. À la fin de sa carrière de lycée, Stevens établit des records de carrière scolaire pour les passes, les passes décisives, les interceptions et les tirs à trois points. En 2010, il détient toujours les records de points (1 508), les passes décisives (444), et les interceptions (156), ainsi que le record de points en une saison (644 en 1995)[5]. Stevens est nommé dans la All-conference à trois reprises. En 1995, il est nommé le Meilleur joueur et meilleur marqueur de l'état (32,3 points par match).

Malgré une grande passion pour le jeu, Stevens prit conscience que ses compétences basketballistiques restaient modestes et ne pourraient pas l'emmener très loin. Il s'orienta donc vers l'université DePauw où il joua tous les matchs durant son cursus. Il reçut de nombreuses récompenses au niveau sportif et fut nommé à trois reprises pour le Academic All-America. Il fut nommé capitaine des Tigers durant son année senior. Il tourna à 8 points de moyenne par match durant sa carrière. Son record de points s'élève à 24 points. Après sa dernière année, il reçut le Coach's Award. Son coach, Bill Fenlon décrivit Stevens comme "l'un des joueurs les plus altruistes, et orienté vers l'équipe que je n'ai jamais côtoyé". À DePauw, Stevens faisait partie de plusieurs associations de gestion. Pendant l'été, il participait aux camps de basketball de l'université de Butler. En 1999, il sort de DePauw avec une licence en économie.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Stevens rejoint l'équipe de basket-ball de Butler en tant que bénévole avant la saison 2000-01 après avoir quitté son emploi chez Eli Lilly and Company. Il est promu à un poste d'entraîneur-adjoint à temps plein pour la saison 2001-02. Pendant sa période en tant qu'assistant, Stevens fut actif dans tous les aspects du jeu. Durant cette période avec Stevens en tant qu'assistant, Butler affichait un bilan de 131 victoires pour 61 défaites

Entraineur NCAA[modifier | modifier le code]

Brad Stevens sur le bord du terrain avec Butler.

Le il devient l'entraîneur-chef après le départ de Todd Lickliter pour les Hawkeyes de l'Iowa. Les joueurs de Butler eurent une conversation avec le directeur athlétique Barry Collier et lui demandèrent de nommer un membre du staff. Prenant en compte l'entente entre les assistants et les joueurs Collier accepta. Il décida donc de s'entretenir avec les assistants avant de nommer Stevens en tant qu'entraineur. . Selon Collier, Stevens avait plus d'expérience après ses six années au cœur du système des Bulldogs. "L'âge n'était pas un facteur car j'avais remarqué ses capacités durant la saison précédente" affirma Collier.

Lors de sa première année, Stevens conduit Butler à un bilan de 30 victoires, devenant ainsi le troisième plus jeune entraîneur dans l'histoire NCAA Division I à réussir une saison à 30 victoires.

En 2010, au cours de sa troisième année d'entraîneur, Stevens bat le record de la NCAA pour le plus grand nombre de victoires pendant les trois premières années d'entraîneur, dépassant le précédent record de huit unités. En séries éliminatoires, Stevens conduit Butler au premier Final Four de l'histoire de l'école. À 33 ans, Stevens devient le second plus jeune entraîneur à disputer une finale du Championnat NCAA de basket-ball, perdant 61-59 contre les Blue Devils de Duke. Peu après la saison terminée, il signe une prolongation de contrat avec Butler pour la saison 2011-12. Avec l'équipe 2010-11 il participe encore au Final Four et devient le le plus jeune entraîneur à participer à deux finales. Mais pour la seconde année consécutive les Bulldogs sont battus par les Huskies du Connecticut 53 à 41.

Son bilan de head coach est de 166 victoires pour 49 défaites[6].

Carrière NBA[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé entraîneur des Celtics de Boston[7],[8] en remplacement de Doc Rivers parti entraîner les Clippers de Los Angeles[9]. Depuis son arrivée à Boston en 2013, les résultats apportés par Stevens ne cessent de s'améliorer. En effet, les résultats sont visibles dès sa deuxième campagne, où les Celtics parviennent à accrocher les playoffs durant la saison 2014-2015. Pendant la saison 2015-2016, les Celtics parviennent même à la troisième position de la conférence Est. Il améliore à nouveau son taux de victoires lors de la saison 2016-2017, menant son équipe à la première place de la Conférence Est à l'issue de la saison régulière..

Depuis son arrivée, plusieurs coaches, dont Gregg Popovich, ont complimenté les qualités de coaching de Stevens. De plus, son recrutement par le directeur exécutif des opérations de basket-ball des Celtics Danny Ainge a poussé d'autres équipes à réitérer l'expérience d'engager un coach provenant directement de la NCAA.

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Brad Stevens Named Butler's Men's Basketball Coach », sur butlersports.cstv.com (consulté le 4 juillet 2013)
  2. (en) « Brad Stevens' mom tells us what makes him tick  », sur youtube.com (consulté le 4 juillet 2013)
  3. (en) Pete Thamel, « Reggie Miller is broadcasting the Butler-Wisconsin game », sur Twitter, (consulté le 4 juillet 2013)
  4. a et b (en) Stephen Beaven, « Taking a Veteran Approach to the Job of a Young Lifetime  », sur The New York Times, (consulté le 4 juillet 2013)
  5. (en) Stephen Beaven, « Zionsville Basketball Team Records », sur zcs.k12.in.us (consulté le 4 juillet 2013)
  6. Gaétan Scherrer, « Sur les traces de Brad Stevens, l’entraîneur que toute la NBA envie », basketusa.com, (consulté le 28 février 2016)
  7. « Brad Stevens coach des Celtics », L'Équipe, (consulté le 4 juillet 2013)
  8. (en) « Celtics Hire Brad Stevens as Head Coach », sur nba.com/celtics, (consulté le 4 juillet 2013)
  9. Dimitri Kucharczyk, « La NBA accepte le départ de Doc Rivers chez les Clippers », basketusa.com, (consulté le 25 juin 2013)
  10. (en) « Celtics’ Brad Stevens, Trail Blazers’ Terry Stotts named NBA Coaches of the Month », sur nba.com, (consulté le 2 mars 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :