Mahmoud Abdul-Rauf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jackson et Chris Jackson (homonymie).

Mahmoud Abdul-Rauf
Image illustrative de l’article Mahmoud Abdul-Rauf
Mahmoud Abdul-Rauf en 2012
Fiche d’identité
Nom complet Chris Wayne Jackson
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (50 ans)
Gulfport, Mississippi
Taille 1,83 m (6 0)
Poids 73 kg (161 lb)
Situation en club
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
1988-1990 Tigers de LSU
Draft de la NBA
Année 1990
Position 3e
Franchise Nuggets de Denver
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
2000-2001
2003-2004
2004-2005
2006-2007
2007-2008
2009-2011
Nuggets de Denver
Nuggets de Denver
Nuggets de Denver
Nuggets de Denver
Nuggets de Denver
Nuggets de Denver
Kings de Sacramento
Kings de Sacramento
Fenerbahçe Ülkerspor
Grizzlies de Vancouver
Ural Great Perm
Sedima Roseto
Aris Salonique
Al-Ittihad
Kyoto Hannaryz
14,1
10,3
19,2
18,0
16,0
19,2
13,7
07,3
-
06,5
-
-
-
-
-

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.

Mahmoud Abdul-Rauf (né Chris Wayne Jackson le 9 mars 1969 à Gulfport, Mississippi) est un ancien joueur américain professionnel de basket-ball.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abdul-Rauf souffre depuis son enfance du syndrome de La Tourette, qui lui fait dire des mots ou commettre des gestes étranges,qu'il surmonta pour réussir une carrière sportive[1].

En NCAA, il connaît deux ans de succès avec les Tigers de LSU de l'Université d'État de Louisiane. En 64 rencontres, il inscrit plus de 20 points à 52 reprises, dont 28 matches à plus de 30 points, 11 à plus de 40 et 4 à plus de 50 unités[1]. Il est sélectionné au troisième rang de la Draft 1990 par les Nuggets de Denver. il évolue sous les ordres de Doug Moe puis de Paul Westhead. Malgré une moyenne de 14,1 points, sa saison rookie est estimée décevante[1].

Après avoir lu la biographie de Malcolm X, Chris Jackson se convertit à l'islam en 1991 et se fait appeler Mahmoud Abdul-Rauf. Très impliqué à l'entraînement, il s'impose à Denver en remportant le trophée de NBA Most Improved Player en 1992-1993 avec une moyenne de 19,2 points avec une adresse de 45 %, 2,8 rebonds et 4,2 passes décisives[1]. Il fut leader de la ligue au pourcentage de lancers-francs en 1994 et 1996[2], manquant d'une seule réussite le record de l'histoire NBA en pourcentage de lancers-francs lors de la saison 1993-94 (il réussit une performance de 219 lancers-francs sur 229, soit 95,6 % alors que Calvin Murphy avait réussi 95,8 % (206/215) lors de la saison 1980-81[1] Il reste dans le Colorado jusque 1996. À la suite de la polémique de l’hymne américain, il est transféré aux Kings de Sacramento durant l’été en échange de Sarunas Marciulionis et d'un deuxième tour de draft. Il devient la deuxième option offensive derrière Mitch Richmond (13.7 pts sur 75 matches) avant que son temps de jeu ne chute à 17 minutes par rencontre (7.3 pts sur 31 matches) au cours de cette saison NBA 1997-1998[1]. Après une saison en Turquie au Fenerbahçe, puis une année sabbatique, il retrouve les parquets de la NBA avec les Grizzlies de Vancouver en tant que remplaçant de Mike Bibby[1].

Il détient le plus haut pourcentage de réussite aux lancers-francs en carrière de l'histoire de la NBA avec 90,5 %.

Après avoir quitté la NBA, il part jouer en Europe, prenant sa retraite à l'issue de la saison 2004-2005. Lors de la saison 2006-2007, il sort de sa retraite pour la troisième fois de sa carrière pour évoluer avec Aris Salonique.

Depuis qu'il s'est retiré de la NBA, il a construit une mosquée dans sa ville de Gulfport, Mississippi et est devenu imam. Il a transformé une propriété reconnue comme une demeure de vente de crack en mosquée pour montrer un symbole et mobiliser son quartier pour la lutte contre la drogue et le crime. À 41 ans, il joue en ligue japonaise avec l'équipe de Kyoto Hannaryz et a tourné à 17,9 points de moyenne par match[3]. Après l'arrêt de sa carrière, il devient coach personnel. Il compte parmi ses clients, les joueurs NBA : Ben Gordon et D.J. Augustin.


Statistiques[modifier | modifier le code]

Records en match[modifier | modifier le code]

Type de statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points 51 @ Jazz de l'Utah 7 décembre 1995 23 @ Jazz de l'Utah 12 mai 1994
Paniers marqués 17 @ Jazz de l'Utah 7 décembre 1995 9 @ Jazz de l'Utah 17 mai 1994
Paniers tentés 32 @ Bullets de Washington

@ Magic d'Orlando

29 décembre 1990

12 février 1991

21 @ Jazz de l'Utah 17 mai 1994
Paniers à 3 points réussis 9 @ Jazz de l'Utah 7 décembre 1995 3 @ Jazz de l'Utah 12 mai 1994
Paniers à 3 points tentés 13 @ Jazz de l'Utah 7 décembre 1995 7 @ Jazz de l'Utah 12 mai 1994
Lancers francs réussis 10 @ Jazz de l'Utah

Knicks de New York

3 février 1993

23 mars 1995

6 @ Jazz de l'Utah

@ Spurs de San Antonio

12 mai 1994

30 avril 1995

Lancers francs tentés 13 @ Jazz de l'Utah 3 février 1993 6 @ Jazz de l'Utah

@ Spurs de San Antonio

12 mai 1994

30 avril 1995

Rebonds offensifs 2 20 fois 1 5 fois
Rebonds défensifs 7 @ Bucks de Milwaukee

@ Suns de Phoenix

15 novembre 1992

15 novembre 1995

4 Jazz de l'Utah 15 mai 1994
Rebonds totaux 9 @ Bucks de Milwaukee 15 novembre 1992 4 Jazz de l'Utah 15 mai 1994
Passes décisives 20 @ Suns de Phoenix 15 novembre 1995 6 Jazz de l'Utah 15 mai 1994
Interceptions 5 @ Lakers de Los Angeles 21 novembre 1990 1 7 fois
Contres 2 3 fois 1 Jazz de l'Utah 14 mai 1994
Balles perdues 8 @ Suns de Phoenix 5 février 1991 5 @ Spurs de San Antonio 30 avril 1995
Minutes jouées 56 @ Suns de Phoenix 15 novembre 1995 41 Jazz de l'Utah 14 mai 1994

Double-Double : 14

Controverse[modifier | modifier le code]

Abdul-Rauf est connu pour la controverse qu'il a suscité lorsqu'il a refusé de se lever vers le drapeau des États-Unis avant les matches, disant que ce drapeau était un « symbole d'oppression » et que les États-Unis possédaient une longue « histoire de tyrannie ». Il disait que se lever pour le drapeau et l'hymne américain viendrait en contradiction avec ses convictions religieuses. Le , la NBA suspendit Abdul-Rauf pour une rencontre pour son refus de se lever. Deux jours après, la ligue négocia un compromis avec lui, où il devait se lever durant l'hymne national, mais pouvait fermer les yeux et regarder par terre. Il récitait silencieusement une prière durant ce temps[1].

Dans un but de provocation et de réponse à cette controverse, quatre employés de "KBPI" de Denver entrèrent dans une mosquée du Colorado et jouèrent « the Star-Spangled Banner » avec des tambours et des trompettes[4]. Sa relation avec les médias, les fans se détériora. Il recevra plusieurs menaces de mort. En 2001, sa maison de Gulfport est incendiée par des membres du Ku Klux Klan.

Évolution de sa carrière[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Mondial Basket, « Mahmoud Abdul-Rauf, il était une foi », sur basketusa.com, (consulté le 28 décembre 2018)
  2. (en) « NBA & ABA Year-by-Year Leaders and Records for Free Throw Pct », sur basketball-reference.com
  3. « Mahmud Abdul-Rauf s’éclate en ligue japonaise », sur basketsession.com, (consulté le 4 août 2010)
  4. (en) « Charges Are Filed In Mosque Incident », sur nytimes.com, (consulté le 4 août 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :