Montagnac-la-Crempse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montagnac-la-Crempse
Montagnac-la-Crempse
Le bourg de Montagnac-la-Crempse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
Intercommunalité Communauté de communes Isle et Crempse en Périgord
Maire
Mandat
Jean-Claude Prévôt
2014-2020
Code postal 24140
Code commune 24285
Démographie
Gentilé Montagnacois
Population
municipale
392 hab. (2017 en augmentation de 3,98 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 47″ nord, 0° 32′ 45″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 199 m
Superficie 25,49 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Montagnac-la-Crempse
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Montagnac-la-Crempse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montagnac-la-Crempse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montagnac-la-Crempse

Montagnac-la-Crempse est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune de Montagnac-la-Crempse, arrosée par la Crempse, est traversée par le 45e parallèle nord ; de ce fait, elle est située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Le village de Montagnac-la-Crempse est situé à 20 kilomètres de Bergerac, entre Villamblard et Campsegret.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montagnac-la-Crempse est limitrophe de six autres communes, dont Saint-Martin-des-Combes à l'est, par un simple quadripoint, au lieu-dit les Quatre Bornes.

Communes limitrophes de Montagnac-la-Crempse
Villamblard Douville
Beleymas Montagnac-la-Crempse Saint-Martin-des-Combes
Eyraud-Crempse-Maurens Campsegret

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Outre le bourg de Montagnac-la-Crempse proprement dit, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[1] :

  • Baillarguie
  • la Baïtie
  • la Batellerie
  • le Baylet
  • la Berthe
  • la Bertinie
  • les Bitarelles
  • les Bouyges
  • Bramide
  • les Brandes
  • Brantome
  • La Brugère
  • Campagnac[2]
  • Canaud
  • les Carbonnières
  • le Castellat
  • le Cause
  • Chabirat
  • Chez le Médecin
  • le Claud
  • Cleyde
  • le Cros
  • Cros de la Carveyre
  • Donnedevie
  • la Fage
  • Fissetot
  • Font de la Vigne
  • la Font Franque
  • les Fonts du Mas
  • le Foussac
  • la Freunie
  • les Garissouds
  • le Grand Bosc
  • la Grande Fontaine
  • Grand Gardonne
  • la Grange
  • les Gravoux
  • Lesparsou
  • la Levade
  • Leygonie
  • le Luc
  • la Magninie
  • les Mailleries
  • Maison Basse
  • Maison Neuve
  • Maison Neuve (2)
  • Maison Neuve (3)
  • la Martigne
  • les Masseries
  • les Meygnauds
  • Montugoux
  • le Moulin de Gayral
  • les Pâques
  • les Perrières
  • le Petit Bosc
  • Petit Gardonne
  • Peyrat
  • Peyrebise
  • Plaît-à-Dieu
  • Platier
  • la Poude
  • les Quatre Bornes
  • le Roudalet
  • la Simonette
  • la Taillerie
  • la Tour
  • le Tournier
  • Vignes Vieilles

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première partie du nom de la commune se réfère à Montanius, nom de personnage gallo-roman, suivi du suffixe -acum[3], indiquant le « domaine de Montanius ». La seconde partie du nom s'explique par la Crempse, principal cours d'eau de la commune.

En occitan, la commune porte le nom de Montanhac de Cremsa[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Montanhac apparait en 1142, donnée par l'évêque de Périgueux Geoffroy du Cause à l'abbaye Saint-Cybard d'Angoulême. La première mention écrite connue du lieu apparait en 1268 sous la forme Montanhac, qui évolue quatorze ans plus tard en Montaniacum de la Crempsa[3]. Située aux XIIIe et XIVe siècles dans la mouvance des comtes de Périgord, la paroisse passe ensuite dans la mouvance de la seigneurie d'Estissac, puis de celle de Roussille. En 1726, elle compte 1 014 habitants.

Dès 1789, la commune nouvelle devient chef-lieu du canton de Montagnac, qui en 1802 prend le nom de canton de Villamblard, à la suite du transfert de son chef-lieu[5]. En 1793, elle englobe la commune de Campagnac[6] (ancienne paroisse de Campagnac de Cornecul[3]).

En 1856, l'église du XIIe siècle est reconstruite pour le bâtiment actuel consacré à saint Pantaléon, patron de la paroisse[réf. nécessaire].

En 1896, elle compte encore 899 habitants, mais la crise du phylloxéra et l'exode rural feront tomber sa population à moins de 400 habitants à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Montagnac-la-Crempse est le chef-lieu du canton de Montagnac. Elle dépend du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac[5]. Le canton de Montagnac est ensuite renommé en canton de Villamblard l'année suivante, à la suite du transfert de son chef-lieu, depuis Montagnac vers Villamblard[5].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[7]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Périgord central.

En 2017, Montagnac-la-Crempse est rattachée à l'arrondissement de Périgueux[8],[9].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Montagnac-la-Crempse intègre dès sa création la communauté de communes du Pays de Villamblard. Celle-ci disparaît au , remplacée au par la communauté de communes Isle et Crempse en Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[10],[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
  1989 Maurice Deffieux    
1989 mars 2014 Henri Gaillard SE Retraité
mars 2014[12] En cours Jean-Claude Prévôt    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Montagnac-la-Crempse se nomment les Montagnacois[13].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2017, la commune comptait 392 habitants[Note 1], en augmentation de 3,98 % par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0801 0201 0481 3231 4001 3471 2971 3041 246
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2001 1481 0631 038984980968949899
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
803805700605585562531542542
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
444448409365363381385385377
2017 - - - - - - - -
392--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[17], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 155 personnes, soit 40,7 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-quatre) a augmenté par rapport à 2010 (seize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 15,7 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte trente-quatre établissements[18], dont treize au niveau des commerces, transports ou services, huit relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, six dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, cinq dans la construction, et deux dans l'industrie[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre de Lépine (1757-1831) devient vicaire de la paroisse de Montagnac la Crempse en 1788, avant de rejoindre Périgueux puis Paris. Il devient ensuite directeur de l'école des chartes[32].
  • François Prévot-Leygonie (1780-1852) : homme politique, avocat puis magistrat, né et décédé à Montagnac-la-Crempse[33].
  • Son frère, Pierre Prévot-Leygonie (1783-1851), né également à Montagnac la Crempse, chirurgien major dans l'armée impériale[33].
  • Jean Baptiste Bordas, dit Bordas-Demoulin (Montagnac 1798- Paris 1859) : Philosophe. Né au lieu-dit de La Bertinie, il est orphelin de très bonne heure. Devenu philosophe à Paris, il fait paraître en 1837, en collaboration avec l'abbé Sénac Le Christianisme dans ses rapports avec la civilisation moderne puis en 1843 Le Cartésianisme suivi de Théorie de la Substance et de celle de l'infini, en 1846 Mélanges philosophiques et religieux et en 1856 Essais sur la réforme catholique. Après sa mort, ses œuvres posthumes, sont éditées en deux volumes par François Huet.
  • Félix Fournery (1865-1938), peintre, s'installa avec son atelier dans la commune, qu'il peignit et où il est mort.
  • Robert Toulemon : haut fonctionnaire né en 1927 à Montagnac : ancien élève de l’ENA, inspecteur général des finances honoraire, directeur général honoraire à la Commission européenne à Bruxelles. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la construction européenne dont 50 mots : l'Europe, La construction européenne, Aimer l'Europe, et Souvenirs européens 1950-2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Montagnac-la-Crempse » sur Géoportail (consulté le 3 juin 2015).
  2. Campagnac était autrefois appelé Campagnac-de-Cornecul (Briand de Verzé, Dictionnaire géographique de la France, chez Belin-Leprieur, Paris, 1839, p. 263).
  3. a b c d et e Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 230.231.
  4. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 12 mars 2014.
  5. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Notice communale de Campagnac sur Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 3 juin 2015.
  7. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  8. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  9. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  10. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 3 juin 2015.
  11. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 3 juin 2015.
  12. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 23 août 2014.
  13. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 25 novembre 2016.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. Dossier complet - Commune de Montagnac-la-Crempse (24285) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 2 décembre 2018.
  18. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 2 décembre 2018).
  19. Dossier complet - Commune de Montagnac-la-Crempse (24285) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 2 décembre 2018.
  20. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 207.
  21. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface d'André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, mai 2000, (ISBN 2-912347-11-4), p. 161.
  22. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface d'André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, mai 2000, (ISBN 2-912347-11-4), p. 163.
  23. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface d'André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, mai 2000, (ISBN 2-912347-11-4), p. 164.
  24. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 126.
  25. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 66.
  26. http://laportelatine.org/publications/presse/2014/fondation_dominicaines_contemplatives_140108/fondation_dominicaines_contemplatives_140108.php
  27. https://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/2014/07/06/des-soeurs-dominicaines-proches-de-la-fraternite-st-pie-x-traditionaliste-vont-s-installer-en-dordogne-512787.html
  28. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 133-134.
  29. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 34.
  30. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 254.
  31. « Pour les enfants du pays de Beleyme », sur assobeleyme.org (consulté le 8 juillet 2010)
  32. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 597.
  33. a et b Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 771.