Saint-Front-de-Pradoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Front.

Saint-Front-de-Pradoux
Saint-Front-de-Pradoux
L'ancien presbytère et l'église de Saint-Front-de-Pradoux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Vallée de l'Isle
Intercommunalité Communauté de communes Isle et Crempse en Périgord
Maire
Mandat
Pierre-André Crouzille
2014-2020
Code postal 24400
Code commune 24409
Démographie
Population
municipale
1 154 hab. (2015 en augmentation de 3,31 % par rapport à 2010)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 19″ nord, 0° 21′ 52″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 157 m
Superficie 9,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Front-de-Pradoux

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Front-de-Pradoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Front-de-Pradoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Front-de-Pradoux

Saint-Front-de-Pradoux est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'étang de Beaufort alimenté par la Beauronne.

Localisée à l'ouest du département de la Dordogne et incluse dans l'unité urbaine de Mussidan[1], la commune de Saint-Front-de-Pradoux est arrosée à l'est et au sud par l'Isle qui, formant un méandre, la sépare successivement des communes de Sourzac, Mussidan et Saint-Médard-de-Mussidan. À l'est, la commune est bordée sur un kilomètre par un petit affluent de l'Isle, la Beauronne, qui sert de limite naturelle entre Saint-Front-de-Pradoux et Saint-Louis-en-l'Isle. Le nord du territoire communal fait partie de la forêt de la Double.

L'altitude minimale, 41 mètres, se situe au sud-ouest, là où l'Isle quitte la commune et sert de limite entre Saint-Martin-l'Astier et Saint-Médard-de-Mussidan. Le point culminant avec 157 (ou 159) mètres[Note 1] se trouve au nord, en forêt de la Double à proximité du lieu-dit aux Vignettes, sur la route qui mène à Saint-Étienne-de-Puycorbier.

Le bourg de Saint-Front-de-Pradoux est situé, en distances orthodromiques, deux kilomètres au nord de Mussidan et seize kilomètres au sud-ouest de Saint-Astier. Il est traversé par les routes départementales 3 et 709 (l'ancienne route nationale 709).

La commune est également desservie par la route départementale 38 qui, franchissant la forêt de la Double, mène jusqu'à Saint-Aulaye. Elle est aussi traversée par la ligne de chemin de fer Coutras - Tulle dont la gare la plus proche est celle de Mussidan. Au nord, entre Saint-Louis-en-l'Isle, Beauronne et Saint-Étienne-de-Puycorbier, le sentier de grande randonnée GR 646 parcourt le territoire communal en forêt de la Double.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Front-de-Pradoux
Saint-Étienne-de-Puycorbier Beauronne
Saint-Martin-l'Astier Saint-Front-de-Pradoux Saint-Louis-en-l'Isle
Sourzac
Saint-Médard-de-Mussidan Mussidan

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu tire son nom de saint Front, légendaire évangélisateur du Périgord[2]. La seconde partie du nom est un diminutif provenant de l'occitan prada signifiant « prairie »[2], ce qui pourrait signifier « petit pré »[3].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Front de Pradon[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention connue du lieu, Ecclesia don Front au XIIIe siècle, se réfère à une ancienne église disparue[2]

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Saint Front.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Saint-Front-de-Pradoux intègre dès sa création la communauté de communes du Mussidanais en Périgord. Celle-ci disparaît au , remplacée au par la communauté de communes Isle et Crempse en Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1793? Pierre Dessoudeix   Ancien procureur
1793? 1795? Jean Mignot   Propriétaire
1795? 1798 Martial Lachaud   Agriculteur
1798? 1827 Pierre Dessoudeix   Ancien procureur
1827 1829 Jean-Marie Dureclus   Ancien officier
1829 1832 Jean Bonnet   Notaire
1832 1832 François Bouscaillou   Propriétaire
1832 1848 Jean Bonnet   Notaire
1848 1870 Guy Crabanac   Propriétaire
1870 1871 Delphin Sandilhon   Pharmacien
1871 1876 Sicaire Crabanac   Propriétaire
1876 1884 Raoul Bernard   Négociant
1884 novembre 1908 Alphonse Rigaillaud[Note 2]   Notaire
janvier 1909 mai 1925 Marc Deffarges   Ingénieur
mai 1925 mai 1929 Jean Rigaillaud   Notaire
mai 1929 1931 Maxime Simon   Négociant
décembre 1931 1944 Pierre Meytadier   Retraité de la gendarmerie
octobre 1944 mai 1945 Armand Gaboreau   Voyageur de commerce
mai 1945 mars 1965 Clotaire Bourdillou   Agriculteur
mars 1965 mars 1989 Albert Julien Laurière PS Entrepreneur de travaux publics
mars 1989 juin 1995 Francis Pralong DVG Directeur adjoint de collège
juin 1995 avril 2014 Marie-Andrée Béchaud PS Sans profession
avril 2014[4] en cours Pierre-André Crouzille[Note 3] DVG  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage de Saint-Front-de-Pradoux.

Drapeau de la France Romanswiller (France) depuis 1999

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 1 154 habitants[Note 4], en augmentation de 3,31 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
431441431470512508522562560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
583548595568549572599655617
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
591616585553567557591636675
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
7227859109811 0009291 0321 1301 154
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune dispose d'une école maternelle et d'une école primaire.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[9], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 475 personnes, soit 41,4 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (51) a augmenté par rapport à 2007 (47) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 10,7 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte cinquante-cinq établissements[10], dont vingt-six au niveau des commerces, transports ou services, quinze dans la construction, six dans l'industrie, quatre dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et quatre relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[11].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les cinquante premières entreprises de Dordogne en termes de chiffre d'affaires hors taxes dans le secteur du BTP en 2012-2013, Laurière et fils (construction de réseaux pour fluides) se classe 2e avec 19 654 k€[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'Isle marque la limite entre Saint-Front-de-Pradoux (à gauche) et Mussidan (à droite).

Située au sud de la forêt de la Double et bordée par l'Isle, la commune représente un grand intérêt pour la faune et la flore locales. Des zones de protection y sont donc délimitées.

En bordure orientale de la commune, le tronçon terminal de la vallée de la Beauronne est doublement protégé : par la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II des « vallées et étangs de la Double »[14],[15], et par le réseau Natura 2000 pour les « vallées de la Double »[16],[17]. Comme les autres vallées en forêt de la Double, il s'agit d'un site important pour la conservation d'espèces animales européennes menacées : la loutre d'Europe (Lutra lutra), le vison d'Europe (Mustela lutreola), le chabot fluviatile (Cottus perifretum), la lamproie de Planer (Lampetra planeri), la cistude d'Europe (Emys orbicularis), l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes), le cuivré des marais (Lycaena dispar), le damier de la succise (Euphydryas aurinia), le fadet des laîches (Coenonympha oedippus) et le gomphe de Graslin (Gomphus graslinii).

L'Isle et sa vallée font partie d'une autre ZNIEFF de type II, la « vallée de l'Isle de Périgueux à Saint-Antoine-sur-l'Isle, le Salembre, le Jouis et le Vern »[18],[19], ainsi que de la zone Natura 2000 de la « vallée de l'Isle de Périgueux à sa confluence avec la Dordogne »[20],[21]. Parmi les nombreuses espèces qui peuvent y être présentes, plusieurs font partie de l'annexe II de la directive habitats :

  • neuf poissons : l'alose feinte (Alosa fallax), la bouvière (Rhodeus amarus), le chabot fluviatile (Cottus perifretum), la grande alose (Alosa alosa), la lamproie de Planer (Lampetra planeri), la lamproie de rivière (Lampetra fluviatilis), la lamproie marine (Petromyzon marinus), le saumon atlantique (Salmo salar) et le toxostome (Parachondrostoma toxostoma),
  • huit insectes : l'agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), la cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii), la cordulie splendide (Macromia splendens), le cuivré des marais (Lycaena dispar), le damier de la succise (Euphydryas aurinia), le gomphe de Graslin (Gomphus graslinii), le grand capricorne Cerambyx cerdo et le lucane cerf-volant (Lucanus cervus),
  • deux mammifères : la loutre d'Europe (Lutra lutra) et le vison d'Europe (Mustela lutreola),
  • une tortue, la cistude d'Europe (Emys orbicularis),
  • l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes),
  • ainsi qu'une plante, l'angélique des estuaires (Angelica heterocarpa).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Lacombe, Saint-Front-de-Pradoux terre de mystère et d'accueil, 1994

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux données contradictoires selon le Géoportail : 159 mètres sur la carte et 157 pour la boîte « Communes ».
  2. Décédé en fonctions.
  3. La liste de Pierre-André Crouzille a été déclarée vainqueur au bénéfice de l'âge moyen plus élevé, par rapport à la liste de Serge Olivier, les deux listes ayant obtenu le même nombre de voix. Serge Olivier a déposé un recours auprès de la Préfecture. Source : Un recours à Saint-Front-de-Pradoux, Sud Ouest édition Dordogne, 8 avril 2014, p. 12.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Unité urbaine 2010 de Mussidan (24204) selon le zonage de 2010, Insee (consulté le 23 août 2016).
  2. a b c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 319-320.
  3. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne (consulté le 4 novembre 2013).
  4. À Saint-Front-de-Pradoux, Sud Ouest édition Périgueux, 7 avril 2014, p. 20.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee (consulté le 10 octobre 2015).
  10. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 10 octobre 2015).
  11. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee (consulté le 10 octobre 2015).
  12. « Bâtiment/Travaux publics : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 36.
  13. « Inscription du presbytère », notice no PA00082831, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 20 octobre 2009).
  14. [PDF]Vallées et étangs de la Double sur le site de l'INPN, consulté le 2 octobre 2018
  15. Carte de localisation des Vallées et étangs de la Double sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 2 octobre 2018. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, dans la « Légende » (en bas à gauche), ouvrir la couche « Référentiels » et barrer la couche « Photographie IGN ».
  16. [PDF]Vallées de la Double sur le site de l'INPN, consulté le 2 octobre 2018
  17. Carte de localisation des Vallées de la Double sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 2 octobre 2018. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, dans la « Légende » (en bas à gauche), ouvrir la couche « Référentiels » et barrer la couche « Photographie IGN ».
  18. Vallée de l'Isle de Périgueux à St-Antoine-sur-l'Isle, le Salembre, le Jouis et le Vern sur le site de de la DREAL Aquitaine, consulté le 2 octobre 2018.
  19. Carte de localisation de la ZNIEFF 720012842 sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 2 octobre 2018. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, dans la « Légende » (en bas à gauche), ouvrir la couche « Référentiels » et barrer la couche « Photographie IGN ».
  20. [PDF] Vallée de l'Isle de Périgueux à sa confluence avec la Dordogne sur le site de l'INPN, consulté le 2 octobre 2018.
  21. Carte de localisation de la vallée de l'Isle de Périgueux à sa confluence avec la Dordogne sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 2 octobre 2018. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, dans la « Légende » (en bas à gauche), ouvrir la couche « Référentiels » et barrer la couche « Photographie IGN ».