Campsegret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Campsegret
Campsegret
Tour et église dans le village de Campsegret.
Blason de Campsegret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté de communes Isle et Crempse en Périgord
Maire
Mandat
Jean-Marie Gellé
2020-2026
Code postal 24140
Code commune 24077
Démographie
Population
municipale
391 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 07″ nord, 0° 33′ 37″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 201 m
Superficie 13,83 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bergerac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Périgord central
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Campsegret
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Campsegret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Campsegret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Campsegret

Campsegret est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'aire urbaine de Bergerac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Campsegret et des communes avoisinantes en 2018.

Campsegret est limitrophe de sept autres communes, dont Douville au nord-est par un simple quadripoint.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Campsegret est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bergerac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu date de l'an 1116 sous son nom actuel (Campsegret) dans le cartulaire de l'abbaye de Cadouin[5],[6]. En 1206, on trouve la forme « Champ-Sagret » et dans un pouillé en 1268 Campus Secretus en latin[5],[6].

La première syllabe du nom correspond à l'occitan camp indiquant une plaine cultivée[6]. La seconde partie, Segret, peut avoir plusieurs significations : elle pourrait dériver du latin secretus signifiant « à part », ou de l'ancien français « segré », indiquant un « endroit retiré ». Selon Chantal Tanet et Tristan Hordé, l'hypothèse la plus probable viendrait d'un nom de personnage d'origine germanique, Segeredus[6] ; le nom du lieu correspondrait alors au « domaine de Segeredus »[6].

En occitan, la commune porte le nom de Camp Sègret[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Campsegret est rattachée au canton de Montagnac qui dépend du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac[8]. Le canton de Montagnac est ensuite renommé en canton de Villamblard l'année suivante, à la suite du transfert du chef-lieu de canton depuis Montagnac vers Villamblard[8].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[9]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Périgord central.

En 2017, Beauregard-et-Bassac est rattachée à l'arrondissement de Périgueux[10],[11].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Campsegret intègre dès sa création la communauté de communes du Pays de Villamblard. Celle-ci disparaît au , remplacée au par la communauté de communes Isle et Crempse en Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2017, onze conseillers municipaux ont été élus en 2020[12],[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1971 mars 2008 André Leyx    
mars 2008[14] mai 2020 Gérard Malaubier SE[15] Retraité de la police nationale
mai 2020 En cours Jean-Marie Gellé    

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Campsegret relève[16] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2018, la commune comptait 391 habitants[Note 3], en stagnation par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780568674734744750843795785
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
728706632650600626647603572
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
545528511420434407390385390
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
361342351379403351384399391
2018 - - - - - - - -
391--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[20], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 174 personnes, soit 44,6 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-huit) a augmenté par rapport à 2010 (vingt-quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 16,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 51 établissements[21], dont vingt-cinq au niveau des commerces, transports ou services, onze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept dans la construction, cinq dans l'industrie, et trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • Église Saint-Étienne[23].
  • Oratoire dédié à la Vierge Marie, en bordure de la route nationale 21, édifié en 1958[24].
  • Source dite « de l'Auvergnat »[25], au nord du bourg. Régulièrement, des personnes viennent remplir des récipients à cette source révélée en 1860 lors des travaux préalables à l'aménagement de la route nationale 21[25]. L'origine de cette eau reste inconnue mais semble éloignée car son débit n'augmente que dix à quinze jours après de fortes précipitations[25]. Son appellation viendrait soit de son origine supposée (le Massif central, donc l'Auvergne), soit plus probablement de l'ouvrier auvergnat qui, « d'un coup de pioche aurait fait jaillir l'eau »[25]. Analysée au début des années 2000 par la DDASS, l'eau s'avérait non potable, ce qu'un écriteau signalait, avant qu'il soit arraché[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Campsegret Blason
Parti : au 1er de gueules à saint Étienne d'or tenant dans sa dextre une palme du même et dans sa senestre trois cailloux d'argent, au 2d du même au lion de sable ; au chef d'azur chargé de trois coquilles d'argent[26].
Détails
Adopté par la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. a et b Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (A-K), article « CAMP-SECRET », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 22 octobre 2019.
  6. a b c d et e Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 80-81.
  7. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 26 septembre 2020.
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  10. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  11. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  12. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 30 août 2020.
  13. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 25 octobre 2020.
  14. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 15 août 2014.
  15. Voici vos 557 maires, supplément à Sud Ouest édition Dordogne du 3 avril 2008, p. 31.
  16. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 9 décembre 2020).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. Dossier complet - Commune de Campsegret (24077) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 août 2018.
  21. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 août 2018).
  22. Dossier complet - Commune de Campsegret (24077) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 août 2018.
  23. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 204.
  24. Grégoire Morizet, « Bénédiction : « Le Léon était là » », Sud Ouest édition Périgueux, 19 septembre 2016, p. 23.
  25. a b c d et e Grégoire Morizet, « Que trouvent-ils à cette eau ? », Sud Ouest édition Dordogne, 21 avril 2017, p. 14-15.
  26. « 24077 Campsegret (Dordogne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 4 janvier 2020)