Mont du Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont du Temple
Vue du mont du Temple depuis le sud.
Vue du mont du Temple depuis le sud.
Géographie
Altitude 743 m
Massif Monts de Judée
Coordonnées 31° 46′ 41″ Nord 35° 14′ 07″ Est / 31.778015, 35.235413
Administration
Pays Drapeau de la Palestine Palestine
Drapeau d’Israël Israël
Territoire Cisjordanie
Gouvernorat
District
Jérusalem
Jérusalem
Géologie
Roches calcaire

Géolocalisation sur la carte : Palestine (relief)

(Voir situation sur carte : Palestine (relief))
Mont du Temple

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Mont du Temple

Le mont du Temple désigne le site sur lequel se trouvait le Temple de Jérusalem, détruit en 70 par Titus, dominé aujourd'hui par deux monuments majeurs de l'islam, la mosquée al-Aqsa et le dôme du Rocher. L'esplanade des Mosquées constitue le sommet du mont du Temple[1], agrandi par le roi Hérode aux alentours du début de l'ère chrétienne. Le mont du Temple forme le premier lieu saint du judaïsme et le troisième lieu saint de l'islam sunnite, après La Mecque et Médine. La partie occidentale des murs monumentaux, bâtis par Hérode pour agrandir le site, qui consolident le mont et soutiennent l'esplanade est le seul vestige du temple de Jérusalem et constitue le Mur occidental ou mur des Lamentations.

Le mont du Temple constitue, depuis le VIIe siècle un haut lieu de l'islam réunissant la mosquée Al-Aqsa et le dôme du Rocher (ainsi que la petite mosquée du Bouraq).

L'appellation arabe en est le « Noble Sanctuaire » (en arabe : الحرم الشريف al-Ḥaram aš-Šarīf) et l'appellation hébraïque « mont du Temple » (en hébreu : הר הבית, har ha bayit, précisément le mont de la Maison [de Dieu]).

L'accès au mont du Temple est régi par un statu-quo affirmé par le général Moshe Dayan en 1967 lors de la conquête de la vieille ville de Jérusalem par les Israéliens en 1967, confirmé dans le traité de paix israélo-jordanien de 1994 et interdisant aux juifs de venir prier sur le mont du Temple. De plus, le Grand-Rabbinat d'Israël a interdit l'accès au mont du Temple à toute personne se réclamant du judaïsme de peur qu'il ne foule par ignorance le Saint des Saints[2].

Le mont du Temple se situe dans la Vieille ville de Jérusalem, aujourd'hui annexée par l'État d'Israël et revendiquée par l'Autorité palestinienne mais son administration religieuse est confiée au Waqf, une fondation religieuse sous juridiction jordanienne.

Description[modifier | modifier le code]

Plan de l'esplanade des Mosquées en 1890, tiré de Palestine Under the Muslims: A Description of Syria and the Holy Land from AD 650 to 1500 par Guy Le Strange, Londres 1890
L'Esplanade des Mosquées se situe au sommet du mont du Temple : au centre, le dôme du Rocher, plus à droite sur l'esplanade, la mosquée al-Aqsa, et à droite de la photo, la foule au Mur occidental, en contrebas de l'esplanade

Dans sa configuration actuelle, cette hauteur calcaire à forme trapézoïdale de 150 000 m2 de superficie, mesure de 470 (côté est) à 488 mètres (côté ouest), sur 280 (côté sud) à 315 (côté nord) mètres, pour une altitude de 740 mètres.

Sur l'esplanade, outre le dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa, on trouve une centaine d'édifices de différentes périodes dont certains sont des œuvres d'art remarquables[3] : des lieux de prière musulmans, des arches et des portiques, des écoles religieuses musulmanes (madrassas), des minarets, des fontaines pour boire et d'autres pour les ablutions rituelles. Sous la surface, dans les parties artificielles du Mont, il existe 34 citernes et des salles appelées écuries de Salomon, aujourd'hui une mosquée.

Les principaux édifices religieux[modifier | modifier le code]

Sur l'arc de Titus à Rome, les ornements du Temple de Jérusalem : la Menorah, les trompettes et la table des pains

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Selon la Bible, le roi Salomon fait construire sur ce site le Temple de Jérusalem, détruit vers 586 av. J.-C. par Nabuchodonosor II.

Les Juifs, de retour d'exil, construisent sous la direction de Zorobabel, petit-fils du roi de Juda Joachin, le Second Temple, inauguré en 516 av. J.-C. Celui-ci est considérablement agrandi sous Hérode Ier le Grand qui établit l'esplanade actuelle vers la fin du Ier siècle av. J.-C..

En 70 ap. J.-C, le Temple d'Hérode est détruit par l'armée romaine sous le commandement de Titus lors de la Première Guerre judéo-romaine.

Paganisme[modifier | modifier le code]

Après la conquête par Titus, aucun édifice ne remplace le Temple de Jérusalem. Toutefois, en 130, l'empereur Hadrien rebaptise Jérusalem du nom d'Aelia Capitolina ce qui suscite la révolte de Bar Kokhba vaincu à nouveau par les Romains en 135. L'empereur Hadrien fait alors élever sur le site un temple dédié à Jupiter Capitolin.

Quand l'Empire romain devient chrétien, sous Constantin Ier, il semble que le site soit laissé à l'abandon.

Islam[modifier | modifier le code]

Après la conquête de Jérusalem par les Arabes en 637, de nouveaux bâtiments sont élevés : le dôme du Rocher (souvent appelé Mosquée d'Omar) est achevé vers 691, sous le règne d'Abd al-Malik. Ce monument, le plus visible de Jérusalem avec sa coupole dorée, abrite le Rocher de la Fondation, site, selon la tradition juive, de la ligature d'Isaac et, selon la tradition musulmane, du départ de Mahomet lors de son voyage nocturne. Puis, vers le début du VIIIe siècle, la mosquée al-Aqsa est édifiée mais elle subit de nombreuses destructions et sa dernière grande reconstruction date du XIIIe siècle.

Christianisme[modifier | modifier le code]

Le christianisme ne semble pas avoir élevé de monument sur le lieu même du Temple transformé en dépotoir[4]. Puis, pendant les Croisades, le dôme du Rocher est transformé en Templum Domini et la mosquée al-Aqsa est remise aux Templiers[5].

Lieu saint du judaïsme[modifier | modifier le code]

Le mont a une signification très importante dans le judaïsme (le lieu le plus sacré).

Selon le Talmud, c'est du sol de ce lieu que Dieu rassemble l'argile qui forme Adam. C'est là qu'Adam puis, selon son exemple, Caïn, Abel et Noé font leur holocauste. La tradition juive place aussi à cet endroit le mont Moriah de la Bible où aurait dû s'accomplir le geste sacrificiel d'Abraham :

« Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t'en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai. »

— Ge 22

Selon la Bible, le roi David achète cette terre pour y construire un autel permanent (II Samuel 24:24). Le roi Salomon réalise ce vœu en construisant à cet endroit le Premier Temple en -950, détruit par Nabuchodonosor II en -586, date qui marque l'exil des Juifs à Babylone.

Le Second Temple y est établi à partir de -516, après le retour d’exil. Il est détruit par Titus Flavius Vespasianus en 70, à l'exception du mur ouest, aujourd'hui connu comme le mur des Lamentations, lieu de prière le plus important des juifs.

C’est aussi le site du Troisième Temple de Jérusalem lors du retour du Messie selon la tradition juive.

Lieu saint de l'islam[modifier | modifier le code]

Pour les musulmans, cet endroit est surtout le point d'où Mahomet est monté au 7e ciel lors d'Isra et Miraj, le voyage nocturne que Mahomet a fait de La Mecque à Jérusalem, emporté par son cheval Bouraq. Le Coran ne cite pas le nom de Jérusalem explicitement, mais la désigne implicitement :

« Gloire à Celui qui a fait voyager de nuit son serviteur de la mosquée sacrée [(mosquée al-Haram)] à la mosquée lointaine (ou au « lieu de prosternation lointain » qui en arabe se dit mosquée al-Aqsa) dont Nous avons béni l’alentour, et ceci pour lui montrer certaines de Nos merveilles. »

— Le Coran, sourate XVII ; 1.

« ô mon peuple ! Entrez dans la terre sainte qu'Allah vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants. »

— Le Coran, sourate V ; 21.

Cette « mosquée lointaine » (en arabe, « lointain » se dit aqsa) est identifiée par les hadiths à Jérusalem. Le lien entre le point de départ du Prophète et le « Noble Sanctuaire » de Jérusalem est postérieur à la construction du Al-Jamii Al-Qibali et du dôme du Rocher.

Selon le récit fait par Al-Bakri de l'arrivée d'Omar à Jérusalem en 638, les ruines du Temple auraient alors été utilisées comme dépotoir par les chrétiens. Michel Orcel estime que « ce dernier détail est sans doute une notation historique : en transformant en décharge l'emplacement de l'ancien sanctuaire juif, les chrétiens auraient manifesté de façon durable la réalisation de la prophétie que le Christ avait faite de la destruction du Temple, ainsi que le caractère caduc et désormais méprisable du judaïsme ; mais il est possible que ce détail ait été destiné à accentuer le rôle sotériologique de l'islam, ressuscitant la foi d'Abraham sur la double ruine du Temple juif et de la religion chrétienne[6]. » Le calife, horrifié de voir ce lieu saint dans un tel état, ordonne son nettoyage et y prie.

Lieu saint disputé[modifier | modifier le code]

À de multiples reprises, la plupart des différents occupants de Jérusalem ont voulu affirmer leur culte sur ce lieu.

Depuis 1967[modifier | modifier le code]

Le statu quo en vigueur depuis 1967 prévoit que les visiteurs non musulmans ont le droit de se rendre sur l'esplanade mais pas d'y organiser des prières[9]. De plus, le Grand-Rabbinat d'Israël a interdit l'accès au mont du Temple à toute personne se réclamant du judaïsme de peur qu'il ne foule par ignorance le Saint des Saints[2].

Le 21 août 1969, un Australien met le feu à la mosquée Al-Aqsa « afin de hâter la seconde venue du Christ[10] ».

En avril 1982, un réserviste israélien, Alan Goodman, tire sur les fidèles dans la mosquée Al-Aqsa, faisant un mort et plusieurs blessés[11],[12].

Le 18 octobre 1990, 21 Palestiniens sont tués par la police israélienne lors d'une émeute[13] suscitée par une cérémonie dans la cité de David de pose de la première pierre du Troisième Temple, qui doit venir « à la place » de la mosquée Al Aksa et du Dôme du Rocher. Durant ces émeutes, les émeutiers arabes jettent des pierre sur les fidèles juifs accourus au Mur des Lamentations, à l'occasion de la fête de Souccot. Puis ils assiègent les policiers sur l'esplanade qui tirent sur la foule pour se dégager[14].

Lors des accords de Wadi Araba de 1994, Israël a confirmé le Waqf dans ses fonctions et donne à la Jordanie le rôle privilégié de garante des lieux saints musulmans dans de futures négociations de paix israélo-palestiniennes.

Le 28 septembre 2000, Ariel Sharon, alors simple député, se rend sur le Mont du Temple. Cette visite se déroule sans incident mais est suivie d'une émeute au cœur de Jérusalem qui marque le départ de la seconde Intifada[15].

Dans les années 1990-2000, Israéliens et Palestiniens s'accusent réciproquement de pratiquer des excavations dans le but d'endommager les vestiges archéologiques[16]. Les Israéliens estiment que le déblaiement des anciennes salles sous la mosquée Al-Aqsa puis la construction de la nouvelle mosquée Al-Marwani ont donné l'occasion aux Palestiniens d'évacuer parmi les gravats des quantités de vestiges archéologiques. Quant aux Palestiniens, ils dénoncent l'ouverture du tunnel qui part du Mur, longe le mont du Temple et ressort dans le quartier arabe, Via Dolorosa, comme la volonté de saper la fondation de la Mosquée Al-Aqsa[17].

Tensions en octobre 2014[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 2014 un membre du Jihad islamique palestinien tente d'assassiner et blesse grièvement un activiste politique et rabbin israélien d’extrême-droite, Yehuda Glick qui milite « depuis des années afin d’obtenir l’autorisation pour les Juifs de prier sur le Mont du Temple »[18]. Le 30 octobre, à la suite de cette attaque, les autorités israéliennes ordonnent la fermeture de cette esplanade aux juifs et musulmans pour des raisons de sécurité. Cette fermeture est la première depuis celle ordonnée par le Waqf palestinien en 2000 à titre de protestation contre la visite d'Ariel Sharon. Cependant, le site est rouvert le lendemain aux musulmans pour la prière du vendredi avec une limitation aux personnes âgées de plus de 50 ans, sans limitation d'âge pour les femmes, tandis que de nombreux incidents opposent des Palestiniens aux forces de l'ordre israéliennes[19],[20]. Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qualifie cette mesure et les « récentes actions israéliennes à Jérusalem-Est » de « déclaration de guerre[21] ». Le 1er novembre, en réaction à ces événements, le pape François, appelle à « la paix et la réconciliation » à Jérusalem[22]. Le 2 novembre Benjamin Netanyahou s'est engagé à préserver le statu quo qui permet aux non-musulmans de visiter le site mais autorise seulement les musulmans à y prier bien qu'il s'agisse « du site le plus saint pour les Juifs[23] ».

Tensions et violences en automne 2015 et en 2016[modifier | modifier le code]

La visite de Juifs sur cette esplanade, la veille du nouvel an juif en septembre 2015, a été invoquée pour le déclenchement d’émeutes, sur l'esplanade, à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et dans certaines localités arabes israéliennes. À partir du 1er octobre une vague quasi-quotidienne de terrorisme, principalement au moyen d'attaques de civils Juifs israéliens et de membres des forces de l'ordre israéliennes se propage, d'abord à Jérusalem, puis dans d'autres villes d’Israël et en Cisjordanie, en particulier à Hébron et dans le Goush Etzion.

Sous la pression américaine, un accord est conclu le 24 octobre 2015 entre Israël et la Jordanie quant à de nouvelles mesures régissant le mont du Temple pour tenter de mettre fin à la flambée de violences entre Israéliens et Palestiniens. Cet accord inclut une vidéosurveillance permanente de l'esplanade[24]. Durant le week-end du 5 mars 2016, l'accord israélo-jordanien sur l'installation des caméras est conclu et vise à leur mise en opération avant les fêtes de la Pâque juive, en avril 2016[25]. Le 20 mars 2016, la Jordanie annonce l'installation, dans les jours suivants, de 55 caméras de surveillance, d'un centre de contrôle pour les gérer et la diffusion en ligne des images pour « documenter toutes les violations et agressions israéliennes »[26]. Cette proposition ne sera jamais mise en application après que la Jordanie est revenue sur sa décison en avril 2016[27]

En avril 2016, l'Institut du Temple annonce qu'un couple juif s'est marié furtivement le 12 avril sur le mont du Temple, provoquant des réactions furieuses de la gauche israélienne, avant que des dirigeants palestiniens, qui ne semblaient pas informés de ce mariage, préviennent que la visite de juifs sur le complexe pendant Pessah enflammerait les tensions[28].

Le 15 avril 2016, l'UNESCO adopte une résolution très critique envers Israël : de nombreuses violations du « statu quo » en vigueur depuis 1967 sont déplorés dans une formulation jugée maladroite par le Premier ministre français Manuel Valls[29]. Ce dernier déclare regretter le vote résolution, tout comme le Président français François Hollande[30] et le Gouvernement brésilien[31]. Certains interprètent cette résolution comme une négation délibérée de l’histoire : elle « dénie le lien entre les Juifs et le mur des Lamentations et le mont du Temple à Jérusalem » selon le Conseil représentatif des institutions juives de France[32], et « affirme que le Mont du Temple est un site sacré uniquement pour les musulmans, [ce qui est] une décision politique prise par des États membres de l'UNESCO qui n'est pas acceptable » selon la Directrice générale de l'Unesco Irina Bokova[33]. La résolution a été approuvée par trente-trois pays, dont la France, la Russie, l'Espagne et la Suède. Dix sept pays se sont abstenus et six ont voté contre : les États-Unis, l'Estonie, l'Allemagne, la Lituanie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martine de Sauto, « Des responsables religieux musulmans de Jérusalem mettent en garde Barack Obama », sur La Croix,‎ .
  2. a et b Pierre Jovanovic, « À Jérusalem, ils rêvent d'un troisième Temple », sur La Vie,‎
  3. (en) « The Temple Mount », sur Jewish Virtual Library.
  4. Toutefois, selon Farouk Mardam-Bey et Elias Sanbar, les Byzantins auraient élevé une basilique à la Vierge au lieu actuel de la mosquée al Aqsa (voir Farouk Mardam-Bey et Elias Sanbar, Jérusalem: le sacré et le politique, Sindbad, (lire en ligne), page 60). Mais cette hypothèse a été réfutée dès 1912 par Leopold Dressaire (voir « La basilique Sainte-Marie la Neuve à Jérusalem », Échos d'Orient, tome 15, n°94, 1912. pp. 234-245,‎ (lire en ligne) sur Persée) puis par Simon Claude Mimouni qui situe cette basilique au Jardin de Gethsémani (voir Simon Claude Mimouni, Dormition et assomption de Marie: histoire des traditions anciennes, Éditions Beauchesne, (lire en ligne).
  5. a et b Michel Balard, Croisades et Orient latin : XIe-XIVe siècle, Armand Colin, (lire en ligne).
  6. Michel Orcel, L'invention de l'islam : Enquête historique sur les origines, Plon, 2012, 175 p. (ISBN 978-2262040529) [EPUB] emplacement 1817 et suiv. sur 3651.
  7. Vidal-Naquet 1976, p. 98.
  8. Simon Claude Mimouni, Le judaïsme ancien du VIe siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère, Paris, 2012, éd. PUF, p. 510.
  9. Marc Henry, L'Esplanade des mosquées, épicentre de toutes les tensions dans Le Figaro daté du 7 novembre 2014, page 8.
  10. Montefiore 2011, p. 598.
  11. Montefiore 2011, p. 599.
  12. (en) « srael releases Baltimorean who killed at mosque Goodman received life term in attack at Jerusalem shrine », sur The Baltimore Sun,‎ (consulté le 16 novembre 2014).
  13. L'État du Monde, F. Maspero, (lire en ligne), page 57.
  14. « Les Fidèles du Mont du Temple », sur Lamed.fr (consulté le 9 novembre 2014).
  15. Benny Morris, Victimes: histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Editions Complexe, (lire en ligne).
  16. Alexandre Boza, « Les fouilles archéologiques controversées de Jérusalem », sur INA (consulté le 9 novembre 2014).
  17. Montefiore 2011, p. 603-604.
  18. Jerusalem Post: Yehuda Glick's condition slightly improves following assassination attempt, 30 octobre 2014.
  19. (en)Jerusalem Post: Jerusalem's Temple Mount closes to all visitors after shooting of Yehuda Glick, 30 octobre 2014.
  20. (en)Jerusalem Post: Security official: Jerusalem rioting could persist for weeks, even months, 31 octobre 2014.
  21. Libération: Israël rouvre l'esplanade des Mosquées à Jérusalem,30 octobre 2014.
  22. Haaretz: Pope prays for peace and reconciliation in Jerusalem, 1er novembre 2014.
  23. The Times of Israel: Temple Mount is our holiest site, but we won't allow Jewish prayer there, 2 novembre 2014.
  24. « Esplanade des Mosquées : accord entre Israël et la Jordanie sur de nouvelles mesures », sur Le Parisien,‎ .
  25. (en) « Surveillance cameras to be installed on Temple Mount », sur Israel Hayom,‎ .
  26. « Mont du Temple : La Jordanie va installer 55 caméras de surveillance », sur The Times of Israel,‎ .
  27. « Jordanie: pas de caméras de surveillance sur l'esplanade des Mosquées », La Presse,‎ (lire en ligne).
  28. Stuart Winer et Judah Ari Gross, « Condamnations après la célébration d’un mariage juif au mont du Temple », sur The Times of Israel,‎ .
  29. « Comment la polémique sur la résolution de l’Unesco freine le processus de paix israélo-palestinien », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 18 mai 2016)
  30. Gaël Vaillant, AFP, « Résolution de l'Unesco sur Jérusalem : Hollande et Valls prennent leurs distances », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  31. (pt) « Brasil critica resolução da Unesco sobre Jerusalém », sur Portugal Digital,‎
  32. « Communiqué de presse », sur crif.org,‎ (consulté le 18 mai 2016)
  33. (en) Ariel David, « The Day the UN Downgraded Judaism’s Holiest Site to a Stable », Haaretz,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

= Liens externes[modifier | modifier le code]