Tombeau de Jésus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le tombeau de Jésus est le lieu de la crucifixion et de l'ensevelissement de Jésus à Jérusalem. Les différentes traditions chrétiennes le placent en différents lieux. Les catholiques romains et les orthodoxes le situent dans l'Église du Saint-Sépulcre. Les protestants et les évangéliques le situent dans le tombeau du jardin.

Localisations[modifier | modifier le code]

Église du Saint-Sépulcre[modifier | modifier le code]

Édicule abritant la Tombe du Christ avec au-dessus le dôme de la rotonde visible. La chapelle de la Tombe est le lieu de la 14e station du Chemin de croix.

Les catholiques romains et les orthodoxes situent le tombeau de Jésus dans l'Église du Saint-Sépulcre[1]. Cette dernière est construite sur les lieux présumés du Calvaire, le mont Golgotha, qui servait de carrière[2] de pierre « meleke » depuis le VIIIe siècle av. J.-C. et était une colline au nord-ouest de la ville de Jérusalem, à une altitude comprise entre 710 et 780 mètres.

Tombeau du jardin[modifier | modifier le code]

Tombeau du jardin.

Le tombeau du jardin taillé dans la roche a été découvert en 1867 par des archéologues et a été proposé comme le site de l'enterrement et de la résurrection de Jésus, à la place de l'Église du Saint-Sépulcre[3]. Il est situé en dehors des murs de la ville antique et à proximité de la Porte de Damas près de la « falaise du crâne ». Les protestants et les évangéliques considèrent le site comme le tombeau de Jésus[4].

Hypothèses[modifier | modifier le code]

Si l'historicité de la crucifixion ne fait plus aucun doute pour la majorité des chercheurs[5], les détails de l'exécution et l'ensevelissement de Jésus sont sujets à caution. Selon certains auteurs, les explications des évangélistes sur le sujet pourraient être réinterprétées, ce qui a favorisé des légendes sur le sujet[6].

Selon une théorie, son tombeau serait dans le village de Rennes-le-Château en France [7].

Pour Raymond Edward Brown, il est vain de vouloir localiser le tombeau de Jésus d'après les textes évangéliques. Selon lui, la péricope de la mise au tombeau dans le sépulcre de Joseph d'Arimathie est un récit à l'historicité douteuse, probablement un embellissement théologique[8],[9].

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William D. Crump, Encyclopedia of Easter Celebrations Worldwide, McFarland, USA, 2021, p. 251
  2. Un cimetière dans une carrière de pierres désaffectée, à la sortie du village d'Aboud, offre un tableau ressemblant à ce cimetière du Golgotha. Cf. Marie-Armelle Beaulieu et Jean-Sylvain Caillou, « Se représenter le tombeau de Jésus », Terre Sainte Magazine, no 636,‎ , p. 50.
  3. William D. Crump, Encyclopedia of Easter Celebrations Worldwide, McFarland, USA, 2021, p. 103
  4. Wesley G. Pippert, Jesus Christ's resurrection: Garden Tomb or Church of Holy Sepulchre?, upi.com, USA, 7 avril 1985
  5. Jacques Giri, Les nouvelles hypothèses sur les origines du christianisme, éditions Karthala, , p. 182
  6. Gérard Rochais et Chrystian Boyer, Le Jésus de l'histoire à travers le monde, éditions Labor et Fides, , p. 112
  7. Claudie Voisenat, Imaginaires archéologiques, Éditions de la MSH, , p. 70
  8. (en) Raymond Edward Brown, The Death of the Messiah, from Gethsemane to the grave. A commentary on the Passion narratives of the four Gospels, éditions Doubleday, , p. 1224
  9. Simon Légasse, Le Procès de Jésus, Cerf, , p. 155-160
  10. (en) Jodi Magness, « Ossuaries and the Burial of Jesus and James », Journal of Biblical Literature, vol. 124, no 1,‎ , p. 122-123
  11. Amos Kloner (en), « Did a Rolling Stone Close Jesus’ Tomb ? » in The Burial of Jesus, Biblical Archaeology Society, Kathleen E. Miller et al, ed., 2007, p. 10

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]