Mosquée al-Khanqah al-Salahiyya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mosquée al-Khanqah al-Salahiyya
Image illustrative de l’article Mosquée al-Khanqah al-Salahiyya
Le minaret à l'époque ottomane
Présentation
Nom local مسجد الخانقاه الصلاحية (ar)
Culte Islam
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant Ottoman, ayyoubide
Nombre de minarets 1
Géographie
Pays Drapeau de la Palestine Palestine / Drapeau d’Israël Israël
Ville Jérusalem (vieille ville)
Quartier Quartier chrétien
Coordonnées 31° 46′ 44″ nord, 35° 13′ 46″ est

La mosquée al-Khanqah al-Salahiyya (en arabe : مسجد الخانقاه الصلاحية?) est une mosquée située dans le quartier chrétien de la vieille ville de Jérusalem, au nord de l'église du Saint-Sépulcre.

Situation[modifier | modifier le code]

La mosquée se trouve à l'emplacement de l'ancien palais du patriarche latin. Après la reddition des croisés face à Saladin en 1187, le bâtiment est converti en mosquée. Le minaret est construit en 1417[1].

La mosquée d'Omar, située de l'autre côté de l'église du Saint-Sépulcre, possède un minaret quasi identique[2]. Les deux minarets ont été conçus ensemble : la ligne imaginaire qui les relie traverse la porte du tombeau de Jésus, et les deux minarets, situés à équidistance tombeau[2], ont la même hauteur bien que leurs bases soient sur deux niveaux différents[3]. Cormac Murphy-O'Connor affirme que les dirigeants mamelouks ont ainsi pu avoir l'intention d'« invalider le Saint-Sépulcre », car la croyance islamique affirme que Jésus n'est pas mort sur la croix mais qu'il a été élevé au ciel de son vivant par Allah[3].

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dave Winter et John Matthews, Israel Handbook, Footprint Travel Guides, (ISBN 1-900949-48-2, lire en ligne), p. 147.
  2. a et b (de) « El Khanqah-Moschee in Jerusalem », sur theologische-links.de (consulté le 3 mars 2019).
  3. a et b (en) Jerome Murphy-O’Connor, The Holy Land: An Oxford Archaeological Guide from Earliest Times to 1700, Oxford, Oxford University Press, coll. « Oxford Archaeological Guides », (ISBN 978-0-19-923666-4, lire en ligne), p. 62.