Sotériologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La sotériologie, du grec : σωτηρία, (sôtêria, salut) et λόγος (logos, discours, science), est l'étude des différentes doctrines religieuses du salut de l'âme. Les théories du salut occupent une place importante dans de nombreuses religions.

Égypte ancienne[modifier | modifier le code]

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Pour les juifs la vie après la mort est une expression de la relation envers Dieu et la spiritualité que nous avons forgée et développée dans ce monde-ci. L’expérience qu’un être fait de la vie future est totalement dépendante de sa préparation préalable. Chaque choix que nous effectuons dans ce monde-ci façonne notre personnalité et génère un rapprochement ou un détachement avec le monde futur.

Imaginez deux personnes assistant à un concert philarmonique. Le premier a appris le solfège, s’est documenté au sujet du compositeur et est très versé dans toutes les nuances impliquées dans la création de cette symphonie. Pour lui, le concert est une expérience riche et extrêmement satisfaisante. Son compagnon, lui, a été traîné malgré lui et il déteste la musique classique. Pour lui, ce concert est ennuyeux voire pénible.

Un seul concert, deux types d’expériences très différentes.

Notre essence ne subit pas de véritable transformation quand nous quittons ce monde. C’est exactement le contraire. Notre essence est libre de s’exprimer pleinement dans le monde futur. La douleur du détachement et la conscience accrue de ce que nous aurions pu devenir si nous avions fait des choix de vie plus judicieux représentent la vision juive de l’enfer.

Druidisme[modifier | modifier le code]

Les druides étaient une corporation de prêtres qui était commune aux différents peuples celtiques de la Gaule (qui comprenait une partie importante de l'actuelle Grande-Bretagne et du Bénélux). On pense que leur philosophie et leur religion étaient issue des pythagoriciens. Ils croyaient comme les anciens peuples Germains et Nordiques à l'immortalité de l'âme et à sa migration après la mort dans un paradis ou un enfer selon les mérites de chacun.

Christianisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Salut (christianisme).

Cette « théologie du salut » est indissociable du mystère de la rédemption, et par conséquent a partie liée avec les notions de péché et de grâce. De nombreux débats opposent les doctrines catholique et protestante, en particulier sur les concepts de justification et de prédestination. Cela crée des divisions à l'intérieur même des confessions. Dans la théologie catholique, la question du « salut universel » n'est pas tranchée définitivement et fait toujours débat. Les protestants, pour leur part, sont divisés en plusieurs courants, chacun interprétant l'Écriture avec sa propre sensibilité ; la question du salut ne fait pas exception et aucun consensus n'a été trouvé.

Dans la théologie catholique, la sotériologie est liée à la doctrine du péché originel[1]. Depuis la fin du XXe siècle[réf. nécessaire], la sotériologie est l'un des champs d'étude de la christologie.

Islam[modifier | modifier le code]

L'Économie du salut dans l'Islam n'est pas très différente de celle du Christianisme et de l'Ancienne Égypte avec le paradis pour les hommes vertueux et l'enfer pour les méchants.

Sunnites[modifier | modifier le code]

Chiites[modifier | modifier le code]

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nirvana (monde indien).

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Moksha.

Sikhisme[modifier | modifier le code]

Jainisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Moksha.

Shinto[modifier | modifier le code]

Culte à mystères[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R. Silouane Ponga, Cours de sotériologie

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notions[modifier | modifier le code]

Auteurs[modifier | modifier le code]

Auteurs classiques[modifier | modifier le code]

Auteurs contemporains[modifier | modifier le code]