Porte dorée (Jérusalem)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte dorée.

31° 46′ 43″ N 35° 14′ 14″ E / 31.77861, 35.23722

La Porte dorée vers 1900.

La Porte dorée (שער הרחמים, Sha'ar Harahamim) est la plus ancienne ouverture pratiquée dans les fortifications de la vieille ville de Jérusalem et date du Ve siècle. Appelée aussi Porte de la Miséricorde ou encore Porte de la Vie éternelle, elle est située au milieu de la muraille Est et c'est la seule qui permettait d'accéder directement au Mont du Temple, de l'extérieur de la ville. Elle aurait été utilisée à des fins rituelles dans les temps bibliques.

Giotto, Rencontre de la Porte Dorée (entre 1304 et 1306), Chapelle des Scrovegni, Padoue.

Cette porte est fermée depuis 1541, sur l'ordre de Soliman le Magnifique, car, selon la tradition juive, c'est par celle-ci que le Messie entrera dans Jérusalem. Un cimetière fut également établi devant celle-ci, car les musulmans auraient été convaincus par la prophétie d'Élie, précurseur du Messie, qui annonçait que, lors de son retour tant attendu par les juifs, le nouveau prophète n'oserait pas pénétrer dans un tel lieu étant donné que celui-ci était un Cohen. En effet, l'entrée des cimetières est théoriquement interdit à cette lignée sacerdotale pour cause d'impureté (Lv 10,6, Lv 21,1–5; 44,20-25).

D'après les récits apocryphes, repris dans La Légende dorée c'est à la Porte dorée que les parents de la Vierge Marie, Anne et Joachim se retrouvent après qu'un ange leur ait annoncé qu'ils seraient enfin parents, après vingt ans de mariage. Cet épisode est notamment immortalisé par Giotto et Dürer.