Ézéchias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ézéchias (hébreu: חזקיה ou חזקיהו - "Dieu a renforcé") fut le 13e roi du royaume de Juda indépendant et régna pendant 29 ans de -716 à -687. Pendant son règne, le royaume israélite du nord fut envahi par les troupes assyriennes et sa population fut déportée. Le royaume de Juda a ainsi accueilli à cette époque de nombreux réfugiés israélites.

Ézéchias dans la Bible[modifier | modifier le code]

Le récit du règne d'Ézéchias est raconté dans la Bible hébraïque dans le Deuxième livre des Rois (18-20), le Livre d'Isaïe (36-39) et le deuxième Livre des Chroniques (29-32). Ces sources le décrivent comme un roi grand et bon, suivant l'exemple de son aïeul Osias. Il introduisit des réformes politiques et religieuses dont la centralisation du culte au Temple de Jérusalem par la destructions de divers lieux saints où l'on pouvait auparavant sacrifier localement (les "Hauts-lieux")[1]. Les louanges envers ce roi ne manquent pas dans le livre des Rois.

Malgré la désapprobation du prophète Isaïe et l'erreur qu'avait déjà faite le roi d'Israël Osée et qui avait conduit à la destruction du royaume de nord, Ézéchias souhaita rompre avec la domination assyrienne. Profitant de la mort de Sargon II avant la prise de pouvoir de son fils et successeur, Ézéchias demanda à l'Égypte sinon le concours de son armée, du moins l'envoi de chevaux pour combattre l'envahisseur. Pour rompre avec les Assyriens, le roi Ézéchias cessa alors d'envoyer son tribut à Ninive.

La réaction assyrienne ne se fit pas attendre bien longtemps et Sennachérib (ou Sancherib), le successeur de Sargon II, envoya ses troupes armées sur Juda et sur l'Égypte, dont l'accès avait été rendu facile en raison de la soumission des Araméens, des Phéniciens et des Israélites du nord. Les troupes de Koush se seraient alors alliées pour défendre Jérusalem.

Pour se préparer à l'invasion punitive assyrienne, Ézéchias fit construire des fortifications, notamment à Ophel, et un tunnel de 533 mètres (que l'archéologie a retrouvé) pour permettre l'approvisionnement en eau depuis la source de Gihon à la cité de David en cas de siège. Après la prise de Lakhish, Sennachérib assiège Jérusalem. Ézéchias, voyant la détermination du roi d'Assyrie, aurait proposé alors de verser un important tribut, employant pour cela les richesses du Temple de Jérusalem.

Le long siège assyrien sur la ville aura probablement usé les troupes assyriennes et la promesse d'un tribut a pu rendre inutile une offensive plus décisive contre la ville et les alliés de Koush et d'Égypte. Le récit biblique raconte qu'à la veille de l'assaut assyrien contre Jérusalem, l'ange de Yahvé aurait tué 185 000 des assaillants (2 R 19,35-37). Hérodote précisa plus tard que les Assyriens auraient été victimes d'une épidémie.

Le royaume de Juda, bien qu'affaibli par Sennachérib (qui mourra assassiné par son fils 17 ans plus tard), réussira néanmoins à maintenir son autonomie jusqu'en -587.

Le récit biblique raconte également la guérison miraculeuse du roi Ézéchias qui lui valut la visite de délégations nombreuses.

Il fut un contemporain du prophète Michée.

Tradition juive[modifier | modifier le code]

Dans le traité Sanhédrin de la guemara, il est enseigné qu'Ézéchias aurait pu devenir le roi choisi par Dieu comme Messie et que la guerre menée par Sennachérib aurait pu être l'ultime guerre décrite dans les prophéties bibliques comme celle de Gog et Magog, s'il avait fait un chant de louange à Dieu en signe de reconnaissance.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Certains savants chrétiens l'assimilent à l'"Emmanuel" de l'ancien testament, mais la majorité des fidèles rejettent cette théorie.

Précédé par Roi de Juda
Roi d'Israël contemporain : Osée
Suivi par
Achaz
Ézéchias
(Maison de David)
selon Thiele : -716 - -687[2]
selon Galil : -726 - -697
Manassé

Références[modifier | modifier le code]

  1. Qui a écrit la Bible ?, p. 98
  2. Comme de nombreuses dates concernant les personnages bibliques de cette époque, celles-ci sont approximatives, et peuvent faire l'objet de débats entre exégètes. Cf. Rois de Juda