Troisième Temple de Jérusalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vision du troisième temple, basée sur les derniers chapitres du Livre d'Ézéchiel décrivant en détail le temple, y compris ses dimensions.

Le Troisième Temple (hébreu : בית המקדש השלישי beit hamikdash hashlishi) ou Temple d’Ézéchiel est, selon la tradition juive, le temple de Jérusalem qui doit être reconstruit aux temps messianiques. Prophétisé après la destruction du temple de Salomon dans les derniers chapitres du livre d’Ézéchiel, il est décrit comme un édifice perpétuel accueillant pour l’éternité la divinité d’Israël. Comme le temple reconstruit par les Juifs revenus à Sion ne correspond pas à la description et n’échappe pas à la destruction en l’an 70, lors de la grande révolte des Juifs contre Rome, les Juifs en déduisent que le temple décrit par Ézéchiel doit apparaître lors de la rédemption totale avec les autres prédictions prophétiques.

Le sujet du troisième temple est amplifié dans la Mishna, les Talmudim, le Midrash et la Kabbale, en particulier sa déclinaison hassidique. Du fait de l’attente fervente de sa construction, il apparaît aussi dans la liturgie et des livres de loi juive.

Le sionisme se revendiquant par ailleurs de ces idées messianiques laïcisées, c’est l’État d’Israël qui devient, dans la bouche ou sous la plume de ses dirigeants et idéologues, le troisième Temple.

Le troisième Temple dans les sources juives[modifier | modifier le code]

Dans la Bible hébraïque[modifier | modifier le code]

La prophétie du temple d’Ézéchiel survient dans un ensemble de prophéties sur l’a’harit hayamim (« fin des temps »), au cours de laquelle promet Isaïe (Isaïe 2:2-4) :

« la montagne de la maison de YHWH sera affermie sur la cime des montagnes et se dressera au-dessus des collines , et toutes les nations y afflueront. Et des peuples en nombre iront en disant: "Or çà, gravissons la montagne de YHWH pour gagner la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies et que nous puissions suivre ses sentiers", car c’est de Sion que sortira la Torah et la parole de YHWH de Jérusalem »

Avec la destruction du temple, ces prophéties promettent le rassemblement des exilés de Juda et Israël, une rédemption totale et une société juste où le temple reconstruit occupe une position centrale.

Alors qu’il a été exilé, « au commencement de l'année, le dix du mois, quatorze ans après la ruine de la ville », Ézéchiel est transporté par la main divine sur une haute montagne en terre d’Israël (Ézéchiel 40:1-3)

Histoire[modifier | modifier le code]

Au temps d'Agrippa Ier, Jérusalem était remplie de millions de pèlerins voulant visiter le Temple.[réf. nécessaire]

En août 1967, après l'annexion du mont du Temple, le rabbin Shlomo Goren — des forces de défense israéliennes, puis grand rabbin d'Israël — voulut y organiser des prières régulières. À la suite de la protestation et de la restitution définitive du lieu par Golda Meir et Moshé Dayan aux musulmans, le rabbin continua à prier dans le bâtiment du Makhkame surplombant l'esplanade. chiel Certains spécialistes annoncent l'arrivée du Messie en l'an 6000 du calendrier hébraïque (2240 de notre ère) qui conduirait logiquement à la construction du troisième temple simultanément.[réf. nécessaire]

Motivations du projet[modifier | modifier le code]

Le Temple Institute, connu en hébreu sous le nom de Machon HaMikdash (מכון המקדש), est une organisation en Israël visant à construire le Troisième Temple de Jérusalem. L'objectif est de reconstruire le Temple de Jerusalem sur le Mont du Temple, actuellement situé sur l'esplanade des mosquées où se trouve le Dome du Rocher et la mosquée Al Aqsa. C'est Rabbi Yisrael Ariel qui est à l'origine du projet ; son actuel directeur est Dovid Shvartz, et son directeur international, Rabbi Chaim Richman. La plupart des exégèses considèrent que le Temple devra descendre du ciel [1], tandis que le Rambam Maimonide pense que c'est au Messie qu'il appartient de reconstruire le Temple[2].

La tradition considère que l'accès au mont du Temple par un juif est proscrite : en effet, le judaïsme authentique considère que l'accès au mont du Temple par les juifs doit se faire en état de pureté[réf. nécessaire]. A l'heure actuelle le processus complet (avec le rituel de la vache rousse[réf. nécessaire]) ne peut pas être mené à bien.

De plus, la tradition considère que le troisième Temple sera éternel et définitif[réf. nécessaire]. Il ne peut par définition qu'être construit avec l'accord de tous et dans la paix[réf. nécessaire]. Il n'est, de fait, pas du tout envisagé de précipiter un terme que seul dieu peut approuver en premier et dernier lieu [3] (les tentatives de précipiter la reconstruction du temple sont le fait avant tout d'évangélistes, de chrétiens sionistes et de juifs sionistes ne se souciant point des conditions bibliques et talmudiques, juives, qui permettent et autorisent le fondement du troisième Temple de Jérusalem).

Certains mouvements politiques et religieux souhaitent reconstruire le Temple, en s'appuyant sur les textes bibliques qu'ils interprètent comme une obligation de le rebâtir dès que possible.

Cette tendance s'inscrit également dans des mouvements messianiques affirmant que le Messie ne viendra pas tant que la tâche visant à entreprendre la reconstruction ne sera pas entamée.

Elle s'appuie sur la vision du « Temple des Temps futurs » telle qu'elle apparaît dans le Livre d'Ézéchiel (chapitres 40 à 48). Le Temple décrit dans ce passage, avec un luxe de détails étonnant, ne ressemble en rien aux deux premiers Temples, ni par ses dimensions (beaucoup plus importantes), ni par la disposition des parties qui le composent, ni même par sa situation géographique (un fleuve d'eau purificateur jaillirait d'en-dessous de lui).

Initiatives[modifier | modifier le code]

Certaines organisations, dont la plus connue est Le Mouvement des Fidèles du Mont du Temple et de la Terre d'Israël, souhaitent la destruction de la Mosquée Al-Aqsa comme préambule à la « reconstruction ».

Le 21 août 1969, Michael Denis Rohan, un chrétien australien, incendia l'édifice, et des attentats ont été déjoués dans les années 1980.

L'organisation Institut du Temple est composée de chercheurs et d'artisans, ils ont déjà préparé des plans, mais aussi recréé des objets de culte utilisés à l'époque des premiers Temples. L'Institut expose dans un musée situé dans la vieille ville de Jérusalem.

En 2006, Uri Ariel se rend au Mont de Temple pour y construire une synagogue, non pas à la place des mosquées mais à leur côté. Le 16 mars 2014, au cours d'une visite officielle du parlementaire, cinq personnes sont arrêtées pour des fait de violence[4].

En 2014, une opération de crowdfunding sur Indiegogo atteint son but, de 100 000 dollars pour la reconstruction du troisième temple[5]. Le 29 octobre, le dirigeant du Temple Institute, Yehuda Glick, est la cible d'une tentative d'assassinat par balles[réf. nécessaire].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Commentaires de Rachi et des Tossafot sur le Talmud (Soucca 41, a), dans leurs commentaires sur le traité Shevouot (15, b) les Tossafot le rapportent au nom du Midrash Tanhouma, cf. Midrash Tanhouma sur la Genèse section Noé 11)
  2. Mishneh Torah (lois des rois 11, 1 et 4)
  3. http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/877888/jewish/Peut-on-hter-la-Dlivrance.htm
  4. Incidents sur le mont du temple, Times of Israël
  5. [1], VICE