Remparts de Jérusalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vieille ville de Jérusalem et ses remparts *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
GOL Walls of Jerusalem2.jpg
Coordonnées 31° 46′ 40″ nord, 35° 13′ 56″ est
Pays Site proposé par la Jordanie[1].
Type Culturel
Critères (ii) (iii) (iv)
Numéro
d’identification
148
Zone géographique Moyen-Orient **
Année d’inscription 1981 (5e session)
Classement en péril 1982
Plan de la vieille ville de Jérusalem
Plan de la vieille ville de Jérusalem
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Les remparts de Jérusalem (arabe : أسوار القدس, hébreu : חומות ירושלים) entourent la vieille ville de Jérusalem. Leur partie la plus ancienne remonte à l'époque du Premier Temple de Salomon. Les murs les plus récents ont été construits entre 1535 et 1538, lorsque la ville de Jérusalem faisait partie de l'Empire ottoman, sur l'ordre de Soliman Ier le Magnifique.

Description[modifier | modifier le code]

La longueur des remparts actuels est de 4 018 mètres, leur hauteur moyenne est de 12 mètres et l'épaisseur moyenne est de 2,5 mètres. Les murs contiennent 34 tours de guet et huit portes[2]. En 1981, les murs de Jérusalem ont été ajoutés, ainsi que la vieille ville de Jérusalem, à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Les murs de Jérusalem ont été construits à l'origine pour protéger les frontières de la ville contre les intrusions, de nos jours, c'est une attraction touristique revêtant un caractère historique et culturel[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Jérusalem a été entourée par des murs pour sa défense depuis l'Antiquité. A l'âge du bronze, une période aussi connue comme la période des Patriarches, une ville nommée Jébus (du nom des Jébuséens, les premiers habitants sédentaires de la région) est construite vers le IIe millénaire av. J.‑C. à l'emplacement de l'actuelle Jérusalem (au Sud-Est de la vieille ville). Cette petite ville (50 000 mètres carrés) était déjà fortifiée, des restes de rempart sont situés au-dessus du tunnel d'Ézéchias[4].

Selon la tradition juive, telle qu'elle est exprimée dans le Tanakh, Jérusalem est restée une ville jébuséenne jusqu'à l'avènement de David, qui conquiert la ville vers 1004 av. J.-C. et établit une nouvelle cité sur le site de la ville jébuséenne. Plus tard le roi David étend la cité et les murs à l'extérieur de l'actuelle vieille ville. Salomon, fils de David, construit le Premier Temple de Salomon et étend les murs de la ville afin de le protéger[5].

Pour les archéologues, le premier rempart est l'œuvre du roi Ézéchias, à la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Les murailles en sont détruites lors de la conquête babylonienne par Nabuchodonosor II. Les Achéménides défont les Babyloniens et après une captivité de 70 ans, les Juifs sont autorisés par Cyrus le Grand à regagner la Judée ; Esdras et Néhémie font reconstruire les murailles et rebâtir un Second Temple vers 430 av. J.-C.[5].

Le second rempart est l'œuvre des Hasmonéens dans la deuxième moitié du IIe siècle av. J.-C., englobant l'intégralité des monts Sion et du Temple[5].

Entre 41 et 44, le roi de Judée, Hérode Agrippa Ier, fait construire de nouveaux murs connus sous le nom de troisième rempart. En 135, après la destruction de Jérusalem par l'empereur Hadrien, la nouvelle ville romaine de Ælia Capitolina est construite sur le même lieu mais dans des dimensions plus réduites et est entourée de nouvelles murailles. Elles sont ultérieurement développées sur l'ordre de l'impératrice byzantine Eudoxie Aelia[5].

En 1033, la plupart des murs construits sont détruits par un tremblement de terre et reconstruits lors de la conquête des Croisés en 1099[5]. Lors de la prise de la ville par Saladin, les remparts sont endommagés puis en majorité détruits en 1219[6].

Au XVIe siècle, pendant le règne de l'Empire ottoman dans la région, le sultan Soliman le Magnifique décide de reconstruire entièrement les murs de la ville, en partie sur les vestiges des anciens remparts. La construction a duré de 1535 à 1538[6].

Lors des accords d'armistice israélo-arabes de 1949 qui mettent fin à la guerre de 1948, la frontière entre Israël et la Jordanie est fixée au pied même des murailles Ouest et Nord-Ouest, entre les portes de Damas et de Sion.

Les murailles de la vieille ville et les jardins publics qui les entourent ont été classés par les autorités israéliennes comme parc national et dépendent de la direction de la Nature et des Parcs.

Tracés des remparts ː
  •       Murs actuels
  •       Restes des anciens murs
  •       Tracé probable du premier rempart
  •       Tracé probable du second rempart
  •       Tracé probable du troisième rempart
  •       Aqueducs
  •      Bassins
  •      Bâtiments
La porte de Damas et la vieille ville.
Un aspect des remparts.
Le rempart Est du Mont du Temple.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Kathleen Mary Kenyon et British School of Archaeology in Jerusalem, Jerusalem : Excavating 3000 Years of History, Thames and Hudson, coll. « New aspects of archaeology », , 211 p. (ISBN 978-0-5003-9003-0, lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Menashe Har-El, Golden Jerusalem, Gefen Publishing House, , 335 p. (ISBN 978-9-6522-9254-4, lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Renée Neher-Bernheim, Jérusalem, trois millénaires d'histoire : Du roi David à nos jours, Albin Michel, , 240 p. (ISBN 978-2-2262-9202-5, lire en ligne)
  • Jean Joseph Francois Poujoulat, Histoire de Jérusalem ... jusqu’à nos jours, vol. 1, Hivert, , 2e éd. (lire en ligne)
  • Jean Joseph Francois Poujoulat, Histoire de Jérusalem ... jusqu’à nos jours, vol. 2, Hivert, , 2e éd. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]