Porte de Jaffa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Porte de Jaffa
שער יפו
Jaffa Gate and Tower of David.jpg

La porte de Jaffa

Présentation
Type
Portail (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Israël
voir sur la carte d’Israël
Red pog.svg

La porte de Jaffa (שער יפו, Sha'ar Yaffo) ou porte de l'Ami (Khalil en arabe, qui désigne Hébron), ou porte de la Tour de David est un ancien passage dans les fortifications de la vieille ville de Jérusalem.

C'est la seule porte s'ouvrant du côté occidental de la vieille ville, et c'est de là que partaient les routes de Jaffa et d'Hébron.

Juste à côté, à l'endroit le plus élevé de la vieille ville, se trouve la citadelle connue sous le nom de Tour de David, qui abrite aujourd'hui un musée.

Les ottomans ont percé une ouverture dans la muraille à droite de la Porte pour permettre le passage du cortège officiel de l'empereur Guillaume II en 1898.

En 1917, c'est au tour du général Edmund Allenby de faire son entrée officielle par la porte de Jaffa.

Cette porte était surmontée d'une "tour de l'horloge" entre 1908 et 1917, qui a ensuite été démontée par les Britanniques, ainsi que toutes les constructions qui se trouvaient devant les murailles. Puis la porte de Jaffa est passée sous contrôle jordanien de 1948 à 1967, avant d'être occupée par Israël à partir de la guerre des Six Jours.

Le patriarcat latin de Jérusalem se trouve juste à côté.

Architecture[modifier | modifier le code]

Jaffa Gate Jerusalem 03.JPG
Le pavillon Bezalel
La tour de l'horloge
Jaffa Gate from Outside. Jerusalem.jpg

Comme les pierres utilisées pour le reste de la vieille ville murs, les pierres de la porte de Jaffa sont grandes, taillées, de couleur sable blocs. L'entrée se situe à environ 20 pieds (6 mètres) de hauteur, et le mur se dresse une autre de 20 pieds au-dessus.

Tour de David / la Citadelle[modifier | modifier le code]

La Tour de David (hébreu : מגדל דוד, Migdal David, en arabe : برج داود, Burj Daud) est une ancienne citadelle située près de l'entrée porte de Jaffa à la vieille ville de Jérusalem.

Construit pour renforcer un point faible dans les défenses stratégiques de la vieille ville, la citadelle qui se dresse aujourd'hui a été construit pendant le IIe siècle avant notre ère et par la suite détruite et reconstruite successivement par les conquérants chrétiens, musulmans, mamelouks et ottomans de Jérusalem. Il est possible que l'actuelle tour soit le vestige de la monumentale tour Phasaël construite par Hérode le Grand au centre le la muraille nord de son palais[1]. Elle contient d'importants vestiges archéologiques datant de 2 700 ans, et est un lieu populaire pour les événements, les salons d'artisanat, les concerts et les spectacles son et lumière.

Kilomètre zéro d'Israël[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, une colonne commémorative se tenait sur la place située devant la porte de Damas à l'entrée nord de la vieille ville de Jérusalem qui servait de point zéro - ainsi que le montre la carte de Madaba. La colonne a été démolie après l'époque byzantine, mais les Arabes continuèrent d'appeler la porte de Damas par le nom : "La porte de la victoire". Au XXe siècle, la même fonction est attribuée à la place devant la Porte de Jaffa. Il n'existe actuellement aucune indication sur ce point aujourd'hui.

Le pavillon Bezalel[modifier | modifier le code]

Le pavillon Bezalel était une structure en bois étamé avec un toit crénelé et une tour. Il a été construit en dehors des murs en 1912 pour servir d'atelier et d'exposition à l'École des beaux-arts de Bezalel. Le pavillon est conçu spécifiquement pour les touristes et les passants sur le chemin de la vieille ville. Le pavillon est détruit six ans après avoir été établi.

Tour de l'Horloge[modifier | modifier le code]

En 1907, les habitants de Jérusalem ont construit une tour avec horloge au-dessus de la porte de Jaffa. En 1908, une tour d'horloge a été construite près de la porte pour servir de quartier des affaires dans le secteur. C'était l'une des centaines de tours de l'horloge construites à travers l'Empire ottoman en hommage au sultan Abdul Hamid II pour commémorer les 25 années de son règne. La construction de la tour a couté environ vingt mille francs Compte tenu de la difficulté pour mobiliser cet argent, la tour n'a été en fait construite que cinq ans plus tard, pour les 30 ans de règne du sultan. La tour a subsisté seulement une décennie : elle a été abattue par les Britanniques quand ils ont occupé Jérusalem en 1922. Sept tours ont été construites, à Safed, Acre, Haïfa, Nazareth, Naplouse et Jérusalem. Le fait que la porte de Jaffa ait été sélectionnée pour la tour d'horloge indique sa grande importance à l'époque, plus que la porte de Damas.

Le tour de l'horloge a été construite en calcaire taillée, à proximité de la grotte de Sédécias. Elle faisait 13 pieds de haut et était surmontée de quatre horloges. Les côtés occidental et oriental donnait l'heure officielle, tandis que deux autres horloges affichaient l'heure locale. Au-dessus de l'horloge, le croissant et l'étoile symbolisaient la domination ottomane.

Sebil turco-ottomane[modifier | modifier le code]

À l'entrée de la porte, à proximité du Pavillon Bezalel, une sebil avait été construite par le sultan.

Images historiques[modifier | modifier le code]


Panorama[modifier | modifier le code]

Jerusalem Jaffa Gate-panorama.JPG

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :