Marco Polo (série télévisée, 2014)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marco Polo (homonymie).
Marco Polo
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de la série
Genre Drame
Fantasy historique
Création John Fusco
Production John Fusco
Joachim Rønning
Espen Sandberg
Daniel Minahan
Harvey Weinstein
Bob Weinstein
Acteurs principaux Lorenzo Richelmy
Benedict Wong
Joan Chen
Remy Hii
Zhu Zhu
Mahesh Jadu
Uli Latukefu
Chaîne d'origine Netflix
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 20 + 1 hors-saison
Diff. originale

Marco Polo est une série télévisée américaine en 21 épisodes de 50 à 58 minutes sur la jeunesse de Marco Polo à la cour de Kubilai Khan, diffusée depuis le sur Netflix et au Canada sur Netflix Canada[1]. La série est créée et écrite par John Fusco, et Lorenzo Richelmy interprète le rôle-titre[2]. Elle est produite par The Weinstein Company.

Dans tous les pays francophones, la série est diffusée depuis le sur le service Netflix respectif à chaque pays.

Les auteurs se sont attachés à la reconstitution des costumes de cette époque, mais de nombreuses inexactitudes et entorses à la réalité historique sont relevées dans la série qui est davantage une série de fiction que d'histoire[3],[4].

Le , la série a été renouvelée pour une deuxième saison qui est sortie le 1er juillet 2016[5]. Elle a été annulée le par le diffuseur à cause de son budget.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Marco Polo est amené par son père à la cour du grand Kubilai Khan qui a déjà conquis de nombreux pays d'Orient et l'ensemble de la Chine à l'exception du Sud, toujours dirigé par la dynastie Song. Marco pénètre alors dans un univers où dominent cupidité, trahison, intrigues sexuelles et rivalités, et doit faire preuve d'ingéniosité pour gagner la confiance du Khan et l'accompagner dans sa quête féroce pour régner sur le Sud de la Chine. Il apprend le Kung-fu auprès d'un maître des Monts Wudang.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Joan Chen en 2012

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

  • Jaime Chew[9] (VF : Noa Lecot) : Ling Ling, fille de Mei Lin et de l'ancien empereur de la dynastie Song (saisons 1 et 2)
  • Tan Kheng Hua (VF : Manuela Servais) : Xie Daoqing, l'impératrice douairière de la Dynastie Song (saison 1)
  • Lawrence Makoare (VF : Claudio Dos Santos) : Za Bing, protecteur de la princesse Kokachin (saison 1)
  • Max Kellady : le jeune empereur, fils de l'impératrice douairière et de l'ancien empereur de la dynastie Song (saisons 1 et 2)
  • Shu An Oon (VF : Prunelle Ruelens) : Jing Fei, amie de Mei Lin (saison 1)
  • Esther Low : la princesse bleue, véritable princesse de la tribu mongole du Bayaut (saisons 1 et 2)
  • Vanessa Vanderstraaten (VF : Michel Hinderyckx) : Sorga (saison 1)
  • Nicholas Bloodworth (VF : Pierre Lognay) : Tulga, gardien de Kokachin (saison 1)
  • Corrado Invernizzi : Maffeo Polo, oncle de Marco (saison 1)
  • Thomas Chaanhing (VF : Antoni Lo Presti) : Gerel (saison 2)
  • Jason Chong (VF : Laurent Van Wetter) : Kasar (saison 2)
  • Tosh Zhang : Bai (saison 2)
  • Byambadorj Altanhuyag : Général Qaban (saison 2)
  • Amarsaikhan Baljinnyam (en) : Ariq Böke, frère du Khan (saison 1)
  • Woon Young Park : Nima (saison 1)
  • Bayarsaikhan Baljinnyam : Bariyachi (saison 2)
  • Aaron Jackson : Maximus Dutti (saison 2)
  • Laura Prats : Shoreh (saison 2)
  • Version française 
    • Société de doublage : Sonicfilm
    • Direction artistique : Marie-Line Landerwyn
    • Adaptation des dialogues : Françoise Ménébrode, Yannick Ladroyes, Julie Girardot, Nathalie Castellani, Dimitri Botkine, Hélène Grisvard & Maud Joskin
Source VF : Doublage Série Database[10]

Musique[modifier | modifier le code]

Les principaux musiciens sont[11] :

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (2014)[modifier | modifier le code]

  1. Le Voyageur (The Wayfarer) Pilot
  2. Le Loup et le Cerf (The Wolf and the Deer)
  3. La Fête (Feast)
  4. Le Quatrième Pas (The Fourth Step)
  5. Hashshashin (Hashshashin)
  6. La Lune blanche (White Moon)
  7. Le Parchemin (The Scholar's Pen)
  8. La Représentation (Rendering)
  9. Les Prisonniers (Prisoners)
  10. Des Dieux et des Hommes (The Heavenly and Primal)

Hors-saison (2015)[modifier | modifier le code]

  1. One Hundred Eyes

Deuxième saison (2016)[modifier | modifier le code]

Le , Netflix annonce qu'il renouvelle la série pour une deuxième saison de dix épisodes[5]. La saison est prévue pour le 1er juillet 2016.

  1. La Loi du Grand Ciel Bleu (Hunter and the Sable Weaver)
  2. Dilemme (Hug)
  3. La Montagne Sacrée (Measure Against the Linchpin)
  4. Que l'œuvre de Dieu s'accomplisse (Let God's Work Begin)
  5. Une Berceuse (Lullaby)
  6. Perfidie (Serpent's Terms)
  7. La Grue Wudang (Lost Crane)
  8. Les Croisés (Whitehorse)
  9. Les Héritiers (Heirs)
  10. La Confrérie (The Fellowship)

Troisième saison annulée[modifier | modifier le code]

Une troisième saison était initialement prévue par la production suite a la conclusion de la deuxième. Toutefois, les saisons étant trop chères par rapport a la rentabilité (la deuxième saison a perdu près de la moitié de son audience), elle fut annulée.

Production[modifier | modifier le code]

La série a été à l'origine créée pour la chaîne Starz qui l'avait choisie en janvier 2012[12]. Le tournage en Chine n'ayant pu aboutir, le projet est retourné à The Weinstein Company[2]. La série a été choisie pour une saison de dix épisodes par Netflix, avec un coût de l'ordre de 90 millions de dollars[13],[14].

Le projet est officiellement annoncé par Netflix en janvier 2014. Joachim Rønning et Espen Sandberg sont les producteurs exécutifs et réalisent le pilote[15]. Le tournage a lieu en Italie, au Kazakhstan et aux studios Pinewood (en) en Malaisie[15],[14].

Le cascadeur Ju Kun devait travailler sur le tournage avec le chorégraphe de combats Brett Chan, mais il disparut avec le vol 370 Malaysia Airlines dont il était passager[16]

Le , Netflix annonce la fin de la production de la série pour des raisons budgétaires. Les responsables ont estimé que le retour sur investissement n'était pas au rendez-vous des sommes englouties. [17].

Accueil par la critique[modifier | modifier le code]

Marco Polo a été accueilli par des critiques mitigées à négatives[18]. Sur Rotten Tomatoes la série porte une note, basée sur 27 critiques, de 30%, avec une note moyenne de 4,7/10. Le consensus critique du site écrit, « all-around disappointment, Marco Polo is less entertaining than a round of the game that shares its name » (traduction : « Déception générale, Marco Polo est moins amusant qu'une partie du jeu qui porte le même nom (en) »[19]. Sur Metacritic, l'émission à un score de 40 sur 100, également basé sur 21 articles de critiques, indiquant « critiques mitigées »[20].

Dans sa critique pour Entertainment Weekly, Jeff Jensen donne à la première saison une note B− mais note que « Vers le milieu du second épisode toutefois, Marco Polo devient de façon surprenante, regardable. La réalisation s'enhardit »[21]. Dans le magazine People, Tom Gliatto fait l'éloge de la série, la qualifiant d'« épopée à l'ancienne, sympa, avec des corps qui valsent »[22]. Le critique Robert Bianco, d’USA Today, donne à la série 112 étoile sur 4, notant : « Manifestement, Netflix espère que vous verrez là un film de prestige à gros budget, dans le style des épopées fantastiques de HBO, mais en réalité, Marco (Polo) est bien plus proche d'une de ces aventures ringardes à destination d'un ensemble de diffuseurs internationaux »)[23].

Inexactitudes et entorses à la réalité historique[modifier | modifier le code]

Si la série s'inspire de l'histoire de Marco Polo (1254-1324) – le Vénitien est resté à la cour du Khagan de 1274 (à l'âge de 20 ans) à 1291 (à l'âge de 37 ans) environ (voir article Marco Polo) –, elle comporte toutefois nombre d'inexactitudes et de libertés prises avec la réalité historique. Divers auteurs en font état[3],[24],[25],[26].

Pour l'historien mongol, Batsukh Otgonsereenen, spécialiste de Kubilai Khan, « From a historical standpoint 20 percent of the film was actual history and 80 percent fiction. » (traduction : D'un point de vue historique, 20 % du film est de la vraie histoire et 80 % est de la fiction)[3]. Ainsi, l'épisode ou Kubilai tue son frère Ariq Boqa sur le champ de bataille, sous les yeux des soldats, est totalement inventé[3]. Dans la série, la dynastie rivale des Song envoie à Kubilai une concubine chargée de tuer la reine. Or, selon Otgonsereenen, les Khans mongols n'épousaient ni ne prenaient jamais de concubines qui ne leur soient pas familières[27].

Dans Télérama, Pierre Langlais note que certains éléments de la biographie du Vénitien sont changés pour servir la narration, en particulier sa rencontre avec la princesse Cocachin, qui n'a lieu que des années plus tard[25].

Dans son livre, Marco Polo, qui est avare de ses pensées et sentiments en ce qui concerne les merveilles qu'il rencontre, ne dit rien sur d'éventuelles liaisons amoureuses : son histoire d'amour avec la princesse Cocachin dans la série est donc purement imaginaire et l'œuvre des scénaristes[28].

De même, le Marco Polo de Netflix apprend les arts martiaux, alors que rien dans la biographie du personnage historique n'indique qu'il les ait appris[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Netflix’s ‘Marco Polo’ Sets December Premiere Date », Deadline.com, (consulté le 28 août 2014).
  2. a b c d e f g et h (en) « Netflix's 'Marco Polo' Sets Its Cast », The Hollywood Reporter, (consulté le 8 avril 2014).
  3. a b c et d (en) « Netflix Marco Polo Series 'Riddled With Historical Errors' », sur news.discovery.com,
  4. Christine Haas, Tout ce que vous devez savoir sur "Marco Polo", Paris Match, 24 décembre 2014 : « La série est un mélange d'histoire et de fiction, qui s'inspire de la phrase qu'il aurait prononcée sur son lit de mort : "Je n'ai raconté que la moitié de ce que j'ai vu". »
  5. a et b (en) Thomas Miller, « Marco Polo Renewed », sur Seat42F, .
  6. (en) « Joan Chen Joins Netflix Series ‘Marco Polo’ », Variety, (consulté le 15 mai 2014).
  7. (en) « Chin Han joins Marco Polo cast », (consulté le 16 mai 2014).
  8. (en) « Egyptian Star Amr Waked Joins ‘Marco Polo’ Cast (EXCLUSIVE) », (consulté le 20 mai 2014).
  9. Dans la saison 1, Ling Ling est interprétée par Chloe Luthi.
  10. http://dsd-doublage.com/S%E9ries/Marco%20Polo.html
  11. Générique de fin de la série
  12. Yvonne Villareal, « Marco Polo to get the Starz treatment with new original series », Los Angeles Times, (consulté le 16 juillet 2012).
  13. (en) The Weinstein Company, Seeking Hits, Shifts to TV
  14. a et b Julia Baudin, « Marco Polo, la nouvelle série de Netflix à 90 millions de dollars », (consulté le 30 octobre 2014).
  15. a et b (en) « It's Official: Netflix Orders Series 'Marco Polo' From Weinstein Co. », deadline.com, (consulté le 14 janvier 2014).
  16. (en) « Malaysia Airlines MH370 passengers include stuntman, honeymooners », sur cbc.ca, (consulté le 30 octobre 2014).
  17. [1]
  18. (en) Liz Shannon Miller, « Review: 'Marco Polo' Disappoints History, 'Game of Thrones' Comparisons & Netflix's Great Reputation », sur Indiwire,
  19. (en) « MARCO POLO: SEASON 1 », sur Rotten Tomatoes (consulté le 22 décembre 2014)
  20. « Marco Polo (2014) : Season 1 », sur Metacritic (consulté le 22 décembre 2014)
  21. Jeff Jensen, « Marco Polo Review », sur Entertainment Weekly, (consulté le 10 janvier 2015) : « Somewhere in the middle of episode 2, though, Marco Polo becomes surprisingly watchable. The filmmaking becomes bolder." »
  22. (en) Tom Gliatto, « Netflix's Fun New Marco Polo Is All About the Wrath of Kublai Khan », people.com, (consulté le 10 janvier 2015) : « a fun, body-flinging, old-fashioned epic ».
  23. (en) « 'Marco Polo' gets lost on the Silk Road to nowhere », sur USA Today, (consulté le 10 janvier 2015) : « Clearly what Netflix hopes you'll see a [sic] big-bucks, prestige entertainment along the lines of that HBO fantasy epic, but in truth, Marco [Polo] is far closer to one of those cheesy international syndicated adventures. »
  24. (en) Bethany Allen-Ebrahimian, « Netflix’s ‘Marco Polo’ Is Cross-Cultural Clunker — Chinese and Mongolian viewers feel the way Egyptians might while watching 'The Mummy.' », sur foreignpolicy.com,
  25. a et b Pierre Langlais, « Marco Polo » pose ses valises sur Netflix : luxueux, mais longuet, Télérama, 12 décembre 2014 : « Dire que Marco Polo est une série historique est exagéré. C'est une fresque en costumes qui s'inspire des récits de Polo – dont la véracité peut être parfois questionnée – et comble les nombreuses zones de flou par une invention romanesque. Les amateurs du marchand aventurier y trouveront sans doute d'autant plus à redire que certains éléments de sa biographie sont changés pour servir la narration – notamment sa rencontre avec la princesse Cocachin, qui n'arriva que des années plus tard ».
  26. Alexandre Hervaud, Le « Marco Polo » de Netflix mérite-t-il des heures de votre vie ?, sur Slate.fr, 16 décembre 2014 : « déjà pas forcément irréprochable en matière de réalisme historique, la série... ».
  27. (en) Aman Jain, Netflix, Inc. (NASDAQ:NFLX)’s Marco Polo Filled With Historical Errors, sur opptrends.com, 30 janvier 2015 : « Another imagined plot was a concubine-assassin allegedly sent by rival Song dynasty to seduce Kublai and kill his queen. Otgonsereenen said that Mongolian Khans never married or had concubines that were totally strange ».
  28. (en) Angelica Bastién, « Is 'Marco Polo' Historically Accurate? Netflix's Expensive New Drama Plays Around with the Facts », sur bustle.com : « It's important to know that as a writer Marco Polo didn't have this generation's penchant for oversharing. His writing doesn't veer deeply into his own thoughts or personality in relation to the wonders he witnesses, so any romances written on the show --- like that between Marco and the courtesan Mei Lin --- are works of fiction ».
  29. (en) Mike Ayers, Inside ‘Marco Polo,’ Netflix’s $90 Million Epic, sur Speakeasy, 12 décembre 2014 : « For instance, there’s no historical evidence that Marco Polo had to resist temptation in a chamber of writhing nude women, or that he learned martial arts. “That is just entertainment. Of course he didn’t know kung fu, but it’s possible,” says Lorenzo Richelmy, who plays Marco Polo ».

Liens externes[modifier | modifier le code]