Graham Hancock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Graham Hancock
Image dans Infobox.
Graham Hancock en 2016.
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Site web
Distinction

Graham Hancock, né le 2 août 1950 à Édimbourg, est un écrivain et journaliste britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Édimbourg, Graham Hancock passe une partie de son enfance en Inde, où son père exerce la profession de chirurgien. Revenu en Grande-Bretagne, il sort diplômé en sociologie de l'université de Durham en 1973.

Hancock collabore ensuite comme journaliste à des titres prestigieux : The Times, The Sunday Times, The Independent, The Guardian.

Il est le correspondant de The Economist en Afrique orientale entre 1981 et 1983.

Un auteur controversé[modifier | modifier le code]

Bien qu'il ait écrit sur divers sujets (les peuples africains, le charity-business, etc.), Graham Hancock a acquis l'essentiel de sa notoriété en développant des théories iconoclastes, notamment sur l'origine des civilisations, en se fondant sur les anciens mythes, sur l'observation des monuments mégalithiques et l’archéoastronomie. Le leitmotiv de son œuvre est la possible connexion de toutes les anciennes civilisations avec la « culture mère » d'une civilisation primordiale. Ses livres, tirés à plusieurs millions d'exemplaires et traduits en 27 langues, ont suscité de nombreuses critiques de la part de scientifiques[1],[2],[3].

L'une des théories reprises par Hancock est celle d'une mauvaise datation du Sphinx, qui remonterait selon lui à l’époque de Göbekli Tepe. Dans son livre paru en 2014, “Magician of the Gods”, il soutient l’hypothèse de l'impact cosmique du Dryas récent comme cause d’un cataclysme mondial à la fin de la dernière ère glaciaire.

Graham Hancock est un invité régulier du podcast de Joe Rogan, ses interventions comptabilisant des millions de vues sur Youtube. Il a publiquement exprimé à plusieurs reprises son opposition à la guerre contre la drogue, déclarant avoir été un consommateur de cannabis pendant plus de vingt ans et participer régulièrement à des cérémonies chamaniques en Amazonie centrées sur l’ingestion de l’ayahuasca.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Diagnosing Pseudoarchaeology" by Garrett G. Fagan, in Garrett G. Fagan (ed), Archaeological Fantasies: How Pseudoarchaeology Misrepresents The Past and Misleads the Public, pages 27–28 (Routledge, 2006 edition). (ISBN 0-415-30592-6)
  2. Brian Regal, Pseudoscience: A Critical Encyclopedia (Greenwood Publishing Group, 2009). (ISBN 0-313-35507-X)
  3. Kevin Greene, Tom Moore, Archaeology: An Introduction (Routledge, 2010 edition). (ISBN 978-0-203-83597-5)

Bibliographie non exhaustive[modifier | modifier le code]

  • Les Nababs de la pauvreté (Lords of Poverty), 1991
  • Le Mystère de l'Arche perdue (The Sign and the Seal: The Quest for the Lost Ark of the Covenant), 1993
  • L'Empreinte des dieux (Fingerprints of the Gods), 1994
  • Le Mystère de Mars (The Mars Mystery, 1998), avec Robert Bauval
  • Civilisations englouties (Underworld. Flooded Kingdoms of the Ice Age, 2002), trad., Pygmalion, 2002
  • Le Mystère du grand Sphinx (Keeper of Genesis, 1995), avec Robert Bauval, trad., Le livre du mois, 1999, Editions du Rocher, 2003
  • Talisman, avec Robert Bauval, 2004
  • Supranatural, 2005
  • Entangled, 2010
  • Magiciens des dieux, 2016

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]