She-Ra et les Princesses au pouvoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
She-Ra
et les Princesses au pouvoir
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original de la série.
Titre original She-Ra and the Princesses of Power
Genre Série d'animation fantastique
Création Noelle Stevenson (développement)
Production Mattel Creations
DreamWorks Animation Television
Acteurs principaux Aimee Carrero
Karen Fukuhara
AJ Michalka
Marcus Scribner
(liste complète)
Musique Sunna Wehrmeijer
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Netflix
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 20
Durée 24 minutes
Diff. originale en production
Site web http://www.dreamworkstv.com/she-ra/?exit=0&icmp=she-teaser-site

She-Ra et les Princesses au pouvoir (She-Ra and the Princesses of Power) est une série télévisée d'animation américaine développée par Noelle Stevenson, diffusée depuis le sur le service Netflix.

La série est un reboot de la série d'animation She-Ra, la princesse du pouvoir, diffusée en syndication entre 1985 et 1986. Elle est issue de la franchise Les Maîtres de l'univers de la société Mattel.

Au Canada et dans tous les pays francophones, la série est également diffusée depuis le sur le service Netflix.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Adora est membre de la terrible armée de la Horde, dirigée par le monstrueux Hordak qui fait régner la peur sur la planète Etheria. C'est l'une des meilleure soldat de l'armée, elle est donc sélectionnée pour devenir le nouveau capitaine des forces de la Horde dont la mission est de détruire la Grande Rébellion dirigée par un groupe de princesses et ainsi régner sur la planète Etheria.

Lors d'une escapade secrète dans la Forêt des Murmures, Adora se retrouve séparée de sa coéquipière et meilleure amie Catra. Elle fait la découverte d'une épée magique qui la transforme en la puissante guerrière She-Ra.

Adora décide donc de retourner seule dans la forêt récupérer l'épée. Elle fait la rencontre de Scintilla, une princesse caractérielle et brutale, et Flechdor, archer au grand cœur. Capturée par ceux-ci, elle découvre peu à peu le monde qui l'entoure et les nombreux mensonges de la Horde. Elle décide de trahir ceux qui l'ont élevé et de plaider allégeance à la Grande Rébellion. Elle apprend que She-ra est une princesse, la princesse du pouvoir, qui à pour but de restaurer l'équilibre à Ethernia, en alliant toutes les princesses à la Grande Rébellion.

Elle sera aidée dans sa quête par les autres princesses et membres de la rébellion aux pouvoirs très différents.

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

  • Fanny Bloc : la princesse Adora alias She-Ra
  • Camille Donda : Scintilla (Glimmer)
  • Dorothée Pousséo : Catra
  • Fabrice Trojani : Flechdor (Bow)
  • Delphine Braillon : reine Angella / Scorpia
  • Pauline Brunel : Ténébra (Shadow Weaver)
  • Julien Meunier : Hordak / Faucon des Mers (Seahawk) / Fougor (Swift Wind)
  • Ingrid Donnadieu : Jasmine (Perfuma) / Sorciella (Castaspella) / Grand Espoir (Light Hope) / Madame Razz
  • Edwige Lemoine : Entrapta / Siréna (Mermista) / Lonnie
 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[1] et le carton de doublage en fin d'épisode sur Netflix.

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le , Noelle Stevenson dévoile qu'elle développe depuis plusieurs mois un reboot de la série d'animation She-Ra, la princesse du pouvoir, issue de la franchise Les Maîtres de l'univers, avec DreamWorks Animation Television pour une diffusion sur le service de streaming Netflix[2].

Le , Netflix fait une grosse annonce, dévoilant une très grande partie de la distribution originale de la série qui sera composée notamment d'Aimee Carrero, qui prête déjà sa voix à la princesse Elena d'Avalor dans la série Disney du même nom, Karen Fukuhara, AJ Michalka ou encore Sandra Oh[3].

Le service dévoile également le premier poster et le logo de la série et annonce une diffusion avant la fin de l'année 2018[4].

Le , Netflix dévoile les premières images de la série et la nouvelle She-Ra. Le service annonce également que l'intégralité de la saison sera disponible le sur sa plateforme[5]. Néanmoins, quelques semaines avant la mise en ligne de la saison, Netflix annonce qu'elle sera finalement disponible en avance, le [6].

Le , le service annonce le renouvellement de la série pour une seconde saison et fixe sa mise en ligne pour le [7].

Le , le service annonce le renouvellement de la série pour une troisième saison et fixe sa mise en ligne pour le [7].

Thèmes[modifier | modifier le code]

La première partie de la première saison utilise une approche Princesse du jour : un épisode met en scène She-Ra et sa rencontre avec une nouvelle princesse. Cette approche offre aux scénaristes la possibilité de s'attarder sur un personnage en particulier et de montrer sa personnalité, son histoire et les thématiques autour de lui, pour leurs permettre de se concentrer sur l'avancement de l'histoire lors du reste de la saison et pour les futurs saisons, les personnages étant bien installés[8].

Pour Noelle Stevenson, le cœur de la série est les relations entre les personnages. Le fait qu'ils soient adolescents permet d'explorer des thèmes comme la jalousie, les coups de cœur mais également la force de l'amitié. La série explore également la guerre, l'isolationnisme, la colonisation et le génocide[9].

L'autre thème fort de la série est le féminisme avec des personnages féminins forts, courageux et solidaires[9]. Cela se traduit également par le fait que dans cette version, Adora découvre sa destiné toute seule alors qu'habituellement dans la franchise, elle la découvre toujours grâce à l'aide de son frère jumeau, le Prince Adam, alias Musclor. Ce dernier ne devrait pas apparaitre directement dans la série, les scénaristes souhaitant laisser le temps à Adora de se découvrir entièrement[10].

Le portrait d'antihéros de Catra et sa relation d'amie-ennemie avec Adora est l'un des thèmes de la série ayant le plus marqué les spectateurs lors de la première saison, le site américain The Verge l'ayant décrit comme « le meilleur antihéros animé depuis Zuko (d'Avatar, le dernier maître de l'air) »[11].

Avant même la diffusion de la série, l'équipe confirme qu'elle contiendra des représentations LGBT avec des personnages fluides en matière de genre et d'attirances[12]. La première saison laisse entendre une relation amoureuse entre Tournelle et Netossa, deux personnages féminins, confirmée plus tard par l'équipe de la série[13].

Style graphique[modifier | modifier le code]

La série s'inspire visuellement de l'animation japonaise ainsi que du travail des artistes Jean Giraud et Hayao Miyazaki[9].

Graphiquement, la diversité est un élément important de la série avec des personnages dont les ethnies et les corps sont différents et variés. Cela lui permet de se différencier de la série originale qui mettait principalement en scènes des personnages minces et blancs en raison de l'utilisation d'un moule unique pour la collection de poupées dont elle s'inspirait[9].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (2018)[modifier | modifier le code]

Composée de 13 épisodes, elle a été mise en ligne le .

  1. L'épée - 1er partie (The Sword - Part 1)
  2. L'épée - 2e partie (The Sword - Part 2)
  3. Madame Razz (Razz)
  4. Des fleurs pour She-Ra (Flowers for She-Ra)
  5. Le portail des mers (The Sea Gate)
  6. Système défaillant (System Failure)
  7. Dans l'ombre de Mistakor (In The Shadows of Mystacor)
  8. Le bal des princesses (Princess Prom)
  9. Aucune princesse ne sera abandonnée (No Princess Left Behind)
  10. Le phare (The Beacon)
  11. Promesse (Promise)
  12. Grand Espoir (Light Hope)
  13. La bataille de Bright Moon (The Battle of Bright Moon)

Deuxième saison (2019)[modifier | modifier le code]

Composée de 7 épisodes, elle a été mise en ligne le .

  1. La forêt de glace (The Frozen Forest)
  2. Des liens solides (Ties That Bind)
  3. Les signes (Signals)
  4. Prise au jeu (Roll With It)
  5. Le voile blanc (White Out)
  6. Beatrix (Light Spinner)
  7. Réunion de famille (Reunion)

Accueil[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

La première saison de la série a reçu des critiques majoritairement positives. Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, elle recueille 100 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7,58/10 sur la base de 13 critiques collectées. L'intégralité des critiques reçue par la saison sur le site sont positives, lui permettant d'être l'un des rares programmes à ne recevoir aucune critique négative sur Rotten Tomatoes[14].

Le consensus critique établi par le site résume que la série est visuellement puissante et qu'elle marque beaucoup de points grâce à son écriture subtile et ses personnages multidimensionnels qui lui permette d'être à la hauteur de la série des années 80. Il conclut que la série est idéale pour les fans de le franchise mais également pour les plus jeunes[14].

Controverse[modifier | modifier le code]

Lors de la diffusion des premières images du nouveau design du personnage de She-Ra, ce dernier a été critiqué, notamment par des hommes, pour ne pas être assez sexy, voluptueux et glamour comme il était dans la série originale qui, pour eux, illustrait la « femme parfaite »[15].

Suite à cette controverse, le co-créateur de la série originale, Joseph Michael Straczynski, apporte son soutien à la nouvelle She-Ra et déclare que le personnage et son design d'origine ont été écrits et crées pour faire d'elle « une guerrière avant tout » et que « ceux qui la voit comme une "femme parfaite" le font sous une lentille de prépubère ». Il continue en déclarant qu'il peut « en quelques sorte, le comprendre » mais « que cela n'a jamais été leurs intentions créatives »[16].

Néanmoins, ce design fut également reçu de manière positive par d'autres appréciant le fait que la production évite de sexualiser un personnage pour enfant mais également pour son image positive du corps de la femme. Le site The Verge a relevé que la nouvelle She-Ra a inspiré plusieurs fan à réaliser des fan art pour célébrer le personnage et son nouveau design[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Les Maîtres de l'univers.
  1. « Fiche du doublage de la série », sur RS Doublage (consulté le 20 mai 2018) [m-à-j]
  2. (en) Joe Otterson, « Netflix, Dreamworks Partner for Six Animated Shows in 2018, Including Trolls, Boss Baby Series », sur variety.com,
  3. (en) Sam Stone, « First Look At Netflix’s She-Ra and the Princesses of Power », sur cbr.com,
  4. (en) Alex Gilyadov, « First Look At Netflix’s She-Ra and the Princesses of Power », sur ign.com,
  5. (en) Dana Schwartz, « See photos from the new She-Ra series helmed by Noelle Stevenson », sur EntertainementWeekly,
  6. (en) Dana Schwartz, « Netflix's She-Ra and the Princesses of Power Is Premiering Sooner Than You Think », sur gizmodo.com,
  7. a et b (en) Molly Freeman, « She-Ra and the Princesses of Power Season 2 Premieres April 26 on Netflix », sur screenrant.com,
  8. (en) Donya Abramo, « She-Ra and the Princesses of Power is a wonderfully diverse and upbeat re-imagining of a classic », sur hypable.com,
  9. a b c et d (en) Robert Ito, « Warrior Princesses. Spaceships. Cool Boots. She-Ra Is Back. », sur nytimes.com,
  10. (en) Leah Thomas, « Why Isn't He-Man In She-Ra & The Princesses Of Power? Adora Is In Charge Of Her Own Destiny », sur bustle.com,
  11. (en) Samantha Nelson, « Netflix’s She-Ra reboot follows closely in Steven Universe’s footsteps », sur theverge.com,
  12. (en) Molly Freeman, « Netflix's She-Ra Cast Confirms Reboot Includes LGBT Characters », sur screenrant.com,
  13. (en) Shamus Kelley, « She-Ra: The Next Step in Queer Representation », sur denofgeek.com,
  14. a et b (en) « She-Ra (2018) saison 1 sur Rotten Tomatoes » (consulté le 18 novembre 2018)
  15. (en) Alex Abad-Santos, « The fight over She-Ra’s Netflix redesign, explained », sur vox.com,
  16. (en) Kaila Hale-Stern, « Original She-Ra Co-Creator J. Michael Straczynski Weighs in on Anger Over the New Design », sur themarysue.com,
  17. (en) Tasha Robinson, « Fan artists discuss why the wave of She-Ra fan art is subversive and uplifting », sur theverge.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]