Dark (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dark.
Dark
Description de l'image Dark logo.png.
Type de série Série télévisée
Titre original Dark
Genre Science-fiction
Création Baran bo Odar
Production Wiedemann & Berg Television
Acteurs principaux Oliver Masucci
Karoline Eichhorn
Jördis Triebel
Louis Hofmann
Maja Schöne
Musique Ben Frost
Pays d'origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Chaîne d'origine Netflix
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 18
Durée 44-60 minutes
Diff. originale – en cours
Site web https://www.netflix.com/dark

Dark est une série télévisée de science-fiction allemande de dix-huit épisodes en soixante minutes créée par Baran bo Odar, diffusée depuis le sur Netflix.

Elle est sélectionnée et projetée en avant-première mondiale au Festival international du film de Toronto en [1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2019, le policier Ulrich Nielsen cherche désespérément son fils disparu, Mikkel, âgé de 12 ans. 33 ans plus tôt, en 1986, c'est son petit-frère Mads qui a disparu dans des circonstances tout aussi mystérieuses. Dans la ville de Winden, ce sont quatre familles, traumatisées par cette disparition, qui tentent de résoudre les mystères qui entourent la ville et sa région. Jonas Kahnwald est lui aussi marqué par cette affaire mais également par le suicide de son père. Il va tenter d'en savoir plus.

Les investigations des policiers et de certains habitants vont mettre en lumière une histoire qui recommence tous les 33 ans. Des évènements se déroulant en 1953, 1986 et 2019 sont étroitement liés.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement et genèse[modifier | modifier le code]

Distribution de rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Baran bo Odar et l’équipe du tournage commencent à filmer le [2] dans Berlin[3] et ses alentours. Le tournage se termina le [4] : « 150 jours passés en grande majorité dans le froid et sous les feuillages et la pluie »[5].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (2017)[modifier | modifier le code]

  1. Secrets (Geheimnisse)
  2. Mensonges (Lügen)
  3. Passé et présent (Gestern und Heute)
  4. Doubles Vies (Doppelleben)
  5. Vérités (Wahrheiten)
  6. Sic mundus creatus est (Sic mundus creatus est)
  7. Carrefour (Kreuzwege)
  8. On récolte ce que l’on sème (Was man sät, das wird man ernten)
  9. Tout est maintenant (Alles ist jetzt)
  10. Alpha et Oméga (Alpha und Omega)

Deuxième saison (2019)[modifier | modifier le code]

Le [6], la série est renouvelée pour une deuxième saison[7]. Elle est prévue pour le [8].

  1. Le Début et la Fin (Anfänge und Enden)
  2. Sombre matière (Dunkle Materie)
  3. Fantômes (Gespenster)
  4. Les Voyageurs (Die Reisenden)
  5. Perdus et retrouvés (Vom Suchen und Finden)
  6. Un cycle sans fin (Ein unendlicher Kreis)
  7. Le Diable blanc (Der weiße Teufel)
  8. La Fin et le Début (Enden und Anfänge)

Troisième saison (2020)[modifier | modifier le code]

Le 30 mai 2019, la série est renouvelée pour une troisième et dernière saison prévue pour 2020[9].

Univers de la série[modifier | modifier le code]

Lieux[modifier | modifier le code]

La totalité des événements de la série prennent place, à différentes époques, dans une ville allemande fictive du nom de Winden, présentée comme rurale. Elle possède une centrale nucléaire tenue par la famille Tiedemann au centre d'une forêt dense, lieu d'événements mystérieux qui semblent défier la réalité [note 1]. Bien qu'il existe véritablement une commune allemande appelée Winden im Elzta (au sud de laquelle se trouve la Forêt-Noire, un site naturel connu entre autres pour être lié au folklore allemand et une source d'inspiration des Frères Grimm[10]), celle-ci ne présente aucun lien avec la ville fictive de la série. En outre, les réalisateurs ont déclaré dans une interview avoir voulu rendre Winden la plus banale possible afin que les spectateurs puissent y voir le lieu de leur choix, plaisant ainsi à une plus grand audience[11].

Technologie[modifier | modifier le code]

Le voyage dans le temps constitue un thème majeur de la série. Il est rendu possible par l'utilisation de différents systèmes se dévoilant au cours de la série et basés sur les connaissances scientifiques acquises au cours du vingtième siècle concernant la masse, la gravitation et la mesure du temps. On distingue cinq types de système :

  • une masse de matière noire instable en suspension, créée par la centrale nucléaire de la ville
  • un réseau sous-terrain présent dans une grotte sous la centrale et délimité par des portes marquées d'un symbole de trinité et de la phrase latine « Sic Mundus Creatus Est » (en français : « Ainsi fut créé le monde »)
  • une chaise présente dans un bunker portant des bobines électromagnétiques sur son dossier et des attaches sur ses accoudoirs et ses pieds
  • un mécanisme horloger de la taille d'une mallette nécessitant un signal électromagnétique (type réseau téléphonique) et capable de stabiliser la matière noire
  • une boule dorée de la taille d'une main, qui semble être un modèle réduit et avancé du mécanisme horloger

Les machines reposant sur l'utilisation de la matière noire opèrent par un mécanisme reliant le césium 137[note 2] (un isotope de l'élément césium) et le boson de Higgs (parfois appelé « particule de Dieu » et décrit comme responsable de la masse des particules[note 3]) capable de former un trou noir en tant que point de départ et un trou blanc[note 4] en tant que point d'arrivée, dont la liaison prend la forme d'un trou de ver (aussi appelé « pont d'Einstein-Rosen ») assez stable pour être traversé par une ou plusieurs personnes. Tous les systèmes ont démontré la capacité et limitation commune de ne pouvoir voyager que précisément 33 ans dans le passé ou dans le futur. (Une exception est possible concernant le dernier système car l'utilisatrice mentionne "un autre monde", envisageant alors la possibilité que son système puisse s'y déplacer.)

Ce mécanisme temporel est utilisé par différents personnages pour se rendre à diverses époques et prendre part aux événements qui s'y déroulent, ce qui a pour conséquence d'affecter le futur de ces époques et donc le passé et le présent de celles d'où ces personnages viennent. Cela résulte inévitablement en des paradoxes temporels que la série explique et accepte, d'une part à travers le narrateur invitant le spectateur à ne pas voir le temps comme linéaire (du passé vers l'avenir) mais comme circulaire[note 5] (l'accomplissement d'un acte peut constituer sa propre origine), et d'autre part en basant une partie importante de son suspense sur le véritable arbre généalogique des habitants de la ville. Ce point d'intrigue est alors lié et accentué par les secrets que se gardent de divulguer les personnages.


Personnages[modifier | modifier le code]

Famille Kahnwald[modifier | modifier le code]

  • Daniel Kahnwald : l'arrière grand-père, père d'Ines Kahnwald
  • Ines Kahnwald : la grand-mère, infirmière, mère adoptive de Michael Kahnwald
  • Michael Kahnwald : le père, suicidé, qui est Mikkel Nielsen adulte
  • Hannah Kahnwald : la mère
  • Jonas Kahnwald : le fils, ami de Bartosz Tiedemann

Famille Nielsen[modifier | modifier le code]

  • Agnes Nielsen : la grand-mère d’Ulrich, soeur de Noah et tante de Charlotte Doppler
  • Tronte Nielsen : le grand-père, père d’Ulrich et neveu de Noah
  • Jana Nielsen : la grand-mère, mère d’Ulrich
  • Ulrich Nielsen : le père, policier
  • Mads Nielsen : le frère d’Ulrich disparu en 1986
  • Katharina Nielsen : la mère, proviseur de lycée
  • Magnus Nielsen : le fils ainé
  • Martha Nielsen : la fille, copine de Bartosz Tiedemann
  • Mikkel Nielsen : le fils disparu en 2019 devenu Michael Kahnwald après son arrivée en 1986

Famille Doppler[modifier | modifier le code]

  • Bernd Doppler : l’arrière-grand-père, créateur de la centrale nucléaire en 1957, père de Helge
  • Greta Doppler : l’arrière-grand-mère, mère de Helge
  • Helge Doppler : le grand-père, beau-père de Charlotte
  • Charlotte Doppler : la mère, policière et fille de sa propre fille Elisabeth et de Noah
  • Peter Doppler : le père, psychologue
  • Franziska Doppler : la fille aînée
  • Elisabeth Doppler : la fille sourde et fille et mère de Charlotte

Famille Tiedemann[modifier | modifier le code]

  • Egon Tiedemann : l’arrière-grand-père, policier et père de Claudia
  • Doris Tiedemann : l’arrière-grand-mère, la bonne et mère de Claudia
  • Claudia Tiedemann : la grand-mère, directrice de la centrale nucléaire en 1986 et mère de Regina
  • Regina Tiedemann : la mère, propriétaire d’hôtel
  • Aleksander Tiedemann (anciennement Köhler) / Boris Niewald : le père, directeur de la centrale nucléaire en 2019
  • Bartosz Tiedemann : le fils, ami de Jonas Kahnwald et ex-copain de Martha Nielsen

Famille Obendorf[modifier | modifier le code]

  • Jürgen Obendorf : le père
  • Ulla Obendorf : la mère
  • Erik Obendorf : le fils disparu en 2019

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Noah : le prêtre, père de Charlotte, frère d'Agnes Nielsen et l'oncle de Tronte Nielsen
  • L'étranger : Jonas Kahnwald (33 ans après)
  • Adam : qui est en réalité Jonas Kahnwald (66 ans après, devenu âgé et défiguré)
  • H. G. Tannhaus : l'horloger, écrivain et grand-père adoptif de Charlotte
  • Torben Wöller : sergent de police et collègue de Charlotte
  • Viktor Clausen : Chef de la commission spéciale, frère du vrai Aleksander Köhler, dont Boris Niewald a pris l'identité en 1986

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le site AlloCiné lui attribue une note moyenne de 4.5/5 pour 1920 notes dont 13 critiques en quatre jours. Tandis que la presse lui attribue une note moyenne de 3,9/5 pour sept critiques[13].

Le célèbre site britannique IMDB recense à ce jour 134 701 notes pour Dark, avec une note moyenne de 8,7/10[14].

Pierre Langlais de Télérama souligne que « la mise en scène de Baran bo Odar, hyper travaillée, est riche en clairs-obscurs, en compositions symboliques, en images poétiques et en plans millimétrés. (…) on découvre une série émouvante, surprenante et de plus en plus captivante »[15].

Sélection[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Comme tout support de science-fiction, les auteurs Baran bo Odar et Jantje Friese s'autorisent une interprétation libre ou erronée des connaissances scientifiques actuelles afin d'imposer leurs propres règles. Le lecteur cherchant à comprendre les éléments scientifiques utilisés dans cette fiction est alors invité à consulter les articles mis en évidence en notes, plus rigoureux dans leur description du Modèle Standard de la Physique des Particules ou de la Relativité Générale qui ont pour but d'expliquer de manière exacte la nature et le comportement des constituants de l'Univers.
  2. Le césium 137 utilisé dans la série pour manipuler le temps et permettre un tel voyage peut faire référence au césium 133 qui en est le seul isotope stable et qui est à la base des horloges atomiques, un système ultra précis de mesure du temps.
  3. Le boson de Higgs, qui résulte d'une excitation du champ de Higgs, n'est pas responsable de la majeure partie de la masse des particules. Les protons et neutrons qui constituent le noyau des atomes et qui portent presque toute la masse de l'atome, doivent en réalité la quasi-totalité de leur masse à l'interaction forte présente entre les quarks qui les constituent[12].
  4. Bien que le trou blanc soit une solution aux équations de la relativité générale, son existence est fortement spéculative et peu considérée comme digne d'intérêt au sein de la communauté astrophysique en raison des pré-requis nécessaires à une telle possibilité.
  5. Alors que la série prend le parti d'une notion de temps circulaire, celui-ci est à ce jour supposé empêché par la deuxième loi de la thermodynamique. Celle-ci confère en effet sa flèche au temps et force sa linéarité unidirectionnelle du passé vers l'avenir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Official Film Schedule », sur Festival international du film de Toronto (consulté le 2 décembre 2017).
  2. (en) Katia Jacoby, « Dark, the first Netflix original series produced in Germany commences principal photography », sur Netflix, (consulté le 2 décembre 2017).
  3. (en) Sheila Roberts, « Sleepless Director Baran bo Odar on Working with Jamie Foxx & His New Netflix Series », sur Collider, (consulté le 2 décembre 2017).
  4. (en) Baran bo Odar, « That's a wrap! », sur Twitter, (consulté le 2 décembre 2017).
  5. Constance Jamet, « Cinq clés pour comprendre Dark, le nouveau phénomène de Netflix », sur Le Figaro, (consulté le 2 décembre 2017).
  6. « Dark saison 2 : bande annonce, date de sortie et plus ! », sur Programme TV - Chaînes de Télévision Françaises, TNT et Satellite, (consulté le 21 juin 2019).
  7. (en) « Netflix Renews German Original Series Dark for a Second Season », sur TheFutonCritic, .
  8. (en) « DARK Season 2 comes out June 21st!pic.twitter.com/iaY9SZq0NY », sur DarkNetflix, (consulté le 6 avril 2019).
  9. (en) « 'Dark' Renewed for Season 3 at Netflix, Will Conclude Trilogy », sur What's on Netflix, (consulté le 30 mai 2019)
  10. (en-US) « The Brothers Grimm's Black Forest », sur Anomalien.com, (consulté le 16 janvier 2020)
  11. (en) « Where is Netflix's new series Dark filmed? Is Winden a real place? », sur Radio Times (consulté le 16 janvier 2020)
  12. (en) Diana Kwon, « Where does mass come from? », sur symmetry magazine (consulté le 2 janvier 2020)
  13. « « Dark » : Critique », sur Allociné, (consulté le 10 octobre 2018).
  14. « « Dark » : Critique », sur IMDB, (consulté le 14 août 2019).
  15. Pierre Langlais, « “Dark”, une tragédie fantastique émouvante et intense sur Netflix », sur Télérama, (consulté le 3 décembre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]