Lucky loser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucky Loser et LL.

Le lucky loser (abrégé LL dans les tableaux), en tennis, désigne un joueur éliminé au dernier tour des qualifications d'un tournoi et repêché pour intégrer le grand tableau, en raison d'un forfait de dernière minute dans celui-ci.

Il est à distinguer de la wild card (invitation, abrégé WC dans les tableaux) offerte à des joueurs dont le classement est en théorie insuffisant pour intégrer le grand tableau, mais que les organisateurs invitent à y participer selon des critères qui leur sont propres, sans passer par les qualifications.

Il est également à distinguer du special exempt (abrégé SE dans les tableaux) : un joueur qui n'a pas pu participer aux qualifications parce qu'il jouait encore en fin de semaine précédente, qui peut alors bénéficier d'une invitation pour le tableau final.

Désignation des lucky losers[modifier | modifier le code]

Ce mot qui en anglais signifie littéralement perdant chanceux est l'équivalent du terme repêché mais n'est jamais traduit en français. Avant les phases finales, les joueurs dont le classement ne permet pas un accès direct au tableau final disputent des qualifications, le plus souvent en trois tours. Le lucky loser éventuel est alors le mieux classé parmi ceux qui ont perdu lors du dernier tour des qualifications. Celui-ci se voit donc octroyer une place dans le tableau final en cas de forfait de l'un des joueurs directement entré dans le grand tableau. En cas de deuxième forfait de dernière minute, le deuxième joueur le mieux classé parmi les perdants du dernier tour des qualifications devient à son tour lucky loser et intègre le grand tableau, etc.

Dans les tournois du grand chelem, la désignation des lucky losers se fait de manière un peu différente : un tirage au sort classe de 1 à 4 les 4 perdants du dernier tour des qualifications les mieux classés.

Lucky losers qui ont remporté un tournoi[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Dans l'ère Open, huit joueurs ont remporté le tournoi ATP qu'ils avaient intégré en tant que lucky loser[1] :

Sur le circuit féminin, seule une joueuse a réalisé la performance de remporter un tournoi WTA en tant que lucky loser :

En double (non exhaustif)[modifier | modifier le code]

En 2014, deux équipes de lucky losers remportent un tournoi. Ce fait s'était déjà produit à deux reprises par le passé[7] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Why losing can be lucky in tennis », sur tenniscanada.com, (consulté le 20 mai 2015)
  2. (en) « Finger Lakes Times: Scanlon win in Hawaii » [PDF], sur fultonhistory.com, Finger Lakes Times, (consulté le 20 mai 2015)
  3. (en) « The Luck of the Loser: Tennis’ Legendary (LL)s », sur thetennisisland.com, (consulté le 20 mai 2015)
  4. Vincent Bregevin, « Lucky loser et sacré à 19 ans, Rublev a vécu une incroyable semaine », sur Eurosport, (consulté le 24 juillet 2017)
  5. « Leonardo Mayer, lucky loser, crée la surprise en s'imposant à Hambourg », sur L'équipe, (consulté le 30 juillet 2017)
  6. (en) « Weekly net post: Lucky losers take a chance on chance », sur usatoday.com, (consulté le 20 mai 2015)
  7. La triple première de Stéphane Robert, tennisactu.net, 28 avril 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]