Louvigné-du-Désert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louvigné (homonymie).
Louvigné-du-Désert
La mairie de Louvigné-du-Désert.
La mairie de Louvigné-du-Désert.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Fougères-2
Intercommunalité Fougères agglomération
Maire
Mandat
Jean-Pierre Oger
2014-2020
Code postal 35420
Code commune 35162
Démographie
Gentilé Louvignéens, Louvignéennes
Population
municipale
3 423 hab. (2014 en diminution de 8,96 % par rapport à 2009)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 57″ nord, 1° 07′ 23″ ouest
Altitude Min. 97 m
Max. 198 m
Superficie 41,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Louvigné-du-Désert

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Louvigné-du-Désert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louvigné-du-Désert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louvigné-du-Désert
Liens
Site web www.louvignedudesert.org

Louvigné-du-Désert est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne, peuplée de 3 423 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Canton de Louvigné(Position).PNG

Louvigné-du-Désert se situe au nord-est du département d'Ille-et-Vilaine en Bretagne, plus communément appelée la région des trois provinces puisqu'elle est limitrophe avec la Manche en Basse-Normandie et la Mayenne (ancienne province du Maine) dans les Pays de la Loire.

Géologiquement, Louvigné-du-Désert se situe sur la chaîne cadomienne (chaîne de montagne formée il y a 600 millions d’années) à l’origine de l’apparition des zones granitiques entre Perros-Guirec et Louvigné-du-Désert. Ces gisements, qui bordent la côte, ont une orientation est-ouest et se prolongent sous forme de larges filons jusqu’à la région de Vire. Le paysage est donc composé de rochers granitiques apparus avec l'érosion. On peut ainsi apercevoir en se promenant des carrières abandonnées ou en exploitation.

La proximité de la mer (35 km de la baie du mont Saint-Michel) assure une pluviométrie abondante (moyenne sur 10 ans : 990 mm/an). Les températures sont assez douces et les hivers sont peu rigoureux.

Louvigné-du-Désert est une région de bocages et de landes. Elle est traversée par le Nançon, la rivière de Gasne, la rivière de Hamelin, le ruisseau Français et l'Airon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Louvigné est construit sur un dérivé du latin lupus (loup), suivi du préfixe de localisation -acum/-iacum (le lieu de). Le qualificatif « du désert » a été ajouté au XIIIe siècle. Il rappelle que les zones frontalières antiques étaient fréquemment des espaces inoccupés de forêts, de taillis et de landes (Louvigné marquait autrefois une triple frontière entre les tribus gauloises des Riedones, des Abrincates, et des Diablintes). On appelait Désert une zone favorable à l'érémétisme, comme il s'en trouvait au Haut-Moyen-Âge à la limite de deux cités ; deux régions en lisière du diocèse de Rennes ont porté ce qualificatif, celle de Louvigné-du-Désert, mais aussi l'archidiaconé du Désert, ainsi que le doyenné du Désert, une de ses subdivisions[1].Les formes écrites anciennes sont :

Le nom traduit en breton est Louvigneg-an-Dezerzh.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Il a existé un doyenné de Louvigné (son existence est attestée par une charte du XIIIe siècle) qui comprenait les paroisses de La Bazouge-du-Désert, La Selle-en-Coglès, Le Châtellier, Le Ferré, Landéan, Louvigné-du-Désert, Mellé, Monthault, Montours, Parigné, Poilley, Saint-Brice-en-Coglès, Saint-Étienne-en-Coglès, Saint-Georges-de-Reintembault, Saint-Germain-en-Coglès, Saint-Jean-en-Coglès, Villamée[1].

Révolution française[modifier | modifier le code]

L’organisation des fêtes révolutionnaires témoigne cependant du maintien d’un sentiment favorable au nouveau régime, surtout après la fin de la Terreur :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1886   J. Bochin   Conseiller général
1983   M. Derieux    
1987   Jean Amis    
1989 mars 2008[6] Marie-Françoise Jacq RPR puis UMP  
en cours Jean-Pierre Oger[7] DVD Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2014, la commune comptait 3 423 habitants[Note 2], en diminution de 8,96 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : +5,61 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 200 3 060 3 176 3 066 3 349 3 412 3 524 3 601 3 802
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 750 3 675 3 672 3 592 3 583 3 644 3 732 3 986 3 770
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 716 3 736 3 725 3 354 3 360 3 475 3 702 3 942 4 016
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 880 3 983 4 298 4 445 4 260 4 034 3 834 3 797 3 761
2013 2014 - - - - - - -
3 435 3 423 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Louvigné-du-Désert se fonde avant tout sur les richesses de son sol, à savoir l'agriculture et l'exploitation du granite. La commune accueille aussi de nombreux commerces et de nombreuses entreprises. Elle a cependant vu les entreprises du textile (plus de 300 emplois) se délocaliser et elle doit maintenant attirer de nouvelles entreprises pour dynamiser son territoire.

Louvigné-du-Désert, « capitale du granit »[modifier | modifier le code]

Le déterminisme géographique a fait de l’économie de Louvigné-du-Désert une économie fondée sur l’exploitation du granite. Au début du XXe siècle, on comptait 300 travailleurs du granite et environ 400 dans les années 1930. L'activité granitière était très liée à l'agriculture. Après la Seconde Guerre mondiale, l'industrie granitière a recruté de la main-d'œuvre dans une paysannerie devenue trop nombreuse sur les exploitations. Tout au long du XXe siècle, le manque de main-d'œuvre a fait affluer des centaines d'immigrés italiens, portugais, belges et espagnols.

Aujourd’hui, on compte environ 250 ouvriers répartis dans une dizaine d’entreprises, la plus importante étant la Générale du granit qui emploie 150 personnes. Ces entreprises ont dû beaucoup se moderniser pour gagner de la productivité et devenir plus compétitives face aux entreprises étrangères à faibles coûts salariaux. Aujourd'hui, elles doivent toujours relever ce défi et se spécialiser dans le haut de gamme.

L'agriculture[modifier | modifier le code]

La surface agricole utile est de 3 420 hectares, son sol verdoyant est caractérisé par de petits plateaux entrecoupés de petites vallées encaissées où circulent de nombreux ruisseaux et rivières poissonneuses. L'élevage, tout comme la production laitière, est très développé, les productions de viande et de céréales sont également présentes, presque toujours à des fins d'alimentation animale (les rendements dépassent souvent les 1 400 kg de matière sèche à l'hectare).

L'agriculture louvignéenne en quelques chiffres :

  • 145 exploitations agricoles confondues ;
  • 13 GAEC (Groupement agricole d'exploitation en commun) ;
  • 82 sont dites professionnelles avec une surface moyenne de 37 hectares ;
  • 41 exploitations ont plus de 41 hectares. La production laitière est majoritaire, 2 200 vaches laitières y sont dénombrées ;
  • 573 vaches allaitantes en production de viande. Le total des bovins se situe à 7 747 unités.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.

La commune abrite un monument historique :

Autres lieux et monuments :

  • L'église Saint-Martin. En grand appareil de granite, ses larges bas-côtés éclairent une nef aveugle du XVIe siècle, allongée d'une travée et d'un chœur au XIXe siècle. Son collatéral sud à pignons, du XVIe siècle, est orné de gargouilles et grotesques. La tour d'influence normande est typique du style militaire du XVIIIe siècle. Sur son mur extérieur, des anneaux scellés servaient à attacher les chevaux, sans doute ceux des frères du Saint-Esprit, qui venaient là assister à la messe.
  • Le mont Louvier (le rocher de Saint-Guillaume) est le point culminant de la région (184 m), il se situe à 1,5 km au nord du bourg. Les bois pittoresques qui couvrent les pentes escarpées de ce mont recèlent d'étranges rochers, couverts d'empreintes mystérieuses. La légende y voit la retraite de saint Guillaume Firmat.
  • Le tertre Alix. La légende raconte qu'un comte nommé Alix, poursuivi par un loup, fut sauvé en se réfugiant dans le tronc d'un chêne qui s'ouvrit pour le protéger. En remerciement, Alix fit édifier contre le chêne, une chapelle dédiée à la Vierge.
  • Manoir de la Morinais.
  • Manoir de la Raslais.
  • Manoir du Domaine.
  • Manoir de la Bâtardière.
  • Manoir du Petit-Monthorin.
  • Manoir de la Béray.
  • Manoir du Bas-Plessis, sur la route de Landéan, date du XIVe siècle gage de la sergenterie de Fougères, en 1416, propriété de la Maison des de la Chapelle, à Pierre du Meys et son épouse Françoise Le Jeune, veuve en 1513, puis de 1539 à 1559, aux Channé seigneurs du Plessis-Channé. Elle passe ensuite à Jacques des Vaulx, seigneur de Monthorin et à sa veuve Marguerite de Poix. En 2003 sont restaurés à l'identique les peintures et boiseries.
  • La chapelle Saint-Jean.

Culture[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, Louvigné-du-Désert accueillait tous les ans au mois d'août le festival musical des Vaches au gallo.

Des expositions artistiques ont aussi lieu à la chapelle Saint-Jean pendant la saison estivale.

Jacques Bertin a écrit une chanson ayant pour titre Louvigné-du-Désert.

Depuis 2016, c'est le Wadada Festival créé par l'association du Bruit dans le désert qui a pris place dans le centre de Louvigné avec n week end de musiques riches et variées ainsi que de street art basé sur la découverte.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[13].
  1. a et b Philippe Jouët et Kilian Delorme, Atlas historique des pays et terroirs de Bretagne, Skol Vreizh, (ISBN 978-2-915623-28-4)
  2. a et b Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 397
  3. Dubreuil, Fêtes..., p. 398-399
  4. Dubreuil, Fêtes..., p. 401
  5. Dubreuil, Fêtes..., p. 397
  6. Maire sortant - LeMonde.fr
  7. Portail internet des services de l'Etat
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  12. Notice no PA00090621, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Louvigné-du-Désert sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :