Saint-Georges-de-Reintembault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Georges-de-Reintembault
Image illustrative de l'article Saint-Georges-de-Reintembault
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Fougères-2
Intercommunalité Fougères agglomération
Maire
Mandat
Marie-Claire Boucher
2014-2020
Code postal 35420
Code commune 35271
Démographie
Population
municipale
1 588 hab. (2014 en diminution de 4,11 % par rapport à 2009)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 33″ nord, 1° 14′ 32″ ouest
Altitude Min. 94 m
Max. 180 m
Superficie 31,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Reintembault

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Reintembault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Reintembault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Reintembault
Liens
Site web saint-georges-de-reintembault.fr

Saint-Georges-de-Reintembault est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 588 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Touches (les)
  • Grande Connais (la)
  • Hurlais (la)
  • Villiers Cador
  • Place de la Barrière.

Santé[modifier | modifier le code]

  • La commune est toujours à la recherche d'un médecin généraliste, étant située dans une zone de faible démographie médicale. Elle dispose pour l'instant de la présence d'un cabinet médical, avec actuellement un médecin généraliste en activité et un chirurgien dentiste. À ses côtés, une pharmacie est présente et un cabinet infirmier

Commerces[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-de-Reintembault a comme commerces une boulangerie, une boucherie, un supermarché et une pharmacie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sanctus Georgius de Restenbaut au XIIe siècle, Saint-Georges-de-Restambault en 1476, Sanctus Georgius Reintembani en 1516, Saint-Georges-de-Reinthembault au XVIIe siècle.

Est issu de Restembault, seigneur et fondateur de la paroisse Saint Georges.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin de l’Ancien Régime, Saint-Georges appartient à la subdélégation et à la sénéchaussée de Rennes[1]. Elle bénéficiait d’un marché hebdomadaire et de quatre foires annuelles[2].

Le bailliage des Touches dépendait de l'abbaye Notre-Dame du Tronchet[3].

Le cahier de doléances est rédigé le 5 avril 1789[1] : les habitants demandent la réduction des impôts, qu’ils soient mieux répartis, la simplification de la carte administrative qui rend compliqué d’obtenir justice, l’abolition de droits seigneuriaux (corvée, pigeonnier, etc.). Certains articles sont recopiés de modèles[2].

Le bourg est très favorable à la Révolution, qui est soutenue par le clergé local[4], d’autant qu’il devient chef-lieu de canton[1]. Ce positionnement est facilité par l’attitude du clergé, le curé et les quatre vicaires prêtant serment à la constitution civile du clergé[5]. Les sentiments de la population vis-à-vis des changements apportés par la Révolution française se manifestent dans la création d’une société populaire[6], et dans l’organisation des fêtes révolutionnaires, dont la principale est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[7]. La vie de la commune, bastion bleu isolé en pays chouan, est cependant difficile : elle doit accueillir les réfugiés des communes voisines, vit sur le pied de guerre en permanence (la garde nationale compte 500 hommes, pour 3000 habitants). Les menaces sont nombreuses : lors de la virée de Galerne, les Vendéens passent à proximité de Saint-Georges, suscitant l’inquiétude[4] ; de juillet 1795 à décembre 1796, les chouans attaquent le bourg cinq fois[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Georges-de-Reintembault Blason D'azur à la bande d'argent chargée de trois bouquets de houx feuillés de deux pièces de sinoples et fruités de cinq pièces de gueules, accompagné en chef de Saint Georges d'or à cheval terrassant le dragon et en pointe de cinq fleurs de crocus d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2008 Annick Lechable    
mars 2014 Frédéric Bureau DVD puis AC Pharmacien
conseiller général (2004-2011)
mars 2014 en cours Marie-Claire Boucher[8] DVD Éducatrice
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2014, la commune comptait 1 588 habitants[Note 2], en diminution de 4,11 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : +5,61 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 191 3 000 3 021 3 106 3 258 3 067 3 315 3 372 3 408
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 183 3 050 3 115 3 061 2 982 2 903 2 890 2 774 2 664
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 506 2 433 2 435 2 156 2 179 2 240 2 263 2 374 2 393
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 195 2 049 1 818 1 795 1 747 1 682 1 635 1 626 1 608
2014 - - - - - - - -
1 588 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Georges (XIXe siècle).
  • Église Saint-Georges (XIXe siècle) édifiée par Aristide Tourneux et Arthur Regnault.
  • Manoir de la Morinais (XVIIe siècle).
  • Chapelle du Bienheureux Julien-Maunoir (XVIIe siècle), sise dans sa maison natale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Julien Maunoir (1606-1683), prêtre jésuite, prédicateur et missionnaire, béatifié, né dans la commune. C'est ce dernier qui rénova l'orthographe bretonne en 1659. Il introduisit le C'H pour différencier le son [x] (jota espagnole) du son ch. La légende dit qu'il apprit le breton dans la chapelle de Kerfeuteun (à 2 km de Quimper) par miracle. Aujourd'hui le c'h et le zh sont les conventions orthographiques qui caractérisent le plus la langue bretonne.
  • Jean Janvier (1859-1923), maire de Rennes, est né dans la commune.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Armand Rébillon, « Cahier de doléances de la paroisse de Saint-Georges-de-Reintembault pour les États Généraux de 1789 », Annales de Bretagne, n° 25, 4, 1910, p. 630-640.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[15].
  1. a, b et c Armand Rébillon, « Cahier de doléances des habitants de la paroisse de Saint-Georges-de-Reintembault », consulté le 11 octobre 2010
  2. a et b Armand Rébillon, « Cahier de doléances des habitants de la paroisse de Saint-Georges-de-Reintembault », consulté le 11 octobre 2010
  3. Déclarations de 1685 & 1790
  4. a, b, c et d « Le pouvoir politique à Saint-Georges-de-Reintembault pendant la Révolution », consulté le 11 octobre 2010
  5. a, b et c « Le pouvoir politique à Saint-Georges-de-Reintembault pendant la Révolution », consulté le 11 octobre 2010
  6. a et b « La municipalité de l’An III », consulté le 11 octobre 2010
  7. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  8. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  9. a et b « Les élections de 1792 », consulté le 11 octobre 2010
  10. a, b, c, d et e « Les élections de germinal an VI », consulté le 11 octobre 2010
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  15. « Saint-Georges-de-Reintembault sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]