Loubigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Loubigné
Loubigné
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Arrondissement de Niort
Canton Melle
Intercommunalité Communauté de communes Mellois en Poitou
Maire
Mandat
Serge Balland
2014-2020
Code postal 79110
Code commune 79153
Démographie
Population
municipale
162 hab. (2016 en augmentation de 0,62 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 43″ nord, 0° 05′ 06″ ouest
Altitude Min. 82 m
Max. 158 m
Superficie 11,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Loubigné

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Loubigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loubigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loubigné

Loubigné est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au sud de Chef-Boutonne et de la vallée de la Boutonne. Elle comprend plusieurs hameaux : dans sa partie nord Beauregard, à l'est la Pérouze, au sud-est le Puits de la Grue et Domazan, au sud les Granges.

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Loubigné apparaît en 937 sous le nom de "Lubiniacum", dérivé du nom d'homme latin "Lupinius", ou directement du latin "lupus" (loup), suivi par le suffixe gallo-romain "-acum" d'origine gauloise à valeur adjectivale[1].

Les hameaux :

"La Pérouze" représente le poitevin "pérouse" (pierreuse), du latin "petrosa" [1]

"La Toucherolle" est le diminutif de "touche", variante "toche" en ancien français [2], qui désignait une réserve de bois entre les défrichements ou un bosquet [1]

"Domazan" dérive du latin "domus" (construction, maison) [2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier seigneur connu s'appelait Guillaume de la Faye, décédé en 1477.

Au siècle suivant, Antoine de la Faye s'employa à récolter des fonds dans la région qui servirent à payer une partie de la rançon de François Ier.

Louis, Jean et Antoine de la Faye vécurent quelques mois dans leur château de Loubigné en n'en sortant que sous escorte, accusés d'avoir tué d'un coup d'épée, en 1514, le maçon Pierre Brossard, à la sortie d'un hostel à La Bataille. Une lettre de rémission signée du roi leur parvint en 1515.

Au milieu du XVIIIe siècle, Loubigné comptait 19 petites métairies et 2 moulins à vent. Quelques parcelles étaient plantées de vignes.

Pendant la Révolution, l'abbé Geay de la Fragnée prêta le serment constitutionnel. L'église paroissiale Saint-Pierre fut vendue et démolie pierre par pierre pour bâtir une ferme au voisinage. Selon la tradition, elle aurait abrité une image de la Vierge, rapportée de croisade ; on y venait en pèlerinage[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008[4] Serge Balland    

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Loubigné, cela correspond à 2005, 2010, 2015[5], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
303342315319357344334360339
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
337328317311309296284273292
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
268282260258263265299266277
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
256224219199174167173162162
2016 - - - - - - - -
162--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, , 738 p., page 399
  2. Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XV, 1880-1895 (lire en ligne)
  3. Maurice Poignat, Le Pays Mellois. Histoire des communes des Deux-Sèvres, Niort, Editions du Terroir, , 425 p., pages 210 à 212
  4. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 7 avril 2012)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.