Sergent royal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un sergent à verge arborant un « bâton de justice », symbole de son autorité.
Enluminure du Vieux coutumier du Poitou, fo 6 vo, médiathèque Pierre-Moinot de Niort, vers 1478-1480.

Au Moyen Âge, le sergent royal est un auxiliaire de justice. Serviteur, valet et agent du seigneur, il est chargé des poursuites, des saisies et de diverses autres tâches de justice et de police.

Historique[modifier | modifier le code]

Philippe Auguste, avant de partir en Croisade, crée les sergents royaux : chaque prévôt (ou vicomte en Normandie) dispose de sergents pour exécuter ses décisions de justice. Ceux-ci portèrent ensuite le nom de sergents des maréchaux jusqu’en 1501 (ou de sergent fieffé ou hérédital dans les vicomtés normandes)

Fonction et rôle[modifier | modifier le code]

Un sergent amène un cheval errant devant un juge.
Enluminure du Vieux coutumier du Poitou, fo 149 vo, médiathèque Pierre-Moinot de Niort, vers 1478-1480.
Fresque représentant un sergent à verge (au centre, tenant son bâton ou sa masse).
Danse macabre de l'abbaye de la Chaise-Dieu, milieu du XVe siècle (photographie de Jean-Pol Grandmont).

C'est avant tout un agent d'exécution, il détient beaucoup moins de pouvoirs que les baillis et que les prévôts dans les seigneuries rurales ou urbaines. Dans le domaine royal, ils sont au service des prévôts, châtelains, baillis et sénéchaux. Les sergents ont surtout un rôle de justice, puis de police, surtout en ville à la fin du Moyen Âge. La population les redoute et ils sont réputés violents et de nombreuses requêtes jugent leur nombre excessif, particulièrement sous Philippe IV le Bel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Viala, Le Parlement de Toulouse et l'administration royale laïque, 1420-1525 environ, vol. 1 et 2, Albi, Imprimerie des Orphelins apprentis, , 593 et 526 p..
  • Bernard Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 1380-vers 1550), Paris, Les Belles lettres, coll. « Publications de la Faculté des lettres de l'Université de Strasbourg » (no 144), , XIV-589 p. (présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne], [présentation en ligne]
  • René Fédou, « Les sergents à Lyon aux XIVe et XVe siècles : une institution, un type social », dans Bulletin philologique et historique jusqu'à 1610 du Comité des travaux historiques et scientifiques : actes du 89e Congrès national des Sociétés savantes tenus à Lyon, année 1964, Paris, Bibliothèque nationale, (lire en ligne), p. 283-292.
  • Robert Jacob (préf. Pierre Truche et Myriam Ezratty), Images de la justice : essai sur l'iconographie judiciaire du Moyen Âge à l'âge classique, Paris, Le Léopard d'or, , 256 p. (ISBN 2-86377-126-4, présentation en ligne).
  • Robert Jacob, « Licteurs, sergents et gendarmes : pour une histoire de la main-forte », dans Claire Dolan (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, Sainte-Foy (Québec), Les Presses de l'université Laval, coll. « InterCultures », , 828 p. (ISBN 2-7637-8268-X), p. 37-54.
  • Sébastien Hamel, « Être sergent du roi de la prévôté de Saint-Quentin à la fin du Moyen Âge », dans Claire Dolan (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, Sainte-Foy (Québec), Les Presses de l'université Laval, coll. « InterCultures », , 828 p. (ISBN 2-7637-8268-X), p. 55-68.
  • Valérie Toureille, « Les sergents du Châtelet ou la naissance de la police parisienne à la fin du Moyen Âge », dans Claire Dolan (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, Sainte-Foy (Québec), Les Presses de l'université Laval, coll. « InterCultures », , 828 p. (ISBN 2-7637-8268-X), p. 69-84.
  • Catherine Denys, « Les sergents de ville en France du Nord et aux Pays-Bas au XVIIIe siècle : évolution d'un métier et d'une pratique sociale », dans Claire Dolan (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, Sainte-Foy (Québec), Les Presses de l'université Laval, coll. « InterCultures », , 828 p. (ISBN 2-7637-8268-X), p. 85-100.
  • Christine Bellanger, « La figure du sergent dans l'enluminure à la fin du Moyen Âge : entre justice et maintien de l'ordre », dans François Foronda, Christine Barralis et Bénédicte Sère (dir.), Violences souveraines au Moyen Âge. Travaux d'une École historique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le nœud gordien », , VI-284 p. (ISBN 978-2-13-057363-0).

Dictionnaires[modifier | modifier le code]

  • René Fédou, Lexique historique du Moyen Âge, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2008, 168 p.
  • Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, 2002.
  • Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt, Dictionnaire raisonné de l'Occident Médiéval, Poitiers, Fayard, 1999, 1236 p.
  • François-Olivier Touati (dir.), Vocabulaire historique du Moyen Âge (Occident, Byzance, Islam), Paris, La Boutique de l'Histoire, 1995.
  • André Vauchez (dir.), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Tomes 1 et 2, Paris, Éditions du Cerf, 1997.