La Selle-en-Coglès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Selle-en-Coglès
La Selle-en-Coglès
Mairie de la Selle-en-Coglès.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Antrain
Intercommunalité Couesnon Marches de Bretagne
Statut Commune déléguée
Maire délégué Louis Simon
2017-2020
Code postal 35460
Code commune 35323
Démographie
Gentilé Sellois, Selloises
Population 633 hab. (2015 en augmentation de 6.03 % par rapport à 2010)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 15″ nord, 1° 20′ 41″ ouest
Altitude Min. 93 m
Max. 138 m
Superficie 8,23 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Portes du Coglais
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
La Selle-en-Coglès

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
La Selle-en-Coglès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Selle-en-Coglès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Selle-en-Coglès

La Selle-en-Coglès est une ancienne commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne, peuplée de 633 habitants[Note 1]. Elle a fusionné le 1er janvier 2017 avec Coglès et Montours et pour former la commune des Portes du Coglais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du pays du Coglais (que l'on retrouve dans le nom de la commune sous son ancienne graphie de Coglès, également le nom du bourg central de cet ancien pays).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesia Sancti Petri de Cella en 1186, Cella in Coglesio en 1516[réf. à confirmer][1].

La Selle-en-Coglés est issu du latin cella (monastére) et du breton coglez (nord)[réf. à confirmer][1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, une mission organisée dans la paroisse s'acheva par une cérémonie expiatoire : pieds nus et corde au cou, un ancien prêtre assermenté se rétracta devant des milliers de fidèles[2].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de La Selle-en-Coglès porte les noms de trente-trois soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[3].

Victor Carnet, né en 1894 à La Selle-en-Coglès, soldat au 35e régiment d'infanterie (qui faisait partie de l'Armée française d'Orient) fut fusillé pour l'exemple (en fait tué par les gendarmes de la prison militaire de Salonique) le à Salonique (Grèce)[4].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de La Selle-en-Coglès porte les [5]noms de quatre personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale : J. Berthelot, S. Bregaint[6], O. Jamault, A. Le Crecq[7].

Fernand Derrien, né le à Dol-de-Bretagne, lieutenant FTPF dans le maquis de Vieux-Vy-sur-Couesnon, fut tué lors d'un combat le à La Selle-en-Coglès[8].

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

Un soldat originaire de La Selle-en-Coglès est mort pendant la guerre d'Algérie : R. Rivet.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1799 1808 Pierre Tropée[9]    
1983 en cours Louis Simon[10] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12],[Note 2].

En 2015, la commune comptait 633 habitants, en augmentation de 6,03 % par rapport à 2010 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0069261 012999862873902835831
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
812808805850825818853786771
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
739726767629609642635605596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2015
589580510491461447572620633
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre : clocher de 1842, et corps de l'édifice érigé par Arthur Regnault en 1904-1905.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Etymologie et Histoire de La Selle-en-Coglès », infobretagne.
  2. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ISBN 978-2-918135-37-1]
  3. Memorialgenweb.org - La Selle-en-Cogiès : monument aux morts
  4. http://www.letelegramme.fr/histoire/fusilles-pour-l-exemple-ils-furent-51-en-bretagne-15-11-2014-10426033.php
  5. O. Jamault, décédé le
  6. S. Bregaint, décédé le
  7. MemorialGenWeb.org - La Selle-en-Coglès : monument aux morts et plaque commémorative de l'église
  8. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/fusilles/tues-combat.htm
  9. archives d'Ille-et-Vilaine [réf. incomplète]
  10. Portail internet des services de l'État
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]