Parigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune d’Ille-et-Vilaine
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Ille-et-Vilaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Parigné
Mairie de Parigné.
Mairie de Parigné.
Blason de Parigné
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Fougères-2
Intercommunalité Fougères agglomération
Maire
Mandat
Maurice Janvier
2014-2020
Code postal 35133
Code commune 35215
Démographie
Gentilé Parignéen
Population
municipale
1 315 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Population
aire urbaine
43 066 hab. (2010[1])
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 43″ nord, 1° 11′ 25″ ouest
Altitude Min. 109 m – Max. 182 m
Superficie 20,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Parigné

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Parigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Parigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Parigné
Liens
Site web www.parigne.fr

Parigné est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 315 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la richesse de la flore, si Parigné est non loin de la moyenne parmi les communes du département possédant dans leurs différents biotopes un nombre important de taxons, soit 388 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1 373 taxons (118 familles), il faut plus que ce nombre, considérer 65 taxons à forte valeur patrimoniale (total de 207) ; 26 taxons protégés et 57 appartenant à la liste rouge du Massif armoricain (total départemental de 237). L'existence de la tourbière de Landemarais explique pour une part cette importance[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Parochia de Parrigneio en 1213, Parigneyum en 1516.

Le toponyme peut-être issu de l'anthroponyme latin Parinus.

Parinyaè en gallo et Parinieg en breton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Aimé Picquet du Boisguy, un des principaux chefs chouans fut arrêté chez lui au château du Bois-Guy en Parigné, dans la nuit du 17 au [3].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les Louisets[modifier | modifier le code]

Parigné fut une des principales paroisses à être concerné par le schisme de la Petite Église, des catholiques refusant le Concordat de 1801, connus dans la région de Fougères sous le nom des Louisets[4].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Parigné porte les noms de 48 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[5].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Parigné porte les noms de sept personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1986 2014 André Lemaître[7] SE Cadre d'entreprise
2014 en cours Maurice Janvier[8] DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 315 habitants, en diminution de -0,83 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 385 1 135 1 348 1 339 1 380 1 308 1 324 1 347 1 318
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 255 1 217 1 214 1 225 1 236 1 175 1 206 1 237 1 140
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 099 1 132 1 118 1 046 1 043 1 026 1 036 1 027 1 065
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
976 965 911 1 046 1 068 1 133 1 274 1 299 1 315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006 [12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monastère Notre-Dame d'Espérance, communauté de sœurs hospitalières augustines antérieurement implantée à Fougères en 1674. Présente à Parigné depuis 1978, elle appartient à la congrégation des Augustines de la Miséricorde de Jésus. Les sœurs ont quitté Parigné en 2011, atteintes par la limite d'âge[13].
  • Église Notre-Dame (XIXe siècle). L'ensemble de l'édifice a été refait au XIXe siècle. Seuls la nef, datant du XVe siècle, à hautes fenêtres trilobées, et le clocher rappellent l'édifice primitif. Le 29 février 2016, l'église a été partiellement détruite par un incendie[14].
  • Château du Bois-Guy (XVIIIe siècle). Assez luxueux pour avoir possédé une salle de théâtre, ce château fut la demeure d'Aimé Picquet du Boisguy, qui, le 19 mars 1793, le jour de la « révolte de la Saint-Joseph », alors âgé de dix-sept ans, prit la tête des chouans de la région.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[15].
  1. INSEE : évolution de la population de l'aire urbaine de Fougères.
  2. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.
  3. Roger Dupuis, "De la Révolution à la Chouannerie", Nouvelle bibliothèque scientifique, Flammarion, 1988,[ISBN 2-08-211173-3]
  4. Joseph Chardonnet, "Rennes et la Haute-Bretagne", éditions France-Empire, 1980
  5. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=37961
  6. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=37961
  7. Réélection 2008 : Portail internet des services de l'État
  8. « Maurice Janvier entame son premier mandat de maire », Ouest-France, 1er avril 2014.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Les soeurs Augustines quittent Parigné en mai », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 décembre 2016)
  14. « Parigné Photos : après l'incendie, l'église de Parigné vue du ciel », sur La Chronique Républicaine (consulté le 17 septembre 2016)
  15. « Parigné sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]