Billé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune d’Ille-et-Vilaine
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Ille-et-Vilaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bille.
Billé
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Fougères-1
Intercommunalité Fougères agglomération
Maire
Mandat
Daniel Balluais
2014-2020
Code postal 35133
Code commune 35025
Démographie
Population
municipale
1 058 hab. (2014)
Densité 62 hab./km2
Population
aire urbaine
43 066 hab. (2010[1])
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 19″ nord, 1° 14′ 42″ ouest
Altitude Min. 57 m – Max. 117 m
Superficie 16,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Billé

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Billé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billé
Liens
Site web www.communedebille.fr

Billé est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 058 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[2],[3] :

Ecclesia de Billeio (1157)

Bileium (1185)

Billeyum (XVIe siècle)

Etymologie :

On reconnait dans Billé le radical gaulois bilio- signifiant "arbre" (qu'on retrouve en français dans la "bille" de bois), ce qui a amené Jacques Lacroix[4], à la suite de Raymond Sindou[5], à voir dans Billé un ancien site d'exploitation forestière.

Il s'agit plus probablement d'un toponyme dérivé du nom de personne gaulois, Billios, formé sur le même radical et suffixé en -acum : Billé désignerait donc "le domaine de Billios"[6],[7],[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Eusèbe Bougré, recteur de Billé, décède le  : « il est pleuré de tous les pauvres dont il était le père nourricier »[9]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Une partie de la population accueille favorablement, comme le reste du pays, la Révolution et ses avancées. L’organisation des fêtes révolutionnaires témoigne du maintien d’un sentiment favorable au nouveau régime, surtout après la fin de la Terreur : les victoires des armées républicaines sont fêtées, notamment la paix avec l’Autriche, principal ennemi de la France, en brumaire an VI[10].

Mais un courant hostile à la Révolution existe également : en novembre 1793, le curé constitutionnel de Billé, Porée, qui a remplacé l'ancien recteur, Hunault, réfractaire, dont il était précédemment le vicaire, est abattu, ainsi que plusieurs autres personnes, par des Chouans. Les gardes nationaux de Fougères rétablirent l'ordre et plusieurs chouans furent condamnés à mort et exécutés en février 1794 à Fougères ; parmi eux, Jean Bertrand (de Billé), Julien Guengault (de Combourtillé), Julien Vannier[11]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le , le service téléphonique commença à fonctionner dans la commune[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1965 2014 Marcel Roussel[13]    
2014 en cours Daniel Balluais[14] SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 058 habitants, en augmentation de 2,92 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 112 1 134 1 112 1 258 1 285 1 202 1 165 1 172 1 165
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 165 1 147 1 106 1 081 1 122 1 072 1 078 1 085 1 090
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 029 1 087 1 034 934 927 881 823 785 756
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
739 683 564 702 824 832 1 027 1 038 1 058
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006 [18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Médard.
  • L'église Saint-Médard des XVIe et XVIIe siècles avec des éléments plus anciens[19].
  • Le presbytère datant de 1627.
  • Une croix monumentale de 1607 et une autre de 1894.
  • Le manoir de la Chapellenie près de l'église et quelques autres manoirs vieux de plusieurs siècles[20].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. INSEE : évolution de la population de l'aire urbaine de Fougères.
  2. Bossard (Abbé), Dictionnaire topographique du département d'Ille-et-Vilaine, AD35 (manuscrit)
  3. « Kerofis », sur Office public de la langue bretonne
  4. J. Lacroix, Les noms d'origine gauloise - La gaule des activités économiques (Errance, 2005)
  5. R. Sindou, "Billy et noms de lieux congénères", NRO no 9-10 (1987), p. 27-37
  6. .A. Dauzat, ''Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Guénégaud - 1989.
  7. E. Nègre, Toponymie générale de la France, Vol. 1, Droz 1990 (no 3278)
  8. X. Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne, Errance, 2012
  9. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, cité par Pierrick Chuto, "Le maître de Guengat", Cloître imprimeurs, 2010, [ISBN 978-2-7466-1655-4]
  10. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 397
  11. Pierrick Chuto, "Le maître de Guengat", Cloître imprimeurs, 2010, [ISBN 978-2-7466-1655-4]
  12. Journal Ouest-Éclair no 7354 du 25 mars 1921, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646494p/f3.image.r=Poc%C3%A9?rk=4442082;0
  13. « Billé, maire depuis 1965, il passe le relais », Ouest-France, 13 mars 2014.
  14. « Marcel Roussel passe à la main au nouveau maire, Daniel Balluais », Ouest-France, 1er avril 2014.
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Église paroissiale Saint-Médard », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Œuvres architecturales à Billé », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier