Insatiable (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Insatiable.
Insatiable
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo promotionnel de la série.
Genre Comédie noire et satirique
Création Lauren Gussis
Production Lady Magic Productions
Ryan Seacrest Productions
Storied Media Group
CBS Television Studios
Acteurs principaux Dallas Roberts
Debby Ryan
Christopher Gorham
Sarah Colonna
Erinn Westbrook
Kimmy Shields
Michael Provost
Irene Choi
Alyssa Milano
Musique Julian Wass
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Netflix
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 12
Durée 40-53 minutes
Diff. originale en production
Site web https://www.netflix.com/title/80179905

Insatiable est une série télévisée américaine créée par Lauren Gussis, diffusée depuis le sur le service Netflix.

La série est librement inspirée de l'article de presse The Pageant King of Alabama du journaliste Jeff Chu, paru dans le magazine The New York Times, et qui raconte le parcours de Bill Alverson, un ancien avocat devenu coach dans des concours de beauté.

Au Canada et dans les pays francophones, elle est également diffusée depuis le sur Netflix.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pendant plusieurs années, Patty Bladell a été harcelée, moquée, ignorée et sous-estimée à cause de son apparence physique et de son poids. Un soir, alors qu'elle se défend contre un sans abri qui se moque d'elle, Patty se prend un coup violent au visage et passe plusieurs semaines à l'hôpital, obligée de se nourrir uniquement de produits liquides, ce qui change fortement son physique.

Aujourd'hui, elle répond aux critères de beauté définis par la société, mais Patty n'est pas heureuse et est énervée que les gens changent de comportement avec elle suite à sa perte de poids. Elle décide alors de trouver un moyen de faire payer ceux qui lui ont fait du mal.

Bob Armstrong, un avocat dont le rêve est de coacher des filles pour des concours de beauté, lui trouve du potentiel et décide de la prendre sous son aile en tant que cliente pour la faire devenir l'une des reines de beauté du pays. Ce qui ne laisse pas Patty indifférente.

Néanmoins, Bob ignore à quel point la rage de Patty est profonde : jusqu'où est-elle prête à aller pour se venger et qui va être victime de sa terrible vengeance ? Car pour la jeune fille, la vengeance est un plat qui se mange très froid.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[1] et Doublage Séries Database[2]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En novembre 2016, le réseau The CW annonce le développement de la série par Lauren Gussis, ancienne productrice de Dexter. Il est dévoilé que la série s'inspirerait librement d'un article de presse du The New York Times qui raconte les expériences professionnelles de Bill Alverson, un ancien avocat devenu coach dans des concours de beautés. L'animateur Ryan Seacrest est également annoncé à la production[3].

En janvier 2017, The CW commande un pilote pour la série pour une diffusion lors de la saison 2017-2018 en cas de commande[4].

En mai 2017, The CW annonce que le pilote n'est pas retenu pour devenir une série[5]. Néanmoins, le mois suivant, la service Netflix récupère le pilote et annonce la commande d'une première saison de douze épisodes pour une diffusion en 2018[6].

En juillet 2018, Netflix dévoile les premières images de la série et annonce la date de lancement, le , dans un teaser mettant en scène Debby Ryan[7].

Le 12 septembre 2018, Netflix annonce le renouvellement de la série pour une deuxième saison prévue pour 2019[8].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En février 2017, Debby Ryan décroche le rôle titre en rejoignant la distribution principale de la série[9]. Le lendemain, Michael Provost et Erinn Westbrook rejoignent également la distribution[10].

En mars 2017, Dallas Roberts rejoint la distribution pour le rôle de Bob, inspiré de Bill Alverson, et qui sera le coach du personnage de Debby Ryan. L'actrice Sarah Colonna est également annoncée[11]. Ils sont suivis par Kimmy Shields[12] et Christopher Gorham[13].

Toujours en mars 2017, l'actrice Alyssa Milano est annoncé en tant qu'invitée spéciale pour le rôle Coralee, la femme de Bob[14]. Deux jours plus trad, Irene Choi rejoint la distribution principale[15].

En octobre 2017, suite à la commande de la série par Netflix, le service annonce qu'Alyssa Milano est promue à la distribution principale[16]. En novembre, Jordan Gelber et James Lastovic sont les premiers acteurs annoncés comme récurrents[17].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (2018)[modifier | modifier le code]

Composée de 12 épisodes, elle a été mise en ligne intégralement le .

  1. Pilote (Pilot)
  2. Être mince, c'est magique (Skinny Is Magic)
  3. Miss Bareback Buckaroo (Miss Bareback Buckaroo)
  4. La société bénévole des mères qui travaillent (WMBS)
  5. Bikinis et pétasses (Bikinis and Bitches)
  6. Baptême et donut (Dunk 'N' Donut)
  7. Miss Magic Jesus (Miss Magic Jesus)
  8. Wieners et losers (Wieners and Losers)
  9. Méchante Kitty (Bad Kitty)
  10. Banane cœur banane (Banana Heart Banana)
  11. Les gagnantes gagnent (Winners Win. Period.)
  12. La disparition (Why Bad Things Happen)

Deuxième saison (2019)[modifier | modifier le code]

Elle est prévue pour 2019.

Note : Pour les informations de renouvellement voir la section Production.

Accueil[modifier | modifier le code]

Controverse[modifier | modifier le code]

Lors de la diffusion de la bande-annonce, cette dernière reçoit un accueil public défavorable avant même la sortie de la série. Il lui est reproché de faire involontairement l'apologie de la minceur. Une pétition a par ailleurs été lancée pour demander sa déprogrammation[18],[19].

Suite à cette controverse, l'équipe de la série a réagi, notamment sur les réseaux sociaux et en interview. Alyssa Milano concède que « ce n'est pas une série pour tout le monde » mais elle précise que la « série est beaucoup plus que ce que la bande-annonce ne montre (...) On porte un regard satirique sur ce qui se passe si vous vous moquez du physique des gens, que vous les humiliez ou que vous les intimidez. On montre comment ce traumatisme affecte leur vie. On montre aussi comment le regard des autres peut être trompeur, on travaille sur l'image qu'on a de son corps, cette obsession d'une validation extérieure et le désir de combler un vide en nous »[20].

La créatrice de la série Lauren Gussis dévoile avoir connu personnellement ce que montre la série et déclare avoir voulu le dénoncer via la comédie[20].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Insatiable reçoit un taux d'approbation presse de 11% sur le site Rotten Tomatoes, avec une note moyenne de 2,69/10 sur la base de 45 critiques collectées[21].

L'Express juge sévèrement la série, à laquelle l'auteure de l'article concède « quelques répliques justes et touchantes ». Elle conclut « Des fulgurances qui ne suffisent malheureusement pas à faire d'Insatiable une bonne série. Car c'est bien là le problème : dépassée, grossophobe et borderline, Insatiable est avant tout dénuée d'intérêt scénaristique. Là-dessus, aucun débat possible. »[22].

D'après Le Point « On comprend qu'Insatiable tente de critiquer de manière satirique les diktats de beauté qui pèsent sur les femmes, mais la charge est exécutée avec une telle maladresse et des personnages si peu crédibles que la série se prend les pieds dans le tapis dès les premières minutes. »[19]

Néanmoins, d'autres critiques sont moins sévères avec la série. Pour Première, le second degré de la série est facilement compréhensible avec « ses personnages de cartoon, volontairement caricaturaux, et des intrigues aussi frivoles que loufoques, Insatiable titille de manière évidente le seuil de tolérance du téléspectateur, jouant la carte de la provocation mordante, pour faire passer ses messages ». Elle conclut que le problème de la série est qu'elle n'est « pas allés assez loin dans la satire » mais qu'elle est inoffensive[20].

Pour Brain Damaged, si la série « a tout de suite été accusée de fat-shaming, il n’en est rien ». Pour le site internet, la série tente de « dénoncer la superficialité américaine, qui ne s’arrête pas qu’au physique, pour mieux mettre en valeur certaines notions d’acceptation de soi ». Le véritable problème de la série pour le site est qu'elle « laisse sur sa faim » car « elle n’arrive pas cependant à proposer quelque chose d’assez substantiel » et que « si elle ne déplaît pas complètement au visionnage, elle ne réussit pas à s’inscrire comme une série immanquable de la plate-forme »[23].

En contraste avec l'accueil froid de la série par la presse, elle est reçue de façon très positive par les téléspectateurs. Sur Rotten Tomatoes, elle obtient un taux d'approbation public de 83%, avec une note moyenne de 4,2/5 sur la base de 2,820 critiques collectées[21]. Même constat sur Metacritic, où elle obtient une note public de 7,2/10, basée sur 181 notes[24].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage de la série », sur RS Doublage (consulté le 10 juillet 2018) [m-à-j]
  2. « DSD Doublage », sur RS Doublage (consulté le 10 août 2018) [m-à-j]
  3. « The CW Buys Insatiable Drama From Lauren Gussis & Ryan Seacrest Prods. », sur deadline.com,
  4. « The CW Orders Life Sentence Dramedy Starring Lucy Hale, Insatiable Drama To Pilot », sur deadline.com,
  5. « The CW Pilots Update: Insatiable & Searchers Not Going Forward », sur deadline.com,
  6. « Insatiable: Netflix Picks Up Ex-CW Pilot Starring Debby Ryan To Series », sur deadline.com,
  7. « Insatiable Starring Debby Ryan Gets Premiere Date On Netflix », sur deadline.com,
  8. « Insatiable Renewed For Season 2 By Netflix », sur deadline.com,
  9. « Debby Ryan To Star In the CW Pilot Insatiable », sur deadline.com,
  10. « Erinn Westbrook & Michael Provost Join Insatiable; Brooke Lyons In Life Sentence », sur deadline.com,
  11. « Dallas Roberts To Topline The CW Pilot Insatiable, Sarah Colonna Co-Stars », sur deadline.com,
  12. « Carlos PenaVega Joins the CW Pilot ""Life Sentence""; Kimmy Shields In Insatiable », sur deadline.com,
  13. « Christopher Gorham Joins the CW’s Insatiable; NBC’s Seth Meyers Comedy Adds Jacob McCarthy », sur deadline.com,
  14. « Alyssa Milano Cast In The CW Drama Pilot Insatiable », sur deadline.com,
  15. « L. Scott Caldwell Joins The Trustee ABC Drama Pilot; Irene Choi In The CW’s Insatiable », sur deadline.com,
  16. « Alyssa Milano To Topline Lifetime Mayor Comedy, Upped To Regular On Netflix’s Insatiable, Developing Hacktivist At CW », sur deadline.com,
  17. « Insatiable: Jordan Gelber & James Lastovic Set To Recur On Netflix Series », sur deadline.com,
  18. Christi Carras, « Critics Slam Netflix’s Tone-Deaf Insatiable: Teenagers Deserve Better’ », Variety.com,‎ (lire en ligne)
  19. a et b Juliette Mitoyen, « Insatiable : controverse pour une série Netflix difficile à digérer », Le Point.fr,‎ (lire en ligne)
  20. a, b et c Charles Martin, « Insatiable : la série polémique de Netflix est-elle aussi ratée ? », Première.fr,‎ (lire en ligne)
  21. a et b « Insatiable saison 1 sur Rotten Tomatoes », sur Rotten Tomatoes (consulté le 20 août 2018)
  22. Audrey Kucinskas, « Insatiable, la série indigeste de Netflix », L'Express.com,‎ (lire en ligne)
  23. Asma El Mardi, « Insatiable : Comédie noire qui laisse sur sa faim », Brain Damaged,‎ (lire en ligne)
  24. « Insatiable saison 1 sur Metacritic », sur Metacritic (consulté le 20 août 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]