Groupe de Visegrád

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir V4.
Carte du groupe de Visegrád

Le groupe de Visegrád (aussi appelé Visegrád 4 ou V4 ou triangle de Visegrád) est un groupe informel réunissant quatre pays d'Europe centrale : la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie. La population de ces pays s'élève à plus de 60 millions d'habitants.

Historique[modifier | modifier le code]

Václav Havel, József Antall et Lech Wałęsa lors de la création du groupe de Visegrád, en février 1991.

Le groupe de Visegrád trouve son origine en automne 1335, lorsque les rois de Bohême, de Pologne et de Hongrie se rencontrèrent dans la ville hongroise de Visegrád[1].

Le V4 moderne a démarré lors d'un sommet des chefs d'État ou de gouvernement de Tchécoslovaquie, Hongrie et Pologne dans la ville de Visegrád le , afin de mettre en place des coopérations entre ces trois États, en vue d'accélérer le processus d'intégration européenne. De là vient le premier nom du groupe, « triangle de Visegrád » ; ces trois États allaient devenir quatre avec la partition de la Tchécoslovaquie le 1er janvier 1993, mais le terme de « triangle » s'utilise encore parfois.

Attributions[modifier | modifier le code]

Visegrad group.png

Le V4 renferme une conception politique de l'Europe centrale. En effet, il a facilité leur intégration à l'OTAN et l'Union européenne. Après l'implosion soviétique, ces quatre pays avaient peu sinon pas d'influence dans la sphère européenne. Donc, leur consolidation mutuelle a permis de prouver à l'Europe leur capacité à coopérer en tant qu'États de l'ancien bloc de l'Est.

Le groupe de Visegrád, malgré les mauvaises interprétations, n'est aucunement une organisation ayant comme objectif la concurrence à l'Union européenne. Cette organisation supra-nationale a eu le mérite de permettre à ses membres d'adhérer consécutivement à l'OTAN et l'UE.

Pérennité[modifier | modifier le code]

Depuis l'adhésion de ses membres à l'OTAN et à l'Union européenne, l'utilité du V4 a été relativisée. Il existe toujours cependant une continuité dans la dynamique des coopérations où ceux-ci tentent d'accroître leurs intérêts dans leur sphère supra-nationale, par exemple par l'aide à des ONG ou encore une implication commune dans la société civile. Le groupe de Visegrád a permis et réussi le rapprochement intellectuel et culturel.

Lors de la crise migratoire en Europe, en 2015-2016, le groupe de Visegrád se réunit à plusieurs reprises. Il fait alors savoir sa ferme opposition à l'accueil de migrants dans leurs pays, rejetant notamment l'idée des institutions européennes d'un système de répartition obligatoire des migrants[2],[3].

Commémoration[modifier | modifier le code]

La Slovaquie a réalisé en 2011 une pièce de deux euros commémorative à l'occasion des 20 ans de la formation du groupe le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « György Rácz: The Congress of Visegrád », sur International Visegrad Fund. (consulté le 7 juin 2015).
  2. Georgi Gotev, « Le groupe de Visegrad oppose un refus sans appel aux quotas de réfugiés », sur EurActiv,‎ .
  3. BFM TV, AFP, « Le groupe de Visegrad refuse les quotas de migrants », sur BFM TV,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :