Groupe de Visegrád

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir V4.
Carte du Groupe de Visegrád

Le Groupe de Visegrád (aussi appelé Visegrád 4 ou V4 ou Triangle de Visegrád) est un groupe informel réunissant quatre pays d'Europe centrale : la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, et la Slovaquie.

Historique[modifier | modifier le code]

Historiquement, le groupe de Visegrád trouve son origine en automne 1335, lorsque les rois de Bohême, de Pologne et de Hongrie se rencontrèrent dans la ville hongroise de Visegrád[1].

Le V4 moderne a démarré lors d'un sommet des chefs d'État ou de gouvernement de Tchécoslovaquie, Hongrie et Pologne dans la ville de Visegrád le , afin de mettre en place des coopérations entre ces trois États, en vue d'accélérer le processus d'intégration européenne. De là vient le premier nom du groupe : Triangle de Visegrád ; ces trois États allaient devenir quatre avec la partition de la Tchécoslovaquie le 1er janvier 1993, mais le terme de « triangle » s'utilise encore parfois.

Attributions[modifier | modifier le code]

Visegrad group.png

Le V4 renferme une conception politique de l'Europe centrale. En effet, il a facilité leur intégration à l'OTAN et l'Union européenne. Après l'implosion soviétique, ces quatre pays avaient peu sinon pas d'influence dans la sphère européenne. Donc, leur consolidation mutuelle a permis à l'Europe de prouver leur capacité à coopérer en tant qu'États de l'ancien bloc de l'Est.

Le Groupe de Visegrád, malgré les mauvaises interprétations, n'est aucunement une organisation ayant comme objectif la concurrence à l'Union européenne. Cette organisation supra-nationale a eu le mérite de permettre à ses membres d'adhérer consécutivement à l'OTAN et l'UE.

Pérennité[modifier | modifier le code]

Depuis l'adhésion de ses membres à l'OTAN et à l'Union européenne, l'utilité du V4 a été relativisée. Il existe toujours cependant une continuité dans la dynamique des coopérations où ceux-ci tentent d'accroître leurs intérêts dans leur sphère supra-nationale, par exemple par l'aide à des ONG ou encore une implication commune dans la société civile. Le groupe de Visegrád a permis et réussi le rapprochement intellectuel et culturel.

Lors de la crise migratoire en Europe, en 2015-2016, le groupe de Visegrád se réunit à plusieurs reprises. Il fait alors savoir sa ferme opposition à l'accueil de clandestins dans leurs pays, rejetant notamment l'idée des institutions européennes d'un système de répartition obligatoire des migrants[2],[3].

Commémoration[modifier | modifier le code]

Pièce de deux euros commémorative slovaque de 2011, pour les vingt ans du groupe de Visegrád.

La Slovaquie a réalisé en 2011 une pièce de deux euros commémorative à l'occasion des 20 ans de la formation du Groupe le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « György Rácz: The Congress of Visegrád », sur International Visegrad Fund. (consulté le 7 juin 2015)
  2. Georgi Gotev, « Le groupe de Visegrad oppose un refus sans appel aux quotas de réfugiés », sur EurActiv,‎ .
  3. BFM TV, AFP, « Le groupe de Visegrad refuse les quotas de migrants », sur BFM TV,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :