Groupe de Visegrád

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir V4.
Groupe de Visegrád
Image illustrative de l'article Groupe de Visegrád
Carte de l'organisation
Carte des pays membres.

Région Europe centrale
Création
Budget 8 millions d'euros (2014)
Membres
Site web http://www.visegradgroup.eu/

Le groupe de Visegrád (aussi appelé Visegrád 4 ou V4 ou triangle de Visegrád) est un groupe informel réunissant quatre pays d'Europe centrale : la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie. Ces pays sont tous des États membres de l'Union européenne. La population du groupe s'élève à 63,8 millions d'habitants en 2016 (13 % de la population de l'UE). L'Indice de développement humain moyen est élevé et croissant (l'indice moyen est de 0,8535 d'après le rapport de 2016 sur l'année 2015). Le PIB total du groupe est estimé à 876 milliards de dollars.

Historique[modifier | modifier le code]

Václav Havel, József Antall et Lech Wałęsa lors de la création du groupe de Visegrád, en février 1991.

Le groupe de Visegrád trouve son origine en automne 1335, lorsque les rois de Bohême, de Pologne et de Hongrie se rencontrèrent dans la ville hongroise de Visegrád pour créer une alliance anti-Habsbourg. Les trois dirigeants se sont mis d’accord sur la création de nouvelles routes commerciales qui permettraient un accès facilité aux marchés européens[1].

Le V4 moderne a démarré lors d'un sommet des chefs d'État ou de gouvernement de Tchécoslovaquie, Hongrie et Pologne dans la ville de Visegrád le , afin de mettre en place des coopérations entre ces trois États, en vue d'accélérer le processus d'intégration européenne. De là vient le premier nom du groupe, « triangle de Visegrád » ; ces trois États allaient devenir quatre avec la partition de la Tchécoslovaquie le , mais le terme de « triangle » s'utilise encore parfois.

Caractéristiques des pays[modifier | modifier le code]

Pays Capitale Superficie (km 2)[2] Population en millier

(2016)[3]

Taux de chômage (2016)[4] Taux d'imposition total (% des bénéfices commerciaux)[5] PIB par habitant ($) (2016)[6] PIB en millions ($) (2016) [7] Dépenses militaires en % du PIB (2016) [8] Devise IDH (2015)[9] Chef de l’État Depuis Chef du gouvernement Depuis
Drapeau de la République tchèque République Tchèque Prague 78 870 10 561,63 4 % 50 % 18 266,5 192 924,59 1 % Couronne tchèque (CZK) 0,878 (très élevé) Miloš Zeman 8 mars 2013 Bohuslav Sobotka 29 janvier 2014
Drapeau de la Pologne Pologne Varsovie 312 680 37 948,02  6,2 % 40,4 % 12 372,4 469 508,68 2 % Złoty (PLN) 0,855 (très élevé) Andrzej Duda 6 août 2015 Beata Szydło 16 novembre 2015
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Bratislava 49 035 5 428,70 9,7 % 51,6 % 16 496,0 89 551,83 1,1 % Euro (EUR) 0,845 (très élevé) Andrej Kiska 15 juin 2014 Robert Fico 4 avril 2012
Drapeau de la Hongrie Hongrie Budapest 93 030 9 817,96 5,1 % 46,5 % 12 665,8 124 342,94 1 % Forint (HUF) 0,836 (très élevé) János Áder 10 mai 2012 Viktor Orbán 29 mai 2010
Ensemble 533 616 63 756,31 6,25 % 47,125 % 14 950,20 876 328,04 1,3 % 0,8535 (très élevé)

Attributions[modifier | modifier le code]

Visegrad group.png

Le V4 renferme une conception politique de l'Europe centrale. En effet, il a facilité leur intégration à l'OTAN et l'Union européenne. Après l'implosion soviétique, ces quatre pays avaient peu sinon pas d'influence dans la sphère européenne. Donc, leur consolidation mutuelle a permis de prouver à l'Europe leur capacité à coopérer en tant qu'États de l'ancien bloc de l'Est.

Le groupe de Visegrád, malgré les mauvaises interprétations, n'est aucunement une organisation ayant comme objectif la concurrence à l'Union européenne. Cette organisation supra-nationale a eu le mérite de permettre à ses membres d'adhérer consécutivement à l'OTAN et l'UE.

Pérennité[modifier | modifier le code]

Depuis l'adhésion de ses membres à l'OTAN et à l'Union européenne, l'utilité du V4 a été relativisée. Il existe toujours cependant une continuité dans la dynamique des coopérations où ceux-ci tentent d'accroître leurs intérêts dans leur sphère supra-nationale, par exemple par l'aide à des ONG ou encore une implication commune dans la société civile. Le groupe de Visegrád a permis et réussi le rapprochement intellectuel et culturel.

Lors de la crise migratoire en Europe, en 2015-2016, le groupe de Visegrád se réunit à plusieurs reprises. Il fait alors savoir sa ferme opposition à l'accueil de migrants dans leurs pays, rejetant notamment l'idée des institutions européennes d'un système de répartition obligatoire des migrants et critique la régulation de Dublin[10],[11].

En mars 2017, le groupe de Visegrád rejette à nouveau les quotas obligatoires de répartition de immigrés entre les pays de l'UE dénonçant « le chantage » et « le diktat » européens à leur égard concernant la politique migratoire commune[12]. Une réunion avec le président français en juin 2017 ne rapproche pas les points de vue mais la volonté de maintenir le dialogue est affirmée[13].

Le 19 juillet 2017, le sommet annuel des chefs de gouvernement du groupe de Visegrád se tient à Budapest en présence du Premier ministre israélien. Ceux-ci décident d'approfondir leur partenariat en matière d'innovation via des startups, et de tenir en 2018 un sommet commun en Israël[14],[15]. Le sommet envoie également une lettre au gouvernement italien en vue « d'endiguer les vagues de migration irrégulière qui partent depuis la Libye et autres endroits d'Afrique du Nord »[16],[17],[18].

Initiative des trois mers[modifier | modifier le code]

Les membres de l'Initiative des trois mers sont en vert. Les pays membres du groupe de Visegrád sont en vert plus foncé.

Le groupe de Visegrád est au centre de l'Initiative des trois mers, lancée le 25 août 2016 à Dubrovnik en présence de représentants des États-Unis et de la Chine[19]. Cette organisation rassemble douze pays européens de la Baltique à la mer Noire et à l’Adriatique – groupe de Visegrád plus Lituanie, Estonie, Lettonie, Autriche, Slovénie, Croatie, Roumanie, Bulgarie – autour de projets communs d’infrastructures et en particulier la coopération énergétique, notamment pour favoriser la pluralité des sources d’énergie et diminuer la dépendance énergétique envers qui que ce soit. Le général américain James L. Jones, président de Jones Group International et ancien conseiller à la sécurité nationale du président Obama a déclaré que le développement de l’Initiative des Trois Mers doit être un élément non seulement de développement européen mais aussi de sécurité. Le général Jones a insisté sur l’emploi par la Russie de sa position de fournisseur d’énergie pour augmenter son influence économique et renforcer ses objectifs géopolitiques[20].

 Présidence du groupe[modifier | modifier le code]

Commémoration[modifier | modifier le code]

La Slovaquie a réalisé en 2011 une pièce de deux euros commémorative à l'occasion des 20 ans de la formation du groupe le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « György Rácz: The Congress of Visegrád », sur International Visegrad Fund. (consulté le 7 juin 2015).
  2. (en) « Superficie (kilomètres carrés) | Data », sur donnees.banquemondiale.org (consulté le 22 août 2017)
  3. (en) « Population, total | Data », sur donnees.banquemondiale.org (consulté le 22 août 2017)
  4. (en) « Unemployment - Unemployment rate - OECD Data », sur theOECD (consulté le 2 septembre 2017)
  5. (en) « Total tax rate (% of commercial profits) | Data », sur data.worldbank.org (consulté le 2 septembre 2017)
  6. (en) « PIB par habitant ($ US courants) | Data », sur donnees.banquemondiale.org (consulté le 22 août 2017)
  7. (en) « PIB ($ US courants) | Data », sur donnees.banquemondiale.org (consulté le 22 août 2017)
  8. (en) « SIPRI Military Expenditure Database | SIPRI », sur www.sipri.org (consulté le 22 août 2017)
  9. « Données sur le développement humain (1980-2015) | Human Development Reports », sur hdr.undp.org (consulté le 22 août 2017)
  10. Georgi Gotev, « Le groupe de Visegrad oppose un refus sans appel aux quotas de réfugiés », EurActiv,
  11. BFM TV, AFP, « Le groupe de Visegrad refuse les quotas de migrants », BFM TV,
  12. Migrations: le groupe de Visegrad dénonce "le chantage" européen, actu.orange.fr, 28 mars 2017.
  13. Macron et le groupe de Visegrad, une confiance à restaurer, RFI, 23-06-2017.
  14. Netanyahu affiche son entente avec l'Europe de l'est - France 24, 19 juillet 2017
  15. Joint Statement of the Prime Ministers.
  16. V4 letter to the Prime Minister of Italy
  17. Support to Italy regarding migration crisis - Daily News Hungary, 19 juillet 2017
  18. (en) Joint Declaration on Migration - Site officiel, 19 juillet 2017
  19. L'Europe centrale et orientale se prend en main, VPost, 28 août 2016. – L’Initiative des Trois Mers : renforcer la coopération en Europe centrale et orientale - VPost, 13 mai 2017
  20. A Varsovie, Donald Trump conforte le gouvernement polonais contre l'UE - Le Monde, 7 juillet 2017

 Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]