Conseil nordique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Coopération nordique.
Ne doit pas être confondu avec Conseil nordique occidental ou Conseil nordique des ministres.
Conseil nordique
Logo de l'organisation
Logo du Conseil nordique.
Carte de l'organisation
Carte des pays du Conseil nordique.
Situation
Création 1952
Type Organisation internationale
Siège Copenhague (Drapeau du Danemark Danemark)
Coordonnées 55° 40′ 40″ N, 12° 34′ 52″ E
Organisation
Membres Drapeau du Danemark Danemark
 Drapeau du Groenland Groenland
 Drapeau des Îles Féroé Îles Féroé
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de l'Islande Islande
Drapeau de la Finlande Finlande
 Drapeau d'Åland Îles Åland
Président Drapeau d'Åland Britt Lundberg
Vice-président Drapeau de la Finlande Juho Eerola
Secrétaire général Drapeau de la Suède Britt Bohlin

Site web http://www.norden.org/en/nordic-council

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Conseil nordique

Géolocalisation sur la carte : Scandinavie

(Voir situation sur carte : Scandinavie)
Conseil nordique

Géolocalisation sur la carte : Danemark

(Voir situation sur carte : Danemark)
Conseil nordique

Le Conseil nordique est un forum de coopération pour les institutions parlementaires des pays nordiques. Il a pour objectif, dans le cadre de la « coopération nordique », de réaliser des tâches que chaque État ne saurait assurer à lui seul.

Le Conseil nordique a été institué en 1952 à la suite des expériences tirées de la Seconde Guerre mondiale : celle de l'invasion de l'Allemagne nazie au Danemark et en Norvège. Un projet de défense commune a tenté d'être créé en Scandinavie mais a été avorté, ce qui a précédé la création du conseil. Il est destiné à la « coopération interparlementaire » entre les pays membres.

Le symbole du cygne, dont les huit plumes représentent les huit membres, a été adopté en 1985.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Conseil nordique est créé en 1952 par la Norvège, la Suède, l'Islande et le Danemark[1]. La Finlande les rejoint en 1955, puis les territoires d'Åland et des îles Féroé obtiennent leur propre délégation en 1970, suivis du Groenland en 1984[1].

Membres[modifier | modifier le code]

Les pays membres du Conseil nordique sont les suivants[2] :

États souverains :

Territoires autonomes :

  • Drapeau des Îles Féroé Îles Féroé (pays constitutif du Royaume du Danemark) : 2 sièges
  • Drapeau du Groenland Groenland (pays constitutif du Royaume du Danemark) : 2 sièges
  • Drapeau d'Åland Îles Åland (État libre associé à la Finlande) : 2 sièges

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le Conseil comprend un président et un vice-président[3], ainsi qu'un secrétariat dirigé par un secrétaire général[4],[5].

Le Conseil comprend 87 représentants, provenant des cinq États et des trois territoires autonomes. Les représentants, tous des parlementaires dans leur pays d’origine, sont désignés par leurs partis politiques et élus par les parlements nationaux. L’élection au Conseil nordique est donc indirecte. Un présidium, dont les membres sont élus par leurs pairs, assure la direction de l’institution.

Le Conseil, depuis 1996, fonctionne sur la base de sessions ordinaires annuelles. Des « sessions à thème » sur des sujets précis peuvent également être organisées. Même hors des périodes de session, un travail continuel est assuré grâce à cinq commissions et quatre partis politiques.

La plupart des bureaux du Conseil nordique se situent à Copenhague, mais des antennes de l’organisation existent sur le territoire de chaque membre.

Le Conseil nordique lui-même ne dispose pas du pouvoir d’édicter des normes, mais chaque gouvernement a l’obligation de transposer ses décisions, sur le même modèle que les directives de l’Union européenne.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Dès son année de création, des règles communes ont été instituées entre ses membres concernant le marché du travail et la sécurité sociale. Le Conseil a par ailleurs garanti la liberté de circulation des citoyens entre chaque pays membre, sans passeport, avec l'Union nordique des passeports. Cette liberté ne signifie pas que les citoyens peuvent passer les frontières sans contrôle d'identité, dans ce cas, un permis de conduire ou une carte bancaire pourront justifier la citoyenneté nordique (voir paragraphe suivant). Cependant, si les citoyens souhaitent déménager d'un pays à l'autre, le permis de conduire ou la carte bancaire ne seront pas reconnus comme document d'identité par les administrations.

Une citoyenneté commune à aussi été instaurée : celle de la citoyenneté nordique. Cette dernière permet aux citoyens des cinq pays nordiques de vivre, travailler et étudier librement, sans permis ou carte de séjour dans le pays de résidence qu'ils auront choisi[6],[7],[8],[9],[10] (une carte de séjour est exigée au-delà de 3 mois de résidence pour les citoyens européens[11],[12],[13],[14],[15]). Les citoyens nordiques peuvent également voter après 3 mois de résidence et acquérir la nationalité des autres pays nordiques, par le biais de la demande "par notification" au bout de 2 ans de résidence[16],[17],[18],[19],[20]. Cependant, un cas exceptionnel existe : les citoyens nordiques sont soumis à la même règle que les citoyens international pour acquérir la nationalité norvégienne. Ils devront renoncer à leur(s) nationalité(s), mais ils pourront récupérer leur(s) nationalité(s) perdu(s) après 2 ans de résidence dans leurs pays d'origine, sans que cela influe sur le mode d'acquisition : ils seront toujours citoyen par naissance (la citoyenneté nordique ne s'obtient que par naissance), et non par réintégration ou par notification, contrairement à si ils ont perdu leur(s) nationalité(s) d'origine pour un pays non-membre et refusant la double-nationalité (ex : Chine), dans ce cas, les règles diffèrent pour chacun des pays nordiques.

En matière stratégique, les membres du Conseil connaissent des situations très différentes : le Danemark, la Norvège et l’Islande font partie de l’OTAN, tandis que la Suède et la Finlande sont neutres. De ce fait, le Conseil nordique ne s’est jamais impliqué dans des affaires de nature militaire. Cependant, les pays nordiques coopèrent dans le milieu de la défense, par la coopération de défense nordique.

Prix[modifier | modifier le code]

Le Conseil nordique décerne cinq prix annuels : le prix de littérature, le prix de littérature pour enfants et jeunes, le prix du film, le prix de la musique et le prix de l'environnement[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Conseil nordique, « The Nordic Council », sur norden.org (consulté le 18 novembre 2017).
  2. http://www.norden.org/en/nordic-council/bag-om-nordisk-raad/members-of-the-nordic-council
  3. http://www.norden.org/en/nordic-council/bag-om-nordisk-raad/president
  4. http://www.norden.org/en/nordic-council/organisation-and-structure/the-nordic-council-secretariat
  5. http://www.norden.org/en/nordic-council/organisation-and-structure/the-nordic-council-secretariat/secretary-general-of-the-nordic-council
  6. (en) « Want to apply: ID checks and notification of change of address for Nordic nationals - UDI », sur www.udi.no (consulté le 19 mai 2018)
  7. (en) « Nordic citizens living in Sweden », sur www.migrationsverket.se (consulté le 19 mai 2018)
  8. (en-GB) « Ny i Danmark », sur www.nyidanmark.dk (consulté le 19 mai 2018)
  9. (en-GB) Super User, « I am a Nordic citizen - Maahanmuuttovirasto », sur migri.fi (consulté le 19 mai 2018)
  10. (en-GB) Super User, « Residence permit not required », sur utl.is (consulté le 19 mai 2018)
  11. « Norvège- Sécurité », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 19 mai 2018)
  12. « Suède- Sécurité », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 19 mai 2018)
  13. « Danemark- Sécurité », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 19 mai 2018)
  14. « Finlande- Sécurité », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 19 mai 2018)
  15. « Islande- Sécurité », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 19 mai 2018)
  16. (en) « Want to apply: Applying for citizenship for Nordic citizens - UDI », sur www.udi.no (consulté le 20 mai 2018)
  17. (en) « Application for Swedish citizenship for citizens of Denmark, Finland, Iceland and Norway », sur www.migrationsverket.se (consulté le 20 mai 2018)
  18. (da) « Dansk statsborgerskab — Nordisk samarbejde », sur www.norden.org (consulté le 20 mai 2018)
  19. (en-US) « Nordic citizen », sur Maahanmuuttovirasto (consulté le 20 mai 2018)
  20. (is) Super User, « Íslenskur ríkisborgararéttur », sur utl.is (consulté le 20 mai 2018)
  21. (en) « The Nordic Council prizes », sur Nordic Co-operation (consulté le 19 novembre 2017).
  22. (en) « Winners of the Nordic Council Literature Prize », sur Nordic Co-operation (consulté le 19 novembre 2017).
  23. (en) « Nordic Council Children and Young People's Literature Prize | Previous prize winners and nominations », sur Nordic Co-operation (consulté le 19 novembre 2017).
  24. (en) « Nordic Council Film Prize | Previous nominations and winners », sur Nordic Co-operation (consulté le 19 novembre 2017).
  25. (en) « Nordic Council Music Prize | Previous winners and nominees », sur Nordic Co-operation (consulté le 19 novembre 2017).
  26. (en) « Nordic Council Environment Prize | Previous prize winners and nominees », sur Nordic Co-operation (consulté le 19 novembre 2017).
  27. (en) « Nordic Council (2002) », sur Internet Movie Database (consulté le 19 novembre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]