Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (février 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

image illustrant l’économie image illustrant l’Afrique
Cet article est une ébauche concernant l’économie et l’Afrique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Agence de la BCEAO à Abidjan

La Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) est un établissement public international regroupant huit pays de l'Afrique de l'Ouest membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) L'unité monétaire est le Franc CFA qui signifie depuis1958: Franc de la Communauté Financière d'Afrique pour les 8 pays membres de l'UEMOA, et Franc de la Coopération Financière en Afrique centrale pour les pays membres de la CEMAC

-Liste actuelle des 8 pays membres de l'Union:

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 1956, le poisson -scie stylisé est présenté pour la première fois sur la couverture du 14ème n° d'un document de l'Institut d'Emission de l'AOF et du TOGO (notes d'informations et de statistiques).

.La BCEAO est créée en 1959 lors de la transformation de l’Institut d’Émission de l’Afrique Occidentale Française et du Togo en Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest. Elle est chargée, en concertation avec les banques centrales nationales des pays membres, de :

  • l'émission monétaire frappe du Franc CFA BCEAO (code monétaire : XOF), qui a cours légal dans les pays membres de l'UEMOA ;
  • l'application de la politique monétaire commune ;
  • la fixation des taux d'intérêts ;
  • la gestion et du contrôle des réserves de change, et de la dette extérieure ;
  • la législation bancaire et financières des États membres de l'Union ;
  • l'assistance aux États membres de l'Union dans leurs relations avec les institutions financières et monétaires internationales.

Grâce à un accord monétaire avec la France, le Franc CFA, BCEAO a été convertible avec le Franc Français jusqu'en fin 1999, par un taux fixe (révisable) garanti par le dépôt par la BCEAO d'un fonds de réserve auprès du trésor français, constitué par les apports des banques centrales nationales (BCN) de chaque pays membre de l'UEMOA.

En fin 1999, l'euro remplace le Franc français, l'accord monétaire avec la France est maintenu (après accord de la BCE), mais redéfini par un taux fixe avec l'euro encore garanti (sous certaines conditions) par la Banque de France, en échange du maintien du fonds de réserve.

Cependant, la BCEAO reste libre de composer des fonds de réserves supplémentaires (en métal ou en devises) avec d'autres Banques Centrales afin de faciliter le commerce international et disposer de réserves de changes supplémentaires dans d'autres devises que l'euro, ou de mettre fin à la convertibilité du Franc CFA- BCEAO avec l'euro, si nécessaire.

Le siège de la BCEAO est situé à Dakar (Sénégal). Mandat renouvelé jusqu'en 2020, son gouverneur est, depuis le 28 juillet 2011, Tiemoko Meyliet Koné.

La BCEAO sera" braquée" 5 fois. Le 13 mai 1994: le fourgon de la BCEAO est attaqué à Lomé, à la roquette.

Autres braquages: le 22 août 2002: par un agent de la BCEAO ( qui sera arrêté, un mois plus tard, au Burkina).

-Le 24 septembre 2003: agence de Bouaké,

-Le 25 octobre 2003: agence de Man,

-Le 4 août 2004 : agence de Korogho.

La BCEAO ne communique pas sur ces braquages.Ni montants des braquages ni arrestations, ni suites données aux enquêtes. Opacité totale.

Liste des Présidents et Présidents du Conseil des Ministres.[modifier | modifier le code]

  • ( Signataires sur les billets avec le Gouverneur. Liste récapitulative provisoire établie par J.Leclerc. En attente de confirmation) Les PCM sont élus pour deux ans, par rotation des représentants des états membres. Il arrive souvent, à la suite d'événements imprévus, coup d'État, changement de gouvernement, démission, ou autres aléas politiques,etc. que plusieurs représentants d'un même pays membre se succèdent au cours des deux années de présidence.Ce qui entraine bien sûr une modification des signatures.

- Présidents: de 1959 à 1974.[modifier | modifier le code]

  • 1959 à1961:Tezenas du Montcel. Premier Président de la B.C.E.A.O. Nomination par Ordonnance n° 59-491 du 4 avril 1959. Il faut noter l'article premier de l'ordonnance qui informe que l'Institut d'Emission AOF et TOGO devient et prend la dénomination de Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO).
  • 20.03.61: Bertin Borna.
  • 02.12.64: Alpha Ba Bocar.
  • 02.03.65: Bamba Ould Yezi.
  • No date: Tiemoko Garango.
  • No date: Babacar Ba.
  • No date : Jean Tevi.
  • No date : Edouard Kodjo (1974) . Il "togolisera" son prénom en Edem.. pour "coller" au programme politique du Général G.Eyadema.

-Présidents du Conseil des ministres: de 1974 à 2016.[modifier | modifier le code]

  • No date 1974: Edem Kodjo (Il s'agit du même Edouard Kodjo qui a "togolisé" son nom)
  • No date 1977 : Konan Bedié.
  • No date 1977, 1979: Isidore Amoussou.
  • No date 1980: Léonard Kalmogo.
  • No date 1977-88- et 1989: Abdoulaye Koné.
  • No date 1981-82: Edmond Ki.
  • No date 1983: Moussa Tondi.
  • No date 1981-83-84: Hamid Algabid.
  • No date 1984: Boukary Adji.
  • 1984-85: Mamadou Touré.
  • 1986-87: KJomlan Alipui.
  • 1989-90: Aboudaye Koné.
  • 1990-91-92: Ildephonse Lemon.
  • 1992: Paul Korsaga.
  • 1992: Paul Dossou.
  • 1992 93-94: Rock Marc Christian Kaboré. ( actuel Président du Burkina Faso, en 2016)
  • 1994-94: Soulaïma Cissé.
  • 1996-97-98-99: Niamien N'goran. Ivoirien.
  • 1998-1999: Idé Gnandou. Nigérien.
  • 2000-2001: Moktar Diop. Sénégalais.
  • 2002-2003:Tan Kpadja Lallé. Ivoirien.
  • 2003-2004: Ayaovi Tignokpa. Togolais.
  • 2005-2006: Grégoire Laourou. Béninois.
  • 2007-2008: Jean-Baptiste Campaoré. Burkinabé.
  • 2009: Charles Koffi Diby. Ivoirien.
  • 2010-2011: José Mario Vaz. Guinée- Bissau.
  • 2013- 2014:Tiena Coulibaly. Malien.
  • 2012: Lassine Bouaré. Malien.
  • 2015- 2016: Saïdou Sidibé. Nigérien.
  • 2016:
  • 2017:...

Directeur Général et Gouverneurs, de 1959, date de création à 2016.[modifier | modifier le code]

Sauf erreur et omission, tant sur les noms que sur les événements et dates retenues.

- Par Ordonnance n° 59/491 en date du 2/4/1959 : Directeur Général, Mr Robert Julienne jusqu'en 1974. ( Le Directeur Général est remplacé en décembre 1974 par un Gouverneur : A. FADIGA)

Premier Gouverneur: 15 décembre1974, réunion du Conseil de l' U.M.O.A, à Ouagadougou, sous la Présidence de Edem Kodjo, nomination de Monsieur Abdoulaye Fadiga. Le 10 février 1975, il prête serment et officiellement installé dans ses fonctions de Gouverneur. Cette nomination est importante car elle marque la date de l'africanisation de la BCEAO. Il décède le 11 octobre 1988.

  • Le 28 octobre 1988: nomination de Monsieur Alassane Ouattara au poste de Gouverneur. Le 22 décembre 1988, il prête serment. Le 6 novembre 1990, il est désigné 1er Ministre de la RCI . Il quitte sa charge et ses fonctions de Gouverneur de la B.C.E.A.O, le 4 décembre 1990.
  • Les billets Africains de la Zone Franc - Leclerc et Kolsky. Edit. Gadoury. 2000. 376 pages. Epuisé. Prix en 2016 aux Editions Gadoury / Monaco: 150 €. Vu sur e.bay: (escroquerie) prix 1000 € .
  • Mamadu Alpha Barry Kebaly, Demande de monnaie et optimalité de la politique monétaire de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (1960-1990), Université de Paris I, 1995 (thèse)
  • Epiphane Egounlety, L'Endettement public dans les pays de la B.C.E.A.O. : endettement interne et externe, remise en cause des schémas théoriques existants, Université de Paris X, 1986 (thèse de 3e cycle)
  • Bli Irigale, Les comptes d'opérations de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (B.C.E.A.O.) et de la Banque des États de l'Afrique centrale (B.E.A.C.) auprès du Trésor français depuis 1965, Université de Paris II, 1987 (mémoire de DEA)
  • Gabriel Noupoyo, Les banques centrales africaines et la conduite de la politique budgétaire nationale : les exemples de la B.C.E.A.O. et de la B.E.A.C. (aspects juridiques et financiers), Université de Bordeaux IV, 2004, 696 p. (thèse)
  • Il était une fois dans l'Ouest.. Africain. Esclavage et numismatique. 2012. J.Leclerc. Epuisé.

Liens externes[modifier | modifier le code]