Liste des opérations de l'OTAN

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bien que l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) ait été présente tout au long de la guerre froide opposée au Pacte de Varsovie et ait mené des exercices militaires conjoints, aucune opération militaire n'a eu lieu. Ces dernières se sont produites après la guerre froide, lorsque l'influence de l'OTAN dans l'après-guerre froide a pris de l'importance en Bosnie, où l'OTAN a graduellement intensifié ses efforts pour mettre fin aux troubles.

Opérations qui sont affirmées avec la première campagne aérienne de l'OTAN en 1995 qui visait l'armée de la république serbe dont la présence en Bosnie représentait un danger pour les «zones de sécurité» des Nations Unies et finalement les bombardements effectués ont contribué aux Accords de Dayton.

L'organisation joue maintenant un rôle prépondérant en Afghanistan après les attentats du 11 septembre aux États-Unis, invoquant l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord qui considérait les attaques comme une attaque externe contre tous les membres de l'OTAN sous l'angle de la défense collective. En dehors des efforts continus en Afghanistan, l'OTAN a participé à un large éventail de rôles, y compris l'effort de secours, la lutte contre la piraterie, l'application de zones d'exclusion aérienne et le blocus naval.

Bosnie (1992-2004)[modifier | modifier le code]

L'OTAN a occupé une place importante en Bosnie au début des années 1990 et son rôle s'est progressivement élargi. L'Opération Sky Monitor s'est transformée en Opération Deny Flight qui a permis à l'OTAN d'utiliser «toutes les mesures nécessaires» pour imposer une zone d'exclusion aérienne plus stricte. Surveillance au cours de laquelle la zone d'exclusion aérienne a été violée plus de 500 fois.

46 ans après la création de l'OTAN en 1949, la coalition de l'opération Deliberate Force ciblait l'armée de la république serbe en Bosnie, dont la présence constituait un danger pour les «zones de sécurité» désignées des Nations Unies. La campagne aérienne a contribué à la réalisation des Accords de Dayton.

L'USS Theodore Roosvelt participant à l'opération Maritime Guard
Navires de l'OTAN sur la mer Adriatique durant l'opération Sharp Guard
Date Opération Lieu Type Détails
16 juillet 1992 - 22 novembre 1992 Maritime Monitor Eaux internationales de Serbie Blocus naval Le blocus naval visait à faire appliquer les sanctions stipulées dans les résolutions 713 et 757 du Conseil de sécurité des Nations Unies.
16 octobre 1992 - 12 avril 1993 Sky Monitor

(Résolution 781)

Espace aérien bosniaque Zone d'exclusion aérienne Établi une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'espace aérien de Bosnie-Herzégovine. L'efficacité de la zone d'exclusion aérienne est discutable car, en avril 1993, 500 violations (de tous les côtés) de la zone d'exclusion aérienne avaient été enregistrées. Les membres de l'OTAN ont voté en faveur d'une résolution «toutes mesures nécessaires» de la part des Nations Unies pour permettre à l'OTAN d'appliquer plus strictement la zone d'exclusion aérienne.
22 novembre 1992 - 1993 Maritime Guard

(Résolution 787)

Eau internationales de la Mer Adriatique Blocus naval A autorisé l'OTAN à utiliser la force et à arrêter, inspecter et détourner des navires à destination de l'ex-Yougoslavie. Tous les navires à destination ou en provenance des eaux territoriales de l'ex-Yougoslavie ont été arrêtés pour inspection et vérification de leurs cargaisons et destinations.
13 avril 1993 - 20 décembre 1995 Deny Flight (Résolutions 816 et 836) Espace aérien bosniaque Zone d'exclusion aérienne La Résolution 816 a étendu l'interdiction des vols à tous les aéronefs à voilure fixe et à voilure tournante dans le pays et de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect de l'interdiction. La Résolution 836 autorisait la FORPRONU à recourir à la force pour protéger les «zones de sécurité» des Nations Unies spécialement désignées.
15 juin 1993 - 2 octobre 1996 Sharp Guard Yougoslavie Blocus naval Un blocus naval généralisé visant toute l'ex-Yougoslavie.
30 août - 20 septembre 1995 Deliberate Force Bosnie Hérzégovine Campagne aérienne Avec environ 400 avions, la coalition ciblait l'armée de la république serbe dont la présence en Bosnie constituait un danger pour les «zones de sécurité» des Nations Unies.
20 décembre 1995 - 20 décembre 1996 Joint Endeavour Bosnie Hérzégovine Maintien de la paix Une force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN (IFOR) a été créée, une force chargée de faire respecter la paix dans le cadre des Accords de Dayton.
21 décembre 1996 - 19 juin 1998 Joint Guard Bosnie Hérzégovine Maintien de la paix La force de maintien de la paix de la Force de stabilisation (SFOR) dirigée par l'OTAN a remplacé l'IFOR, une force chargée de faire respecter la paix dans le cadre des Accords de Dayton.
20 juin 1998 - 2 décembre 2004 Joint Forge Bosnie Hérzégovine Maintien de la paix A pris la suite de l'opération Joint Guard.

Serbie et Kosovo (1992-actuellement)[modifier | modifier le code]

Date Opération Lieu Type Détails
24 mars 1999 - 10 juin 1999 Allied Force Kosovo et Serbie Campagne aérienne Une campagne aérienne soutenue visant les infrastructures militaires en Serbie et les forces serbes au Kosovo dans le but inavoué de faire «sortir les Serbes (du Kosovo), venir les soldats de la paix, revenir les réfugiés» aux yeux d'un porte-parole de l'OTAN. L'attaque a duré près de trois mois, avant que toutes les parties acceptent le traité de Kumanovo qui a mis fin à la guerre du Kosovo et au déploiement de la KFOR. La légitimité de la campagne aérienne de l'OTAN a été mise en doute, tout comme le nombre de victimes civiles de l'opération[1].
12 juin 1999 - actuellement KFOR Kosovo Maintien de la paix Une force internationale de maintien de la paix au Kosovo (KFOR) dirigée par l'OTAN et chargée d'établir un environnement sûr au Kosovo pour faire appliquer la résolution 1244.

2001 - présent[modifier | modifier le code]

L'OTAN s'est impliquée dans le problème croissant de la piraterie au large des côtes de l'Afrique avec l'opération Ocean Shield en 2009
Lancement de missiles Tomahawk durant la première nuit d'engagement en Libye.
Date Opération Lieu Type Détails
20 décembre 2001 - 28 décembre 2014 International Security Assistance Force Afghanistan Mission de sécurité A la suite des attentats du 11 septembre, les États-Unis, un membre de l'OTAN, ont invoqué l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord. C'est la seule fois depuis la création de l'OTAN qu'une attaque d'un groupe ou d'un État externe a été considérée comme une attaque contre tous les membres de l'OTAN.

Le 20 décembre 2001, la résolution 1386 du Conseil de sécurité des Nations Unies a approuvé à l'unanimité la Force internationale d'assistance à la sécurité, une coalition multinationale dirigée par l'OTAN visant à faire respecter la paix en Afghanistan.

La FIAS a cessé ses opérations de combat en 2014, avec une minorité de troupes restant sous le mandat de la mission consultative Resolute Support.

8 octobre 2005 - 9 février 2006 Pakistan Earthquake Relief Pakistan Assistance L'OTAN a assumé une nouvelle responsabilité dans l'après-guerre froide en fournissant une aide à la suite du tremblement de terre du Cachemire au Pakistan en 2005. L'OTAN a accepté une demande d'aide du gouvernement pakistanais et, au total, 3 500 tonnes de matériel de secours ont été livrées au Pakistan, tout en envoyant des équipes médicales et des ingénieurs.
17 août 2009 - 15 décembre 2016 Ocean Shield

(Résolutions 1838 et 1950)

Mer Rouge, Golf d'Aden, Océan Indien Contre-piraterie (Piraterie en Somalie) En octobre 2008, l'OTAN a annoncé qu'elle enverrait des navires de guerre de l'OTAN pour contrer le problème croissant de la piraterie au large des côtes africaine[2]. En août 2009, la mission a été améliorée pour devenir l'opération Ocean Shield, un effort concerté pour éradiquer la piraterie.
27 mars 2011 - 31 octobre 2011 Unified Protector Lybie Zone d'exclusion aérienne, campagne aérienne Le printemps arabe s'est propagé à la Libye en mars 2011 avec une opposition à Mouammar Kadhafi. Selon les rumeurs, les pilotes de l'armée de l'air libyenne auraient reçus l'ordre de bombarder les manifestants, deux pilotes ont refusé d'exécuter cet ordre et fais défection en se posant à Malte[3]. La résolution 1973 du conseil de sécurité de l'ONU a confié à l'OTAN le mandat de faire respecter une zone d'exclusion aérienne et a accordé «toutes les mesures nécessaires» pour protéger les civils.
Décembre 2012 - actuellement Active Fence Turquie Défense anti-missiles La Turquie a demandé l'aide de l'OTAN pour se protéger des missiles syriens. L'OTAN a accepté d'installer le système MIM-104 Patriot des États-Unis, des Pays-Bas et de l'Allemagne.
1er janvier 2015 - actuellement Resolute Support Afghanistan Mission de formation, de conseil et d'assistance L'objectif de la mission est de fournir une formation, des conseils et une assistance aux forces de sécurité et aux institutions afghanes. La mission d'appui de Resolute support prévoit le déploiement d'environ 12 000 membres du personnel de l'OTAN et des pays partenaires en Afghanistan, avec pour plate-forme centrale Kaboul et l'aérodrome de Bagram.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Civilian Deaths in the NATO Air Campaign - The Crisis in Kosovo », sur www.hrw.org (consulté le 8 juin 2018)
  2. (en-GB) « Nato to target Somalia's pirates », BBC,‎ (lire en ligne)
  3. (en-US) Reuters Editorial, « Two Libyan fighter pilots defect, fly to Malta », U.S.,‎ (lire en ligne)