Nouvelle banque de développement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nouvelle banque de développement
Logo
Logo
Carte de l'organisation

Création 15 juillet 2014
Type Institutions financières internationales
Siège Shanghai
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Langue chinois, anglais, portugais, russe, hindi
Membres Drapeau du Brésil Brésil Drapeau de la Russie Russie Drapeau de l'Inde Inde Drapeau de la République populaire de Chine Chine Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Président K. V. Kamath
Site web http://ndb.int/

La Nouvelle banque de développement (New Development Bank BRICS (NDB BRICS), anciennement connue sous le nom de Banque de développement des BRICS[1], est une banque internationale de développement dont la création a été proposée par les États des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) comme alternative à la Banque mondiale existante et au Fonds monétaire international[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le siège de la NDB se situe dans le Oriental Financial Center de Shanghai, un immeuble de 199 m inauguré en 2014.

La Banque est configurée pour favoriser une plus grande coopération financière et de développement entre les pays émergents. Elle a son siège à Shanghai en Chine[3] (les autres villes ayant été proposées étant Johannesburg et New Delhi) et son premier directeur général est originaire d'Inde[3],[4]. Le président du Conseil d'administration sera originaire du Brésil[5] et le président inaugural du Conseil des gouverneurs sera russe. Elle est inaugurée officiellement le à l'occasion du 6e sommet des BRICS qui s'est tenu à Fortaleza au Brésil[5].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Au 6e sommet des BRICS à Fortaleza : de gauche à droite Poutine, Modi, Rousseff, Xi et Zuma.

Parmi les objectifs de la Banque, financer des projets d'infrastructure et créer une « réserve d'arrangement de devises » de l'ordre de 100 milliards de dollars[6],[7] dans le but d'aider les pays membres à contrer les chocs financiers futurs (sur le capital initial total de 100 milliards de dollars la Chine donnera 41 milliards, le Brésil, la Russie et l'Inde donneront 18 milliards de dollars et l'Afrique du Sud devrait donner une contribution de 5 milliards de dollars[8]). La Banque fournirait également une assistance à d'autres pays qui souffriraient de l'instabilité économique dans le sillage de la sortie des États-Unis de leur politique monétaire expansionniste[9], les prêts devant commencer en 2016 mais le capital de cette banque ne peut pas descendre en dessous de 55 %[10]. Ainsi, elle vise à lutter contre l'influence des établissements de crédit basés en Occident et du dollar. Des documents sur la coopération entre les agences de crédit à l'exportation des BRICS et un accord de coopération sur l'innovation ont également été signés en juillet 2014[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]